Sens Interdit d’Alain Grousset et Danielle Martinigol

Sens Interdit

 


sensinterdit.gif
Auteur : Alain Grousset

Auteur : Danielle Martinigol

Editeur : Flammarion

Collection : Ukronie

Date :  18/08/2010
Pages : 325 p.
Prix : 15 €
ISBN
 
9782081230439

 


  Roman de science fiction (adolescent)

 

 

Thèmes : Adolescence, Science Fiction (ukronie), Sens, Odorat

 

 

 

Présentation de l’éditeur : 

En 1918 la grippe espagnole a fait des millions de victimes et modifié radicalement l’odorat humain.

2010. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont testés et afiliés à une caste d’Odorant : animal, minéral ou végétal. L’ordre
des Flagellants, des religieux extrémistes, maintient la société sous contrôle et affirme que la pandémie qui prive les humains de leur odorat est un fléau de Dieu. Mathis, l’orphelin blanc de
Tanzanie, va cependant bouleverser l’ordre établi.

 

Avis :

J’aime beaucoup la collection Ukronie chez Flammarion, et ce nouveau roman ne changera pas mon avis
!

Mathis, jeune orphelin va être entrainé bien malgré lui dans une course poursuite qui le mènera de la Tanzanie en
Suisse, puis à Paris. Beaucoup d’action, de l’aventure, mais aussi une grande réflexion sur l’ordre établi. Le dictat des religieux extrémistes, les recherches scientifiques, les grands groupes
pharmaceutiques… Nous ne sommes pas si loin que ça de notre monde. Seulement c’est un peu comme si les classes sociales que nous connaissons n’étaient pas liées à la naissance, l’argent ou les
études, mais seulement à l’odorat.

Une ukronie passionnante, qui nous permet aussi de nous rendre compte à quel point notre odorat est important
!

Ce roman pour adolescent réuni les clés du succès, avec un héros jeune et attachant, une histoire
d’amour, de l’action, des morts, et des secrets de famille. L’écriture est dans l’ensemble adapté au public adolescent, facile à lire et à comprendre, avec du vocabulaire pourtant.

Les petits points faibles du livre selon moi se situe dans l’écart trop grand entre les récits des aventures de
Mathis et la partie autour des Flagellants. Cette différenciation se comprend volontiers, et ne gène pas en elle même, mais elle révèle l’écriture moins facile de la partie religieuse, et peut
être une gène à la lecture pour les adolescents qui n’aiment pas trop lire… A voir !

Un bon point par contre pour les titres de parties, qui sont doublées de citations, telle « Se laisser mener par le
bout du nez » ou « Avoir quelqu’un dans le nez »

 

Un bon roman de science fiction, qui permet comme souvent en SF une réflexion sur certains points
de notre monde actuel!



 

  Extraits :

 » Etre privé de l’olfaction ouvrait aux humains la voie vers le pardon de leurs fautes, leur
donnait les clés du paradis, cet Eden célesteoù ils pourraient enfin sentir tous les parfums célestes de la Création et vivre pour les siècles des siècles en Odeur de Sainteté. Or Mathis était
bien vivant, à Tarakea, en Afrique. Plutôt loin du paradis ! Et pourtant il sentait TOUT! L’Animal, le Minéral, le Végétal… Toutes les fragances et toutes les puanteurs, les bonnes comme les
mauvaises, son nez percevait tout. »

 

 

dialoguescroisés

 

 

 

Lu dans le cadre d’un partenariat avec la librairie Dialogues.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver aussi ma chronique sur leur site ! 

 

 

Ce livre sort aujourd’hui !

 

 

Absente aujourd’hui pour cause papotage à Lyon… :)

 


Nous suivre et partager :
error0

Rose de Colas Gutman

Rose est une petite fille qui emploie des mots pour d’autre

appréciées

neuf de ledl

 

 

Rose

 

Auteur : Colas Gutman
Editeur : Ecole des Loisirs

Collection : Neuf
Date :
Pages :  


ISBN
978-2-84801-519-4

 


Thèmes :
Problème de Langage, Différence, Ecole, Enfance.

Présentation de l’éditeur :
« 
« 

 Avis :

Rose est une petite fille qui emploie des mots pour d’autres. Elle a donc beaucoup de mal à
s’intégrer et à participer en classe. Pourtant après un énième changement de classe, un déclic se produit.

