La vie extraordinaire des gens ordinaires de Fabrice Colin

La vie extraordinaire des gens ordinaires 
     

laviextraordinaire.gif

Auteur : Fabrice Colin
Editeur : Flammarion

Date : 20/10/2010
Pages : 329 p.
Prix : 13 €
ISBN
    978-2-08-122982-2

 
 
Nouvelles (mais un peu roman quand même…)

pour adolescents et pour adultes!

 

 

Thèmes : Nouvelle, Vie, Destin, Homme

 

 

 

 Présentation de l’éditeur :

« Il me restait vingt adresses : vingt lieux éparpillés aux quatre coins du monde, et vingt histoires toutes
plus incroyables les unes que les autres.

C’est ce jour où le titre de ce livre m’est venu : La Vie extraordinaire des gens ordinaires. LISEZ. LISEZ, DE LA PREMIERE A
LA DERNIERE PAGE. SI ÇA VOUS PLAIT, DEBROUILLEZ-VOUS POUR EN FAIRE UN LIVRE. »

Avis : 

       J’aime beaucoup Fabrice Colin, et ce nouveau livre, bien que très différent de ses
autres publications ne m’a pas laissée indifférente !

         Un homme, proche de la mort, Poète mais un peu fou semble-t-il, remet au
narrateur primaire un manuscrit, celui de la vie extraordinaire des gens ordinaires. Nous lisons donc, nous aussi ce manuscrit, sans bien savoir ce qui est réel ou non… et tant pis finalement,
on a tout simplement envie d’y croire, encore !

La famille d’un plongeur mort en cherchant l’Atlandide; une productrice de thé, le meilleur du monde; un roi un peu particulier;
un joueur de foot; un restaurant vertigineux; une cité où les voisins s’entraident et s’écoutent; et tant d’autres… Cette vingtaine de personnages, comme autant de petites nouvelles
sans autre lien que le narrateur, nous font voyager tant dans le monde que dans le coeur des hommes. Une vision à la fois surprenante et belle de la nature humaine, qui donne envie de rencontrer
ces gens ordinaires !

         Après quelques doutes quand j’ai compris qu’il s’agissait de nouvelles, je suis
passée ensuite de l’une à l’autre avec délice, m’attendant chaque fois à découvrir une nouvelle personne, étonnante, charmante, agassante, émouvante… et c’est donc avec beaucoup de plaisir que
j’ai dévoré ces petites histoires ! Quelques unes m’ont moins charmées, d’autres plus… tout est une question d’histoire et de personnalité à ce niveau là, car l’écriture, elle, est toujours
douce et puissante, en un mot agréable!

 

Et oui j’ai envie de croire que le narrateur primaire est Fabrice Colin, que cette histoire est vraie… et tant pis si ce
n’est pas le cas, car c’est ça aussi qui fait réver dans ce livre…

Damnés de Lauren Kate

http://storage.canalblog.com/26/39/637466/57777036.jpg

Roman adolescent / Jeunes adultes

Damnés

  de Lauren Kate

Tome 1 / 4

  Bayard Jeunesse, 2010

Thèmes : Fantastique, Amour, Anges déchus, Immortalité

« Lorsque Luce entre à Sword & Cross, un lycée d’éducation surveillée, elle est d’emblée attirée par le ténébreux Daniel.
Dans cet endroit sinistre où les portables sont interdits, où les élèves ont un passé lourd et où des caméras surveillent les moindres faits et gestes de chacun, Daniel devient une obsession.
Mais le jeune homme évite Luce, qui est aussi courtisée par Cam, un beau brun aux yeux verts. Malgré sa fascination pour Daniel, Luce n’arrive pas à résister à Cam. Ce dilemme perturbe la jeune fille, déjà déstabilisée par la présence incessante d’ombres, qui la poursuivent et l’inquiètent depuis l’enfance. Tout est conçu pour que l’ordre règne à Sword & Cross, pourtant, ce lieu deviendra le théâtre de drames troubles et mystérieux… »

Avis :

Une histoire d’amour avec un fond de fantastique, beaucoup de secrets, des plumes… voilà mon coeur de midinette qui fond une fois de plus ! Tout commence avec l’entrée de Luce à Sword & Cross, un lycée pour adolescents à problèmes… où qui causent des  problèmes. Luce est une jeune fille attachante, qui n’est pas à sa place dans ce lycée ultra surveillé. Pourtant on apprend peu à peu pourquoi elle se retrouve là, et comment elle lutte avec le quotidien. Heureusement malgré les caméras de surveillance, la privation des contacts avec l’extérieur et les cours ultra ennuyeux, elle va s’y faire des amis. Ma préféré c’est Penn, une jeune fille qui n’a rien fait pour se retrouver là, et qui va l’aider dans sa double quête amoureuse… double oui car Luce est à la fois attirée par Daniel qui semble indécis, et Cam, bien plus sûr de lui…Tous les deux sont bien évidemment beau à s’en pamer et ténébreux !

