Harry Potter… et moi !

          Je vous en parle souvent dans des tags, sur les réseaux sociaux, à droite à gauche, mais je n’ai encore jamais fait réellement un article sur Harry Potter sur mon blog. Pourquoi ? Parce que je pense que tout le monde connait déjà notre petit magicien, parce c’est difficile de parler d’une telle saga, parce que les films aussi il faudrait en parler, parce que… La liste est longue, et ces arguments sont toujours valables, mais voilà, j’ai décidé de relire les 7 tomes d’Harry Potter. Encore. Certains tomes pour la 10ème fois, les derniers un peu moins.

J’ai découvert Harry Potter en 1999, pour la sortie du deuxième tome. J’ai accroché directement, et complètement à cet univers, et j’ai ensuite attendu, avec beaucoup d’impatience, la sortie des tomes suivants. A partir du 4ème je me suis d’ailleurs lancé en VO, pour savourer plus tôt de nouvelles aventures. Sans tout comprendre parfois, mais avec suffisamment de passion pour m’accrocher. Lu en français aussi à chaque sortie… et relecture de toute la saga pour chaque nouveau tome. Bref, Harry Potter et moi c’est une grande histoire. J’ai d’ailleurs un thème consacré pour quand je relis ou regarde un film… Je pot’pot’. Et quand je pot’pot’, on ne me dérange pas !

        Harry Potter c’est donc l’histoire d’un jeune garçon comme les autres, orphelin, qui découvre qu’il est issu d’une famille de sorcier, et donc sorcier lui-même. Il part alors étudié à Poudlard, l’école de sorcier, et découvre un nouvel univers, une nouvelle vie. Adolescence, famille, aventure, fantastique, tout est réuni pour captiver le lecteur, qui entre entièrement dans ce monde. Un monde qui coexiste avec le notre et qui permet de le rendre presque réel.

Un récit fluide, dont la complexité évolue avec l’âge du héros. Le lecteur enfant peut grandir avec Harry, évoluer en même temps que lui. Les tomes passent, Harry grandit, il est confronté à des aventures plus dures, des évènements plus choquants. Une réelle évolution qui fait la force de cet univers.

Les personnages, les adolescents, les adultes, les méchants, tous sont attachants car ils ont une histoire complète et complexe. Le lecteur en fait sa famille, ses amis, et pleure avec les héros les disparitions marquantes…

Les livres restent ce que je préfère dans l’univers Harry Potter, la plume de JK Rowling, mais aussi tous les détails, et le rythme du récit sont uniques.

Les films ont pourtant été vus et revus aussi, car ils proposent une mise en image très intéressante. Incomplets, avec des manques étonnants parfois, mais un bon complément aux livres, notamment pour tout ce qui concerne Voldemort, car les effets sont très bien réalisés. Mes livres préférés sont d’ailleurs les premiers, alors qu’en film je trouve la fin réellement éblouissante.

Jeux de société, jeux vidéos, j’ai testé beaucoup de chose autour de l’univers d’Harry Potter, même un swap très sympathique avec Bladelor. Il ne me reste plus qu’à visiter l’exposition parisienne et d’aller à la rencontre du Warner Bros Studio Tour Harry Potter, à côté de Londres. L’occasion de se promener dans les coulisses du film, de faire un tour à Poudlard (dans le bureau de Dumbledore), de boire de la bière au beurre, de jouer de la baguette ou du balais… Mini hérissonne est trop petite cette année, mais pourquoi pas l’été prochain ?

Et vous, avec Harry Potter, une histoire d’amour ?

♥ Félicien et son orchestre ♥

FelicienFélicien et son orchestre

Etienne Friess & Sébastien Perez

Éditions Margot (2015)

♥♥♥

L’histoire : « Sans que Félicien ne sache trop pourquoi, l’orchestre s’était dissous et les ponts avaient été coupés. «Pourquoi on ne voit jamais personne de la famille ?», demandait le garçon à chaque anniversaire et à chaque Noël. Ce à quoi on lui répondait que cela ne le regardait pas. Mais aujourd’hui, tout allait changer ! »

Mon avis : Ce qui attire l’œil tout d’abord, c’est cette très belle couverture rouge avec la petite bouille un peu inquiète de ce p’tit gars caché derrière un rideau de théâtre. Puis on ouvre et on découvre ces illustrations un peu vieillottes (années 50/60 ?). Ben oui, je fais comme les petits, je regarde d’abord les images !

C’est un très bel album ! J’aime vraiment beaucoup les illustrations d’Etienne Friess (voir sur le site des éditions Margot pour en voir plein d’autres). Le côté vieillot, les illustrations un peu désuètes m’ont vraiment charmée ! Les couleurs sont adoucies par la lumière qui tombe des ampoules à incandescence jaunes…

Cette famille en a bavé, on le sent, on le voit, les personnages ou leurs instruments ont tous quelque chose de cassé, un petit morceau recollé… Mais dès qu’ils se mettent à jouer, ils sont heureux !

Et on ressent l’amour pour la musique des personnages : regardez l’oncle Albert soufflant dans son saxo, il n’a pas l’air heureux ? (pas de chance pour vous, je n’ai pas trouvé cette image là, vous serez obligé d’aller feuilleter l’album chez votre libraire préféré…)

Felicien1

Un seul bémol : C’est écrit tout petit ! L’album est très grand, il y avait de la place, pourquoi écrire le texte si petit ?