J’ai beaucoup apprécié ce petit roman qui est raconté par Rose elle même ce qui nous
permet

Nous suivre et partager :
error0

Vampire City de Rachel Cain

Vampire City

DSC01382.JPGAuteur : Rachel Caine

Traducteur : Alice Delarbre

Editeur : Hachette

Collection : Black Moon

Date : 06/10/2010
Pages : 358 p.
Prix : 15,00 €
ISBN
 
978-2-01-201929-4

 
  Couverture provisoire?


Roman (adolescents – jeunes adultes)

Tome 1 Morganville / Bienvenue en enfer

Thèmes : Vampire, Amitié, Amour, Aventure.

 

 
Avis :

Restons dans les histoires sombres pour adulescents. Merci à Cécile grâce à qui j’ai pu le lire en avant première, puisque le
livre ne sort que tout début octobre !

Un tome 1 palpitant et déjà un film en prévision, vous ne pourrez pas passer à coté de ce livre si vous aimez
les vampires.

Je vous avoue que j’étais assez sceptique au début, me disant que les vampires allez bien finir par me lasser… et puis le
pitch bien que sympa sentait la miévrerie à plein nez. Et bien ici j’ai vraiment eu l’impression de lire autre chose! Pas (trop) d’amour impossible, des vampires méchants… un joli
coktail.

 

J’ai apprécié cette lecture, car j’ai vraiment eu l’impression d’être complétement plongée au coeur de cette ville terrifiante,
Morganville, où les vampires controle tout, et où les étudiants sont des pertes acceptables… Claire est une jeune étudiante, très intelligente mais qui est le souffre douleur de la reine de la
fac !

Alors qu’elle est obligée de fuir le campus, elle se retrouve à cohabiter dans une étrange maison avec Eve, la gothique, Shane,
le dur au coeur tendre et Michael, le musicien noctambule.

 

Comment lutter contre les vampires, quand ce sont les vampires qui dirigent tout, qui choississent tout, et qu’ils ont le
pouvoir de controler les habitants.

Une histoire sordide, mais que l’amour et l’amitié rendent lumineuse, passionnante et addictive ! En effet ce n’est que le tome
1, et déjà on veut connaitre la suite, savoir ce qu’il va arriver à Michael…

 

Un roman pour adolescents et jeunes adultes, vraiment bien mené, qui se dévore plus qu’il se lit, grâce à une
écriture légère et agréable, et les nombreux dialogues qui rendent le livre fluide.

 

Une histoire de vampire qui change de Twilight, et ce n’est vraiment pas un mal!

 

Aucun doute que ce roman aura autant de succès en France qu’il en a eu aux USA, quand au film qui viendra surement, il promet
d’être tout aussi palpitant que le livre.

 

 


Extraits :

 » Je mange le chili de Shane. Tu as une idée de la quantité d’ail qu’il met dedans ? Tu es au
courant que les vampires ne peuvent pas le supporter ?

– Jusqu’à aujourd’hui, répondit-elle l’air songeur, je croyais qu’un vampire portait une cape
et parlait avec un accent roumain… Je ne sais plus rien. Et les crucifix ? Est-ce qu’ils marchent ?

– Parfois. Mais ne compte pas trop sur eux, ils n’arrêtent pas les vampires les plus
anciens.

– Et Brandon ?

La lèvre de Michael se souleva dans un rictus.

– Ce type est un bouffon. Tu réussirais à la repousser avec de l’eau du robinet si tu lui
faisais croire qu’elle est bénite. Il est dangeureux, mais, dans les hiérarchie des vampires, il est tout en bas de l’échelle. Tu dois surtout te méfier de ceux qui ne se promènent pas dans la
rue tous crocs dehors. C’est une bonne idée de porter une crois, mais je te conseille de la cacher sous tes vêtements. Il faudra t’en fabriquer une si tu n’en as pas ; ils n’en vendent pas en
ville, évidemment. Et si tu peux mettre la main sur de l’eau bénite et des hosties, ça peut toujours être utile, mais les vampires ont fermé la plupart des églises il y a une cinquantaine
d’années. Certaines restent actives en secret. En tout état de cause, sois prudente, et ne crois pas tout ce qu’on te raconte. Et surtout, surtout, ne t’y rends pas seule. »

 

En plus :

Des infos, extraits… sur le site de Lecture Academy

 

Edit : l’avis de Celsmoon, et celui de Chrestomanci, toutes deux emballées !


