« Le sommeil, ami de l’homme. Pour en finir avec les mauvaises nuits » de Maryvonne Gasse

Des conseils adaptés pour chaque cause de dérèglement du sommeil, un vrai remèdes aux insomnies!

Ouvrage scientifique/ documentaire

Le sommeil, ami de l’homme.
Pour en finir avec les mauvaises nuits

de Maryvonne Gasse

 

Editions Salvator, 2019,
broché, 144 pages, 15 euros

Thèmes: insomnie, thérapie, homéopathie, hypnose

 

Présentation de l’éditeur: «Si «le sommeil est l’ami de l’homme », selon Péguy, comment se fait-il que l’homme le lui rende si peu? C’est particulièrement vrai en France où la consommation de somnifères et de tranquillisants atteint un niveau très élevé. On peut expliquer ce manque de sommeil par notre mode de vie et le stress de la société moderne. Mais on peut y voir plus profondément la conséquence d’une mentalité trop rationnelle qui favorise la surexcitation du cerveau.

Riche de son expérience d’insomniaque, Maryvonne Gasse explore les différentes thérapies possibles. Elle montre aussi combien une vision unifiée de l’homme, reliant esprit, psychisme et corps, peut permettre un meilleur sommeil, et donc un vrai repos.

 

J’étais curieuse de découvrir les méthodes de Maryvonne Gasse et je n’ai pas été déçue ! Loin des recettes miracles prônées parfois dans certains médias, l’auteur se base sur des études scientifiques lui permettant d’apporter des solutions concrètes adaptées à chaque catégorie de dormeurs. En effet, une personne n’est pas l’autre et chacun(e) à ses propres cycles.

Pour être bien dans son corps et dans sa tête, il faut dormir ! Cet ouvrage est divisé en quatre grandes parties pour nous aider à apprivoiser ce cadeau qu’est le sommeil. Toutes les techniques sont bonnes (à nous bien entendu de trouver celles qui nous correspondent le mieux): hypnose, thérapie, acupuncture, homéopathie, spiritualité… Cependant, Maryvonne Gasse est bien claire sur un point:la prise de médicaments, néfaste pour l’organisme, est donc proscrite.

Bien que certaines méthodes ne m’étaient pas étrangères, j’ai trouvé ce livre très intéressant, accessible et utile.

 

~Melissande~

 

+ Le site de l’éditeur

+ La chronique de RCF Radio

Nous suivre et partager :
0

THE HATE U GIVE – La haine qu’on donne ♥

Hate

« Pour les Blancs, être noir c’est la classe jusqu’au jour où c’est la poisse »

Roman Jeunes Adultes

THE HATE U GIVE ♥

La haine qu’on donne

Angie Thomas

Nathan (2018)

*****

Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier gangréné par la guerre des gangs, mais ses parents l’ont mise à l’école dans un lycée blanc d’une banlieue chic. Elle s’adapte chaque jour à ces deux mondes totalement différents.

Ce soir, Starr accompagne sa quasi-sœur Kenya à la soirée de Big D. La musique trop forte lui file mal au crâne, l’odeur de la beuh lui donne la nausée et il y a vraiment trop d’alcool dans le punch. Elle regrette d’être venue car elle ne se sent tout simplement pas à sa place au milieu de ces corps qui se trémoussent.

Soudain ça se gâte et plusieurs coups de feu sont tirés. Starr suit son ami d’enfance, Khalil, vers la sortie la plus proche. Il va la raccompagner chez elle en voiture. Enfin, ça c’était le programme d’origine… Car en fait, Khalil va se faire tuer de trois balles dans le dos par un policier, sous les yeux terrifiés et horrifiés de Starr.

*****

L’année de ses 12 ans, Starr a eu droit à deux explications de la part de ses parents. La première, c’était pour lui expliquer en gros, « comment on fait les bébés ». Et l’autre explication, moins « courante » : Comment réagir si tu es contrôlée par un « flic »…

« Starr-Starr, tu fais tout ce qu’ils te disent de faire. Garde tes mains en évidence. Ne fais pas de mouvement brusque. Ne parle que si on te pose une question. »

J’avoue que ce petit passage m’a choquée.

J’essayais de m’imaginer disant la même chose à mon fils… Fais attention mon fils, ces personnes sont censées te protéger mais en fait elles peuvent te tuer ?? Et pourtant, aux États-Unis au moins, cela s’est produit de nombreuses fois (et à chaque fois des afro-américains…)

Il est difficile de rester indifférent en lisant ce roman. On est dans la peau d’une jeune fille noire, on ressent ce qu’elle ressent. Et on comprend comment certains propos, que l’on pourrait banaliser ou trouver amusants (le racisme ordinaire) peuvent être reçus/perçus de façon très violente.

Un roman qui parle certes de gangs, de drogue, de ghettos, mais aussi et surtout de jeunes, qui voudraient juste vivre une adolescence « normale »…

Pour les explications concernant le titre « THUG » The Hate U Give, Sophie vous en a déjà parlé, vous pouvez aussi voir le billet de Blandine (de Tupac, moi, je ne connais que le nom !) et pour les explications plus « politiques » voir celui d’Enna (qui vous parle du mouvement des Black Lives Matter).

Quand à moi, je vous conseille juste de le lire et de le faire lire aux jeunes (et aux moins jeunes) de votre entourage.

