La femme noire qui montra le chemin de la liberté

HarrietOu l’étonnante histoire d’Harriet TubmanHarriet Tubman by Squyer, NPG, c1885.jpg

Éric Simard & Yann Tisseron (ill.)
Collection Histoire & Société (Résistantes & Résistants)
Éditions Oskar (2016)
* * * * * *

Harriet Tubman (1822-1913) née Arraminta Ross, née esclave, de parents esclaves. Son année de naissance n’est pas sûre, ni son lieu de naissance, car on n’enregistrait pas la naissance des esclaves à cette époque. Quand elle était enfant, on lui a dit que sa grand-mère était arrivée d’Afrique par bateau négrier, en provenance du Ghana, mais de cela non plus, elle n’était pas sûre.

Après avoir vécu comme esclave de nombreuses années, après avoir été maltraitée, frappée par ses « propriétaires » (ça me hérisse le poil d’écrire ça, comment peut-on se considérer propriétaire de quelqu’un ????)

A l’âge de 27 ans, elle décide de s’évader pour aller vivre en femme libre dans les états du nord. Son premier essai échouera, la deuxième fois sera la bonne.

* * * * * *

Dans ce livre, roman documentaire ou documentaire qui se lit comme un roman, c’est un personnage bien étrange qui nous raconte l’histoire. En effet, le narrateur n’est autre qu’une cicatrice, résultat de l’improbable rencontre entre la tête d’Harriett  et un poids de 2 livres lorsqu’elle avait 15 ans…

Elle souffrira des séquelles de cette blessure toute sa vie, mais ça ne l’empêchera d’être une « femme de tête » écoutée et respectée au point d’être surnommée « Général Tubman » !

A la fin de l’histoire, une partie purement documentaire présente un glossaire, une frise chronologique (petit bémol, pourquoi commencer la frise en l’an 1346 av JC ?), une carte des États-Unis pendant la guerre de sécession et une succession de petits encadrés sur l’esclavage et la guerre de sécession, mais aussi sur l’art, la vie quotidienne, les sciences et techniques… à cette époque là !

* * * * * *

Un roman/documentaire que j’ai trouvé intéressant et bien fait (même si j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose à la partie romancée, un peu de rythme peut-être ?), indiqué pour les enfants en fin de primaire et collège, mais qui pourra aussi intéresser les plus grands, la preuve, j’ai appris des choses !

La partie roman fait 50 pages et la partie documentaire -bien illustrée- à peine 20.

Dans la même collection, il existe « La femme noire qui refusa de se soumettre : Rosa Parks ».

Sur le site « Histoire d’en lire »  » vous trouverez d’autres romans de cette collection « Histoire et société »

D’autres avis : Blandine, Entre les pages, et celui de livrelibre, moins convaincue.

* * * * * *

Où se cache la bêtise humaine…

En 2016, le président Obama avait décidé d’honorer la mémoire de cette résistante, de cette femme courageuse qui a sauvé tant de gens et qui est une des figures majeures de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis en mettant son portrait sur les billets de 20 dollars à partir de l’année 2020.

Mais il semblerait que l’administration de Mr Trump ne souhaite pas faire figurer une militante abolitionniste sur les billets américains…Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Le jour d’avant de Sorj Chalandon ♥ Rentrée Littéraire 2017

Le jour d’avant est un témoignage historique intéressant, un récit de vie touchant avec en plus une intrigue prenante et surprenante. Un très beau roman de cette rentrée littéraire 2017.

le jour d'avantRoman adulte – Rentrée Littéraire 2017
Accessible en fin de collège – lycée

Le jour d’avant

de Sorj Chalandon

Grasset, 2017
9782246813804, 20,90€
epub 14,99€

Le jour d’avant est un roman couteau-suisse, capable de nous surprendre avec un fond historique et humain, couplés à une intrigue bien menée. Sorj Chalandon, auteur déjà apprécié de Profession du père ou Le Quatrième mur, signe en cette rentrée littéraire 2017 un nouveau roman coup de coeur.

Michel, narrateur, nous raconte sa vie. Son enfance dans le Nord de la France, rythmée par la mine. Son frère Jojo. La catastrophe du 27 décembre 1974 au puit de mine 3bis de Liévin. A travers trois temporalités principales, Sorj Chalandon nous fait suivre le parcours de ce gamin traumatisé. L’enfance de Michel, sa vie avec sa femme, Cécile, mourante, et la conclusion de son histoire, de nos jours. La catastrophe, la fin des liens qui le retiennent encore, et la vengeance. On reconstruit peu à peu son histoire, avec des informations, des bribes seulement parfois, et les aller-retours dans son passé, dans ses souvenirs.

De jolis mots pour des moments durs, mais une poésie de l’instant toujours appréciable.

