Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Je recherche un poste en médiathèque à partir du 1er septembre (Région Bretagne de préférence !)

La papote

La papote

Un conte de Yannick Jaulin – Illustré par Samuel Ribeyron

Éditions Didier Jeunesse (2015)

LaPapoteDès 6 ans

La papote, une petite poupée de chiffon, fait des crottes d’or lorsqu’on la serre tendrement contre son cœur, en lui fredonnant quelques airs… Mais entre des mains cupides, elle se transforme en monstre, fait des crottes nauséabondes et attaque le jeune roi ! Qui saura la faire revenir à la raison ?

Mon avis : Au premier abord, je n’ai pas trop « accroché » aux illustrations. Je les trouvais tristes, un peu grisâtres, manquant de pep’s. Et puis, on s’habitue à ces couleurs, mélange de marrons, vert et rouge et à ces illustrations qui sortent de l’ordinaire.

Et comment ne pas aimer Mimosa et sa papote ? Elles sont adorables ! Ces illustrations « adoucissent » le texte, parfois très dur, je vous livre le début : « Dans la grande maison, trois sœurs vivaient toutes seules. Un jour, leurs parents avaient arrêté de s’aimer. Ils étaient partis chacun de leur côté et les avaient oubliées là. » Ouch !! Un peu dur, non ? (Enfin bon, les contes, en général, ça ne fait pas dans la dentelle…)

02INT_papote.indd

La première chose que je me suis dite en refermant cet album, c’est : « quel dommage qu’il n’y ait pas un cd avec ! » J’aurai vraiment aimé « l’entendre » ce conte. Il doit être très savoureux ! Et pourtant, j’avoue que je n’ai pas compris tous les mots. Vous savez, vous ce que veulent dire « ébobinées« , « mélonné » ou encore « il l’a garoché au bourrier » ??? (c’est du patois Vendéen !)

Je vous rassure tout de suite, avec le contexte et les images, on comprend tout à fait ! Et ces mots « nouveaux », ces drôles de mots, ces mots étranges que l’on comprend sans les connaître, donnent une saveur toute particulière au texte

Un très joli conte que les enfants entendront/liront avec plaisir, je n’en doute pas. Et comme les parents seront contents de les entendre répéter encore et encore ce refrain :

« A la balote

Marie-Charlotte

Qui fait des crottes

Pour sa papote »

Parce qu’ils vont le retenir ce refrain, n’en doutez pas !!

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0

La crocheuse d’enfants

CrocheuseEnfantLa crocheuse d’enfants

Gwladys Constant

Éditions Oskar (2015)

***

L’auteure : Elle a toujours aimé écrire et est maintenant professeur de français.

L’histoire : Une nouvelle région, une nouvelle maison, une nouvelle école, de nouveaux camarades… Voilà bien des défis à relever ! Mais ce n’est encore rien car le plus grand défi qui attend Éléonore, désireuse de faire partie d’une bande d’amis, a des allures de cauchemar. Entre superstition et croyance ancestrale, la fillette devra trouver le courage de révéler la vérité : celle de l’amour d’une petite fille pour sa grand-mère.  

Mon avis : Il n’est pas toujours facile, quand on est nouveau quelque part, de se faire accepter. Et parfois, on vous met à l’épreuve. Eléonore, désirant se faire des amis, accepte de faire une bêtise, de casser un carreau chez la « crocheuse d’enfant », la sorcière du village qui a un bras crochu pour mieux attraper les enfants. Bêtise qu’elle regrette aussitôt faite !

Un tout petit roman (40 pages) sur les rumeurs, le désir de se faire accepter, le fait de juger les gens sur leur apparence (L’habit ne fait pas la sorcière… dit le sous-titre).

J’ai bien aimé cette petite histoire (un peu courte quand même pour des enfants de 8 ans, je trouve) et j’ai bien aimé aussi le livre en lui-même (couverture glacée et coins arrondis !)

A partir de 8 ans.

Nous suivre et partager :
error0

♥ Rico & Oscar ♥

RicoEtOscar2 Rico & Oscar
Mystère et pierres précieuses
Andreas Steinhöfel & Steve Wells (ill.)
Gallimard Jeunesse (2015)

À mon tour de dormir chez Oscar. Maman s’est envolée pour le Sri Lanka avec son amoureux, juste après l’enterrement de Fitzke. Dans son testament, il me léguait sa collection de pierres ! Et moi qui croyais qu’il m’avait toujours détesté. Mais voilà, quelqu’un est entré dans son appartement pour dérober sa pierre la plus précieuse. Avec Oscar, on tient une piste. Direction la mer Baltique, et pas pour la baignade !

