Mon année : Printemps de Taniguchi et Morvan

Mon année : Printemps

mon-annee.gif

Auteur : Jean David Morvan

Illustrateur : Jiro Taniguchi

Editeur : Dargaud
Date : novembre 2009
Pages : 62 planches
Prix : 19,00 €
ISBN
9782505007517

Tome 1 : Printemps

Bande Dessinée, en 4 tomes. (grand format)

Thèmes : Enfance, Famille, Trisomie

Présentation de l’éditeur :

Capucine vient d’avoir 8 ans. C’est une petite fille comme les autres. A une seule toute petite différence près : Capucine est porteuse de trisomie 21. Le pire pour elle, c’est qu’elle n’en a que très peu les caractéristiques physiques : les braves gens ne comprennent donc pas pourquoi elle est  » si bizarre « . Ce printemps est un tournant dans le vie de Capucine, car elle va voir fleurir soudainement de nombreux problèmes qui n’étaient alors que des germes. Entre une école de la République qui la pousse vers la sortie, une tante gravement malade, une famille inquiète et des parents sur le point de craquer, Capucine va devoir apprendre à  » gérer  » ses problèmes, mais aussi ceux des autres. Dans la tourmente, elle n’aura souvent que son amour à offrir, et sa façon  » extra-ordinaire  » de voir les choses.


Avis :

Cette BD est une belle association, celle d’un français (qui a notamment écrit Sillage) et d’un japonais (auteur
de Quartier Lointain). A travers une histoire très délicate, celle de Capucine, une petit fille trisomique, leurs talents se conjuguent et s’expriment pour créer un vrai trésor de sensibilité et d’amour.

Des dessins pastels absolument splendides, et une histoire très touchante, pleine de poésien et d’espoir. Pas de
l’espoir inutile non, juste l’espoir que Capucune soit heureuse, avec sa façon bien particulière de voir le monde, et d’aimer. Mais c’est aussi le problème de ses parents, ce couple qui ne sait plus comment gérer cette maladie, qui est abordé ici. Loin de la tristesse ou de la pitié, c’est l’amour et la vie qui sont abordés, du moins dans ce premier tome.

Les jolis paysages de Normandie en sortent grandis, et nous aussi.

***

Le mercredi c’est BD, avec Mango et pleins d’autres !

****

Les mercredis de l’album, Un rendez-vous organisé par Fleur

Ce mois ci il s’agissait d’écrire autour de la maison d’édition Etre. Je n’ai pas eu le temps de relire un de ces albums pour
vous le présenter, je vous propose donc de relire un de mes lundi découverte, autour de cette maison d’édition,
c’est ici !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Les quatre de Baker Sreet de Djian, Legrand et Etien

Les quatre de Baker Street

bakerstreet.gif
Auteur : Djian et O. Legrand

Illustrateur : David Etien

Vents d’Ouest,  janvier 2009
Collection : les Quatre de baker Street
55 p.
 9782749304373, 13,50 €

Tome 1 : L’affaire du rideau bleu

Bande Dessinée, en 2 tomes (actuellement) (jeunesse)

Thèmes : Londres, Enfance, Enquête, Sherlock Holmes, Epoque victorienne

Présentation de l’éditeur :

Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !

Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End
londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne !


Avis :
Baker Street cela fait immédiatement penser à Sherlock Holmes… et cette BD ne fait pas l’impasse sur ce grand personnage de l’époque victorienne. Pourtant ce n’est pas lui le personnage central, mais bien les enfants de la couverture. Billy, Charlie et Black Tom passent leur vie dans la rue, c’est bien pour cela qu’ils sont les observateurs privilégiés de S Holmes. Ici, ce n’est pas pour Sherlock Holmes qu’ils vont travailler, mais avec lui, afin de résoudre le kidnapping de la jeune fleuriste, fiancée de Tom. Si l’intrigue n’est pas aussi alambiquée que les enquêtes
d’Holmes, cette bande dessinée brille par son humour et ses splendides planches.

Après une préface de Loisel, Djian, Legrand et Etien nous enchante dans cette BD. On découvre de nombreux coins de Londres à l’époque victorienne, ainsi que de nombreux détails de la vie quotidienne, grâce aux talents d’Etien. L’illustration, ses couleurs, ses coupes, permettent de donner à cette BD toute sa dynamique, et c’est vraiment ce qui m’a charmé.

Une très belle lecture, à conseiller tant aux enfants qu’aux adultes !

Extraits :

Lundi découverte 3 – Manolosanctis

Pour cette troisième édition des lundis découvertes, je vais vous parler des éditions Manolosanctis !


Cette maison d’édition est avant tout un site internet, type communautaire, où auteurs et lecteurs peuvent trouver
leur plaisir !

Le principe est simple : les auteurs peuvent mettre en ligne une partie ou une BD entière. Les internautes peuvent
lire ce contenu gratuitement, et dire ce qu’ils en pensent. 

Résultat ? Certaines BD sortent du lot, et sont éditées !


La bande annonce de la sortie en librairie :



Des petits plaisirs à découvrir en avant première en quelque sorte… Il suffit de faire le tri !


