C’est la rentrée…

Pas de doute, aujourd’hui c’était bien la rentrée ! Avec Liyah nous avons donc choisi ce thème pour notre lecture croisée, en toute logique :) Si le thème me plaisait bien j’ai finalement eu du mal à trouver de quels livres j’allais vous parler aujourd’hui ! Il faut dire aussi que les 6ème m’ont épuisé, notamment avec leur « maitresse » toutes les 5minutes, mais j’avoue que dans l’ensemble ils sont chou!

Niveau livre donc, quelques petits mots seulement sur plusieurs livres, pour tous les niveaux!

LCamille fait l'écolees petits se régaleront avec Camille fait l’école
Si ces albums de la série Camille sont sans grandes surprises, ils plaisent beaucoup, par leur thèmes généraux notamment. Jean Duquennoy nous livre ici une petite histoire pleine de couleur, où Camille joue la maîtresse. Les différentes activités scolaires y sont décrites, une belle façon de commencer l’année.

Pour ma part je suis sous le charme de cette petite girafe, j’aime le personnage, même si les histoires ne m’émeuvent guère… voire pas du tout… Pour les petits dès 2 ans!
Albin Michel, 2006
C'est la rentrée !Les moyens…

C’est la rentrée d’Antonin Poirée et Amélie Graux montre la rentrée d’un point de vue qui m’a beaucoup plu quand j’ai découvert ce livre. Une petite fille nous raconte sa journée, en décrivant surtout ses camarades, avec ses mots et sa façon de voir… Ce n’est pas hilarant mais c’est bien trouvé, ça permet de montrer l’aspect social de l’école, et aussi de dédramatiser je pense! Des illustrations très colorées, qui collent avec le texte..

POIREE Antonin / GRAUX Amélie – C’est la rentrée.- Petit Pol, 2005

 

Au collège / Lycée

Fashion victim Fashion Victim d’Irène Cohen Janca (dès 12 ans)

Ce roman ne traite pas uniquement de la rentrée des classes, mais il la prend comme point de départ. Pour Vincent qui rêve de faire partie des groupes en vue, c’est un peu difficile. Il ne sait pas trop comment faire, pourtant sa tante Pauline, grande adepte de la mode, va faire de lui une vraie fashion victim.

Pourtant ce roman ne se contente pas de ça, c’est justement toute l’évolution qui va suivre, et tous les problèmes annexes qui apportent selon moi sont intérêt aux livres, dont la couverture et le titre attire facilement les adolescents.

Un roman sur les évènements petits et grands qui font grandir…

 

Et pour compléter un peu entre primaire et lycée, Liyah nous propose le roman La Sixième, de Susie Morgenstern

 

LC # Bébé / Naissance

J’avais prévu pour cette Lecture Croisée avec Liyah de vous parler d’un très bel album repéré à la librairie sur la naissance, sauf que je n’ai pas eu le temps de le lire pour aujourd’hui, j’ai donc changé de programme pour un livre pas tout à fait 100% dans le thème, et le vraiment dans le thème viendra plus tard :)

A quoi ça sert de vivre si on meurt à la fin ?

Je vais mourir
Tu vas mourir
Tout le monde va mourir
Alors
A quoi ça sert de vivre si on meurt à la fin ?

Ainsi s’ouvre cet album coloré ! Et finalement c’est vrai, à quoi ça sert ? Cousin, Cousine, Papa, Tata, Copain… la petite fille du livre va leur laisser la parole chacun leur tour, sur des doubles pages, tout en nous les présentant rapidement. Ainsi (quelques exemples)

« Et bien ça sert à faire des cacas jaunes qui transpercent ma grenouillère » [dirait ma petit soeur Zoé si elle savait parler]
« Ranger sa chambre » [dit mon grand frère Philibert juste pour me faire braire]
« A rien justement » [dit mon cousin Bastien qui est gothique tendance martien]
« A faire des enfants qui font des petits-enfants
qui font des arrière-petits-enfants
qui font des arrière-arrière-petits enfants[…]
[dit ma grand-maman qui nous dit tout le temps « Je suis fière de vous » et qui nous aime tellement]

Chaque page apporte sa philosophie, et certaines phrases sont tellement fines, fondantes, j’adore! Par contre peut être y en a t-il un peu beaucoup au final, et le livre aurait pu gagner en finesse en étant un peu plus facile d’accès, car si j’ai vraiment beaucoup aimé, je me suis parfois demandée si ce livre n’était pas surtout pour les adultes, du moins dans certaines réflexions. Mais je suis sûre que c’est une question que les enfants se posent un jour ou l’autre…

Les dessins sont colorés, foisonnants, très intéressants et permettent de s’attarder sur chaque page de longs moments pour découvrir toutes les approches choisies par l’illustrateur Julien Martinière. J’aime particulièrement la page des livres, et celle de la tour Eiffel… je vous laisse découvrir!