Retrouvez Rico le garçon pas comme les autres et Oscar le surdoué dans leur dernière aventure.

Mon avis : Après « Mystère et rigatoni » et « Mystère et boules de loto » (que je n’ai pas lus) voici donc la 3ème aventure de deux amis assez singuliers, Rico le « maldoué » et Oscar le « surdoué ».

Ils sont vraiment adorables ces deux-là !! Et ils m’ont bien fait rire… Les explications de Rico sont vraiment tordantes parfois !

Par exemple, la claustrophobie, expliquée par Rico, ça donne : « phobie vient du mot grec qui signifie angoisse. La peur des espaces clos tient sans doute son nom d’un certain Klaus, qui a été le premier homme du monde à être coincé dans un ascenseur, et la strophe vient du fait qu’il s’est mis à chanter, tellement il avait la trouille. Depuis, il y a souvent de la musique relaxante dans les ascenseurs. » Bon, vous voyez ce que je veux dire ? Et c’est comme ça pour toutes les explications…

En plus, ils sont malins et débrouillards. Vous oseriez vous, entreprendre un long voyage de plusieurs heures pour aller récupérer un truc qu’on vous volé ? Oscar et Rico n’hésitent pas une seconde et n’écoutant que leur courage, ils filent à la poursuite des voleurs ! Chacun pour une raison différente d’ailleurs, comme vous le constaterez si vous le lisez… (je ne vais pas tout vous dire non plus, hein, sinon, y’a plus de suspense !!)

Les petites illustrations disséminées ici et là complètent le texte à merveille. Un vrai livre d’aventure, une enquête pleine de rebondissements et surtout, surtout, beaucoup d’humour !

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0

Le premier – Nadia Coste

Le premier_couvLE PREMIER

Nadia Coste

Éditions Scrineo (2015)

A partir de 15 ans

L’auteure : Elle a plus de 30 ans, est maman de 3 enfants et l’écriture (nous dit-elle sur son blog) fait partie de sa vie depuis 1998. Elle a déjà écrit plusieurs histoires pour la jeunesse : « Les yeux de l’aigle », « SpaceLeague », « Ascenseur pour le futur » ou encore la série « Fedeylins » dont vous avez probablement entendu parler.

L’histoire : Vaïn n’est pas mort. Pourtant, son frère l’a tué. A-t-il ressuscité ? Pourquoi le soleil brûle-t-il sa peau ? Pourquoi seul le sang le rassasie-t-il ? Alors que son désir de vengeance augmente, Vaïn se convainc que la Nature l’a sauvé de la mort pour éliminer son frère et sa descendance maudite… Une traque terrible et périlleuse commence… Elle durera des siècles.

La quête du Premier Immortel depuis la fin du néolithique jusqu’au début de Rome.

Mon avis : Âmes sensibles s’abstenir ! Vous avez affaire ici à un « vrai » vampire, pas à un vampire d’opérette qui brille au soleil ! (Mais non je ne vise personne…)

Un vampire, le tout premier, qui ne sait ce qui lui est arrivé et le découvre petit à petit… Il se découvre aussi une mission, détruire la progéniture (nombreuse !) de son frère, qui est, lui, un loup-garou. Vous avez bien compris, on assiste ici à la naissance de la guerre éternelle que se livrent vampires et loup-garous (comment ça vous n’êtes pas au courant ? Faut sortir un peu, hein, lâchez votre écran !!)

J’avoue qu’aucun des personnages n’a trouvé grâce à mes yeux (sauf peut-être les mères qui défendent leurs petits…) ils sont tous aussi antipathiques les uns que les autres, c’est un monde de « Mâles » guerriers, de luttes de pouvoir, le sang gicle souvent, les cervelles aussi (au néolithique, c’est à la hache, les combats...)

Un « personnage » m’a plu, même si il est plutôt méfiant et retord, c’est celui qui accompagne Vaïn dans sa vengeance, sa quête. Vaïn, lui m’a fait pitié par moments. Il n’était pas sympathique au début et ne le devient pas, mais il seul, très seul et on ressent parfois sa souffrance.

Un roman qui se lit très bien  malgré une grande violence et dont la fin, annonçant la naissance de Rome, m’a beaucoup plu !

SignatureNat

Nous suivre et partager :
error0