Le garçon de Marcus Malte – Roman

garçon30 ans d’une vie… particulière !

Roman adulte

Le garçon
Marcus Malte

Zulma (2016)

*****

1908 : au départ, le garçon ne connaît rien du monde. Pas parce qu’il vient de naître, non. Mais parce qu’il a vécu isolé dans les bois avec sa mère, sans jamais rencontrer ses semblables. Il ne sait ni lire, ni écrire, et il ne parle pas. Cela ne l’empêchera pas, au fil des années, de rencontrer des gens. Il recevra et donnera de l’amitié, de l’amour aussi. Puis il fera la guerre.

*****

Plus encore que l’histoire, c’est la façon dont elle est (ra)contée qui m’a frappée. L’écriture. Le style. Les descriptions. C’est original. Inhabituel. Prenant. Et c’est beau.

Même si j’avoue avoir survolé rapidement par deux fois quelques pages. Celles (p. 319 à 322) qui parlent des liens entre les « grands » de ce monde. Liste de souverains : Georges V/ Nicolas II / Victor Emmanuel III… ces pages expliquent en quoi la guerre de 14 est une affaire de famille ! Et j’ai carrément sauté la liste des disparus ou morts au combat (p. 441 à 451).

Dépressifs s’abstenir, toute cette histoire, cette vie, n’est pas d’une folle gaité, même s’il y a des moments joyeux.

1908-1938 : 30 années de vie, pour le meilleur, mais aussi et surtout, malheureusement, pour le pire.

Un roman qui est tout à la fois féministe, anarchiste, pacifiste… Il avait tout pour me plaire !
Un gros coup de cœur que je vous conseille fortement. ♥

*****

Extrait : « C’est l’enfant. Celle qui pèse sur ses reins n’a rien d’un chevalier sinon la triste figure. Une femme. Ce qui reste d’une femme. Les reliques. Sous les loques des bouts de bras qui dépassent, des bouts de jambe, la chair qui semble fuir du tas de hardes comme la paille d’une vieille poupée. Elle ne pèse pas lourd en vérité mais c’est un poids presque mort. Ballotant à chaque foulée. Son crâne repose entre les omoplates du garçon. Ses paupières sont closes. Elle a le teint cireux, la peau flétrie des pommes sauvages tombées de l’arbre. On lui donne soixante ans. Elle n’en a pas trente. C’est la mère. »

Des éditions Zulma, nous vous avons déjà présenté « La lettre à Helga »

*****

Un roman qui participe à la fois au challenge Première guerre Mondiale chez Blandine et à l’objectif PAL chez Antigone

 

Nous suivre et partager :
error0

Bonaventure – Roman jeunesse

Bonaventure

Un roman d’aventure bourré d’humour et d’action !

A partir de 12 ans

Bonaventure
Comment je suis devenu un super agent discret

Johan Heliot

ScriNeo (2019)

*****

Bonaventure a 14 ans, il arrive tout droit de la Martinique et il est interne au collège Jules-Ferry à Paris. Il n’est pas ravi de se retrouver aussi loin de chez lui, de ses parents et de la mer (6849 kms tout de même, il a vérifié sur internet !) mais ses parents voulaient qu’il bénéficie des meilleures études possibles. Par contre, ce soir-là est un peu spécial : Bonaventure vient d’être recruté par la belle Léonore Risk, qui dirige une organisation mondiale ultra-secrète qui veut sauver le futur de la planète : SFN! pour Save the Futur Now !  Et il n’est pas au bout de ses surprises !

*****

Un roman qui plaira sans doute aux lecteurs de :  Cherub, Rush, Amnesia, Bodyguard, Alex Rider ou Assassin’s creed.

Une histoire bourrée d’action, de gadgets à la James Bond, de suspense et d’humour ! Les chapitres sont assez courts, le style est fluide et rythmé, il y a pas mal de dialogues, bref, c’est facile à lire et plutôt prenant. Une aventure de jeunes espions qui devrait intéresser aussi bien les filles que les garçons.

Un roman qui m’a vraiment plu, et qui, je l’espère, n’est que le commencement d’une série !

*****

Un extrait (p.8)

« J’étais en train de traverser la cour à fond de train quand une voix inconnue m’a interpellé : – Bonaventure Lewis ?

Je me suis figé d’un coup en découvrant celle qui avait parlé. Elle se tenait près de la grille d’entrée, côté rue, sous le faisceau de lumière orangée d’un réverbère. Je ne l’avais encore jamais remarquée dans le collège ou ses environs. Surtout, c’était la première fois qu’une fille m’appelait par mon patronyme complet – une fille aussi canon, il faut bien le préciser.

– Heu, oui, c’est moi, ai-je brillamment rétorqué en m’approchant. Pourquoi ? »

*****

Bio et biblio de Johan Heliot

Du même auteur : CIEL (série en 4 tomes)

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Kaléidoscope de Marie Caillet

« Kaléidoscope », un roman envoûtant où la réalité est sublimée!

kaleidoscope

Roman fantastique pour adolescents dès 12 ans

Kaléidoscope

de Marie Caillet

Editions  Castelmore, mai 2019

illustration de couverture: Peggy Nille

288 pages 14, 90 euros

Thèmes: adolescence, différence, amitié, fantastique, don, harcèlement

 

Présentation de l’éditeur:

« Quand la clé des merveilles tient au creux de la main…

Pour Naomi, adolescente timide et réservée, rien ne va plus: elle est obligée de déménager pour suivre sa mère et son copain à Dijon! Au programme: maison délabrée, beau-père insupportable… et nouveau collège.