PIQUET Emmanuelle / MARTINIERE Julien – A quoi ça sert de vivre si on meurt à la fin ? .- Sarbacane, 2011.- 978-2-84865-416-4, 13,50€

Liyah a pour sa part totalement respecté le thème… mais de toute façon rien qu’avec l’arrivée de son petitou elle avait forcément gagné ;)

Elle a donc choisi trois titres :
– Petit ours brun et le bébé
– T’choupi a une petite soeur

et les Bébés animaux !

Encore une fois Félicitations Laurie,
j’ai hâte de voir Djebril, en photo d’abord,
et en vrai avant que vous ne repartiez j’espère… :)

La ronde des albums – Spéciale Oliver Jeffers

Pingouin vole d’Oliver Jeffers


Un très grand album aux illustrations très tendres qui m’a tout de suite tapé à l’oeil chez Liyah!

J’aime beaucoup ce style, ces illustrations colorée, presque sans arrières plans qui permettent de s’attacher plus particulièrement aux personnages, et à l’histoire. Une histoire avec un texte très simple, mais agréable à lire. On retrouve l’ami pingouin qui décide qu’il doit apprendre à voler, seul… Une très belle histoire d’amitié, que j’ai aimé jusqu’à la « première fin ». Sauf qu’il y a deux pages de plus, sur le retour aux habitudes, dont je ne vois pas vraiment l’intérêt. Dommage parce que sinon cette découverte m’a donnée très envie de découvrir ou redécouvrir d’autres albums de Jeffers, dont les traits m’ont terriblement séduit!

JEFFERS Olivier – Pingouin vole.- Kaléidoscope 2011, 13€

 

Pour découvrir ou redécouvrir ? Parce que les dessins me semblaient familier sans que j’arrive à retrouver le titre du ou des livres que j’avais pu lire ! Une petite recherche m’a donc permis de me souvenir de How to Catch a Star, découvert en fait en Angleterre! Sorti en France sous le titre Comment attraper une étoile ? je l’avais aussi lu à des enfants lors d’une animation en relais AM en crèche. J’avais déjà aussi lu Perdu ? Retrouvé !… petite présentation très rapide, avec mes souvenirs !

Front Cover

Dans comment attraper une étoile ? premier titre de Jeffers, on a déjà notre jeune garçon au pull rayé (mais pas de pingouin!)

Dans cet album vraiment très mignon, la patte graphique de Jeffers est déjà tout à fait là, avec des dessins très visuels, qui parlent bien aux enfants. Notre petit garçon cherche ici à devenir l’ami d’une étoile qui ne serait qu’à lui. Mais comment l’attraper ? La retenir le jour ? Ou alors chercher ailleurs…

Front Cover

Une petite histoire adorable, touchante, avec une fin qui fait sourire… les enfants adorent!

Perdu ? Retrouvé ! dont le titre ne me plait pas trop, et en fait l’album où l’on rencontre l’ami pingouin. Il est perdu, et notre petit garçon va donc essayer de l’aider à rentrer chez lui, au pôle nord… à moins qu’il n’habite pas si loin ? Un album très tendre que celui de cette rencontre, avec toujours de magnifiques illustrations colorées. Avec un Happy End évidemment…

 

Vraiment de superbes illustrations pour de petites histoires mignonnes, du tout bon à découvrir si vous ne connaissez pas!

Dans le cadre de la ronde des livres bimensuelle avec Liyah et Noukette. Cet article est programmé je vous laisse donc découvrir directement chez elles ce qu’elles ont choisi… Pour ma part je suis… dans les bouchons en direction de Marseille sûrement!

 

Mais aussi de nouveaux titres pour le challenge Je lis aussi des albums !

 

Le site d’Oliver Jeffers!

Les silence des pierres

 

 

Les silences des pierres

de Philippe Barbeau et Marion Janin

Album

L’atelier du Poisson Soluble, 2010
978-2-913741-88-1, 20€

Thèmes : Guerre, Pierre, Mémoire, Séparation

 

 

Présentation de l’éditeur :

“La folie des hommes apporta le deuil et trancha la ville en deux“.Longuement, Philippe Barbeau a poli son texte.
Puis, patiemment, Marion Janin se l’est approprié, lui imposant son souffle, sa respiration. Son trait précis, presque précieux, respecte l’universalité du conte, tout en lui imposant une touche très personnelle. “Les pierres ont parfois des silences qui séparent ”.

Mon avis :

C’est suite à une très belle expo à la librairie Croquelinotes que j’ai découvert cet album..

« Les pierres ont parfois des silences qui apaisent
… qui enchantent

C’est l’histoire d’un coiffeur, juste entre deux mondes, deux pays en guerre, à la frontière. Témoin. Entre Ouest et Est. Silence. Paix. Amitié. Guerre. Séparation. Mort

… qui séparent
… qui protègent

De magnifiques grandes pages, des illustrations avec juste quelques touches de couleur. Un ensemble qui a su me toucher tant par les mots que les illustrations, mais un ensemble difficile. A lire et à comprendre. Pour adulte ?

… qui désolent »

j’ai perdu le fil! je crois que j’en suis là : 12/20

C’est un comble pour mon propre challenge non ? C’est maintenant officiel, je ne suis pas du tout organisée!