La machine à bonbons d’Isabelle Bauer et Laura Nillni

machine_bonbons_couv.jpg

Album (jeunesse) – souple

La machine à bonbons

  de Isabelle Bauer

 illustré Laura Nillni

 Philomène, mars 2010
28 pages,
9782918803027,  8,90€

 

Thèmes : apprentissage de la vie, amitié

 Avis :

Alors même que je peine un peu dans le challenge je lis aussi des albums, non pas à lire, mais à commenter des albums, ce partenariat avec les éditions Philomène (via Babelio) était une belle opportunité… et je ne le regrette pas !

La machine à bonbons est un album très coloré, plein de vie et d’amitié. Albert, notre ouistiti, personnage principal du livre décide d’inventer une machine à bonbons… mais ce n’est pas si facile ! Son invention sera l’occasion de nombreuses rencontres, et de nouvelles amitiés.

Un joli point de vu,  intéressant sur les rencontres et l’amitié, avec des illustrations très colorées, bien adapatées au texte, et qui le sublime. Les mots sont bien choisis, ils sonnent et résonnent agréablement à l’oreille, par les petits rimes de fin de ligne, pas des tournures intéressantes…

Cet album pourtant n’est pas un coup de coeur… Il manque selon moi quelque chose pour le rendre unique et inoubliable, j’ai  apprécié sa lecture, mais après quelques jours je pense qu’il ne m’en restera vraiment pas grand chose. Je regrette aussi le format de l’album, car je préfère les albums cartonnés, même si le papier est très agréable.

Au final une belle histoire et de belles couleurs pour un album plutôt mignon !

+  Une maison d’édition qui fêtera bientôt ses un an ! Bravo !
challenge2

  14 / 24

 Le recap ici et la suite là !

 Les index par titre et auteur pas du tout à jour !

 

La Machine a Bonbons

Critiques et infos sur Babelio.com
Nous suivre et partager :
error0

Etranger à Berlin de Paul Dowswell

Etranger à Berlin


etrangeraberlin.jpg

Auteur : Paul Dowswell

Traducteur : Nathalie Peronny
Editeur : Naïve (Merci Camille!)

Collection : Naïveland
Date : aout 2009
Pages : 429 p.
Prix : 18 €
ISBN
9782350211923
 

 
 
Roman  (jeunesse)

Thèmes : Aventure, Histoire, 2nde guerre mondiale, nazi, engagement

Présentation de l’éditeur :
« Le garçon sortit une boîte d’allumettes pour en craquer une.
A la lueur vacillante de la flamme, une porte fermée apparut. La clé était suspendue à côté à un clou, au bout d’un ruban rouge. Il trifouilla quelques secondes dans la serrure, et la porte
s’ouvrit. Un courant d’air glacé envahit la contre-allée. Les jeunes franchirent l’ouverture pour se retrouver dans ce qui se révéla être une petite cour sordide baignée par le clair de lune. Des
herbes folles poussaient entre les pavés fendus et dans les craquelures des murs en brique.
Il y avait des latrines en plein air, plusieurs caisses, trois poubelles remplies à ras bord et une minuscule porte en bois. Quelqu’un actionna la poignée frénétiquement – fermé à clé. Dans leur
dos explosaient des cris, des bruits de tables et de chaises fracassées. Les jeunes qui s’étaient laissé piéger au moment de la ruée vers la sortie résistaient en se battant. Des filles
hurlaient.  » C’est le mur ou rien « , déclara Peter.

Quand ses parents meurent, en 1941, Piotr, jeune garçon polonais, est placé dans un orphelinat à Varsovie. Il est rapidement repéré : sa grande taille, ses cheveux blonds et ses yeux bleus font
de lui un modèle accompli du type aryen prôné par Hitler… Un haut dignitaire nazi souhaite l’adopter : Piotr, rebaptisé Peter, est accueilli dans sa nouvelle famille à Berlin. Mais Peter sent
bien que pour les autres, il reste un étranger.
Tous ses efforts tendent à convaincre son entourage du contraire, quitte à faire parfois quelques compromis … C’est alors qu’il rencontre Lena… et qu’il découvre grâce à elle le vrai visage
du nazisme. Il est temps pour lui de choisir son camp. Et de prendre des risques … Un roman d’aventures qui pose la délicate question de l’engagement.
« 

Avis :

Une période historique qui m’intéresse, un roman jeunesse entre histoire et aventure… il ne m’aura pas fallu
longtemps pour dévorer, allongée au soleil, l’histoire de Piotr, polonais orphelin devenu Peter Bruck dans une famille allemande très « cent-pour-cent ».