Bien sûr il y a des détails intriguants, des ombres noirs qui s’imissent, des rêves étranges… mais les deux premiers tiers du roman sont assez plats, c’est facile à lire, mais on s’ennuierait presque… Presque parce que le premier chapitre du livre nous laisse à penser qu’on a beaucoup à découvrir. Presque parce qu’il y a ces petits mystères, et le fait que le livre soit annoncé comme un roman sur les anges déchus…

Et puis d’un coup les évènements se déclenchent, s’enchainent, on n’a plus le temps de respirer que l’on découvre les personnages sous un nouveau jour, qu’on en laisse en route, qu’on avance et qu’on est déjà à la fin… Une fin intrigante, touchante, et qui donne une folle envie d’avoir le tome 2 sous la main, pour comprendre enfin tous ces mystères qui entourent Luce…

 Le plus dur sera donc d’attendre l’été 2011 pour découvrir la suite : Vertige.

 

La bonne nouvelle c’est que ce roman est à gagner cette semaine sur mon blog !! Voir ici !

Merci beaucoup à Bayard Jeunesse pour cette belle découverte, d’autant plus que le tout était dans un magnifique paquet plein de plumes… Une couverture magnifique et toute douce, qui donne envie de câliner le livre :)

Et le joli site !

http://www.damnes-lelivre.fr/medias/goodies/damnes-banniere-600x100-001.jpg

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

La ronde des livres #1 – 3 albums –

A la manière du Pèle Mèle de
Clarabel
ou du Rond de Sorcières de Acr0 voici venu la ronde des livres ! Le nom n’a rien
d’original, j’avoue ne pas avoir trouvé mieux… et si vous avez des idées je suis preneuse… mais l’essentiel est de commencer, car j’ai de nouveau une pile d’albums qui attend d’apparaître
ici… (déjà que les 30 derniers que j’ai lus sont repartis déçus de n’avoir pu figurer… il fallait bien que je remédie à cela!)

 

Cette première session de la ronde des livres est consacrée uniquement aux albums jeunesse ! Let’s go !

 

La grande légende de Rama et Sita

lagrandelegendederamaetsita.gifCe très grand album m’a tout d’abord attiré pour sa forme particulière, puisqu’il faut tourner les pages vers le haut et non pas vers la
droite. Cela change et donne un dimension très agréable à ce conte. L’histoire est racontée par le fils d’un roi, qui nous parle de son frère Rama et sa fiancée Sita. Le récit comporte à la fois
des dialogues et des descriptions, j’avoue que le langage et cette narration par un tiers, qui prend pourtant part à l’histoire m’a géné… un beau récit mais dans le quel je n’ai pas vraiment su
entrer. Un point largement compensé à mon goût par de très belles illustrations !

En effet les illustrations sont doubles : pleine page en haut, et reprisent comme en ombres chinoises
en bas (il s’agit en fait d’un travail réalisé en partenariat avec le musée des
Marionnettes du Monde de Lyon à ce que j’ai compris)  et je trouve cela très intéressant pour travailler avec des enfants… et en plus c’est superbe!

Cette légende asiatique, le Ramayana, est connue de l’Inde à l’Indonésie. Plus longue, elle est ici réduite à son essentiel pour
permettre sa découverte.

Favaro, Patrice / Joffre, Véronique .- La grande légende de Rama et Sita.- Rue du Monde, septembre 2010.


separateur

 

La fugue de Milton


lafugedemilton.gif

Cet album se présente en fait comme une bande dessinée dans laquelle nous suivons les aventures de Milton, un chat. A la
recherche d’un point d’eau à sa convenance (sa source) Milton parcours la ville, et ses dangers (il croise même un hérisson), en courant… tant et si bien qu’il se perd. Peu de texte, et
seulement pour quelques impressions de Milton, cela laisse toute les possibilités pour la lecture, surtout avec une fin qui permet de repenser la lecture ensuite.

