LC # Halloween – Frida et Diego au pays des squelettes

Frida et Diego

au pays des squelettes

de Fabian Negrin

album jeunesse

Seuil Jeunesse, 2011
9782021044300 , 16€50

Thèmes : fête des morts, fantastique, Mexique, Frida Kahlo, Diego Rivera

 

Présentation de l’éditeur :
Dans chaque culture, on célèbre les morts.
Toussaint, Halloween, les façons de leur rendre hommage sont bien différentes. Au Mexique, la fête des morts est une des fêtes les plus importantes. Dans cet album, Fabian illustre les préparatifs et le côté festif et joyeux de cette tradition. Il s’appuie sur les personnages de Frida Kahlo et Diego Ribera, figures emblématiques du Mexique, qu’il représente enfants. Les personnages sont déjà très reconnaissables : leur amour passionnel, leurs caractères, leur relation.
L’histoire : c’est le jour de la fête des morts. Le matin, les enfants vont acheter les bonbons que l’on mange ce jour là. Dans les cuisines on s’active pour préparer les mets spéciaux que l’on ira déguster au cimetière et donner en offrande. Là, Frida et Diego, comme à leur habitude, ont une querelle. Frida surprend Diego en train d’embrasser Rosa Spinosa. Folle de rage, elle le poursuit à travers le cimetière.
De là, part une aventure qui emmènera les deux enfants dans le monde des morts. L’histoire est narrée de façon ironique et légère. À la fin, ils reviennent sur terre, après avoir surmonté leur peur.

 

Mon avis :

Dans cet album pour enfants, on mélange conte fantastique et documentaire. Ainsi les personnages à l’air de poupée que l’on suit dans cet album sont Frida et Diego. Frida Kahlo et Diego Rivera. La fin nous livre d’ailleurs quelques informations supplémentaires. Pourtant j’avoue que cet aspect documentaire n’est pas ce qui m’a séduit dans cet album.Fichier:Catrinas 2.jpg

La fête des morts (ou jours des morts) au Mexique est quelque chose de très important. Elle a lieu les 1er et 2 novembre. Cette fête ressemble en partie à notre Toussaint, puisqu’elle est l’occasion de se rendre au cimetière, de nettoyer les tombes et de faire des offrandes au mort. Là où cela différe c’est justement dans ces offrandes : fleurs, mais aussi nourriture, alcool… Cette fête est aussi l’occasion de réjouissance, avec la fabrication du pain des morts et de nombreuses sucreries, dont les calaveras, des crânes en sucre. Ces éléments sont repris dans cet album, une belle façon de découvrir cette fête.

Légende de la photographie (wikipédia) : Statuette squelette d’une dame indigène de la haute société, inspirée de la Calavera Garbancera de José Guadalupe Posada dite « Catrina », une des figures les plus populaires de la fête des morts au Mexique.

Mais cet album ne raconte pas que l’histoire de cette fête, car nous suivons Frida et Diego, représentés comme des enfants, qui découvrent le monde souterrain, celui de la mort. A mi chemin entre Alice au Pays des Merveillers et les Noces funèbres – très Tim Burton, mes références – ce conte fantastique nous plonge dans un monde étrange, effrayant, et pourtant traité avec assez de légerté pour ne pas être terrifiant!

Si les illustrations et couleurs sont très belles, les nombreuses réfréférences implicites ou explicites de cet album le rende assez complexe d’accès pour de jeunes enfants, mais permet de faire de très belles découvertes… et de voyage jusqu’au Mexique, pour cette fête qui est un mélange d’Halloween et Toussaint…

 

Dans le cadre de cette lecture commune sur Halloween,
Liyah nous propose de découvrir Fées Sorcières, Lutins & Cie

Cet article est aussi ma dernière participation au Challenge Halloween de Lou et Hilde!

RDL – Albums – On voyage ?

3 albums à découvrir aujourd’hui pour voyage en Amérique, et d’autres encore chez Noukette et Liyah, mes partenaires bimensuelles de ronde des livres

Go USA ! Un jour en Amérique

Un livre à la couverture cartonnée, aux couleurs des USA! Ce livre bilingue propose donc le texte en français et en anglais (texte identique). Si l’ensemble est intéressant, donnant des connaissances de bases sur l’ensemble des Etats-Unis et leurs « coutumes », le livre se veut un peu trop documentaire selon moi.

On ne vit pas vraiment une journée américaine, mais on passe au fur et à mesure de la journée de villes en villes. Une découverte des USA qui me semble assez touristique et caricaturale, mais une approche intéressante pour des enfants. Dommage qu’il n’y ai pas d’index, en plus de la carte et du lexique, ce qui aurait permis de s’en servir réellement comme un livre documentaire.