Pour compléter cette présentation, et grâce à BoB, je vous présente en complément une des premières BD éditées par
Manolosanctis :


Mon cauchemar et moi de Yohan

http://www.manolosanctis.com/data/slides/slideshow_mcem2.jpg

 Présentation :

« Quel enfant ne s’est jamais réveillé en pleine nuit en proie à une terreur nocturne ?
Plongé dans un univers haut en couleurs, notre jeune héros brise le tabou des peurs enfantines en se liant d’amitié avec son pire cauchemar.
Son parcours initiatique avec cette étrange créature va cependant prendre au fur et à mesure du récit une tournure de plus en plus inquiétante…
A mi-chemin entre le bestiaire fantasmagorique foisonnant de vie de Miyazaki et l’univers gothique de Burton, Yohan nous délivre un conte enfantin qui s’avère plus sombre qu’il n’y
paraît. »


Mon avis :

Une petite BD au style graphique vraiment agréable, qui m’avait tapé dans l’oeil !

La mise en page est sympa, bien menée, et amène un rythme à la fois calme et oppressant à la BD. Oppressant parce
que cette BD qui semble légère par le thème est finalement beaucoup plus profonde qu’il n’y parait… Et chose que j’adore, quand on a fini, on a qu’une envie : la relire pour voir tout ce que
l’on a raté !

L’histoire en elle même est assez simple, un petit garçon rencontre un monstre ‘qui ne fait pas peur’ et le suit
jusque chez lui. Est ce la réalité ? Un rêve ? Un cauchemar ? Difficile de savoir. Et ce monstre est-il gentil? Il faut attendre les toutes dernières pages pour le savoir, et mon dieu quelle
histoire !

J’ai donc beaucoup aimé cette histoire, mais contrairement à tout le monde je pense (et c’est très personnel) j’ai
tellement aimé le coeur de cette BD, que je n’ai pas aimé la fin, la chute qui donne toute sa splendeur à l’histoire, et qui vous surprendra sans nul doute, m’a rendu si mal à l’aise, que j’ai
regretté d’avoir tourner les dernières pages…

 

Une Bd à lire, et relire, vraiment, pour appréhender les double sens, les mystères et les détails de cette
histoire, magnifiée par des dessins modernes mais réalistes.


 

La BD en ligne ici (en
partie) si vous aussi vous souhaitez la découvrir, mais aussi dans toutes les bonnes librairies, ce qui je vous conseille doublement, car l’objet est très beau, et le papier vraiment agréable. Il
fait, en plus, très bien ressortir les illustrations ! Et puis la lecture sur l’écran, c’est bien connu, ça abîme les yeux ;)

 

A lundi prochain pour une autre (belle) découverte !

Si d’autres personnes veulent prendre ce pretexte pour nous faire découvrir des choses, je suis partante
:)


Uchronie(s) : New Harlem d’Eric Corbeyran

Uchronie(s) – New Harlem

newharlem.gif
Auteur : Eric Corbeyran

Illustrateur : Tibéry

Editeur : Glénat
Collection : Uchronie(s)
Date : 2008 > …
Pages : 53 par BD
Prix : 13€
ISBN
978-2-7234-6002-6 et 978-2-7234-6503-8

 
  Bande Dessinée (science fiction)

Thèmes : Histoire, préscient

Présentation de l’éditeur :
« New Byzance, New Harlem, New York.
Une même ville. Trois réalités. « 

Résumé :

Alors avant toute chose il faut expliquer un peu le principe de cette série. Corbeyran a donc lancé une grande
saga, un peu particulière.


Uchronie(s) devrait comprendre 10 BD.

3 New Harlem

3 New York

3 New Byzance

1 tome final pour tout relier.

Là où se situe la particularité, c’est qu’il n’y a pas d’autre pour lire les 9 premiers tomes! Tout ne va se
rejoindre que dans le dernier tome. Par ailleurs chaque série a un illustrateur différent.

 

Assez complexe donc, tout comme les histoires puisque ce sont des uchronies, toutes différentes.

 

Dans New Harlem (je n’ai lu que New Harlem 1 et New Harlem 2 pour le moment) Zack (qu’on retrouve à priori dans
chaque série, donc dans chaque « monde ») un blanc, a le don de préscience c’est à dire qu’il peut voir l’avenir proche. Dans son monde, dominé par les noirs, et où les ghettos regroupent les
blancs, pauvres et rejettés, il mène une vie parfaite, au service d’une entreprise. Pourtant son don commence à lui faire défaut… Suite à cela les évenements s’enchainent à un rythme
enlevé.


Avis :
Même si certains trouveront l’idée de départ assez facile, je trouve cette vision du monde intéressante. Un noir arrivé au gouvernement il y a déjà longtemps (Luther King pour ne pas le citer)
est à l’origine de cette inversion des pouvoirs… Je n’ai pas pu m’empecher de lire que dans un autre, c’est suite au 11 septembre..

Cependant j’ai trouvé l’action bien menée, avec de bonnes idées, un scénario très science fiction, avec voyage
entre les mondes…

Les illustrations quand à elles sont très nettes, très belles, parfois même un peu trop « parfaites » à mon goût
!

Au final une belle découverte, et il ne me reste plus qu’à trouver les autres tomes… et attendre la sortie des
suivants !