Carnet de Curiosités de Magnus Philodolphe Pépin

Carnet de Curiosités de

Magnus Philodolphe Pépin :

Comme un poisson dans l’eau

de Thierry Dedieu

Album pour enfants (et adultes)

Petite Plume de Carotte, novembre 2011
9782361540227, 16€

 

 

Présentation de l’éditeur :

Animé par une curiosité sans fin, Magnus Philodolphe Pépin multiplie les expériences.
La nature est son modèle. Lui donnera-t-elle les clés pour réaliser son rêve le plus fou : devenir poisson ?
Mon avis :

Magnus Philodolphe Pépin a 327 ans. Botaniste, minéralogiste et entomologiste, Magnus est tout petit, et son compagnon est un grillon!

Magnus nous a déjà livré certaines de ses recherches dans Comme une soudaine envie de voler, que j’avais beaucoup aimé. Notre petit Magnus quitte ici la folie des airs pour se préoccuper un peu plus du monde aquatique.

La force de cet album est son style unique, mélange entre album jeunesse et carnet scientifique. Des crayonnés, de l’aquarelle, des photos. Du noir et blanc et des couleurs. Un ensemble déstabilisant à la première approche, mais qui nous emporte finalement dans son monde.

Une belle écriture mi scientifique mi poétique, pour une histoire finalement assez simple, mais qui nous permet de découvrir les grenouilles, les argyronètes et les poissons… le tout avec beaucoup d’humour. Moi qui aime beaucoup les sciences, je trouve magnifique ce mélange entre découverte de la nature, avec observation fine et drôle et une histoire.

Tout comme dans le premier opus j’aime cette diversité des illustrations qui rend unique ces carnets de curiosité ! A découvrir, pour enfant comme pour adulte !

Photo du blog de Thierry Dedieu

+Le site de Plume de Carotte
+ l’avis d’Emmyne et sa photo du Stand de Plume de Carotte au salon du livre de Montreuil EPC:

Pendant que vous lisez cet article je suis au Salon du livre de Montreuil, que je vous ai présenté là et là. Sûrement en train de chatter avec des copines ou des auteurs… Je compte bien d’ailleurs passer sur le stand des Éditions Plume de Carotte en D8, où Dedieu est en dédicace à partir de 10h.

Nous suivre et partager :
0

Au pays des pierres de lune

Au pays des pierres de lune

de Tania Sollogoub

roman adolescent

Ecole des loisirs, 2011
Médium
9782211205610, 8€

Thèmes : Adolescence, Russie, Amour, Souvenir

Présentation de l’éditeur :

Quand il neigeait à Boulogne, tous les Russes de l’immeuble étaient heureux.
C’était la fête. Ma grand-mère débarquait dans ma chambre à sept heures du matin. « Debout là-dedans ! hurlait-elle. Regarde ! » Elle ouvrait les volets d’un geste magistral pour me montrer le ciel blanc. « Il neige ! Habille-toi ! Vite ! » Babou n’était pas une grand-mère ordinaire. Elle me racontait que les yeux des filles, en Russie, brillaient comme le reflet de mille pierres de lune dans la nuit. Les garçons les aimaient, ils les embrassaient, puis ils les oubliaient.
C’est l’hiver de mes treize ans qu’à mon tour j’allais découvrir l’amour. Il s’appelait Boris. Il avait les yeux bleus et quelque chose au milieu qui me donna envie d’y plonger.

Mon avis :

Un roman court, simple, qui retrace les vacances d’une jeune adolescente chez ses grands parents d’origine russe. Entre ses souvenirs de vacances et ceux de la russie que lui conte sa grand mère, le roman nous place dans une atmosphère très familiale, très intime. A tout cela s’ajoute une histoire d’amour très douce, et le roman s’adapte alors à merveille à un public d’adolescent. Rien ne mièvre cependant, tout y est agréablement dépeind, on se trouve nous aussi dans ces appartements surpeuplés qui sentent bon la russie, en haut de ses arbres…

La découverte d’un pays, d’une histoire, d’un jeune homme. La découverte de la vie, des promenades en forêt et du vol… Un roman qui nous berce, nous emmène vers le merveilleux… et nous laisse complétement désappointé!