Les images sont criardes mais s’adaptent bien au récit.

CHATEL Christelle, Louise Pianetti-Voarick , Lauren Monchar – Go USA! Un jour en Amérique.- ABC Melody.- 9782916947631, 12€50

Senhor Zé : cueilleur de caoutchouc au Brésil

Un très joli papier, pour un livre très agréable à lire. Des illustrations réalistes car faites à partir des photographies que l’illustrateur Roger Orengo a pris lui même sur place.
Senhor Zé est seringueiro, c’est à dire qu’il récupère le caoutchouc des arbres, afin de le revendre. Nous suivons son parcours, sa vie, et non pas seulement son travail. Préparer, récolter, faire fondre à la chaleur, fabriquer les boules de caoutchouc…

On apprend beaucoup, on se retrouve vraiment au coeur du Brésil, et on rencontre une autre culture, un autre décors…

Un très beau livre, très documenté, avec un vocabulaire précis + quelques pages documentaires à la fin. Un très joli voyage, mais certainement pas évident au première abord avec des enfants. Un livre à accompagner!

GELY Anne – Senhor Zé : cueilleur de caoutchouc au Brésil.- Grandir

Contes d’Haïti

Un petit tour en Haïti maintenant ?

Des trois ce livre est mon préféré, car il est clairement jeunesse et plaisir… De très belles illustrations colorées déjà, tout à fait dans le ton du livre.
Le livre justement nous présente des contes, courts, entraintants. J’aime beaucoup les fins, les morales ou conclusion, souvent drôles, comme celle ci par exemple :

« Oh n’allez pas rêver, c’est seulement dans les contes que les filles de roi épousent de gars comme Malice »

On retrouve notamment Malice et Bouki, deux personnages traditionnels des contes haïtiens, vraiment des choses typiques, pétillantes, vivantes. Un peu de langage haïtien se glisse à droite à gauche, avec des proverbes, ce qui nous plonge vraiment dans un autre monde, tout comme le CD.
+ Le site le l’auteur, conteuse.

BARTHELEMI Mimi, Gwen Keraval – Contes d’Haïti + 1CD.- Milan Jeunesse, 2011.- 9782745951489, 16€50

 

Noukette nous présente : Les petites poules!

 

Liyah nous présente : Halloween pour les petits!

Hardi Hérisson et autres poésies russes

Hardi Hérisson
et autres poésies russes

illustré par Delphine Chedru

Album illustré jeunesse / Poésie

Albin Michel jeunesse, septembre 2011
9782226221964, 9,50€
40 pages

Présentation de l’éditeur :
« La Russie est probablement l’un des rares pays au monde à avoir institué la poésie pour les enfants en genre à part entière. En effet, depuis les années 1920, bien qu’héritier d’une tradition folklorique faite de comptines et de chansonnettes, c’est un domaine neuf qui émerge, décidé à se défaire de la morale et de la sensiblerie dont les oeuvres pour enfants étaient empreintes au XIXe siècle. Il s’agit pour les auteurs qui s’en emparent de restituer la fraîcheur et l’inventivité enfantine et de créer une poésie authentique, libre, dénuée de pédagogie. Delphine Chedru a choisi d’illustrer quelques-uns de ces poètes[…] »

Mon avis :
Est-il utile de vous expliquer ce qui m’a poussé à lire ce livre ? Difficile en effet de passer à coté de ce hérisson noir sur fond rouge en couverture…!

Des poésies donc, des devinettes aussi… Certaines que je connais, très peu cependant. Des poésies courtes, simples pour la plupart, souvent décalées et drôles! L’humour est vraiment ce qui revient le plus souvent dans ces poésies, humour grandement appuyé par les illustrations de Delphine Chedru. On est loin dans ces textes des comptines françaises, les mots sont résolument modernes, ils racontent des histoires, parfois sans queue ni tête. Des textes qui pris séparément peuvent être ardus, dérangeants parfois, mais qui, dans ce recueil, et illustrés, forment un très beau recueil pour les enfants, et pour les adultes qui souhaitent découvrir cette poésie.

Car les illustrations de Delphine Chedru sont à l’image des textes, et les accompagnent à merveille. Des tons vifs, comme sur la couverture, mais en plus travaillés, avec des incrustations de photos, des dessins, des aplats, un ensemble très moderne mais qui fait pensé à d’anciennes décorations / publicités. Le noir est omniprésent aussi, en contraste avec les couleurs criardes, permettant de repérer les personnages, souvent animalier, que l’on lit dans le texte.

Un album qui m’a troublé au début, mais que j’ai finalement beaucoup apprécié, pour l’époque qu’il représente, les textes et illustrations décalés qu’il nous propose et qui change des recueil de poésie pour enfants que l’on peut voir souvent.

Extraits :
Les nuages, d’Oleg Grigoriev
J’ai demandé aux nuages :
_ Quand dans vos vagabondages
Vous vous heurtez tout à coup,
Ils vous font très mal, ces coups ?
_ Pas du tout.
_ Alors, pourquoi pleurez-vous ?

RDL# Albums variés

3 albums sans rapport entre eux, juste au hasard des lectures…
3 albums à découvrir, et d’autres encore chez Noukette et Liyah, mes partenaires bimensuel de ronde des livres :)

Quelqu’un de Christine Nöstlinger et Janosch

Entre album et roman illustré, ce petit livre m’a permis de redécouvrir Christine Nöstlinger, auteur que j’affectionnais adolescente (à l’Ecole des Loisirs principalement).
Quelqu’un est un personnage intéressant, un être un peu à part, apprécié des enfants et craint des adultes. Un vagabond bien qu’il ne soit pas nommé ainsi, qui voyage à pied au gré des saisons et des températures. Pourtant cet homme sans nom et sans attache rencontre un jour une femme, au pays du Guten Tag (Allemagne), cela le fera t’il rester ?
Voici une belle histoire, une histoire de voyage, de découverte, d’amour aussi. Loin de se contenter d’une histoire courue d’avance, avec cette rencontre, Christine Nöstlinger tisse là un roman prenant, plein de rebondissements calmes, de découvertes… J’ai apprécié le ton de l’histoire, apprécié aussi de découvrir sous les yeux de cet homme simple le monde qui nous entoure. Et l’amour, simple, mais qui construit un homme, avec un nom.

C’est vraiment un petit roman touchant, avec des illustrations qui ont su me séduire au fil des pages. Seule la présentation m’a parfois gênée car les insertions de double page d’illustration tombent au milieu des phrases. Le texte est assez difficile à appréhender, à conseiller à de jeunes lecteurs qui se débrouillent déjà bien!

NÖSTLINGER Christine / JANOSH – Quelqu’un.- La joie de lire, 2011
Traduit de l’allemand (première édition 1980)

Les animaux des champs d’Anne Laure Witschger

Un album sur les animaux, mais ce n’est pas vraiment une histoire, pas vraiment un documentaire. C’est plutôt de l’art ! Si les textes n’ont pas vraiment su me toucher, apportant juste un peu de vocabulaire pour décrire les images, ce sont les photographies qui m’ont plu. De l’ingéniosité, beaucoup d’idée, des montages… pour un rendu vraiment intéressant, qui donne envie d’essayer à son tour! Une rose devient un petit cochon, des pétales une vache, de l’herbe un cheval… C’est vraiment réussi, on voit directement les animaux sans avoir besoin de réfléchir ou chercher les détails. Mon préféré ? Le mouton fleuri!
Le point négatif ? Il n’y en a pas assez, 9 animaux seulement c’est dommage… Heureusement il existe aussi : Les animaux de l’Océan et Les animaux de la neige, que vous pouvez découvrir sur le site de l’auteur. Une auteure d’ailleurs qui a publié de nombreux autres livres, qui ne reprennent pas cette technique mais à découvrir comme par exemple les Cahiers de Stylo et Billet dont je vous ai parlé ici.

WITSCHGER Anne-Laure – Les animaux des champs.- Editions Belize (Collection Ani’mots), 2011.- 9782917289334, 12,90€

Le petit poisson rouge d’Eric Battut

Ce n’est pas ici Némo qui est revisité, mais le Petit Chaperon Rouge. Oui oui, une nouvelle version sous-marine, haute en couleur! Le petit chaperon devient le petit poisson, le loup Compère Requin, les bûcherons des poissons-scies… Sauf que voilà, une fois arrivé chez la grand-mère, pas de tire la chevillette… et tout part à vaut l’eau, la suite de l’histoire est bien différente… Le ton est humoristique Du tout bon pour ce conte revisité, avec une belle fin que je vous laisse découvrir. Un petit poisson rouge séduisant!
Pour les illustrations ce n’est pas mon album préféré d’Eric Battut, mais j’aime toujours ses idées, et ce travail sur papier  type canson découpé, bien que déjà vu, est très réussi.

Un album qui va droit au but et qui séduit… J’ai été tentée après avoir lu l’avis de Morgan, attention par contre Emmyne dévoile la fin!

BATTUT Eric – Le Petit Poisson rouge .- L’élan vert, 2011. 9782844551931, 12€ – Actuellement indisponible…

Noukette nous présente :

Liyah nous présente Anatole, un petit héros de chez Milan

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :