Le pacte des Marchombres T1 Ellana

 

Le pacte des Marchombres
Tome 1 Ellana
de Pierre Bottero

Rageot
9782700232704 – 145 x 225 – 16 euros
432 pages

Pierre Bottero nous entraine une fois de plus dans le Royaume de Gwendalavir.  Vous vous rappelez, c’est le monde magique, juste à coté du notre, ou Ewilan débarque au début de la Quête d’Ewilan! J’avais été séduite par cette série, bien qu’un peu déçue par la deuxième partie Les mondes d’Ewilan!

Bref, pour ceux qui ont lu les 6 tomes de ces deux trilogies de Pierre Bottero, vous vous souviendrez surement d’Ellana, cette marchombre attachante, atypique, à l’humour acérée, et qui aide souvent Ewilan, et ses amis…Et bien pour rester dans ce monde fantastique, Bottero a décidé de revenir en arrière… C’est donc sur les traces de ce personnage attanchant que nous entraine cette nouvelle trilogie.

L’histoire commence alors qu’Ellana n’a que 5 ans. Très vite des Rais (sorte de cochons armés qui attaquent les caravanes) tuent ses parents. Retrouvée et élevée par des Petits (de tout petits êtres, qui vivent proche de la nature, et se promènent dans les arbres comme d’autres au sol) Ellana grandit sans rien connaitre, ni de ses origines ni du reste du Royaume… Un jour pourtant elle éprouve le besoin de partir sur les traces de ses parents… C’est le début d’un long voyage qui la conduira jusque dans le secret de la Guilde des Marchombres.

Je m’arrete là pour le résumé… d’autant plus que je n’ai lu pour le moment que le premier des 3 tomes (Ellana, Ellana l’Envol et Ellana la Prophétie) Mon avis… je suis enchantée, je retrouve ce que j’aime chez Bottero, ce qui m’avait plu dans le début d’Ewilan… la solitude du personnage en plus… Toujours entourée Ellana est bien décidée à ne s’attacher à personne, cela rend trop  malheureux, et l’on se sent responsable des gens à qui l’on s’attache. Bien contre moi je me suis sentie proche d’elle, tellement d’accord avec sa philosophie…. La solitude est parfois une belle manière d’avancer… Bref, ce premier tome est rapide, il se lit vite, laisse un sentiment de trop peu comme toujours… j’ai donc envie de lire la suite… Enfin il faut dire quand même que les descriptions sont toujours aussi stupéfiantes, tant le monde que construit Bottero est fantastique, magique… Cependant, et sans vouloir finir sur une note négative, ce livre reste assez facile, et ce n’est pas pour rien qu’il appartient à la littérature jeunesse… C’est aussi ce que j’aime je crois!

Quelques mots encore, pour parler de ma rencontre avec Pierre Bottero, et Jean Louis Thouard (illustrateur) il y a déjà quelques années au salon du livre de Montreuil. Un véritable plaisir que de parler avec eux, ils sont ouverts, souriants malgré le monde qui attend, et près à discuter quelques minutes, à donner leur coordonnés pour organiser une rencontre… Un très bon souvenir, même si la rencontre en question n’a pas pu avoir lieu!

Je vous invite à consulter quelques sites : Le site officiel (avec dans la rubrique surprise des vidéos de Bottero)
et puis le site Le baron rouge de Jean Louis Thouard

D’autres avis : Edelwe, Deligirl1, MarcF (à compléter, n’hésiter pas à me le dire ;)

A mort l’innocent

Roman pour adolescent

A mort l’innocent

d’Arthur Ténor

Oskar jeunesse, 2008

4ème de couverture :
« Au village, la plupart des gens forent comme s’ils avaient toujours cru en l’innocence de l’insitutuer. Aucun d’entre eux n’aurait avoué qu’il était parmi ceux qui criaient : « A mort, le monstre! ». Eux aussi en sortirent blancs comme neige, et avec un tel naturel qu’on aurait pu les croire des bonne foi. »
« L’histoire exemplaire, tragique et particulièrement émouvante d’un jeune instituteur, nouvellement arrivée dans une école et adoré par toute la classe. Jusqu’au jour où tout bascule…. Un texte magnifique de pudeur, de retenue et d’émotion. »

L’histoire :
1965, Saint Clémentel. Quand son nouveau maître Gabriel Orthis, dont on dit qu’il est pédé, est accusé du meurtre d’un de ces camarades, le jeune narrateur de l’histoire ouvre l’enquête. Pour lui ce n’est pas possible qu’un maître si sympathique est assassiné un enfant… Pourtant c’est ce que tout le monde croit, même la police… et les preuves sont contre lui… Comment faire à une époque où être homosexuel est considéré comme un pêché..