♥♥♥

SignatureNat

♥♥ Heyo # album

Il y a quelques temps, je vous avais présenté la maison d’éditions Couleur Corbeau, à travers leur très bel album « Empreinte d’Ours » (voir ici) un coup de cœur pour moi. Je découvre aujourd’hui deux autres albums de cette petite maison d’éditions, les tomes 1 et 2 de « Heyo » et je peux vous le dire tout de suite, ce sont aussi des coups de cœur !! Regardez les illustrations, vous allez comprendre.

♥♥♥♥

Heyo Heyo tome 1

Conte de Corbeau, illustré par Christian Offroy

Éditions Couleur Corbeau (2013)

Heyo Heyo Heyo. Dans mes rêves je suis le meilleur, le plus fort, le plus beau. Je suis aussi le plus rigolo. Heyo Heyo Heyo. Dans mes rêves je suis un héros.

Mon avis : Je trouve vraiment ces illustrations magnifiques ! Heyo, le petit indien Lakota, a tout simplement une bouille à croquer !! Il est adorable. Et en plus, c’est un album plein d’humour.

HeyoT2

Les illustrations sont en contraction permanente avec le texte : « Je suis Heyo, un lakota, je suis un bon cavalier. Les chevaux me respectent. » Il n’y a qu’à voir comment le cheval rigole et la tête dépité de Heyo, pour comprendre que ce n’est pas tout à fait ça…

Je ne vous en raconte pas trop pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, mais la tête du lapin (qui est censé avoir reçu une flèche) est à mourir de rire ! Et j’ai beaucoup aimé le message final.

 ♥♥♥♥

HeyoReveDeHibou Heyo Tome 2 : Rêve de hibou

Conte de Corbeau, illustré par Christian Offroy

Éditions Couleur Corbeau (2014)

Heyo ! Heyo ! Heyo ! Je vole tout là-haut comme un grand oiseau. Heyo ! Hou ! Hou ! Dans mon rêve, mes gros yeux voient tout. Hou ! Hou ! Hou ! C’est mon rêve de hibou !

Si le premier album parle du quotidien de notre petit indien Lakota, ce deuxième tome est plus onirique.  Heyo, après avoir passé un bon moment a jouer avec les peintures de guerre de son père et avec ses amis, s’endort et fait un bien joli rêve !

Je ne vous répète pas que j’adore les illustrations (si ?) et les deux histoires, quoique différentes, sont toutes les deux très mignonnes ! Bon, je le dis aussi, j’ai un faible pour le tome 1 qui m’a vraiment fait rire (en lecture à voix haute avec une classe de petits, ça doit être assez amusant !).

 Plus d’illustrations sur le site des éditions Couleur Corbeau, ici.

SignatureNat

♥ De cape et de mots ♥

DeCapesEtDeMots ♥ De Cape et de Mots ♥

Flore Vesco

Éditions Didier Jeunesse (2015)

L’auteure : Elle a fait des études de lettres, de cinéma et a été professeur. Elle aime les anagrammes, les rébus, les listes et tout ce qui a des bulles (champagne, bain moussant ou encore bande dessinée !)

De cape et de mots est son premier roman.

L’histoire : Serine, en dépit de la volonté de sa mère, refuse de se marier. Mais pour sortir ses frères de la pauvreté, elle doit agir. Sa décision est prise : elle sera demoiselle de compagnie ! La tâche s’annonce difficile : la reine est capricieuse, antipathique, et renvoie ses demoiselles aussi souvent qu’elle change de perruque. Mais Serine ne manque pas d’audace et, tour à tour, par maladresse ou génie, se fait une place. Elle découvre alors la face cachée de la cour : les manigances, l’hypocrisie et les intrigues… et tente de déjouer un complot.

Mon avis : Vous commencez à connaître mes « à priori » ? Et bien cette fois-ci, ils sont positifs et au nombre de 3 ! Je m’explique : j’ai tout d’abord vu cette fille habillée de noir sur la couverture et j’ai aussitôt pensé « Oh ! On dirait Fantômette… » D’où mon premier à priori positif, parce que j’ai passé de très bons moments avec Fantômette.

La 2ème chose, c’est le titre ! « De Cape et de Mots », ça ne vous fait pas un peu penser à « De capes et de crocs » ? Ne me dites pas que vous ne connaissez pas cette bande dessinée absolument géniale ?? Filez tout de suite à la bibliothèque ou à la librairie, si vous ne l’avez pas encore lue, c’est une grave lacune dans votre culture !! Donc voici le pourquoi du comment de ce 2ème à priori positif.

Et le 3ème ? Ben… C’est la maison d’édition ! Didier Jeunesse, pour moi, c’est un gage de qualité ! (Non, non, je ne perçois pas d’appointements de cette maison ! Mais j’adore leurs collections jeunesse…)

Cette fois-ci, ma première impression a été la bonne. Je me suis régalée et j’ai bien rigolé avec Serine, une cousine de Fantômette ! Qui ne prend au sérieux, ni elle, ni les autres, est rusée comme le renard, vive comme l’écureuil et gaie comme un pinson ! Et drôle, si drôle !

En bonus, il y a un « Petit glossaire à l’attention des lecteurs soucieux de cultiver leur vocabulaire » pour expliciter certains passages du roman parlant par exemple de la caquesangue, du clysopompe ou encore de la coquelourde (celle-ci, les jardiniers la reconnaitront) ! Amusant et instructif, que demander de plus ?

A lire et à conseiller, vraiment sans hésiter !!

SignatureNat