Nous suivre et partager :
error0

L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Reif Larsen

L’étravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet



extavagantvoyagetsspivet.gif

Auteur : Reif Larsen

Illustrations : Reif Larsen et Ben Gibson

Traducteur : Hannah Pascal

Editeur : NIL Editions

Date : 2010
Pages : 374 p.
Prix : 21,00 €
ISBN
 
978-2-8411-1409-2

 
  Roman  d’aventure / carnet

Thèmes : Enfance, Famille, Cartographie, Science, Aventure

 

 

 

Présentation de l’éditeur :

T.S. Spivet est un enfant prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, il
reçoit un appel inattendu du musée Smithsonian lui annonçant qu’il a reçu le très prestigieux prix Baird et qu’il est invité à venir faire un discours. A l’insu de tous, il décide alors de
traverser les Etats-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC… Mais là-bas personne ne se doute qu’il n’est qu’un enfant.

Muni d’un télescope, de quatre compas et des Mémoires de son arrière-arrière-grand-mère, T.S. entreprend un voyage initiatique
qui lui permettra peut-être enfin de comprendre comment marche le monde… Notes, cartes et dessins se mêlent au récit avec un humour et une fantaisie irrésistibles.


Avis :

Ce roman se lit comme un carnet de voyage, celui de T.S. Spivet, jeune scientifique, cartographe, et aventurier.
Une histoire acadabrantesque, mais qui fonctionne plutôt bien, et nous entraîne dans  une traversée des Etats Unis (enfin presque, mais moi et la géographie américaine…) Ce jeune garçon
prodige a une façon bien particulière de voir et de comprendre le monde, de le cartographier aussi. C’est cette vision qui m’a séduite, car par bien des aspects on se croirait dans un récit du
siècle dernier, quand quelques détails nous ramènent à la réalité, tel un portable, de la musique pop, et des émissions télé.

Loin de s’apesentir sur ses malheurs, dont la mort récente de son petit frère, Tecumeh Sansonnet (rien que le nom
laisse place à toute une histoire) nous entraine dans une folle aventure, en grande partie solitaire.

Pourtant dans ce récit que j’ai apprécié, il y a quelques petites choses qui m’ont génées. Le pseudo récit de
l’arrière arrière grand mère en fait partie. L’histoire est pourtant intéressante, et comble bien le voyage, mais j’aurais préféré que ce soit plus court, moins prégnant pendant toute une partie
du récit. Et puis il y a tout ce groupe secret, des mystères qui se livrent peu à peu… et qui disparaissent d’un coup dans une fin un peu tronquée à mon goût. Peut être pour laisser la place à
un éventuel tome 2. Peut être juste pour que l’on finisse seul l’histoire…

Un roman intéressant, surtout grâce à sa forme particulière, avec ses notes dans les marges, ses cartes, ses
dessins… tout un ensemble déconcertant au début, mais attrayant et plaisant !

 

Ce livre s’adresse aux adultes, mais malgré sa taille on peut aussi le conseiller aux adolescents !

 


Extraits : Cet extrait se présente sous forme schématique et
illustré… à vous d’imaginer !

« Je me rendais compte que la plupart des gosses de douze ans, dans ce pays,
éprouvaient la même chose que moi, mais, à la différence de mes semblables, je ne pouvais m’empêcher d’étudier le fonctionnement scientifique du faisceau magnétique qui m’attirait
irrésistiblement vers les rouges, les jaunes et les orange réconfortants de Mc Donald’s. J’ai lu quelque part que ces couleurs étaient censées accroître l’appétit (mon opinion : c’est
vrai).

Je n’étais pas exepert en en publicité, mais, en me fondant sur l’observation de
mon propre comportement au voisinage d’un Mc Donald’s, j’avais élaboré l’hypothèse que pour déjouer le barrage que constituait mon désir naturel de beauté, Mc Donald’s recourait au trio
d’éléments persusifs suivant :

Le Mc Trident du désir :

N°1 L’odeur

N°2 La nostalgie

N°3 Les arches « 

 

 


Nous suivre et partager :
error0