Ar-Men, l’enfer des enfers – BD Ado/ Adulte

 

Ar

Ar-Men

L’ENFER DES ENFERS

Emmanuel Lepage

Futuropolis (2017)

Δ Δ Δ Δ Δ 

Comme dit le dicton : Qui voit Sein, voit sa fin.

(En entier c’est : « Qui voit Molène voit sa peine. Qui voit Ouessant voit son sang. Qui voit Sein voit sa fin. Qui voit Groix voit sa croix.) Et en voyant cette carte (merci Wiki) on comprend aisément pourquoi !

Ar

La chaussée de Sein est un récif granitique de 25 kms qui part de la pointe du Raz. Son point culminant (15 m !) se situe sur l’île du même nom. De nombreux navires se fracassaient sur ses rochers avant la construction du phare Ar-men (et même après d’ailleurs !)

Des légendes bretonnes disent qu’il s’agit du territoire sacré du Bag Noz le vaisseau fantôme, avec à sa barre l’Ankou, le valet de la mort (d’habitude il conduit une charette, ça change un peu !)

Plusieurs « chapitres » composent ce bel album. Au départ, c’est Germain, un des deux gardiens du phare qui raconte le quotidien et puis aussi les « visites » de sa fille, à laquelle il conte des légendes, comme celle de la ville d’Ys engloutie par les flots…

Un jour, après une grosse tempête, Germain découvre une histoire gravée sous le crépi de l’escalier. Une histoire qui va le projeter dans le temps, en 1850, avant (et pendant) la construction du phare (démarrée en 1867 – terminée en 1881)

Ar

Δ Δ Δ Δ Δ 

Depuis toujours, j’adore les contes et légendes. Et ça tombe bien, la Bretagne, qui m’a adoptée depuis près de 30 ans, en regorge.

Ce magnifique roman graphique (je trouve que la couverture -trop sombre- ne rend pas hommage à certaines pages intérieures – splendides !) mélange la dure réalité de la construction d’un phareAr Men-, la vie sur une île balayée par le vent et la mer, Sein avec la légende de la ville d’Ys, ville créée pour Dahut, la fille bien-aimée du Roi Gradlon.

C’est une bd assez conséquente (plus de 90 pages) et je pensais en la démarrant n’en lire que quelques pages avant d’aller me coucher. Je n’aurai pas dû la commencer le soir ! Je l’ai bien entendu lu d’une traite, totalement envoutée. Et je l’ai reprise le lendemain pour m’attarder sur certaines illustrations (voilà 3 fois que je la relis. Je vais être obligée de me l’acheter !)

J’ai tout aimé dans cette bd : L’histoire, envoûtante, les illustrations, magnifiques (on « voit » le mouvement des vagues, l’intensité lumineuse du phare… c’est magique !) et les couleurs, superbes !

Un vrai gros coup de cœur que je vous conseille de lire toutes affaires cessantes ! ♥ ♥ ♥

Δ Δ Δ Δ Δ 

D’autres que moi ont aimé : L’étagère imaginaireMo’AntigoneJérômeBrizeCaroLecturissimeEimelleBlandineBricabookSandrineSaxaoul

Nous vous avions déjà présenté deux bd d’Emmanuel Lepage : Un printemps à Tchernobyl + Oh, les filles

Deux articles de presse et radio plein de détails : Le Télégramme, France Inter

Interview de l’auteur par Un amour de BD

 

Cette semaine, nous sommes chez Noukette

Et cette bd participe aussi au Challenge « Un max de BD en 2018 » de Kobaitchi

Pour la ligne 42) Qu’on aimerait faire lire au monde entier

Et c’est encore grâce aux participants de la BD de la semaine que j’ai fait cette super découverte !! Les liens vers leurs articles un peu plus haut…

Challenge classiques – bilan intermédiaire

classiques

Cette année je (re)lis des classiques

Challenge commun avec Blandine

*****

Pourquoi un bilan intermédiaire me direz-vous ? Et bien parce que je sais que moi, j’ai tendance à oublier un peu les choses au fur et à mesure que l’année s’écoule…

Et un bilan intermédiaire, c’est non seulement un moment pour faire le point, mais aussi une façon de vous rappeler l’existence de ce challenge !

Voici donc la liste des participant.e.s et leurs liens :

*****

« Pourquoi pas ? » – 1 lecture : il y a 7 participants dont 3 ont déjà donné leur lien.

