Soleil fané de Tuyêt-Nga Nguyên

soleil fané nguyen

Roman (adulte)

Soleil fané

Tuyêt-Nga Nguyên

Luc Pire / Le grand miroir (belge), 2009
219 pages
978 2 50700 472 9, 18€

 
Thèmes : Vietnam, famille, témoignage

      Une écriture sans heurts pour un thème terrible. Une poésie dans les mots pour dire la dictature, la peur, la fuite. Soleil fané c’est tout ça ! Tuyêt-Nga Nguyên nous fait découvrir l’histoire du Vietnam, une histoire que je suis un peu jeune pour saisir complétement. A laquelle je l’avoue je ne me suis jamais intéressée… pourtant quelle découverte, les quelques échos que j’ai pu entendre dans des émissions sont devenus une véritable histoire, poignante racontée de main de maître par cette femme qui pourtant était loin, en Europe ou en Amérique. Que mon commentaire ne vous trompe pas, ce livre n’est pas un documentaire, c’est un magnifique roman, tendre, sur un sujet difficile.

Tendre parce que d’un coté on a la situation terrible d’un pays et des gens qui en fuient, mais parce qu’on a aussi toute la poésie des pensées de cette jeune femme d’une vingtaine d’année à l’époque et tout l’amour qu’elle porte en elle… L’amour pour sa famille, surtout sa mère restée au Viêt-Nam et qu’elle voudrait près d’elle; et puis l’Amour, avec un grand A, celui qu’elle a connu, celui qu’elle cherche… 

Un trésor de sensibilité, que je vous invite à lire !

Extrait :
« Et je me souviens de nous tous, ses amis, de nous tous momifiés par le chagrin lorsque nous avons appris, par son oncle, qu’il avait des médailles mais pratiquement plus de jambes ni de mémoire. Je me souviens des garçons qui juraient : « Putain de guerre », des filles qui pleuraient, et moi un peu plus que les autres. »

L’auteur : (source Gilles Paris)

Née dans le Nord Viêt-Nam où elle vécut sa première enfance dans le maquis (guerre d’Indochine), Tuyêt-Nga Nguyên
grandira dans le Sud à l’ombre d’un autre conflit avant de partir, à 18 ans, parfaire ses études en Europe. Elle a habité aux États-Unis où elle a participé à l’accueil des premiers boat people, et en Afrique. Elle vit aujourd’hui à Bruxelles. Comme le précédent, ce roman dit à ses enfants, nés de père belge, ce qu’elle leur a toujours tu : l’autre moitié de leur origine.

D’autres avis : CatherineSarah Chelly