« Elle est tombée amoureuse de mes blessures, et moi de son intelligence »

Sorj Chalandon prend son temps pour nous raconter son histoire. Le temps de s’attacher à Michel, à son histoire, aux mineurs. Le temps d’oublier le titre et de se laisser porter. Une plongée dans l’âme du Nord et des mineurs de Liévin, mais surtout dans l’histoire d’un homme, d’une vie. Avec des émotions simples, celle des familles des victimes notamment, il nous fait vivre la terreur d’une époque, d’un métier. Les détails sont saisissants, effrayants aussi. Les premiers chapitres, qui semblent assez documentaires, permettent finalement ensuite de mieux comprendre les protagonistes, tout en entrant beaucoup plus dans l’histoire personnelle. Un début qui m’a d’abord laissé de marbre. Je me demandai où voulait en venir l’auteur, avec ses allers-retours, ses bons sentiments. Et puis l’intrigue avance, et les pages se tournent toutes seules…

Coup de coeur de cette rentrée littéraire, Le jour d’avant de Sorj Chalandon est un magnifique récit à l’intrigue très maîtrisée. En utilisant la première personne, si courante en littérature jeunesse, l’auteur permet une identification plus profonde du lecteur au personnage de Michel. A suivre son histoire, à le regarder grandir avec ses blessures, on en vient à le comprendre, à le plaindre, et à excuser son geste. Bluffant.

+ Une lecture dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2017 
challenge rentrée littéraire 2017

 

 

 

 

 

+ Les avis de Sylire et Leiloona

+ La présentation du livre :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

ORIENT EXTRÊME – Nouvelles Ado/Adultes

OrientORIENT EXTRÊME

Mireille Disdero
Coll. Rester Vivant
Le Muscadier (2017)

°-°-°-°-°

Orient extrême est un recueil de 5 nouvelles qui se déroulent en Asie du Sud-Est. L’occasion, aussi, de réviser sa géographie grâce à la carte située en début d’ouvrage (en anglais, c’est un peu dommage…)

°-°-°-°-°

1- Vietnam : L’infiniment petit
Celle-ci est très courte, à peine quelques lignes. Elle m’a fait penser à une photo, un instantané de vie…

2- Cambodge : Do you want a cup of tea ?
Un titre qui prend tout son sens vers la fin de l’histoire, qui parle d’esclavage moderne. Immonde et révoltant.

3- Indonésie (île de Java) : Ruelles obscures
Là encore, comme la 1ère nouvelle, c’est très court, mais frappant. Comme une photo.

4- Indonésie (île de Bali) : Dans le cratère
Cette histoire m’a fait penser à un roman de cette collection que je vous ai déjà présenté : « Les mains dans la terre » de Cathy Itak. Les histoires sont différentes, mais ont un point commun. Des jeunes gens qui, au cours d’un voyage dans un pays pauvre, ont une prise de conscience  et trouvent là une motivation pour avancer dans leur propre vie.

5- Thaïlande : Chienne de vie

Cette 5ème et dernière nouvelle est également très courte et parle en quelques mots d’espoir et de respect.

Des histoires dures mais très fortes qui permettent de ne pas oublier qu’il y a encore tellement d’efforts à faire avant que le monde soit plus juste !

°-°-°-°-°

Éditions Le Muscadier

Le site de l’auteure

De cette maison d’édition, nous vous avons déjà présenté plusieurs titres : Bêtes de pensée et Badalona, Jours de neige (un recueil de nouvelles), 40 jours d’automne, Station sous-paradis, les mains dans la terreVirée nomade et Phobie.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Les vieux fourneaux – Bd Ado/Adulte

Les vieux fourneaux

Lupano & Cauuet

Dargaud

* * * * *

fourneaux

T1 : Ceux qui restent (2014) / T2 : Bonny and Pierrot (2014) / T3 : Celui qui part (2015)

T4 : La magicienne : sortie prévue le 10/11/2017 !

* * * * *

Les vieux fourneaux, se sont 3 vieux potes. Il y a Pierrot, l’anarchiste, Emile, qui traîne sa carcasse dans une maison de retraite (mais on verra plus loin qu’il cache bien son jeu !) et Antoine, qui vient de perdre sa femme, l’amour de sa vie, Lucette.

Lucette qui lui a laissé une lettre chez le notaire, lettre dans laquelle elle lui fait une révélation…

* * * * *

Dans le premier tome, on apprend à connaître ces 3 « vieux » qui ont encore la pêche malgré leur grand âge, ainsi que Sophie, la petite-fille d’Antoine. Avec un peu de nostalgie, mais surtout beaucoup beaucoup d’humour, on nous embarque dans une aventure dont on n’a pas envie de sortir de sitôt…

Dans le tome 2, on apprend à mieux connaître la vie de Pierrot, sa jeunesse, ses amours, ses engagements. Et dans le tome 3, c’est du passé aventurier d’Émile qu’il est le plus question.

Je dois être honnête, j’avais feuilletée rapidement cette bd il y a quelques années à sa sortie, et elle ne m’avait pas attirée plus que ça (je me demande encore pourquoi ??). Devant tant de critiques positives, je me suis dit que je devais lui laisser une « vraie » chance et je ne regrette vraiment pas parce que je me suis régalée !

Oui, j’ai finalement eu un vrai coup de cœur pour cette bd dont les personnages ont « des gueules » et « de la gueule » !!

* * * * *

Feuilleter les premières pages du tome 1

Noukette, Jacques, Moka, Yaneck, ont apprécié bien avant moi !

Rencontre avec Wilfrid Lupano qui présente « Les vieux fourneaux »

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer