Les vieux fourneaux – Bd Ado/Adulte

Les vieux fourneaux

Lupano & Cauuet

Dargaud

* * * * *

fourneaux

T1 : Ceux qui restent (2014) / T2 : Bonny and Pierrot (2014) / T3 : Celui qui part (2015)

T4 : La magicienne : sortie prévue le 10/11/2017 !

* * * * *

Les vieux fourneaux, se sont 3 vieux potes. Il y a Pierrot, l’anarchiste, Emile, qui traîne sa carcasse dans une maison de retraite (mais on verra plus loin qu’il cache bien son jeu !) et Antoine, qui vient de perdre sa femme, l’amour de sa vie, Lucette.

Lucette qui lui a laissé une lettre chez le notaire, lettre dans laquelle elle lui fait une révélation…

* * * * *

Dans le premier tome, on apprend à connaître ces 3 « vieux » qui ont encore la pêche malgré leur grand âge, ainsi que Sophie, la petite-fille d’Antoine. Avec un peu de nostalgie, mais surtout beaucoup beaucoup d’humour, on nous embarque dans une aventure dont on n’a pas envie de sortir de sitôt…

Dans le tome 2, on apprend à mieux connaître la vie de Pierrot, sa jeunesse, ses amours, ses engagements. Et dans le tome 3, c’est du passé aventurier d’Émile qu’il est le plus question.

Je dois être honnête, j’avais feuilletée rapidement cette bd il y a quelques années à sa sortie, et elle ne m’avait pas attirée plus que ça (je me demande encore pourquoi ??). Devant tant de critiques positives, je me suis dit que je devais lui laisser une « vraie » chance et je ne regrette vraiment pas parce que je me suis régalée !

Oui, j’ai finalement eu un vrai coup de cœur pour cette bd dont les personnages ont « des gueules » et « de la gueule » !!

* * * * *

Feuilleter les premières pages du tome 1

Noukette, Jacques, Moka, Yaneck, ont apprécié bien avant moi !

Rencontre avec Wilfrid Lupano qui présente « Les vieux fourneaux »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’odeur des garçons affamés – BD ado/adulte

garçons  L’odeur des garçons affamés ♥

Loo Hui Phang & Frederik Peeters (ill.)
Casterman (2016)
^ ^ O ^ ^

Texas. La guerre de Sécession vient de se terminer. Le gouvernement a lancé des campagnes d’exploration pour donner aux gens l’envie de s’installer dans l’Ouest. Trois personnages très différents travaillent ensemble à la réalisation d’une mission : répertorier les richesses du territoire, en minerai, hommes, chevaux… Le chef de groupe, Monsieur Stingley coordonne cet inventaire. Oscar Forrest, un jeune homme élégant et raffiné, est le photographe du groupe. Quand au jeune Milton, il est chargé de la popote, de la lessive et des chevaux, bref, c’est le domestique…

^ ^ O ^ ^

« L’odeur des garçons affamés » est une bande dessinée fascinante par bien des côtés ! J’aime beaucoup le western, donc pour la partie « grands espaces et indiens », je n’étais pas difficile à convaincre. Mais il y a beaucoup plus que ça : les 3 personnages ont tous des secrets (certains en ont même plusieurs ^^) et il y a aussi des personnages « secondaires » qui suivent et épient ces trois là. Western, aventure et mystères…

Les couleurs aident à comprendre où l’on se trouve : dans le réel, dans le rêve ou dans l’au-delà. Il y a beaucoup de choses différentes dans cette histoire ! De l’amour, du fantastique, des intérêts financiers ou politiques…

Laissez-vous porter, voire même emporter par cette histoire, vous ne le regretterez pas !! ♥

De Frederik Peeters, j’avais déjà lu et beaucoup aimé une bd totalement différente, « Pilules bleues« , un récit de vie, une bouleversante histoire d’amour.

^ ^ O ^ ^

Le site de la scénariste : Loo Hui Phang

Celui du dessinateur : Frederik Peeters

Feuilleter les dix premières pages sur le site de l’éditeur

Une interview très intéressante de l’illustrateur, Frederik Peeters, réalisée par Jacques (Un amour de BD) ci-dessous :

D’autres avis (unanimes !) : Un amour de BD (Nathalie et Jacques m’avaient vraiment donné envie de lire cette bd !), Noukette, Mo’, Yaneck, Jérôme

La bd de la semaine

Cette semaine, nous sommes chez Mo’

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’adoption 1 Qinaya – BD Ado/Adulte

AdoptionL’adoption ♥

T1 : Qinaya
Zidrou & Monin (ill.)
Grand Angle
Bamboo éditions (2016)

* * * * *

Alain, 47 ans et Lynette 45 ans, après avoir essayé sans succès d’avoir un enfant, décide d’adopter Qinaya, jeune orpheline péruvienne de 4 ans. Toute la famille se réunit pour l’accueillir et tout le monde, ou presque, trouve la petite adorable… Le « presque » c’est le grand-père paternel, un poil ronchon, qui trouve cette adoption ridicule entre autre à cause de l’âge des parents…

* * * * *

Une chronique familiale terriblement tendre et touchante ! Comment rester indifférent au sort de cette minuscule enfant ? Elle a perdu ses parents dans un tremblement de terre qui a dû l’effrayer au plus haut point, elle se retrouve avec des inconnus, dans un pays dont elle ne comprend pas et ne parle pas la langue… Vous l’aurez compris, j’y ai cru, je n’ai pas marché, j’ai couru !! Et j’ai adoré ça (en vrai, j’ai absolument horreur de courir, hein, c’était juste une image…)

Et en parlant « d’image », j’ai beaucoup aimé également les illustrations. Les visages sont expressifs, la gamine est à croquer, les personnages secondaires amusants.

Une des remarques des « gégés » que j’ai bien aimé : « Parfois, je me demande… Tout cet amour qu’on n’a pas donné… Qu’est-ce qu’il devient ? Je veux dire… Personne n’a jamais pensé à installer des conteneurs pour le recycler ? Vous savez ? Comme pour les piles ou les vieux papiers…« 

Bref, à lire sans tarder et surtout sans hésiter, et pis c’est tout !!

Le 2ème tome est sorti le 31 mai 2017.

* * * * *

L’avis de Sophie :

Heureux hasard, j’ai aussi lu ce mois ci L’adoption, tome 1. Un achat pour le CDI, sur les conseils d’un représentant, sans trop hésiter puisque je me rappelais l’avoir croisé sur des blogs avec de bons avis. L’adoption est une très belle bande dessinée, autant par son thème, très bien traité, que par ses illustrations soignées et chaleureuses. Même mini hérissonne a été attirée par ces illustrations (notamment la petite Qinaya, qui est à croquer), et a voulu « lire » ce livre, preuve qu’elles attirent vraiment… et je compte là dessus au CDI, car si j’ai adoré, je pense que ce titre va assez peu sortir… La thématique est assez loin des préoccupations des adolescents, et le traitement qui en est fait, avec le regard adulte de ce grand-père, ne va pas aider les élèves à entrer dans l’histoire.

Le regard du grand-père sur sa famille est truculent ! On va suivre au fil des pages son évolution, comprendre son amour qu’il cache, et s’attacher, nous aussi. L’intrigue est parfaite, douce et lente, avec quand même une petite ombre qui plane, qui sera découverte à la fin de ce premier tome, relançant ainsi tout l’intérêt… j’ai hâte de lire la suite !

L’adoption est une superbe bande dessinée pour les adultes, mais si rien ne s’oppose à sa lecture par des collégiens, elle nécessitera je pense un accompagnement pour être empruntée. Misons sur ses belles illustrations pour tenter mes élèves, car ils sont tout à fait capable de la lire, s’ils acceptent de poser un peu Les légendaires et Les blagues de Toto (oui, je caricature… à peine!)

Note de Nath : A la bibli, il était en jeunesse, nous l’avons passé en adulte car la thématique (l’adoption) est clairement « adulte » !

* * * * *

Zidrou, nous vous l’avons déjà présenté ici (Lydie / Les beaux étés / Merci et quelques autres !)

Petite biographie de Zidrou sur le site de l’éditeur

Le site d’Arno Monin

Monin est aussi l’illustrateur de l’envolée sauvage

D’autres avis assez unanimes il faut bien le dire ! : Ceux de Noukette, Jacques, Jérôme et Sabine

 

La bd de la semaine

Et cette semaine, ça se passe chez Noukette !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abélard – bd ado/adulte T1 et 2 ♥ ♥ ♥

Abélard

  Abélard ♥ ♥

T1 : La danse des petits papiers

T2 : Une brève histoire de poussière et de cendre

De Régis Hautière & Renaud Dillies (ill.)

Dargaud (2011)

* * *  * * *

Abélard le poussin vit tranquille dans son marais avec ses copains. Ensemble ils mangent, boivent, jouent aux cartes, pêchent et discutent. Bref, ils sont bien. Tranquilles. Peut-être même un peu trop parfois et on sent qu’Abélard, déjà, se pose des questions… Un jour, la tranquillité du marais est perturbée par une bande de jeunes de la ville. Et pour la première fois, Abélard voit une femme, Épilie. Elle est belle, il tombe instantanément amoureux, il a des petits cœurs plein les yeux… Pour elle, il va quitter son marais, partir en Amérique à la recherche d’une machine volante qui lui permettra d’aller cueillir un bouquet d’étoiles pour sa belle. Accompagné de son banjo, et de son chapeau (qui délivre d’énigmatiques messages, tels que « La solitude, c’est l’indépendance qui présente sa note ») il fera bien des rencontres, plus ou moins agréables…

* * *  * * *

Tout d’abord une précision : j’ai toujours beaucoup de mal avec les personnages anthropomorphiques (c’est pour ça que je n’ai toujours pas lu la bd « Blacksad » alors qu’on m’a certifié que c’était génial !) et donc Abélard, malgré toutes les belles critiques lues, ne m’attirait pas plus que ça. Et puis quand même, à force d’entendre tellement de bien de cette bd, je me suis décidée ! Et je ne regrette absolument pas, bien au contraire, parce que j’ai adoré !
Doux rêveur, gentil et naïf, tellement innocent, totalement désarmant, le poussin Abélard ne peut laisser personne indifférent !

Une bd naïve, touchante, douce et tendre comme de la guimauve ! Sauf que ce n’est pas si sucré que ça… Il y a des pointes d’acidité, des trucs qui restent sur l’estomac et d’autres qui mettent de l’eau dans les yeux…

Une réplique de Gaston qui m’a bien plu : « Elle lit dans une boule (de cristal)… Et toi, tu lis dans un chapeau. On se demande à quoi servent les livres… »

* * *  * * *

Oups, je m’aperçois que je n’ai pas parlé du dessin… Pour une bd, c’est un peu dommage ! Mais j’avoue ne pas trop savoir quoi en dire, si ce n’est qu’il  est parfait pour cette histoire pleine d’émotion. Les cases ont des tailles variées, parfois très petites et d’autres fois une illustration prend toute la page. Les couleurs participent évidemment à la beauté de cette bd, tantôt chaudes, tantôt froides, parfois vives et parfois plus douces…

Une fois commencée, je ne l’ai plus lâchée… Heureusement, j’avais emprunté les 2 tomes !! Et malheureusement, il va falloir que je les rende… Mais pas sans les avoir lu une dernière fois !

Vous l’aurez compris, j’ai eu un très très gros coup de cœur pour Abélard !

Abélard

* * *  * * *

De Régis Hautière, nous vous avons déjà présenté le diptyque « Un homme de joie »

Renaud Dillies, bio sur le site de l’éditeur

Pour voir les premières planches du tome 1, c’est chez Bdgest.

Ce poussin philosophe aurait-il emprunté son nom à Pierre Abélard, l’amant d’Héloïse ?

D’autres que moi ont aimé, beaucoup aimé ! Retrouvez leurs avis ici : Jérôme, Moka, Mo’, Le grenier à livres, Noukette

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Stephie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer