Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !

Angelnight 81 Larmes

Quelques larmes qui coulent, qui font écho aux tiennes sans que tu t’en rendes compte, des larmes qui n’ont peut etre pas lieu d’exister, car ce n’est pas ma peine, mais la tienne… Mais dans chacun de tes silences je sais depuis longtemps beaucoup des choses que tu chuchotes parfois au coeur de la nuit, beaucoup de ses absences que tu ne supportes plus, que tu n’as jamais supporté, et qui te hantent. Absence de calins, de sourires, de regards meme… J’ai peur de ne jamais reussir à te donner ce que tu attends, ce dont tu as besoin pour avancer, pour qu’elle soit fière de toi… Ce sont mes larmes mélées aux tiennes en secret, pas de la pitié, juste la tristesse de savoir que quoi que je fasse, quoi que je dise, je ne changerai rien à tout ca…

_photographie de Hans Van de Vorst, texte and legende by myself_

Nous suivre et partager :
0

Angelnight 80 Les mots

Les mots s’égrennent sur le papier, s’envolent au fil des pages, s’unissent et se séparent sans plus jamais ressembler à rien, comme si ce changement de décor n’avait pas bouleversé que mes idées. Les mots passent puis trépassent, dans un bruissement de papier, dans un déchirement, comme si celui de mon coeur ne pouvait rester seul. Les mots ne m’apaisent plus, ils me pèsent… je m’enfonce doucement dans un univers où seul le mensonge peut me faire encore vivre, un univers où les mots n’ont pas leur place, car ils crient leur vérité, La vérité.
Nous suivre et partager :
0

Angelnight 79 Un choix

l y a ces choses qu’on désire, qu’on choisi et qu’on chéri. Et puis il y a les choses que l’on accepte, que l’on garde, avec espoir ou ressentiment, faute de mieux ou en attendant pire. Il y a ces lieux où l’on voudrait vivre, et puis ces lieux qui nous enferment et nous isolent, sans qu’on n’y puisse rien changer. Ces lieux qui nous séparent et nous éloigent. Un peu comme ces choses qu’on veut tant ignorer, qu’on a besoin de les demander, ces mots qui nous font plus mal encore quand on ne les entend pas mais qu’on les devinent. Ces mots qui malgré tout le courage et l’audace qu’il faut pour les entendre, nous blessent encore apres tant de temps. Et ses je t’aime murmurés arrivent comme des sourires, qui effacent des souvenirs fragiles, mais qui ne parviennent pas, à changer des decisions improbables et des comportements innacceptables…. que j’accepte pourtant…. pour sauver la face, faute de garder le moral….
_Photo beafotoblog.net_

Nous suivre et partager :
0

Angelnight 78 Ces matins

Puisque mon oncle a dans son dernier CD l’inspiration qui me manque, je me contenterai de vous livrer un de ses textes… sa musique me transporte bien ailleurs encore, mais lisez deja…


Les matins colorés des chansons qu’on ignore
Inventées d’un instant, d’un parfum, d’une idée
Au miroir frissonnant de l’étanf qui s’endort
Epuisé d’une nuit secrète et dissipée 

Les matins délaissés d’avenirs impriblables
Ombres sur un écran mille fois projetées
Aux remours incertains du reflux sur le sable
Qui ne fait que partir et ne vivra jamais

Les matins préjugés de souvenirs possibles
L’avenir, le passé qui se mêlent, se noient
Aux désirs indécis de ces quelquonques cibles
Dont on fait un chemin, un voyage parfois

Les matins réhaussés de ces caresses vaines
Offertes aux reflets de tendresses enfuies

Ces matins sont refrains à l’album des rengaines
Que chanteront nos enfants aux couchants d’autres nuits

_je ne peux pas mettre la photo originale de l’album, mais celle ci est dans le meme esprit…_

Nous suivre et partager :
0