Mon avis :
J’aime beaucoup Arthur Tenor, et la grande majorité de ces romans m’a emballé… Je redouté un peu celui ci, le thème me semblant loin de ces habitudes, mais j’ai été agréablement surprise. Ce roman au vocabulaire riche refuse de tomber dans la facilité… pas de tout beau, tout rose! Ici les choses sont dites, le problème de l’homosexualité est traité en fond, mais seulement en fond, comme explication des ressentiments et des accusations des villageois. L’histoire est bouleversante, elle sent le vrai… mais elle a deux principaux défauts : – elle se veut enquête , mais elle ne peut pas se classer dans les policiers – elle se veut touchante, mais elle manque un peu de sentiments…
Une histoire intéressante, qui mériterait une discussion pour partager les ressentis…

Biographie (Ricochet)
Arthur Ténor est écrivain pour la jeunesse depuis 1998. Il a publié des romans pour toutes les tranches d’âge et pratiquement dans tous les domaines. Il est cependant plus connu pour ses récits historiques, notamment sur les deux guerres mondiales, Versailles et Louis XIV ou encore le Moyen Age. Il réside en Bourbonnais, tout près de Vichy. Dans une présentation personnelle, il se décrit comme un « explorateur de l’imaginaire» Sa passion de l’écriture est pour lui « semblable à celle d’un aventurier sans cesse en quête de contrées inconnues, de rencontres inoubliables, de péripéties palpitantes ». L’esprit qui anime ses récits est résolument positif « L’action et le suspense se mêlent toujours à l’étonnement et à la tendresse, à l’humour et à la fantaisie ». Son souhait est surtout d’exprimer son amour et son respect indéfectibles de la vie. Pour en savoir plus…

L’avis de mes élèves :
Ce roman fait partie de la sélection 5-4ème du prix des Incorruptibles de cette année, plusieurs collégiens l’ont donc lu. Les 6ème ont eu beaucoup de mal avec ce livre, car même si les phrases ne sont pas complexes, le vocabulaire leur est souvent étrangé, soit à cause du thème, soit à cause de l’époque de l’histoire. Pour les autres élèves la lecture a semblé moins dure, mais l’histoire ne les a pas emballé. J’ai une grande majorité de filles qui participent, et je pense que le manque d’histoire d’amour dans ce récit l’a recallé loin derrière d’autres de la sélection… (comme l’Etoile de Sagarmatah par exemple…)

T’es une sorcière maman?

Roman jeunesse dès 8 ans

T’es une sorcière maman?

de Gudule,

Livre de poche jeunesse pour la nouvelle édition

« Jérôme, onze ans, s’inquiète.
À la suite d’une dispute entre ses parents, son père a disparu. Quant à sa mère, rien ne semble l’inquiéter. D’ailleurs, elle a une nouvelle manie: elle ne cesse d’acheter des meubles. Mais quand
le nouveau mobilier se met à vibrer, Jérôme a vraiment la frousse : et si sa mère était une sorcière?. »

Une histoire courte, drole et plaisante, pas du tout terrifiante, qui ravie les plus jeunes de mes collégiens. Idéal pour lire à haute voix, ils ont hâtes de connaitre la fin.. et j’ai déjà une liste d’attente pour l’emprunter… Je crois que cela est du à sa couverture très attirante.. et à sa taille, un peu moins de 100 pages…

L’histoire m’a plu comme la plupart des romans de Gudule, elle est humoristique est à une chute très sympa, mais elle reste vraiment très « facile »… disons qu’il ne faut pas trop chercher, et prendre cela comme ça vient!

Dernier article pour cette semaine d’absence, je n’ai pas le temps de vous parler de Keroro, Aimé Césaire, Arthur Ténor, Molla, … à bientôt…

Bleu de Rose – Marie Chartres

Bleu de Rose

de Marie Chartres

Collection Médium à l’Ecole des Loisirs

« Une solitaire avec des idées pas claires, tortueuses.
Une raconteuse aussi, avec son sac sans fond d’histoires débordantes de poésie, pour mieux cacher son secret. Car la nuit, Rose grandit. Son frère, Nathan, a des araignées sur les poumons. Il va mourir. Il n’y a plus rien que cette idée. Et la colère. Rose se déteste. Rose déteste cette absence d’éternité. Rose déteste les jours et les nuits. Nathan, lui, voudrait aimer, une fois. Rose n’y pense même pas. Elle se sent vide, abandonnée, prisonnière. Mais un jour, elle croise la route d’un certain Zeus. Il est bizarre, avec ses phrases hameçons qui se plantent dans les coeurs. Il a une soeur Iris, belle et libre, de l’âge de Nathan. Il lui parle, il l’écoute.Tout se bouscule. La vie reprend.
Des mots bleus pour des peaux tristes et blanches.
Cela pourrait être un poème de Rose.
C’est demain. « 

Thèmes : Amour / Premier amour , Frères et soeurs (relation entre) , Maladie

Le jour, Rose est la Miss France des filles bizarres.

Rose a une telle colère en elle, un tel dégout de la vie… mais un tel amour aussi… Elle a les idées à l’envers, parce que son frère va mourir et qu’elle ne l’accepte pas. Elle ne veut pas vivre, elle ne peut pas vivre, mais elle vit, elle avance, elle aime… comme elle aimerait tellement que son frère soit aimé. Poignant sans être larmoyant, poétique sans être lyrique, romantique sans être à l’eau de rose… même pour Rose.

Il y a la photo, la piscine et le silence… il y a Rose… qui sourit…

Un roman pour adolescent, qui doit réveiller beaucoup de souffrance chez les adolescents confrontés à la maladie, mais qui coule comme un long fleuve, parfois tranquille, souvent agité. Un fleuve qu’on a envie de suivre, dont on veut connaître la fin… Un fleuve qui n’a pas de fin justement…

Et moi, sensible, j’ai pleuré en lisant…