Le journal d’Aurore 3 : rien ne va plus de Marie Desplechin

Le journal d’Aurore tome 3 – Rien ne va plus

 


journaldaurore3.gif
 

  Auteur : Marie Desplechin 

  Editeur : Ecole des Loisirs

     septembre 2009
  326 p.
  11 €
  ISBN
  978-2-211-09718-5
 

 


  Roman adolescent

 

 

Thèmes : Adolescence, Amour, Famille,

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur : 

  « 11 octobre : Areski a trouvé un nom pour le groupe.
Blanche-Neige et les sept nains. Ce n’est pas que ça m’ennuie de faire Blanche-Neige, mais les garçons ne sont que cinq. Donc,
inutile d’y penser plus longtemps, voilà ce que j’ai dit. Mais justement, a répondu Areski, c’est comme pour les trois mousquetaires. Un clin d’oeil. Un clin d’oeil ? – Je ne vois même pas de
quoi tu parles. – Des trois mousquetaires. -Et alors ? – Ils étaient quatre. – Comment tu le sais ? – Tu n’as pas lu le livre ? – Quel livre ? – Les Trois Mousquetaires, bien sûr.

– C’est le titre ? – Ben oui, c’est le titre. Qu’est-ce que tu veux que ce soit ? – Je ne sais pas, moi… Les auteurs ? J’en ai
plein le dos, de tous ces bouquins que je ne connais pas. Areski était mort de rire. Il a raconté l’histoire aux autres nains au fur et à mesure qu’ils arrivaient de la mine. Et tous les nains de
se gausser joyeusement. »

 

 

 

Avis :

En reposant le livre, après quelques heures en train, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Parce que ce livre est
un condensé de petits bonheurs, pour Aurore comme pour nous… Ce livre c’est tout simplement la vie, l’adolescence…

Heureusement cette ado n’est pas une de mes élèves ! Car dans ce tome 3 on retrouve Aurore aussi folle que dans les tomes précédents. Ici les thèmes principaux sont la chanson, puisqu’Aurore fait
parti d’un groupe, le chomage, et l’amour. 

Je n’ai pas vraiment apprécié la partie sur le chomage de sa mère, le licenciement… que j’ai trouvé assez
surfaite, mais pour le reste c’est un vrai plaisir. Les chansons qu’écrit Aurore sont très ado, mais bien dans le thème du livre. Et puis les histoires d’amour sont bien décrites, elles ne
paraissent pas de trop. La fin ne m’a pas convaincu cependant, un peu « jettée » à mon goût.

Une mention particulière pour la vision de la lecture par Aurore ! Auteur, titre, pas de différence; Roméo et
Juliette, Tristan et Iseult, La princesse de Clèves… même combat ! Tous des livres sans images, et ses avis, quand ils ne sont pas copiés sur Internet vallent vraiment le coup (voir
extrait).

Un ensemble très drole, plaisant à lire, bien écrit… Un roman pour jeune fille bien sûr, mais où les jeunes adultes trouveront également leur compte !

 

 

Lu dans le cadre du Prix Mauprat de George

 

Les membres du jury donnent leur avis sur ce roman :

Edelwe ; George ; Jérôme ; Agnès ;

 

Lundi découverte 9 – Chan-Ok –

Pour cette Neuvième des Lundi découverte, je souhaite vous faire découvrir Chan-Ok!


chanok 

 

Chan-Ok

 

 

 

Chan-Ok est une maison d’édition crée en 2006 par Hélène Charbonnier. Aujourd’hui Chan-Ok est un label de
Flammarion. La ligne directrice est simple : faire découvrir des oeuvres pour la jeunesse autour de la Corée du Sud.

 

« La volonté du label Chan-ok est d’amener la jeunesse à penser le monde, à découvrir de nouveaux univers et de nouvelles
références.
Pour cela, elle s’appuie sur leur insatiable curiosité à l’égard de toute forme de célébration de l’image et
du texte.

Véritable passeur de sens et d’imaginaire entre la création artistique sud-coréenne et la jeunesse francophone, le label
Chan-ok a pour vocation d’être acteur d’une société française multiculturelle, curieuse et déjà ouverte sur la Corée du Sud. »

http://coree.files.wordpress.com/2009/03/cropped-doc3-copie.jpg

 

Le nom :

Chan-Ok signifie Perle du ciel, un magnifique nom donc pour une maison d’édition destinée à
la jeunesse, de 4 à 12 ans, mais que je trouve personnellement très bien aussi pour les adultes !

