Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Est très heureuse actuellement d'effectuer un loooooooong remplacement en médiathèque ! ;)

L’histoire de Malala

MalalaL’histoire de Malala
Celle qui a dit non aux talibans
Viviana Mazza
Gallimard Jeunesse (2015)

 Malala n’a que onze ans lorsqu’elle décide d’élever la voix. Elle en a quinze quand, un jour comme tant d’autres, alors qu’elle rentre de l’école avec ses amies, les talibans tentent de la tuer. Pourquoi ? Dans son pays, le Pakistan, elle s’est opposée à ceux qui voulaient supprimer les droits des femmes.

Avec l’aide de sa famille, Malala a décidé de crier « non ». Presque une petite fille encore, elle a lutté sans armes ni violence, mais avec le courage des mots et de l’intelligence, avec la force de la vérité et de l’innocence.

La journaliste Viviana Mazza nous raconte le combat exemplaire de Malala Yousafzai, jeune Pakistanaise qui a bravé la mort pour défendre le droit des femmes à l’éducation dans son pays. Un livre bouleversant.

Pour son combat exemplaire en faveur de l’éducation des filles au Pakistan,

Malala Yousafzai a reçu le Prix Nobel de la paix le 10 octobre 2014.

Vous pourrez écouter ici son discours à l’ONU (en anglais sous-titré français)

Mon avis : Je lis assez peu de bibliographies, non pas que la vie des gens ne m’intéresse pas, mais je trouve ça souvent assez barbant à lire… Ici, pas de risques de s’ennuyer, c’est une courte vie (pour le moment !) qui est présentée ici, mais elle est racontée de façon « vivante » et il s’y passe plein de choses ! Pas toujours bonnes, hélas, vous l’aurez déjà compris en lisant le résumé.

A la fin, un glossaire de quelques pages permet de mieux comprendre un certain nombre de choses (nourriture, système scolaire…). Ce livre est classé en « roman » et non en biographie car l’auteur s’est servie d’un certain nombre de documents pour l’écrire mais elle a romancé le tout (inventé certains dialogues, fabriqué un personnage à partir de plusieurs personnes), tout en vérifiant toujours les faits.

Un livre important car il montre qu’on peut vaincre la bêtise, sans armes et sans violence !

SignatureNat

♥ ♥ Judy portée disparue ♥ ♥

 Judy portée disparueJudy portée disparue ♥

Anne Cassidy

Coll. Macadam

Ed. Milan (2007)

A partir de 13/14 ans

L’auteure : Elle a d’abord été prof puis a décidé d’arrêter pour se consacrer à l’écriture. Ce qu’elle aime dans le polar, ce n’est pas de partir à la recherche du coupable mais de comprendre « pourquoi » le crime a été commis et aussi les répercutions sur l’entourage. Elle est connue pour avoir écrit « l’affaire Jennifer Jones » (Prix du meilleur livre pour adolescent en 2004 en Angleterre.)

L’histoire : « L’émission sur les enfants disparus commença. L’animateur présenta les quatre enfants dont il serait question ce soir. En voyant la photo de Judy, j’oubliai tout autour de moi, absorbée par la télévision, incapable de détourner les yeux de l’écran. « Judy Hockney n’avait que cinq ans lorsqu’elle a disparu par un froid après-midi de novembre, il y a huit ans. C’était une enfant douée, bavarde, chaleureuse. Peu avant sa disparition, elle se trouvait avec sa soeur Kim. Après s’être disputée avec elle, Judy est partie seule de son côté et plus personne ne l’a revue. »

Huit ans. Huit ans déjà que Judy a disparu au coin de la rue. Pourtant, pour sa soeur Kim, Judy est partout. Pas un jour sans que Kim ne pense à elle. Pas un jour sans qu’elle croie l’apercevoir parmi les autres enfants. Judy n’est plus là ; mais elle prend toute la place. Et Kim ne vit plus que pour cet infime espoir : retrouver sa soeur. » (Quatrième de Couverture)