Comment se refaire des amis quand on n’ose pas parler? La vie perd toutes ses couleurs pour Naomi, jusqu’au jour où sa grand-mère lui offre un kaléidoscope peu ordinaire… Lorsqu’elle regarde à travers, la jeune fille voit des portes s’ouvrir sur des mondes inconnus et fabuleux, qui lui promettent des heures d’évasion. Arbres aux mille secrets, créatures cruelles et merveilleuses, nature changeante aux décors inconnus…

À force de fuir la réalité, Naomi ne risque-t-elle pas de se perdre un peu plus…? »

 

Kaléidoscope est un véritable coup de cœur, je ne connaissais pas du tout la plume de Marie Caillet et je suis enchantée de cette découverte!

Sur base d’un univers fantastique bien construit, l’auteur dénonce avec beaucoup de pudeur le harcèlement scolaire et l’isolement des adolescents qui ne sont pas « populaires ». Mais Naomi est différente de ses camarades à plus d’un titre: elle possède un don merveilleux qui lui  sera révélé par sa grand-mère. Cette jeune fille, renfermée et secrète va découvrir en elle un immense pouvoir de création. De plus, elle ne sera plus la seule à voir le monde autrement puisqu’un autre de ses condisciples, Makoto (qui signifie la paix ou la sérénité en japonais), a déjà « voyagé » lui aussi. À l’image du roman initiatique, une chose sera  octroyée à Naomi, brisée puis réparée.

Avec « Kaléidoscope« , Marie Caillet véhicule un message d’espoir en appuyant sur le fait que chaque personnalité est unique et que l’on a tous un don précieux à cultiver. Ce roman m’a fait rêver. Les visions du kaléidoscope sont comme toutes les portes menant aux mystères d’un autre monde: fascinantes et addictives. J’avoue avoir eu envie d’en savoir un peu plus sur l’origine des pouvoirs du kaléidoscope mais cela n’enlève rien au charme du récit. L’aura de mystère est donc préservée jusqu’à la fin.

Une belle lecture en somme qui offre au lecteur une véritable évasion dans des univers féeriques.

 

Avec « Kaléidoscope », un formidable voyage vous attend!

 

~Melissande~

 

+Pour lire un extrait du premier chapitre c’est ici

+Le premier tome de la saga fantastique de Marie Caillet « L’héritage des Darcer » présenté par Hérisson

+ Le second tome de « L’héritage des Darcer » toujours chroniqué par Hérisson

+ un autre roman qui traite du harcèlement scolaire présenté par Nathalie:  « Je ne te crains plus Alycia! »   ou encore Bleu Espoir de Cathy Cassidy

Nous suivre et partager :
error0

Soldat Peaceful – Roman jeunesse

peaceful

Soldat Peaceful
Michael Morpurgo

Gallimard Jeunesse (2004)

*****

Tout au long de cette nuit, au cours de laquelle il ne veut pas dormir, Tommo Peaceful va se souvenir. Il se souvient de son premier jour d’école et de son grand frère Charlie qui s’occupait de lui et le défendait. Mais aussi de Big Joe, leur frère plus âgé qui n’est jamais allé à l’école et qui chante tout le temps « Oranges et citrons » (une comptine anglaise). De leur mère aussi, si heureuse avant la mort de leur père. Il se souvient aussi du trio qu’il formait avec Charlie et Molly, dont ils étaient tous deux amoureux… Il veut oublier où il se trouve, oublier ce qu’il va se passer demain. Oublier le futur, le présent. Se laisser bercer par le passé et les jours heureux.

*****

Pffouu… Qu’il est beau ce livre !

Mais qu’il est dur aussi !! On sent tellement l’amour qu’il y a dans cette famille, on partage leurs moments de joie et de tristesse. Et puis il y a la première guerre mondiale. Et le départ des frères pour cet enfer. L’entraînement d’abord, difficile, fatigant, pénible, mais qui n’est rien par rapport à ce qu’ils vont vivre ensuite dans la boue des tranchées. On visualise bien leur quotidien, fait d’un mélange de proximité, de fatigue, de peur, de stress, le tout dans le froid et la boue… J’ai toujours beaucoup de mal à comprendre comment ces hommes ne sont pas devenus fous !

Le livre en lui-même est très beau. Il ressemble à un vieux journal tâché, fermé avec une ficelle, un *bleuet glissé dessous.

*Bleuet : Le surnom de bleuet fut donné par les poilus de la Première Guerre mondiale aux soldats de la classe 1915, qui n’avaient pas connu les pantalons garances des uniformes de l’armée française porté par les soldats dès 1870 et qui fut remplacé cette année-là par le nouvel uniforme bleu horizon. (Merci Wikipédia)

C’est devenu un symbole commémoratif de la première guerre mondiale.

A lire !

*****

Du même auteur, également présentés sur ce blog : Le plus grand peintre du monde, Notre Jack et Cheval de guerre

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos !

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Il participe également au Challenge Première guerre mondiale chez Blandine

Et à l’objectif PAL chez Antigone

Nous suivre et partager :
error0