 

Les auteurs :

Les auteurs et illustrateurs sont tantôt coréens du sud, tantôt français, mais dans leur oeuvre on lit toujours leur amour pour
ce pays coupé en deux, pour ses traditions, tout en restant des plus contemporains dans leurs ouvrages.

 

Les collections :

Collection d’Ici et d’ailleurs
1eletigrecouv.jpg

des histoires qui mèlent des auteurs de cultures différentes  


Collection Perles du ciel

des contes traditionnels de Corée, comme le superbe Le tigre aux sourcils blancs de Lee Jin-suk et illustré par Baik
Dae-Seoung.

Un conte aux illustrations magnifiques, qui plonge au coeur d’un conte traditionnel.


Collection Longue vie

des histoires douces et intemporelles, comme

Le chant du ruisseau de Chae In-sun et
illustré par Kim Dong-seong.

Cet album est très mystérieux, après plusieurs lectures, nous n’avons pas réussi (au comité lecture) à être d’accord sur
l’histoire, entre rêve et réalité, entre aujourd’hui et hier… mais il ne laisse pas indifférent.

 

 

Collection Petits matins

des albums pour les plus petits, pour apprendre et découvrir le quotidien. Deux nouveaux titres viennent de paraître, les
aventures de Jinju, petite coréenne qui arrive tout juste en France. Des albums qui mettent en avant les différences entre France et Corée. Des illustrations et des thèmes très enfantins, pour
des albums inter-culturels.

Jinju ma nouvelle école et Jinju j’aime pas la cantine, de Lim Yeong-hee, illustrés par Amélie
Graux.


Collection Matins calmes 

Une nouvelle collection de roman pour les enfants et adolescents. Une autre façon de parler de la Corée du Sud, mais aussi de la
vie, tout simplement.

Je viens de lire

murmure-lune-L-1.jpegMurmure à la lune de Kim Hyang-yi

Présentation de l’éditeur :

Song-hwa est une petite fille solitaire de douze ans.  Elle n’a jamais connu ses parents et vit seule avec sa grand-mère
chamanesse dans un village au bord de la rivière Imjin, non loin de la frontière avec la Corée du Nord.  Dans l’innocence de son coeur, Song-hwa confie à la lune ses chagrins et ses espoirs
secrets.

Mon avis :

Au début du roman, j’aurais bien été incapable de situer à quelle époque se passe ce roman. Song-hwa est une petite fille qui
vit dans un village, avec sa grand-mère, une chamanesse. Je ne connais rien à l’histoire de la Corée et la vie de cette petite fille me semblait assez vieillotte… Pourtant c’est aujourd’hui que
cette histoire se passe.

Cette petite fille est très attachante, et c’est un véritable plaisir que de lire son quotidien, et de découvrir ainsi, entre
famille et amis, la vie, en Corée du Sud. Ce roman sans s’appesantir ou être difficile à lire, nous retrace les grandes lignes de l’histoire de la Corée, dans ce qu’elle a de plus humain, dans ce
qu’elle a aussi de plus terrible. Tant de familles déchirées.

Mais c’est aussi l’histoire de la vie, des déménagements, de la violence conjugale, des fuites, des réussites… Des histoires
d’amitié, fortes, des histoires de famille, tout aussi fortes. Une ode à la nature, à la lune, à laquelle se confie cette jeune fille triste, et souvent seule.


Une peinture sociale très poétique, dont j’ai réellement apprécié la lecture !

 

Ce roman a reçu le Prix littéraire Samseong ( 530 000 exemplaires vendus en Corée)

 

Deux autres titres viennent de paraitre dans cette collection Les lettres du secret de Bae Yoo-an et Rêves de
liberté
par Kim So-yeon.

 


 

« Lisez ! Lisez ! Car il n’y a pas de frontière dès lors qu’il s’agit de puiser dans l’essence d’un livre pour penser le
monde. »

seolbim-garcon-vignette-2.jpg

 

Les liens :

Le site

Téléchargez le catalogue Premier
semestre 2010

 


Les lundis découvertes, c’est aussi chez Delphine, Isleene… Toutes les infos ici!

Aujourd’hui Delphine nous fait découvrir les éditions Transboréal

Petit Becs du Québec de Marie Rougemont

Petits becs du Québec

 


petitsbecsduquebec.gif
Auteur : Marie Rougemont

Editeur : Les soleils
bleus

Date :  juin 2010
Pages : 106 p.
Prix : 15 €
ISBN
  978-2-918148-02-9
 

 


  Roman (adolescent dès 12 ans)

 

 

Thèmes : Adolescence, Famille, Musique, la Réunion, Québec

 

 

 

Présentation de l’éditeur :
« Juillet 2008, fin d’année scolaire pour Céline, 15 ans, qui mène une vie bourgeoise et très cadrée entre des parents affectueux
et unis, dans l’île de la Réunion.