Mon avis : Pfou… Que c’est difficile de sortir d’un roman comme ça… C’est un polar, oui, certes. Et j’ADORE les polars. Mais souvent dans les polars, on sait qu’il y a eu un crime et le roman tourne autour de la recherche de l’assassin, la quête des indices… Ici, rien de tel. Une petite enfant a disparu, on ne sait pas ce qui s’est passé. Tout ce qu’on sait, qu’on ressent, c’est la douleur de la perte, pour ses parents, sa sœur, les proches. Et puis la terrible, la lancinante, l’invivable culpabilité de la sœur (9 ans à ce moment là) à qui on avait confié sa petite sœur de 5 ans et qui l’a « perdue ». Toute la vie des parents et de Kim tourne autour de la disparition de Judy, les parents ont monté une association pour les enfants disparus et Kim, elle, voit sa sœur partout. Un moment terrible, abominable : quand la mère (fatiguée, excédée, mais quand même !) se tourne vers sa fille aînée en lui disant :

« – Comme si je n’avais pas assez de problèmes, cria Maman. J’ai déjà perdu ma fille. Pourquoi faut-il toujours que tu rendes les choses plus difficiles ?

– Quoi ? J’étais liquéfiée.

– Chaque fois qu’on essaye de remettre ou d’aller de l’avant… Comme si les choses n’étaient pas assez compliquées pour nous, il faut en plus qu’on te surveille pour que tu ne perdes pas complètement la boule. »

Pfou… J’étais estomaquée en lisant ça. Une mère peut-elle vraiment dire ça à sa fille, déjà traumatisée par la disparition de sa sœur ? Bon, ok, ok, c’est un livre, c’est une histoire, on se calme !! Vous l’aurez compris, un livre que j’ai beaucoup aimé et qui m’a vraiment touchée, bref, un coup de cœur ! J’en lirai d’autres du même auteur, c’est sûr !

SignatureNat

Les pierres de fumée

Les Pierres de FuméesLes pierres de fumée
Tome 1 : La prédiction
Eric Boisset
Magnard Jeunesse (2015)

≅≅≅

Résumé : Vivant jadis en bonne intelligence, humains et roomajads, des lézards humanoïdes, s’affrontent désormais de part et d’autre des « pierres de fumée » dans une lutte sans pitié pour prendre  le pouvoir de l’ensemble du royaume. 

Dans ce contexte sombre, Liam et Éléa, des jumeaux aux talents mystérieux, sont enlevés et séparés. Pris dans une guerre dont les enjeux les dépassent, ils comprendront peu à peu ce que chaque camp attend d’eux.

Dans ce premier volume, les jumeaux pressentent que leur enfance a pris fin. Viendra alors pour chacun le temps d’utiliser ses dons uniques…

Auteur de la célèbre trilogie d’Arkandias, adaptée en 2014 au cinéma, Eric Boisset a reçu de nombreuses récompenses pour l’ensemble de ses romans. C’est aujourd’hui un auteur incontournable de la littérature de jeunesse.

≅≅≅

Mon avis : Zut, crotte, flûte !! Je l’ai fini ce soir, et, bien sûr, le tome 2 n’est pas encore paru… Évidemment, comme à chaque fois qu’il y a plusieurs tomes, ce premier tome sert à installer l’histoire, les personnages, le où, le pourquoi et même le comment, mais du coup, l’action démarre vraiment quand on arrive à la fin et c’est FRUSTRANT !!!

Bon, pour être tout à fait honnête, l’action démarre bien avant la fin, bagarre, enlèvement, magie, il se passe beaucoup de choses dans ce premier tome. Mais, comme à chaque fois qu’on est pris dans une histoire, la fin du tome arrive beaucoup trop vite et on est dégoûté de ne pas avoir la suite… Il me paraît bien loin ce mois de septembre…

Ce roman fait environ 400 pages, mais la police est assez grosse, les chapitres courts, bref, pas de difficultés majeures pour un bon lecteur !

J’ai bien aimé la construction du roman : A chaque chapitre c’est un personnage différent qui raconte ce qui lui arrive et cela permet d’avoir une vue plus « globale » de ce qui se trame. Parmi les narrateurs, il y a bien sûr, Liam et Eléa les jumeaux, leur père Vortimer mais également Ny, la chancelière, Rak, le commandant Roomajad ou encore Gofraidh le mystagogue (C’est quoi un mystagogue ? Pour le savoir, il faut lire le roman !!)

Un extrait à lire ici.

Une bande annonce ici.

Tome 2 à paraître en septembre.

SignatureNat

Les éditions Courtes et Longues + Concours

CLlogo

Les éditions Courtes et Longues , vous connaissez ? Mais si, mais si, je suis sûre que vous avez vu passer un de leurs albums ou un de leurs livres d’art !