Une écriture douce qui renforce l’atmosphère d’intimité de ce roman court mais puissant. Une belle lecture autour de l’adolescence et du premier amour.

L’avis de Sharon, Marie, Cathulu et Malice.

Nous suivre et partager :
0

LC Sida – Le sida dans la littérature jeunesse (bibliographie) – RDL Ces livres dont je n’ai pas parlé

Avec Liyah nous aimons bien collé à l’actualité, ainsi aujourd’hui il nous a paru normal de parler ensemble, dans le cadre de nos lectures croisées, du Sida.

Le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le sida. Je ne vais pas entrer dans les détails de cette maladie, vous trouverez des informations et des spécialistes sur le site de Sida Info Service, mais j’ai eu envie de faire un point sur le SIDA dans la littérature jeunesse.

Deux raisons à cela, tout d’abord le très bel album lu en septembre Petit Monsieur car je n’avais pas souvenir d’avoir déjà lu un album sur ce thème. Deuxième raison l’ignorance terrifiante de mes élèves. Bon il s’agit d’élèves de 6ème, mais j’ai été extrêmement surprise de voir qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’était le SIDA (pour la plupart). Tous pourtant ont bien repéré le petit ruban rouge qui apparait le 1er décembre sur la plupart des chaines de télé, mais c’est tout. Certains pensaient d’ailleurs que cette maladie n’existait pas en France. D’autres que cela ne pouvait toucher que les homosexuels… Bref beaucoup d’idées reçues, aucune connaissance. Ils sont un peu jeune pour entrer dans les détails de la partie plus sexuelle, je l’ai donc évoqué, les orientant vers l’infirmière pour plus de détail, mais je leur ai présenté et lu un livre : Lettres à qui vous savez. Une très belle façon d’aborder le Sida avec des jeunes.

Lettres à qui vous savez

d’Hervé Debry

Casterman, 1999

Ce roman ne se présente pas comme parlant du Sida, et en effet nous ne le savons pas pendant la première partie du livre. Malheureusement impossible de vous le cacher c’est ce qui fait le livre, et ce qui fait aussi qu’il faut le lire, le conseiller…

Jérémy, le jeune héros, est à l’école primaire. Suite à une dispute il a peur de ne pas avoir de cadeau pour noël, et commence donc à écrire des lettres… au père noël. Oui je sais, vous souriez, mes élèves aussi, pourtant ce point de vue épistolaire qui se rapproche fortement du journal intime est très intéressant.

Jérémy donc nous raconte sa vie en classe, à la maison, avec ses amis, Gaétan son chat… Une vie quotidienne d’enfant de son âge. Sauf que voilà, sa vie n’est pas si classique… régulièrement il doit se rendre à l’hôpital apprend t-on. Et quand il a pris un peu froid, il reste à la maison par précaution. Son père ne veut pas qu’il se batte avec d’autres élèves… et Antoine son meilleur ami semble bien prévenant.

Au cours d’une bagarre, au milieu du livre, nous apprenons en fait que Jérémy est séropositif. Un accident de vélo, une transfusion sanguine, et voilà… Vivre avec cette maladie n’est pas facile, mais quand en plus toute l’école est au courant, cela devient un cauchemar. Les parents des autres élèves veulent qu’il quitte l’école, plus personne ne veut lui parler, il est interdit de piscine…

Pas de point de vue extérieur, juste l’histoire de Jérémy, qu’il raconte lui même. C’est très simple dans l’écriture, presque trop recherché dans le côté enfantin même, mais c’est touchant, et cela sonne juste. Les élèves ont apprécié, cela leur permet de se poser de nombreuses questions, et comme ça au moins ils savent maintenant que ce n’est pas juste un ruban rouge, et que ce n’est pas tabou. Et en plus, ça donne envie de croire à la magie de noël en cette période de fin d’année !