L’arrivée de sa tante Caroline, figure pétillante du show-biz au Québec, va troubler ce quotidien tranquille et solitaire…
Pourquoi cette hostilité entre ses parents et cette tante d’Amérique un peu surprenante mais si attachante, si généreuse ?

Moments  merveilleux, tensions et conflits se succèdent sous la plume de Céline. De vieilles plaies sont mises à nu mais
ces épisodes douloureux vont faire évoluer les rapports dans la famille et dessiner pour Céline, les jours à venir sous d’autres couleurs. »

 

 

Avis :

Ce petit roman se lit très vite, et nous plonge dans une histoire qui sonne juste. Céline, adolescente, se
retrouve coincée entre des parents aimants mais très exclusif. Alors forcément quand sa tante délurée débarque, et l’entraine dans des endroits merveilleux, Céline apprend à vivre autant… et
découvre des secrets de famille !

Un roman qui se déroule sur l’île de la Réunion, et nous en apprend donc plus sur la vie là bas, et sur ses
expressions, mais avec une autre pointe d’exotisme, le Québec. C’est ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce livre, la découverte de dizaine d’expressions québecoises, certaines déjà croisées grâce
à Abeille, GeishaNellie et Karine:) principalement. C’est un véritable dépaysement que ce roman, dont l’histoire plaira aux adolescents. Malheureusement le vocabulaire étant toujours traduit,
cela amène à de nombreuses notes de bas de page, qui ne m’ont pas génées, mais risque de perturber parfois dans la lecture les plus jeunes lecteurs.

L’ensemble du roman est convainquant, avec une histoire heureuse à tout les points de vue, et même une belle
histoire d’amour, sans tomber dans le roman trop « fleur bleue ».

Il faut aussi vous avouer que j’ai aimé un autre détail du livre, la relation de Céline avec la documentaliste de
son établissement… parce que j’ai aussi des élèves qui sont revenus les derniers jours, juste pour m’aider, alors que mes collègues jouaient tranquillement au foot ou à la pétanque… Alors à
eux – qui ne liront pas ce lignes – Merci ! Et merci bien sûr à Marie Rougemont, enseignante, de l’avoir écrit :)

 

Un roman agréable, dépaysant, qui laisse un petit goût de vacances, malgré l’été qui touche à sa
fin!

 

Merci à Philippe Lorenzo !

 

 

Tu vois la lune d’Agnès de Lestrade et Anaïs Bernabé

tuvoislalune.gif Tu vois la luneAuteurs : Agnès de Lestrade et Anaïs Bernabé

Éditeur:

http://editionsannachanel.hautetfort.com/media/02/00/44398495.jpg

Collection : De Toi à Moi

Date : mai 2010

Pages : 30 pages

Prix : 14,50€

ISBN 978-2-917204-31-3

Album (jeunesse)
Thèmes : immigration clandestine, pauvreté, sécheresse

Présentation de l’éditeur :

« Papa et maman ont dit qu’on partirait demain.
Papa a montré la lune qui brillait dans le ciel et a dit que c’était là qu’on irait. »

Avis :

Cet album c’est l’histoire d’un voyage, celui d’une famille noire, obligée de quitter son village, poussée par la
sécheresse et la famine. La narratrice est une petite fille, réveuse, qui attend beaucoup de ce voyage jusqu’à la lune. Un récit simple, qui ne nous montre que sa vision. Pas de peur inutile ou autre soucis d’adulte, juste sa foi dans sa famille, et dans la lune. Un endroit où l’eau coule de grands tuyaux, dans des maisons en pierre.

Une très belle vision du monde, avec des yeux neufs, ceux d’une petite fille d’ailleurs, pour qui notre quotidien
est un vrai rêve.

Les illustrations d’Anaïs Bernabé permettent elles aussi une vision très différentes de la notre sur notre monde.
De la couleur, beaucoup, des détails, de l’imagination. Un ensemble à la fois intéressant pour notre regard d’adulte, et attrayant pour les plus jeunes. Un album dont la lecture peut être différente selon l’âge du lecteur, et la personne qui l’accompagne.

Tu vois la lune n’est pas un album qui se passe sur la lune, bien au contraire, il se passe chez nous, tous les jours…

http://editionsannachanel.hautetfort.com/media/02/00/44398495.jpg


challenge2

22/ 24

Le recap ici et la suite là !

Les index par titre et auteur pas du tout à jour !