Travaux – Semaine 1 – Etat des lieux, le tri par le vide

Semaine 1 – 13 au 17 février

Première entrée dans NOTRE maison et surprise l’ancien propriétaire avait laissé quelques petites choses ça et là… Tous les rideaux, les lustres, un frigo, des bouteilles à gaz, de vieux chauffages, des sacs poubelles plein, de bouteilles vides, des chaussures, de la laine, quelques outils, de vieux livres (même pas drôle des vieux SAS…). Sans parler des deux « dépendances » (en vrai des petits réduits de quelques mètres carrés) qu’il n’avait pas fini de vider. A nous les sacs de sciure, les vieilles étagères rongées, les chaises sur lesquelles on ne peut pas s’asseoir… Bref du bordel, il faut bien le dire…

Nous pensions d’abord faire venir une benne pour les travaux, mais la configuration des lieux ne le permettait pas (cela empêcher l’accès à certains voisins chez eux en voiture…) nous avons réalisé tous les aller-retour avec l’utilitaire acheté pour les travaux, un Scudo. Heureusement assez grand et résistant (pour le moment en tout cas!).

Et comme nous devions tout vider + casser tous les murs, plafonds, habillages… à chaque étage, nous avons commencé par le plus haut, le grenier.

Le grenier. Il y a tellement de poussière qu’on ne voit pas grand chose!

 

Du bois, du bois et encore du bois

 

Un peu de vide …

 

Entièrement habillé en joli lambris bois, mais sans aucune isolation, nous avons tout enlevé sans regret, manquant mourir intoxiqué par la poussière, car le plancher n’étant pas très plat il avait été entièrement recouvert de :
1 couche de sciure de bois
2 couches de journaux
1 couche de cartons
2 couches de lino

Le tout entrecoupé de poussière, notamment celle des vieux murs en pierre qui s’effritent!

Le week end nous finissons le grenier et attaquons le dimanche sous un soleil radieux le deuxième étage, par la destruction des plafonds, en plâtre  sur un trémie bois. Armé d’un casque, d’un masque à poussière et d’un manche balai (l’échelle est trop grande de quelques centimètres!) on tape, on tape, on tape (enfin surtout Lui).

Gilga qui casse le plafond à coût de balais… nous ne sommes pas très équipés !

 

ça avance .

 

Le plancher du Grenier enfin visible …

 

J’en profite aussi pour faire visiter la maison à deux amis collègues de passage, qui se moquent outrageusement de notre tenue spéciale Tchernobyl ^^

Le Scudo est de nouveau rempli, mais cette fois ci de lourds sacs de gravats. La déchetterie n’étant ouverte qu’un jour sur deux, et avec des horaires très restreints, Gilga se charge de le vider en sortant du travail, le lendemain…

Gratin gourmand de courgettes

En cuisine j’invente parfois, mais j’aime surtout fouiller le net… et quand je peux trouver mon bonheur sur le blog des copines c’est encore mieux, comme ça je peux en parler avec elles! J’ai donc testé la recette d’Acr0 qui elle même l’avait trouvé chez Myrtille.

 Je vous livre du coup ma version, mais vous pouvez voir l’originale d’Acr0, juste ici.

Ingrédients pour 4 personnes (ou trois grands gourmands…) :

– 5 petites courgettes du jardin
– 4 à 6 plaques de ravioles (1 paquet 1/2 – pas bien pratique mais à adapter à son plat, pour faire 2 couches)
– 200g de dès de jambon ou lardons (saler en fonction)
– 20 cl de crème liquide
– 1 boule de mozzarella (et/ou gruyère)

>Laver, éplucher (surtout si ce sont des courgettes de fin d’été, sinon inutile!) et couper les courgettes en tranches. Plus les tranches sont fines plus votre plat cuira vite! Si vous n’êtes pas doué de vos mains et que vous avez peur de vous coupez (genre comme moi souvent) vous pouvez passer vos courgettes 5 min au wok.
> Dans un plat allant au four alterner une couche de courgettes parsemée de dés de jambon et une couche de ravioles rapidement cassées pour laisser passer la crème. Terminer par une couche de courgettes.
> Couper la mozzarella en lamelle et parsemer sur les courgettes.
> Verser la crème dessus et glisser au four pendant une trentaine de minutes, termostat 6 (180°C)

Déguster bien chaud !

 

Présentation de notre future maison (le chantier…)

Pour que vous compreniez les articles suivants il faut commencer par une description rapide de notre maison (ça me fait tellement étrange de dire ça!). La maison fait environ 100m2, sur 3 niveaux + comble.

Description avant travaux 

Notre immeuble (euh notre maison!)

 

Rez de chaussée : une grande pièce carrelée, avec coin cuisine et un toilette. Un escalier vers le premier étage.

Panorama

 

Premier étage : du fait de la pente, il donne aussi sur l’extérieur (nord). Ce sera notre entrée principale. Deux pièces, dont une avec un évier et une cheminée non fonctionnelle, ainsi qu’une salle d’eau.

Montée vers 1er étage

 

Lavabo dans la pièce principale du 1er etage

 

Deuxième étage : deux pièces, dont une avec évier et conduit de cheminée et une salle de bain. Une porte donne sur l’extérieur, avec une sorte de balcon (avec escalier extérieur). Une porte permet d’accéder à l’escalier qui monte au grenier.

Montée d’escalier et petit couloir du 2eme étage

 

Chambre du 2eme étage … eh oui c’est d’époque .

 

Le compteur électrique … au 2eme étage dans une chambre … et à environ 30 cm d’un point d’eau .. dur dur

 

Le grenier, sous les toits, avec un velux. Deux petites fenêtres de pignon donnent au dessus des toits des voisins, et cette vue nous a conquis lors de notre première visite.

Les combles ..

 

Poutres tronc d’arbres … donc une toiture en bon état général c’est déjà ça .

 

La vue des combles qui nous a séduit … euh sans les toiles d’araignées en 1er plan c’est mieux .

 

La maison donne sur l’extérieur côté nord (la sortie du premier et du deuxième étage) et côté sud (la sortie du rdc). Droit de passage pour les voisins, au nord comme au sud.
Coté sud nous accédons à notre petit jardin, de 50m2, avec un petit abri sous la terrasse.

Coté nord .. entrée du 2 eme étage par l’escalier extérieur … du soucis cet escalier (affaire à suivre)

 

Le jardin … en friche

 

Le petit abris sous le jardin .

 

Beaucoup de potentiel donc, mais quelques galères avec les droits de passages qui régissent aussi les clôtures que l’on peut mettre au jardin, le type d’arbre…

Maison non habitée depuis 6 ans (et résidence de vacances depuis une vingtaine d’année) tout est donc à reprendre entièrement, l’eau et les insectes ayant bien abîmé la maison, non isolée, sans chauffage et avec une électricité à faire peur…

Avant les travaux – l’achat !

Avant de vous parler des travaux de notre maison, j’ai envie de vous parler rapidement de l’achat de la maison.

Une annonce sur leboncoin, postée par une agence. Un appel, tout de suite, un rendez-vous 4 jours plus tard. Peu de détails au téléphone. Vu l’annonce c’était surtout de la curiosité. Mais bon les photos n’étaient pas mal :

 

 

Nous sommes passés par une agence que je ne recommande pas, même si finalement tout s’est plutôt bien déroulé, ils ne respectent pas la loi (les diagnostics ne sont fait qu’après signature d’une proposition à l’agence!) et ne sont guère agréables, surtout si l’on a des questions…

C’était en août 2012.

Nous avons visité la maison et c’était clair dès le début, elle nous plaisait bien, cette maison. Petit coup de téléphone aux parents qui débarquent deux jours plus tard pour donner leur avis éclairé. Ils sont presque aussi motivés que nous… L’agence nous presse, nous signons donc le jour même une proposition d’achat. C’était le 25 août.

Pendant 15 jours pas de nouvelles de l’agence, que nous appelons tous les deux jours (moi, patiente ?). Pas de problème pour les vendeurs, mais les diagnostics à faire. Après 20 jours d’attente nous recevons les diagnostics, qui sont sans surprises – c’est à dire rien au norme, tout à faire – . Nous souhaitons donc prendre rendez-vous pour signer le compromis. Là ça se complique encore un peu, les vendeurs sont 4 héritiers, il faut joindre tout le monde. A chaque fois c’est nous qui recontactons l’agence (et le notaire, quitte à ne pas être patiente…). Ce n’est que fin octobre que nous signons enfin le compromis.

Les folies continuent. Nous avions fait le tour des banques début septembre, mais maintenant que le compromis est signé, les papiers ne sont plus valables. On recommence donc. Certaines banques de jouent pas le jeu, La Poste notamment, qui ne nous veut visiblement pas comme client avec une proposition à plus de 1,2% de plus… Notre choix revient finalement à nos deux banques, que nous mettons en concurrence. L’une ne veut pas nous faire de papier officiel pour la proposition, l’autre ne peut rien faire sans ce papier, bref on tourne en rond et on fini par prendre une décision, pour ne plus faire traîner. Clairement on a eu tort, vu les péripéties qui vont suivre.

La gentille banquière enceinte est partie laissant la place à une débutante, souriante mais qui ne connait pas son métier, on l’a compris à nos dépends. Rendez-vous non honorés, rendez-vous inutiles car finalement comme l’ordinateur ne veut pas, il faut attendre le lendemain… Le temps passe. Je gueule un peu, la chef nous reçoit, nous fait tout signer, nous affirme que ce sera fait dans les temps.

Dans les temps c’est à dire pour début janvier. Après la période des fêtes je recontacte la banque. « Vous devriez avoir reçu le papier »… non non…. « Je viens de regarder sur l’ordinateur, il a été envoyé il y a 3 jours »… toujours rien… En fait le dossier était bien enregistré, mais comme elle avait marqué 15 février au lieu de 15 janvier, la banque attendait pour nous envoyer le papier. On débloque l’affaire, on reçoit le papier… et là il faut encore attendre 10 jours, + 2 jours de délais postaux avant de débloquer le tout. Donc pas de signature possible avant le 25 janvier. Bien.

Re-contact avec la notaire, pour prendre le rendez-vous de signature, sachant qu’elle était au courant de chacun des contacts avec la banque. Il faut encore une semaine de délai pour faire virer l’argent, ils n’acceptent pas les chèques de banque. Bien (encore). Rendez-vous est pris début février. Le jour même, la neige tombe à flot, la notaire annule alors le rendez-vous. On se retrouve donc avec une maison payée (pendant ce temps l’argent a été viré), mais qui ne nous appartient pas.

Ce n’est finalement que le 19 février que l’on signe enfin les papiers! Le 20 on se rend compte que le propriétaire qui dit avoir vidé la maison ne l’a fait qu’à moitié… tant pis nous jetterons le reste nous même, pas le courage d’attendre! Dès le 21 les travaux commencent!

Je vous passe les nombreux problèmes de droit de passage qui n’intéressaient guère le notaire, ainsi que l’agent immobilier qui soupirait à chaque question posée lors de la vente, et à chaque erreur que je trouvait sur l’acte…

On l’a mérité notre maison, 6 mois pour signer, ça commence bien, non ?