***

Il a reçu le Prix Libr’à Nous Littérature Jeunesse 2019

Résultat de recherche d'images pour "the hate u give livre"

(Prix décerné par des libraires francophones)

 

***

Le roman devient un film, sorti en France le 23 janvier 2019

Il participe (un peu hors délais…) au Challenge d’Enna

 

Retrouvez sur le blog un autre avis, celui de Sophie

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0

Maîtres et esclaves – Prix des Lectrices ELLE (24)

Maîtres

MAÎTRES ET ESCLAVES

Paul Greveillac

Coll. Blanche
Gallimard (2018)

***

Présentation de l’éditeur : Kewei naît en 1950 dans une famille de paysans chinois, au pied de l’Himalaya. Au marché de Ya’an, sur les sentes ombragées du Sichuan, aux champs et même à l’école, Kewei, en dépit des suppliques de sa mère, dessine du matin au soir. La collectivisation des terres bat son plein et la famine décime bientôt le village.
Repéré par un garde rouge, Kewei échappe au travail agricole et à la rééducation permanente. Sa vie bascule. Il part étudier aux Beaux-Arts de Pékin, laissant derrière lui sa mère, sa toute jeune épouse, leur fils et un village dont les traditions ancestrales sont en train de disparaître sous les coups de boutoir de la Révolution.
Dans la grande ville, Kewei côtoie les maîtres de la nouvelle Chine. Il obtient la carte du Parti. Devenu peintre du régime, il connaît une ascension sans limite. Mais l’Histoire va bientôt le rattraper.

***

N’ayant pas vraiment l’habitude de lire de la littérature chinoise ou qui se passe en Chine, les noms chinois m’ont un peu gênés au départ… C’est bête, mais je perdais le fil et devait revenir en arrière dans l’histoire pour m’y retrouver.

Au final

Un roman que j’ai trouvé intéressant, mais un peu touffu, un peu trop lourd par moments et que j’aurai sans doute mieux apprécié si j’avais eu plus de connaissances sur la Chine de cette époque là, sur laquelle, je l’avoue, je ne connais pas grand-chose…

La première partie, qui raconte l’enfance de Kewei, est celle qui m’a le plus plu (soit les 150 premières pages). Ensuite j’avoue mettre un peu ennuyée au milieu des intrigues du parti, des histoires politiques… L’auteur saute parfois du coq à l’âne et j’ai vraiment eu du mal à lire ce roman jusqu’au bout !

***

Extrait (p. 25) : La jeune femme sourit. Embarrassée par l’enfant à son sein, elle tourna brièvement le dos au chef du Parti. De ses baguettes, elle fouilla la carcasse de la carpe. Puis, triomphante, tenant entre ses doigts une arête énorme, elle fit face à  Jiang Jinsheng tout sourire.

-Ah ah ! Bravo ! Ce petit Kewei vous apportera décidément beaucoup de bonheur !

C’était, selon une vieille légende, l’épée que la déesse Nuwa avait fait tomber dans le fleuve Qingyi alors qu’elle étayait le ciel effondré. Signe distinctif, elle permettait d’assurer que la carpe était bien d’ici. »

Une interview de l’auteur, qui parle beaucoup plus simplement qu’il n’écrit !

ELLE

24ème lecture / 28

Nous suivre et partager :
0

Rockin’ Johnny – Livre CD Rock’n’Roll ♥

Rockin

Années 50 : les balbutiements du Rock’n’Roll !

A partir de 5/6 ans

Rockin’ Johnny ♥
Eric Senabre & Merlin
Raconté par Dominique Pinon

Didier Jeunesse (2013)

*****

Livre CD – Durée 1h

*****

Par un beau matin de juillet 1954, Johnny McGinnity se rend au bourg d’Adamsville, petite ville du Tennessee où il doit prendre son cours de piano. Quand soudain il entend qu’on l’appelle : « Johnny ! ». C’est Edwyn qui est caché dans un arbre.

Il faut dire qu’Edwyn est noir et qu’à cette époque là, dans le sud des États-Unis, il est assez mal vu qu’enfants noirs et blancs jouent ensemble… Ce qui n’empêche pas Johnny et Edwyn de continuer à faire des bêtises, mais discrètement !

Ce jour-là pourtant, Johnny est pressé (il est déjà en retard à son cours) mais Edwyn est si convaincant que Johnny le suit. Et quelques minutes plus tard, il a totalement oublié son cours de piano !

*****

C’est un album que parents et enfants auront du plaisir à lire ou écouter ensemble, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. Ici, si vous aimez le rock’n’roll, nul doute que ce sera le cas. L’histoire est simple, deux enfants fuguent pour suivre un groupe de musiciens qui les fascine. c’est un récit entrecoupé de chansons, grands classiques du Rock’n’roll de cette époque là (des années 1947 à 1958).

J’ai adoré réentendre tous ces grands classiques ! Avec cet album, on en prend plein les yeux et les oreilles : les illustrations sont pleines de pep’s (même si je n’aime pas trop sa façon de dessiner les visages, Merlin se rattrape avec les voitures !!) et les couleurs superbes.

Et que dire de la narration de Dominique Pinon ? Sa voix nasillarde est parfaite ! J’adore la voix qu’il prend pour faire le directeur du studio…

Et je vous mets au défi de ne pas vous mettre à danser, ou au moins, battre la mesure !

*****

Rockin

Le blog de Christophe Merlin

De cet illustrateur, nous vous avons déjà présenté « A fond la caisse avec Steve Mac Kouïn » (4ème album présenté) que j’adore !

De l’auteur, un roman coup de cœur : « Star trip »

Et sa présentation de Rockin’Johnny

D’autres avis sur ce livre-CD : Blandine, Petites Madeleines,

Ce roman participe au challenge African-American History Month

Nous suivre et partager :
0