Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !

Angelnight 104

J’aime quand il neige sur la rue et que je suis perdue,
Parce que le silence est toujours plus profond
Quand les doux flocons blancs s’égarent sur le béton
Quand chaque pas m’éloigne innexorablement de toi

J’aime la pluie qui cogne sur mes carreaux
Parce que cette mélodie me rapelle les sanglots
Que j’ai eu tant et tant que je ne peux même plus
Que j’ai eu pour toi, pour te maudire et puis m’enfuir

J’aime le soleil qui réchauffe nos coeurs
Alors même que tu préfères la pluie
Parce qu’il nous prouve que le bonheur
N’est plus une question de saison aujourd’hui

_image blog de Somewhere_

Angelnight 103



Killing me softly…




Je ne veux plus pleurer parce que je me retrouve seule au milieu de la nuit, je ne veux plus pleurer parce que je ne comprend pas cette distance que tu mets par instant, ces regards qui me fuient et ton corps tout entier qui s’éloigne comme si je te brulais. J’aimerai comprendre pourquoi tu restes sans m’aimer, ou pourquoi tu t’éloignes en m’aimant, j’aimerais juste comprendre pour ne plus pleurer chaque nuit un peu plus ton absence qui me blesse. Je ne suis pas parfaite, mais je ne changerai pas en un jour, il fallait t’y attendre… et si tu n’as pas la patience alors pourquoi toutes ces années que tu as perdu?

_image blog de ladymilta_

Angelnight 102

 Elle criera tant qu’elle voudra, mais rien n’y fera, je ne changerai pas d’avis et je n’hausserai pas la voix. Elle criera tant qu’elle voudra, elle a perdu d’avance! Pense t elle m’intimider, en me tutoyant, et en m’insultant comme elle le ferait dans une cours de récré. Elle criera tant qu’elle voudra, mais elle ne fera pas la loi, et elle ne m’aura pas… Si elle savait comme est ridicule à s’enerver toute seule. Elle ne se rend pas compte comme ses « j’m’en fous » sonnent faux par rapport à ceux que j’ai dans tête, comme elle regrettera dès qu’elle se calmera… Tu peux toujours crier…Elle criera encore…

_image : Persepolis, Majanne Satrapi_

Angelnight 101

 Début d’année mitigée, des hauts des bas, même des débats, et puis les soldes, et puis tout ca… Envie de dormir, de m’enfoncer sous la couette avec toi, de te prendre dans mes bras et ne plus penser…Penser et me poser des questions, je ne sais faire que ça, si seulement je savais prendre la vie du bon coté, et relativiser… Meme mes textes ne sont que des ersatz de littérature, rien à voir avec ce qu’elle appelait si justement « le juste milieu de soi et de l’autre »… Je ne suis pas vers l’autre, je ne suis que vers moi… et vers lui parfois, quand il m’accepte dans ses bras. Je me sens desoeuvrée quand j’ai tant à faire, surpasser par ce temps qui continue de filer, je lui cours apres sans cesse, mais je boite tant que le rattraper est une chimère, même en cette nouvelle année…

Bonne année à tous!

_img blog de Sylphe, sans copyright_