Kobaitchi

Sophie :

Bidib :

  • Roman : Vipère au poing d’Hervé Bazin (1948)
  • Nouvelles : 3 nouvelles : Contrebande sidérale de Kem Bennett (1953) – La machine à désintégrer de Conan Doyle (1912) et L’étoile d’H. G. Wells (1897)

Kiona

Alexielle

Agnès :

Lohann

————————————–

« J’aime l’idée » – 4 lectures et 4 participants : Là, ça se gâte !  Seule Isa a réussi son challenge pour le moment (mais bon, l’année n’est pas encore terminée !)

Charlotte

Itzamna

Alice

Xl

Isa

————————————–

« Je deviens accro » – 6 lectures et 7 participants : Seule Petite Noisette a réussi son challenge pour le moment…  Blandine la talonne et PatiVore n’a pas encore commencé !

Petite Noisette

  • Manga : La Belle et la Bête, d’après Madame de Villeneuve, de Mallory Deace et Studio Dice (adaptation du Disney), Éd. Nobi Nobi (1740, thème 1)
  • Roman : La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve, Éd. Gallimard, Folio (1740, thème 1)
  • Manga : Raison et sentiments, d’après Jane Austen, de Po Tse et Stacy King, ed. Nobi Nobi (1811, thème 1)
  • Manga : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, d’après Selma Lagerlöf, de Nori Ichikawa, ed. Nobi Nobi (1906, thème 6)
  • Roman : Hurlevent, Emily Brontë, ed. Gallimard (1847, thème 1)
  • Album : Bartleby le scribe d’Herman Melville et Stéphane Poulain (ill.) – 2013 (mais le texte date de 1853)
  • Livre Cd : Giselle d’après le ballet du même nom créé en 1841 par Théophile Gauthier (texte) et Adolphe Adam (musique)
  • BD : Croc-Blanc d’après Jack London (1906) par Caterina Mognato (Texte) & Walter Venturi (dessin)

Mylène

PatiVore

Purple Velvet

Nathalie

Blandine

  • BD: L’Étranger. D’après le roman d’Albert Camus. Jacques FERRANDEZ. Ed. Gallimard (2013)
  • Manga : La Porte. D’après le roman de Sôseki (1900) Daisuke INOUE. Éd. Philippe Picquier, (2018)
  • Album : Bambi. D’après Félix SALTEN (1923). Texte de Kochka et illustrations de Sophie LEBOT. Ed. Père Castor / Flammarion Jeuness (2016)
  • Album Livre-CD : Les malheurs de Sophie. La Comtesse de Ségur. Adaptation de Jean-Pierre KERLOC’H et illustrations de Christophe BESSE. Ed. Glénat Jeunesse (2017)
  • Roman épistolaire: 84, Charing Cross Road. Helene HANNF (1969) Le Livre de Poche, 2001. Thème 4
  • Histoires illustrées. Huckelberry Finn et autres récits. Editions Usborne, 2018 Thème 6
  • Film d’animation: Croc-Blanc. D’après l’oeuvre de Jack London (1906) Thème 6
  • Album Jeunesse: Les enquêtes de Sherlock Holmes – L’aventure du ruban moucheté. Arthur Conan DOYLE et Christel ESPIÉ. Editions Sarbacane, 2009 Thème 4
  • BD: Le joueur d’Échecs. D’après Stefan ZWEIG (1941). David SALA. Editions Casterman, août 2017
  • BD: Le Roman de Renart. Tome 1: Les jambons d’Ysengrin Tome 2: Le puits.– Tome 3: Le jugement de Renart. Scénario de Jean-Marc MATHIS. Dessin et Couleurs de Thierry MARTIN. Editions Delcourt Jeunesse, 2008. Thème 5
  • BD: Robinson Crusoé. D’après l’oeuvre de Daniel Defoe (1719). Christophe GAULTIER. Editions Delcourt, 2008 Thème 6
  • BD: Le vieil homme et la mer. D’après l’oeuvre d’Ernest Hemingway (1952). Thierry MURAT. Editions Futuropolis, octobre 2014. Thème 4
  • BD: Le tour d’écrou. D’après Henry James (1898) Hervé DUPHOT. Editions Delcourt, collection « Ex-libris », mars 2009 Thème 5
  • Album Jeunesse: Moby Dick. D’après Herman Melville (1851). Adaptation de Fouca DABLI et illustrations de Jame’s PRUNIER. Editions Milan Jeunesse, 2004 Thème 6

Tom Tom La Tomate

————————————–

« On ne m’arrête plus » – 2 lectures de chaque thème (voir le premier article sur le challenge), soit 12 lectures – Pas de nouvelles de nos 3 candidates !