Cete nouvelle aventure de Milton, au même style graphique que les autres, tout en noir et blanc, est toujours aussi
sympathique.

Haydé.- La fugue de Milton.- La joie de Lire (Collection Somnanbule), avril 2010.

 


separateur

 


haikumonnounours.gif

 

 

 


 Haïku, mon nounours


Une couverture kawai à souhait, il ne m’en faut pas beaucoup plus généralement pour ouvrir un livre… Une vingtaine de haïkus
sont ici présentés à la façon d’une histoire, autour d’un nounours. A chaque page donc, un haïku, en français et en japonais, et une illustration, reprenant le petit nounours bleu si craquant de
la couverture. C’est très beau graphiquement, plein d’humour dans le texte, et en plus le livre est un très bel objet aux pages épaisses et mates et
vous pourrez ainsi apprendre à lire le japonais
.


Brulet, Gilles / Miyamoto, Chiaki .- L’irolo, octobre 2010


Lucie et les lucioles de Mayalen Goust et Arnaud Moine

Lucie et les lucioles


lucieetleslucioles.gif
 

 

 

 

Auteur : Arnaud Moine 

Illustrateur : Mayalen Goust

Editeur :  Editions Chocolat ! Jeunesse

Paru le 01/10/2009

 ISBN 
978-2-917516-10-2

Nb. de pages 30 pages
Prix 12€

 

 

 

Thèmes : Enfance, Curiosité, Lucioles

 

 

Présentation de l’éditeur :

L’immense montagne qui fait face à la maison de Lucie l’a to ujours fascinée.
 » On doit voir le monde entier de là-haut. « , pense-t-elle souvent. Un beau soir, la fillette entreprend d’aller vérifier si le
point de vue est aussi féerique qu’elle l’imagine : la voilà bientôt perdue dans les bois sombres des flancs de la montagne…

 

 

Avis :

Ce mois ci dans le cadres des Mercredis de l’album, il fallait présenter un
livre de Mayalen Goust ou Emily Gravett… et moi j’adore les deux! Comme Emily Gravett a déjà eu un article, et me semble plus connue, j’ai préféré vous parler d’un album illustré
par Mayalen Goust, un vrai coup de coeur pour moi, que j’ai découvert au salon du livre de St Priest l’année dernière.

Publié dans une superbe maison d’édition Chocolat ! jeunesse (dont il faut absolument que je vous parle pour un lundi
découverte) cet album Lucie et les lucioles est splendide!

L’histoire est très bien, mais puisqu’il s’agit de parler de Mayalen Goust, c’est plutôt sur l’illustration que je vais vous
dire quelques mots… bien que j’ai toujours trouvé dur de parler sans que vous puissiez voir…

Lucie est une petite fille qui me fait un peu penser à Blanche Neige, fragile, qui a un peu l’air d’un ange. Avec sa petite cape
blanche, ses cheveux noirs et ses bottes rouges ressortent dans les illustrations. Ce que j’aime particulièrement c’est à la fois le style très réaliste, très rond des visages, mais aussi les
couleurs utilisées, et la manière de les faire cohabiter. De nombreuses pages présentent un fond sombre, de sorte que l’illustration qui ressort n’est qu’une petite partie de la page illustrée.
Difficile à expliquer, mais cela donne beaucoup de profondeur aux illustrations. La puissance des illustrations vient aussi du point de vue choisi, souvent on se place au dessus du personnage,
comme si on l’observait de l’extérieur… On a alors moins peur, mais pourtant encore plus peur pour elle, car on voit ce qui l’entoure, et qu’elle ne voit pas.

Les bottes rouges et le parapluie rouge sont deux repères dans ces illustrations sombres, comme une touche d’espoir…
représentée plus loin par la lune, et les lucioles bien sûr, ces lumières qui vont la guider, car ce texte est très poétique.

 

Je vous souhaite vraiment d’avoir l’occasion de regarder les illustrations… le livre semble indisponible pour le moment, mais
espérons que ce ne soit que passager. En attendant feuilletez quelques pages en ligne
ici!

 

Plus quelques images de son travail d’illustration en général (piochées sur le web – Attention ces illustrations sont la
propriété de Mayalen Goust et des différents éditeurs représentés / Flammarion / Chocolat! / Magnard)


 

 

 

 

 

 

 

  C-Herisson08