Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Est très heureuse actuellement d'effectuer un loooooooong remplacement en médiathèque ! ;)

Le pull de Sandrine Kao

Le pull lePull

Sandrine Kao

Coll. Tempo + (Dès 10 ans)

Ed. Syros (2015)

L’auteure : Elle a d’abord suivi des études dans les métiers du livre, puis s’est dit qu’elle préférait créer les livres. Elle part donc suivre une formation d’illustratrice à l’école supérieur d’Épinal. Elle est maintenant auteure-illustratrice pour la jeunesse.

L’histoire : D’une timidité maladive, Soline aime s’enfouir sous d’amples vêtements pour  passer inaperçue. Son pull fétiche est si déformé qu’il lui arrive à mi-cuisses tandis que ses mains disparaissent dans ses manches. Poussée par son amie Lucille, elle adopte une nouvelle tenue du jour au lendemain : bottines, jean noir, haut noir, rien d’incroyable vraiment. Soline se sent toujours la même. Pourtant, autour d’elle, les regards changent… Et certaines attitudes aussi.

Une jeune fille timide dans une période difficile pour elle (ses parents viennent de se séparer/elle arrive dans un collège où elle ne connait personne) est harcelée par un garçon un peu plus âgé qu’elle. Il ne fait pas « grand-chose », mais il la touche, se colle à elle et elle finit par vivre ça très mal, elle se sent (et elle est !) harcelée. On sent son malaise grandissant, on perçoit aussi sa solitude, sa tristesse. Elle n’en parle à personne (la seule copine qu’elle s’est faite a ses propres problèmes) et en arrive à faire des choses…

J’en étais malade ! J’imaginais ma belle-fille (à peine plus vieille) dans ce cas-là et je me disais que nous, parents, sommes parfois loin d’imaginer certaines choses vécues au collège ou au lycée.

Un roman court, mais intéressant et prenant. Bien écrit, simplement mais pas en langage d’jeun’s ou sms. A lire et à avoir, je trouve, dans les CDI de collège.

SignatureNat

Le Tsar #roman ados

Le Tsar

Jean-François Chabas

L’école des loisirs (2006)

le-tsarColl. Maximax (9-12 ans)

Thèmes : Famille / Tigre / Vengeance / Sibérie

Un roman d’aventure, mais pas que !

L’histoire : Le Tsar a tué mon frère, alors je tuerai le Tsar. C’est ainsi. Le Tsar est plus grand que moi, plus puissant que moi, plus intelligent que moi. Il est patient. On l’a vu sauter un mur de quatre mètres avec un veau dans la gueule, casser la porte d’une isba pour se jeter sur une petite fille et l’enlever. Moi aussi, je suis patient. Et je grandirai, je deviendrai fort et rusé. Pour accomplir ma mission. J’ai hérité de l’entêtement de notre père, et une femme m’a donné un fusil magique. Je pars à la chasse au tigre de Sibérie dans la neige des monts Stanovoï.

Mon avis : J‘ai beaucoup aimé cette histoire (je ne suis pourtant pas fan de chasse !). Fédor et son frère ont perdu leur mère, morte de la fièvre typhoïde. Suite à son décès, leur père (devenu fou ?) s’en va, les laissant se débrouiller seuls. Les deux frères s’entendent bien, s’entraident, vivant ensemble une vie rude mais qui leur plait et leur convient. Mais un jour, Alexandre, le frère aîné, se met en tête de partir chasser le Tsar, un tigre géant de Sibérie qui sème la terreur dans la région depuis de nombreuses années…

Deux jours plus tard, son frère n’étant pas revenu, Fédor part à son tour à la poursuite du Tigre qui a certainement tué son frère, car il veut le venger. Sa longue poursuite, presque une quête, le pousse à réfléchir et l’amène à rencontrer une femme qui ne parle que par questions. C’est un roman très court (77 pages) mais il est dense, très bien écrit, vraiment dépaysant (bouh, le froid, la neige…) et d’une certaine façon plein de poésie

J’avoue être assez déçue, quand je me relis, car je trouve que je ne rends pas assez hommage à ce livre. Je voulais vraiment vous donner envie de le lire et je n’ai pas l’impression d’avoir réussi…

Dites-moi tout, après avoir lu cette présentation, avez-vous envie de lire ce petit roman ?SignatureNat

Challenge Albums – l’art dans les albums

Pour l‘amour d’Auguste

Brenda V. Northeast

Mango (2004)

AmourAuguste

Quand on s’appelle Auguste, comme Renoir, on veut être peintre, c’est certain. Même si l’on n’est qu’un petit ours. Mais où donc se trouve monsieur Renoir ? Bien décidé à le retrouver, Auguste l’ourson se met à la recherche du grand homme…

En cherchant Mr Renoir avec Auguste, nous allons traverser plusieurs tableaux du célèbre peintre… Une bonne façon d’initier les plus jeunes à la peinture !

Un très bel album.

(à partir de 3 ans)

L’auteur a fait de même pour deux autres peintres, Claude Monet et Vincent Van Gogh (« Pour l’amour de Claude » et « Pour l’amour de Vincent »)

  ******

Un noël noir et blanc (Sur les traces de Monet) déjà présenté ici (c‘est le dernier des quatre albums présentés)

 ******

♥  Le peintre et les cygnes sauvages  ♥

Claude et Frédéric Clément

Casterman (2003)

Thèmes : Peinture, cygnes, métamorphose, beauté

à partir de 10 ansClaude Clément est une auteure d’albums jeunesse qui a aussi écrit des romans et créé une compagnie « Auteurs-en-Scène » (histoires contées avec l’aide de musiciens).

Frédéric Clément est plasticien, illustrateur et écrivain. Il a reçu plusieurs prix dont le Prix International du Livre Jeunesse de la Foire de Bologne en 1996 avec « Magasin zinzin ». Le livre, traduit dans plusieurs langues, lui a offert une renommée internationale.peintre_cygnes

Un peintre riche et célèbre voit un jour passer des cygnes sauvages. Ce spectacle le marque tellement qu’il décide de tout abandonner pour retrouver les cygnes et pour peindre ce qu’il considère être la vraie beauté.

Un très joli conte, même s’il n’est pas d’une folle gaité, très poétique avec de superbes illustrations. 

  » Je me souviens
de ma vie d’autrefois comme
d’un songe étranger

d’oiseaux laissant glisser la neige
de leurs ailes gelées

de chacun de mes pas allant
à leur rencontre… « 

♥ prix graphique de la foire de Bologne en 1987 ♥

 ******

 Lange disparu

Max Ducos

Sarbacane (2008)

Dès 7 ans

Thèmes : Peinture, musée, art, sculpture, sortie scolaire

AngeDisparu

 

Lors d’une sortie scolaire au musée des Beaux-Arts de sa ville, Eloi est interpellé par la Vénus d’un tableau : son petit ange a disparu, pourrait-il l’aider à le retrouver ?

D’abord interloqué, Eloi se prend vite au jeu et plonge, au sens propre, au cœur des œuvres, traversant sans effort cadres, styles et époques.

Non seulement il retrouvera le petit ange disparu, mais il se découvrira des alliés inattendus parmi les œuvres de Poussin, Chardin, Velasquez, Vinci, Latour, Rembrandt, Sisley, Monet, Corot, Turner, Gauguin, Cézanne, Rodin… avec des clins d’œil plein d’humour aux grands contemporains.

Max Ducos à également publié « Jeu de piste à Volubilis » et « Vert secret« 

J’ai adoré cet album, aux très belles illustrations et à l‘histoire qui fait rêver ! Vous n’avez jamais rêvé, vous, de rentrer vous promener dans un tableau ?

AngeDisparu2

Un très bel album, surprenant et poétique !

 ******

Tchibinda le héros-chasseur

Sophie Curtil et Hugues Dubois

Ed. Dapper (1991)

Tchibinda-le-heros-chasseur

Première collection de livres d’arts africains pour la jeunesse, Kitadi invite les enfants de six à douze ans à découvrir le patrimoine artistique des peuples de l’Afrique subsaharienne.
Le héros aux mains et aux pieds gigantesques, Tchibinda, héros civilisateur des Lunda, dévoile peu à peu ses secrets et ses pouvoirs magiques… 

Une jolie légende illustrée par de très belles photos de sculptures et une partie explicative très intéressante en fin d’ouvrage.
Un très joli bouquin à mettre entre toutes les mains pour ouvrir les yeux sur un autre monde…

Un livre mi-album mi-doc qui sort de l’ordinaire !

 

Pour en découvrir plein d’autres, des bibliographies sur le sujet :

Académie de Créteil / Médiatheque de strasbourg / Parc culturel de RentillySignatureNat

Les lectures des participants :
Voyage dans un tableau de Picasso ~ Casa Laurette
Les vraies histoires de l’art : le retour ~ Hélène

Mamie « faut pas gâcher »

Mamie « Faut pas gâcher »

˜Mottainai Grandma˜

Mariko Shinju

Ed. Nobi Nobi (2014)

MamieFautPasGacher

L’auteure : Diplômée de l’école d’art et de design d’Ôsaka, Mariko Shinju fait tout d’abord des illustrations pour la publicité. En 1994, elle part vivre deux ans aux États-Unis où elle intègre la Parsons School of Design (New York) et apprend à réaliser des livres pour enfants. En 1998, elle sort son premier album : A pumpkin story (éditions Greene Bark).
Mamie « Faut pas gâcher » ainsi que ses suites ont été récompensés, notamment par le Grand Prix du concours Kenbuchi Ehon no Sato et le Prix Bibakarasu de ce même concours.
Mariko Shinju souhaite sensibiliser les enfants aux problèmes liés à l’environnement.

L’histoire : Mamie « Faut pas gâcher » est une vieille dame astucieuse toujours prête à donner des conseils pleins de sagesse pour ne pas gaspiller. Elle n’a pas son pareil pour expliquer de quelle façon recycler les déchets, réutiliser les objets du quotidien ou économiser les ressources naturelles !

Ne pas laisser couler l’eau du robinet quand on se brosse les dents, se resservir des vieilles feuilles de papier pour en faire un beau déguisement, récupérer les épluchures de clémentine pour parfumer l’eau du bain… Chaque occasion est bonne pour apprendre qu’être écolo, c’est rigolo !
Engagée dans la défense de l’environnement, Mariko Shinju a créé ce personnage pour réintroduire une notion qui se perd peu à peu dans notre société de consommation : la lutte contre le gaspillage. Les meilleurs discours passent toujours mieux avec humour !

Mon avis : Au premier abord, je dois bien l’avouer, cette grand-mère écolo (même si elle a parfaitement raison) n’est pas très sympathique. Elle a l’air assez grognon, a toujours l’air fâchée, est toujours derrière son petit-fils à lui dire « Mottaïnaï, faut pas gâcher ! » Le petit fils (qui n’a pas l’air bien vieux – 4 ans ?) finit par en avoir assez de se faire gronder et se met à pleurer… Et là, c’est un peu dur, la grand-mère lui reproche ce gâchis de larmes !! Mais bon, elle remonte un peu dans mon estime en fabriquant un costume de dinosaure et un très joli crayon arc-en-ciel pour son petit fils.

Mamie_pages-interieures

Je ne suis pas fan des illustrations, le petit garçon est mignon mais la grand-mère fait un peu peur par moment ! L’histoire est amusante, elle a le mérite de parler d’écologie, de respect de l’environnement et de gaspillage aux plus petits. Au début du livre le concept « Mottainai » est expliqué.

Le livre en lui-même est très beau, la couverture solide (d’un beau jaune pétant !) et le papier utilisé est épais et visiblement de très bonne qualité.

 SignatureNat