Adeline

Rita

Catherine Airaud

*****

Pour résumer : après 4 mois de ce challenge classiques, nous avons 21 participants et 26 lectures déjà effectuées !

Quand à moi, après en avoir lu 3 coup sur coup ou presque, j’ai marqué un petit temps d’arrêt… Mais je vais m’y remettre !! ;)

J’espère que ce petit rappel vous aura donné envie de nous rejoindre, ou, du moins, donné envie de lire -ou relire- des classiques.

classiques

PETIT AIGLE – Conte musical végétarien

petit aigle

L’histoire du PETIT AIGLE élevé par des poulets

Texte de Jean-Philippe Vaillant
Illustrations et chansons de Mélodie Vaillant (Yucca)
Raconté par Carole Vaillant

Avec les voix de :

Dani Terreur (grand prix des Inrocks 2016) : Petit Aigle,
Lise : Aiglette,
Yucca : la Mère Poule
Carmen Maria Vega : Renard…

^^^^^

Alors que Petit Aigle n’était qu’un œuf, un paysan l’a volé dans le nid de ses parents pour le rapporter à sa ferme. Il voulait le faire couver par une de ses poules, puis le dresser pour la chasse quand il serait adulte… C’est dans le nid de la petite poule bleue que l’œuf a été mis. Elle sait bien que ce n’est pas son œuf et elle voit bien que ce n’est pas un œuf de poule… Mais qu’importe ! Un cœur de mère bat sous son plumage bleuté et elle s’assied délicatement pour le tenir au chaud. Quand Petit Aigle casse sa coquille, tout le monde dans la basse-cour voit bien qu’il est différent : il est bleu quand les autres poussins sont jaunes, son bec est beaucoup plus crochu, ses pattes bien plus acérées et il est plus gros. Mais personne ne lui tient rigueur de toutes ses différences. Même le fermier le laisse tranquille ! Que faire d’un aigle qui ne vole pas ?

^^^^^

Un très joli conte entrecoupé d’une douzaine de chansons.

Au départ, on ne peut que penser au conte d’Andersen, le vilain petit canard. Un petit qui est élevé par une autre famille que la sienne et qui est bien différent. Ici donc, c’est un aiglon qui est élevé par une poule dans la basse-cour d’une ferme. Il a été élevé comme un poulet et se comporte comme tel, picorant des graines et des vers et ne volant pas. Jusqu’au jour où…

Un conte qui parle de la différence, de la peur de l’étranger et du rejet qui peut en découler.

J’ai beaucoup aimé le texte, plein d’humour et de références à l’attention des parents (« Je croyais qu’elle venait de Bergerac dit le cochon, elle avait un si grand bec, que dis-je, un bec…), les jolies musiques et les chansons douces et rythmées à la fois.

Et puis, un conte avec un aigle végétarien, ça ne vous intrigue pas ?

Un des chansons pour vous donner une petite idée.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

La petite marchande d’allumettes – Livre CD

petiteLa petite marchande d’allumettes

Texte et musique de Robert Cornman
D’après le conte de Hans Christian Andersen
Illustré par Léa Weber
Raconté par Danielle Darrieux
Le chant du monde (2006– réédition, la version d’origine date de 1951)

oOoOo

Qui ne connait pas ce triste conte de Noël ? J’adorais cette histoire quand j’étais petite, mais je ne sais vraiment pas pourquoi tant elle est triste !!

Une petite fille pauvre essaie de vendre des allumettes. C’est le dernier jour de l’année, la neige est tombée, il fait très froid et les gens se dépêchent de rentrer chez eux sans faire attention à la petite marchande d’allumettes…

oOoOo

Bon, autant le dire tout de suite, cette version ne m’a pas du tout convaincue. La musique est jolie, la voix de Danielle Darrieux (qui vient de nous quitter) aussi, mais…

L’histoire et la musique se mêlent, la musique « illustrant » le propos, mais les morceaux de musique sont très longs et on en perd un peu le fil de l’histoire… En plus, je crois que j’ai été franchement déçue de ne pas retrouver le conte de mon enfance, celui que je connaissais !

Je trouvais aussi la façon de raconter et les chansons un peu vieillottes… En regardant mieux, je me suis aperçue que 2006 était une date de réédition, à l’origine cette version date de 1951… Tout s’explique !

oOoOo

Quand j’étais petite, il y avait cette version là (qui date de 1969) à la maison : https://pictures.abebooks.com/LELIVRE/19380126207.jpg

Sur Wikisource, vous trouverez le conte d’origine.