Un livre de 74 pages, vite lu, accessible dès 10 ans.

Je profite aussi qu’on soit jeudi pour vous parler d’un livre que j’ai lu il y a longtemps mais dont je n’ai pas parlé ici, dans le cadre de mes Rondes des Livres dont je n’ai pas parlé, avec Somaja.

La vie à reculons

de Gudule

Thomas, comme Jérémy dans Lettres à qui vous savez, est séropositif suite à une transfusion sanguine. Comme lui il va en cours sans que ses camarades de classe ne soit au courant… Mais Thomas a 15 ans, il ne se laisse pas faire.
Un roman très touchant sur le secret et l’acceptation des autres mais aussi donc sur le Sida.
J’ai beaucoup aimé les personnages de ce roman, et j’en garde un souvenir attendri, mais impossible de me souvenir de la fin de l’histoire, il a fallu que j’ouvre le livre pour la re-parcourir… Ce livre permet aussi d’aborder l’homophobie, souvent lié, dans les esprits, au virus du sida. Un roman singulier qui sait ne pas s’appesantir trop sur cette maladie pour laisser toute la place à l’humain, et aux rapports sociaux.

Somaja vous présente cette semaine : Garde à vie – Abdel Hafed Benotman et Je mourrai pas gibier – Guillaume Guéraud 2 romans coup de poing et coup de coeur!

Je n’ai pas trouvé lors de mes recherches tant de livre que cela autour du Sida en littérature jeunesse, voici donc une mini bibliographie non exhaustive.

Bibliographie Le sida dans la littérature jeunesse

Albums :
Petit Monsieur de M. Piquemal et E. Battut (sans âge)
L’histoire de Petit Monsieur, qui cherche un remède contre la maladie de l’amour (le SIDA n’est jamais cité)

Brenda a un petit dragon dans son sang de Vink H. (dès 7 ans?)

Brenda est une petite fille ordinaire. Une chose cependant n’est pas si ordinaire que cela : un dragon vit dans son sang. Ce dragon s’appelle VIH et il faut le maintenir endormi. Voici l’histoire vraie de Brenda, racontée par sa mère adoptive.

Romans 6 – 9 ans
je n’ai pas trouvé grand chose, si vous avez des pistes ?

Va-t-en vilain chien de David Donald
l’histoire d’Aude, une enfant qui a le Sida, et d’un chien dont personne ne veut.

Romans 9 – 12 ans
Lettres à qui vous savez d’Hervé Debry
L’histoire de Jérémy, 10 ans, séropositif. Comment se faire accepter dans sa classe malgré la peur de sa maladie.
(avis juste au dessus)
Deborah Ellis - Binti, une enfance dans la tourmente Africaine
Tu es tellement ma soeur de Clotide Bernos [indisponible]
Une histoire racontée par Tom, dont la grande soeur Miette a le Sida.

Binti une enfance africaine de Déborah Ellis
12 ans et plus peut être ?
Binti voit sa vie basculé quand son père meurt du Sida. Elle nous plonge dans un monde africain de grande misère où le sida est partout…Clotilde Bernos - Oh là là Lola

Tout contre Léo de Christophe Honoré
P’tit Marcel découvre que son frère ainé a le Sida, sauf qu’il n’est pas censé être au courant…

Oh là là Lola de Clotide Bernos
L’histoire de Lola, une jeune fille qui a le Sida, et Sam son meilleur ami qui l’ignore. Secret, rejet de l’école, hopital…

L’instit : aimer par coeur de Gudule

Romans adosGudule - La vie à reculons

La vie à reculons de Gudule
Présenté aujourd’hui par Liyah + Avis au dessus

Un goût d’amande amère de Manos Kondoleon
L’histoire de Phèdre et Ulysse, deux jeunes amoureux, dont la vie est bouleversé quand Ulysse apprend que son ancienne petite amie a le Sida.

Le cerf-volant brisé de Paula Fox
La vie de Liam est bouleversée lorsque ses parents se séparent parce que son père a le sida.

Mais il part d’Anne Sophie Vermot
Saul sauve Lola, une petite chienne. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Kyle, malade du Sida.Comme la lune / Meynard D., ed. Ecole des loisirs

Comme la lune de Daniel Meynard
Le jour où il vient rencontrer sa classe, Mirabelle est la seule à ne pas lui poser de question.
Parce que, les écrivains, elle n’a rien à leur dire. Leur vie, elle n’en a rien à faire. D’ailleurs, elle est creuse, la vie des écrivains. Vivre ou écrire, il faut choisir.

Le Secret de Chanda d’Allan Stratton
Conseillé par Fantasia

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans  de Barbara Samson
Conseillé par Mélo

BD

Tendre Banlieue : Le prof de Tito

Jo de Derib
voir cet article qui présente bien la BD

Documentaires récents (je ne trouve que des choses des années 90…)
ViH – SIDA : La vie en danger de Aggée Célestin Lomo Myazhiom – Syros, Collection J’accuse

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0

Le rêve du Papillon 1 Lapins sur la lune

Le rêve du papillon
1 Lapins sur la lune

de Marazano et Luo Yin

Bande Dessinée ado

Dargaud, 2010
9782205061154, 13,95€

 

Présentation de l’éditeur :

Tutu s’est réveillée dans un monde inconnu et absurde où l’amour est éternel.
Un monde gouverné par un dictateur, où des lapins bizarres la suivent partout, et dont les habitants ne l’aiment pas beaucoup… La petite fillette souhaite très vite qu’une seule chose : rentrer chez elle. Une fable magique et intemporelle an quatre albums dans un monde de poésie, d’humour et de fantaisie.

Mon avis :

Quand un élève me conseille une bande dessinée, généralement je suis sceptique mais je l’achète… Souvent il faut bien l’avouer je suis un peu déçue, mais ça fonctionne plutôt bien auprès des copains… Là quand on m’a conseillé Le Rêve du papillon, j’ai d’emblée aimer le titre, et j’ai découvert une couverture vraiment attirante !

 Dès les premières pages j’ai été séduite par le trait et les couleurs. J’ai tout de suite pensé à Miyazaki et c’est donc pleine d’entrain que je suis rentrée dans cet univers. Si dans les premières planches tout semble classique on bascule bientôt dans le fantastique. La force de ce livre c’est son héroïne, qui comme nous découvre ce nouveau monde très animalier, où les lapins ont une place de choix. Elle est mignonne, un peu perdue tout comme nous et on ne sait pas bien nous non plus à qui elle doit faire confiance ou non…

 Les personnages animaliers sont captivants, ce monde reste assez obscur pour nous mais certains détails sont bien trouvés comme les hamsters (pauvres petits !). On tourne les pages et c’est avec regret que l’on arrive à la dernière page, bien que les 56 pages soient déjà denses en évènements et aventures.

 J’ai regretté parfois tout de même de ne pas avoir un peu plus d’informations sur ce monde et notamment sur le cerf-voleur ! L’histoire est assez folle, un brin perturbante et on reste vraiment sur notre faim. Plusieurs tomes de parus… mais pas tous encore!

 Une très belle bande dessinée aux dessins japonisants, fantastiques, avec un chat tout à fait irrésistible, mais à l’histoire (trop) compliquée !

 + L’avis de Bouma, déçue
+ Celui d’Eidole, enchantée
+ Celui d’Emmyne, très complet, comme toujours! -plus disponible-

Nous suivre et partager :
0