Sur ce blog en tous cas, on vous en a présenté deux (cliquez sur les images) :

Fadolimonpetittheatre

 

Et si vous aimez les albums, vous avez du voir passer sur la blogosphère « Gipsy », « L’heure bleue », « Plume », « Le caillou de Ferdinand » ou encore « La madeleine de Proust »

Gipsy L'heureBleueplumeLeCaillouDeFerdinandLaMadeleineDeProust

Qui a eu l’idée de cette maison d’édition, pourquoi en créer une nouvelle ?
Les éditions Courtes et Longues publient (depuis 2006) des livres d’art destinés aux adultes et aux enfants. Le propos de la maison est de contribuer à l’apprentissage de la lecture de l’image.
Les enfants font une lecture intuitive des images, il suffit donc de leur donner les codes de cette lecture pour qu’ils n’en oublient pas les principes au cours de leur scolarité.

Quant aux adultes, il s’agit de leur faire abandonner de mauvaises habitudes de consommateurs d’images, plutôt que de lecteurs… Nous essayons donc de les inciter à regarder les images aussi naturellement que s’ils lisaient un texte.

De qui compose l’équipe ?
Jean Poderos : Secrétaire général de Beaux Arts magazine, éditeur indépendant, puis rédacteur en chef de la revue d’art Dada, Jean Poderos travaille dans l’édition et la presse d’art depuis près de 20 ans. Il a fondé en 2006 les Éditions courtes et longues. Thibault Gendreau, assistant d’édition est arrivé quant à lui il y a quelques années.

Quelle est la particularité de cette maison par rapport aux autres ? Livres d’art, ok, mais il existe déjà de nombreuses collections chez d’autres éditeurs tels que Gallimard, Milan ou encore Mango ou Palette.
Le fait que cette maison d’édition soit indépendante surtout ! Elle n’appartient en effet à aucun grand groupe d’édition ce qui lui permet d’éditer librement les manuscrits jugés importants par l’équipe. Milan appartient au groupe Bayard, Mango est une filiale du groupe Fleurus appartenant lui-même au groupe Média participation…

Finalement, les maisons d’éditions indépendantes sont assez rares car la liberté a un prix. Appartenir à un grand groupe permet un confort financier mais demande en contrepartie un respect de la ligne éditoriale du groupe et donc des restrictions au niveau des parutions.

La particularité des Éditions courtes et longues c’est aussi la publication d’ouvrages variés (album acidulé et pétillant, documentaire d’art, beau livre raffiné, livre d’artiste novateur, les Éditions courtes et longues s’attachent à éveiller la curiosité des petits et des grands) contribuant toujours à l’apprentissage de la lecture de l’image.

Comment sont sélectionnés les auteurs ?
En ce qui concerne la sélection des auteurs, il n’y a pas vraiment de critère du moment qu’ils répondent aux idées développées dans la réponse consacrée à la présentation de la maison.

Pour aller plus loin, vous trouverez ici une vidéo de présentation de la collection « Toutes mes histoires de l’art » réalisée par Jean Poderos.

concours

 

Les éditions Courtes et Longues vous proposent de gagner 3 albums (il y aura donc 3 gagnants) + une planche de thaumatropes par gagnant (voir ici)

Fanfan (fait partie de la sélection Ricochet)

Louise de New-york (C’est ma sélection ! Je l’ai trouvé très chouette et je vais vous le présenter bientôt)

et La madeleine de Proust (Que Blandine, du site VivreLivre a bien aimé ! Elle m’a d’ailleurs donné envie de le lire.)

Pour participer il vous suffit de répondre en commentaire à la question suivante :
1-  Quel livre vous tente le plus dans le catalogue des éditions Courtes et Longues ? (et pourquoi, en quelques mots…)

+ Chances supplémentaires
* Suivre les éditions Courtes et Longues  (+1 chance)

 * Suivre Délivrer des Livres sur les réseaux sociaux    Instagram (+1 chance)

* Relayer ce concours (donner le lien direct) (+1 chance)
(un commentaire par chance supplémentaire pour la prise en compte, merci)
Concours ouvert du 8 au 23 août 2015, France Métropolitaine. Règlement.
EDIT DU 26 août :
Bravo aux trois gagnants, tirés au sort via Comment Contest,
Al Seye
Laurette
Chenichen

Vous avez reçu un mail !

SignatureNat