Entre histoire et aventure, ce roman montre un côté assez peu traité en littérature jeunesse, la seconde guerre
mondiale du côté allemand. De grandes familles extrémistes, des jeunes prêts à tout pour faire plaisir à leur famille, et pourtant quelques rébellions, discrètes, organisées.

Un thème donc très intéressant, qui nous fera d’ailleurs parfois regretté de ne pas avoir quelques références
historiques supplémentaires (elles y sont, mais souvent de façon assez implicite, voire légèrement décalé, arrangé). Un roman prenant, tant par son histoire que par son Histoire donc, qu’il
convient de mettre entre toutes les mains. Outre les thèmes liés à la seconde guerre mondiale, c’est principalement la tolérance qui est mise en avant, ainsi que les dangers liés à la passivité,
tant politique que sociale.

J’ai particulièrement été sensible à cette belle histoire d’amour qui s’immisce dans la vie de ces jeunes
allemands, chamboulant les idées reçues, leur faisant prendre tous les risques. Des personnages très justes, de jolis portraits comme le soulignait Emmyne !

 

L’écriture est elle aussi à la hauteur, coulante et pourtant prenante, facile mais agrémentée de référence
allemande que j’ai aimé traduire, en un mot pertinente.

 

 

J’ai parfois pensé pendant ce roman à Le garçon qui détestait le chocolat de Yael Hassan, pourtant très différent
dans le niveau (plus jeune) et l’écriture. Pourtant c’est aussi cet autre côté de la seconde guerre mondiale que nous découvrons, à l’inverse de ce que mes élèves ont adoré dans Des étoiles dans
le coeur d’Agnès de Lestrade (Prix des Incorruptibles de cette année niveau CM2 6ème) ou du film La Rafle.


Un très beau roman, que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir, et qu’il me tarde de faire à mon tour découvrir
!

 


Extraits :
« Le lendemain de son quatorzième anniversaire, Peter s’était vu approcher au club-house par son chef de section de la Deutsches Jungvolk, qui l’avait officiellement convié à un grand défilé
le 13 octobre prochain en l’honneur de son accession à la Hilterjugend. Lorsqu’il l’avait annoncé aux Kaltenbach, le professeur l’avait observé avec fierté en disant : « C’est le moment le plus
sacré de la vie d’un jeune Allemand.

Ce jour était enfin arrivé. Peter et ses camarades chantaient à pleins poumons
:

Le Reich dirigé par notre Fürhrer suprême

Poursuit sans peine son inlassable croisade

Rejoins-nous, compagnon, tu es allemand et tu es fier

Les tambours résonnent, les drapeaux flottent »

Le site de l’éditeur :
http://www.naive.fr/ qui fourmille de livres, mais pas seulement !


D’autres avis :

Clarabel, Esmeraldae, Stéphie,Tinusia, Emmyne…

Nous suivre et partager :
error0

Fablehaven : le sanctuaire secret de Brandon Mull

 

Fablehaven tome 1 : le sanctuaire secret

 
fablehaven1.gif

Auteur : Brandon Mull

Traducteur : Marie José Lamorlette
Editeur : Nathan
Date : 12/11/2009
Pages : 340 p.
Prix : 14,90 €
ISBN
    9782092525630

 
 
Roman fantastique (jeunesse)

 

 

Thèmes : imaginaire, fée, monde féerique

 

Présentation de l’éditeur :
« 
Depuis des siècles, les créatures fantastiques les plus extraordinaires se cachent dans un refuge
secret, à l’abri du monde moderne.
Ce sanctuaire s’appelle Fablehaven. Kendra et Seth ignorent tout de ce lieu magique, dont leur grand-père est pourtant le gardien. Un jour, ils découvrent l’incroyable vérité : la forêt qui les
entoure est peuplée d’êtres fabuleux – fées, géants, sorcières, monstres, ogres, satyres, naïades… Aujourd’hui, l’avenir de Fablehaven est menacé par l’avènement de puissances maléfiques. Ainsi
commence le combat des deux enfants contre le mal, pour protéger Fablehaven de la destruction, sauver leur famille…
et rester en vie. 
« 

Avis :

L’univers de ce roman est à lui seul un vrai monde. Seth et Kendra, frère et soeur, découvrent chez leur grands
parents un monde féerique, rempli de danger, qui côtoie le leur sans qu’ils ne s’en soient jamais aperçus!

J’ai beaucoup aimé suivre ses enfants intrépides et courageux dans des aventures rocambolesques, dans un monde
parfois magnifique, mais souvent terrible et inquiétant. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est l’écriture, l’action bien menée, qui m’a souvent donnée l’impression d’être à leur coté, tant
dans le grenier que dans la forêt profonde. J’ai lu ce roman sous un orage terrible, avec éclairs, coups de tonnerre et grêle, ce qui aide vraiment à se mettre dans l’ambiance. J’émets cependant
un doute concernant la suite de ce roman, car c’est la découverte d’un nouveau monde qui selon moi porte ce texte, plus que l’aventure elle même. Qu’en sera-t’il alors par la suite, dans les 4
prochains tomes prévus?  D’autant plus que les créatures que l’on rencontre, si on ne les croise jamais au coin de la rue, on les a déjà souvent aperçu au coin des pages de livres, des
contes, des romans jeunesses, des romans ados. Ici le lien avec le monde réel, maintenu par deux enfants et une belle manière de nous faire redécouvrir les fées,  sorcières, golems… et
c’est donc une découverte plaisante, et un bon moment de lecture.

Un roman qui plaira, je pense, aux jeunes adolescents !

 

Le site, très bien fait :

 http://www.fablehaven.eu/ avec un extrait

 

Livre voyageur

Merci à Pimprenelle, qui fait voyager sa version collector !

 

 

D’autres avis :
Deliregirl, Heclea, Lyra Sullivan, Iluze, Belle de nuit, esmeraldae, Lasardine, Cacahuète, Joey7lindley…

Nous suivre et partager :
error0

Mercredi de l’album – juin

Dans le cadre des Mercredi de l’album, nous avions ce mois ci le loisir de vous faire découvrir un coup de coeur.
J’avais quelques idées, mais faute de temps je vous remet un article déjà publié… histoire de faire découvrir cet album à encore plus de monde !


La croûte
Auteur : Charlotte Moundlic
Illustrateur : Olivier Tallec

Editeur : Flammarion
Collection : Les albums du Père Castor
Date : mars 2009
Pages : 24 pages
Prix : 10€
ISBN :
978 2 0812 0855 1

Album (jeunesse)

Thèmes : Deuil, Enfance, Orphelin

Présentation de l’éditeur :
« Quand un maman meurt, rien n’est plus comme .

On continue à vivre, à jouer, à respirer.

Comment faire alors pour ne pas l’oublier?

On cherche son odeur, on entend sa voix, on voudrait toujours les garder avec soi, comme quand elle était
là… »

Résumé :

Un petit garçon vient de perdre sa maman… alors il essaye de la retrouver, de retrouver son odeur, de ne pas
oublier sa voix… et de prendre soin de son papa, qui semble aussi abbatu que lui…

Avis :

Un album extrèment poignant, avec une sensibilité folle, qui traite le thème du deuil avec énormément de
finesse… Attention je ne dis pas que c’est un album médicament, loin de là…. je suis même contre donner des livres sur un thème à des jeunes parce que c’est ce qu’ils vivent… mais par
contre peut être que cela est un bon moyen de parler du deuil, dans des situations moins dramatiques.

J’ai passé un temps fou devant cet album, pour des raisons très personnelles, et vraiment il est fabuleux, à mon
goût… alors il est officiellement mon coup de coeur album 2009 :)


Extraits :
« Elle n’avait qu’à pas faire d’enfant si c’était pour partir avant la fin du troisième trimestre
« 


L’illustrateur :

Olivier Tallec est un illustrateur que j’apprécie beaucoup, et son coup de crayon dans cet album ne m’a encore une
fois pas laissé indifférent.

Les mercredi de l’album c’est ici :
logo.jpg

Nous suivre et partager :
error0