La saga des Wildenstern : Voraces d’oisin McGann

 

La saga des Wildenstern : Voraces

 


voraces.gif

 

Auteur : Oisin McGann

Traducteur :  Patrick Imbert

Editeur : Mango

Collection : Mondes
Imaginaires

Date : 10/09/2010

Prix : 18€

ISBN : 9782740427057

 

Roman adolescent (dès 12 ans selon l’éditeur, mais le livre est long, 13-14 ans me semble plus approprié mais comme toutjours
cela dépend des lecteurs) Science Fiction / Fantastique

 

Thèmes : héritage, famille, aventure

 

Présentation de l’éditeur :

« Dans un monde où les véhicules rugissent comme des animaux sauvages, même les morts sont dangereux… »

 

Quand Nate Wildenstern rentre au manoir familial après un voyage, il découvre que son frère aîné vient de mourir dans de
mystérieuses circonstances… et que tout l’accuse ! Coïncidence ou complot ? Les Wildenstern ne sont-ils pas entraînés depuis leur enfance à la trahison et au meurtre ? Un père tyrannique, des
voyous prêts à tout et quatre ancêtres revenus d’entre les morts… le retour de Nate dans sa terrible famille ne sera pas de tout repos !

 

La Saga des Wildenstern est l’histoire d’une famille dont le destin est tracé en lignes de sang. Porté par la plume de
l’inimitable Irlandais Oisin McGann, Voraces a été finaliste du prix Waterstone (Roman Jeunesse). »

 

Avis :

Je viens de terminer ce livre, et je l’ai dévoré, il n’y a pas d’autres mots! La saga des Wildenstern est un roman à couper le
souffle, qu’on peine à lâcher, et qu’on a hâte de retrouver !

L’histoire se passe dans un 19ème siècle assez semblable au notre. Pourtant si l’ascenseur manuel, le train et le télégraphe
sont des traces du monde qu’on connait, que les pays et l’histoire semble concorder (Angleterre, Afrique, Amérique, esclavage…) Osin McGann crée dans ce roman un univers différent, palpitant.
On est plongé tout de suite dans l’histoire, et l’on découvre peu à peu ces différences, la plus intrigante étant les mécanimaux. Ces animaux ont des comportements aléatoires, il faut les
dresser, mais pourtant leur fonctionnement est mécanique, tel des engins motorisés, mais intelligent. Ces mécanimaux m’ont tout de suite charmée, mais ce ne sont pas les seuls. On suit
particulièrement (mais pas uniquement) Nate, un des fils de cette grande famille Wildenstern. Cette famille quasi souveraine a des règles bien étranges d’héritage, bien définie, mais qui indique
clairement qu’il faut s’entretuer… D’autres détails fantastiques apparaissent peu à peu dans l’histoire, en cresendo, et l’on ne peut vraiment plus lâcher ce livre…

Nate, Daisy, Gérald, Berto, Francis, les personnages qui se relayent à la narration sont nombreux, attachants bien que très
différents, et ils permettent différents point de vue sur l’histoire, parfois cocace pour nous lecteurs, puisqu’on connait les différentes versions!  J’ai pris un immense plaisir à les
suivre dans cet univers qui me fait penser à celui des vampires (et bien qu’il soit beaucoup question de sang, il n’est pas du tout question de vampires!). Cet univers a aussi un petit coté
Western, il a une intrigue passionnante, un monde bien imaginé, des détails vraiment poussés sur la mathaumaturgie (science qui consiste à expliquer la magie par les maths!)…

Un roman passionnant, qui a une fin suffisante pour ne pas rester sur sa fin, mais assez ouverte pour qu’on ai envie de
retrouver cette famille hors du commun au plus vite ! Les 2 autres tomes de la série sont annoncés pour 2011 !

 

 

Le site de la série : http://www.mondesimaginaires.com/grands-formats/la-saga-des-wildenstern/

Le site de l’auteur : http://www.oisinmcgann.com/index.html

Le blog de l’illustrateur de la très belle couverture française (qui représente bien le coté Western) Aurélien Police
:
http://aurelienpolice.wordpress.com/

 


challenge-du-1-litteraire-20092
6/7

Nous suivre et partager :
error0

Vérité Vérité Chérie de Valérie Zenatti

veriteveritecherie.gif

Vérité, Vérité Chérie

 de Valérie Zenatti

illustré par Audrey Poussier

Ecole des Loisirs, 2009
79 p., 978-2-211-09396-5

 Thèmes : Conte, Petit chaperon Rouge, Secret de Famille
 

Présentation de l’éditeur :

De mémoire de loup, on n’a jamais vu de petite louve aussi douée que Camille. Une moyenne de 30/20 à l’école, première en tout, première partout, même dans la cour de récré quand elle joue à chat ! Jusqu’au jour où le professeur de chasse lui donne un devoir qui lui hérisse le poil. Camille doit faire le portrait de son grand-père et elle est incapable d’écrire une seule ligne ! Elle ne sait rien de lui. Quand elle interroge ses parents à son sujet, ils évitent de lui répondre, comme s’ils lui cachaient quelque chose.
Camille flaire un lourd secret. Qui était ce grand-père dont on ne veut rien lui dire ?

Ce livre a obtenu le Prix sorcières 2010

 Avis : (attention je dévoile l’histoire!!)

Camille est une petite louve très très douée. Un de ses professeurs lui donne un devoir, faire le portrait de son grand père !
Elle ne sait rien sur lui, ses parents évite le sujet. En fait son grand père est un meurtrier, celui la même surnommé le grand méchant loup qui a attaqué le petit chaperon rouge. Elle se lance seule à sa recherche, afin d’en savoir un peu plus. Elle se rendra donc chez le petit chaperon rouge (qui s’appelle Constance!) et va être recueillie par celle ci. C’est finalement Constance qui met Camille sur la piste de son grand père… on sent qu’elle a pardonné!

(fin du spoiler!)

coeur.gif
Ce livre est bourré de références au conte du petit chaperon rouge (grand méchant loup, tire la bobinette…) mais est une histoire totalement novatrice, originale, et drôle!

Le roman alterne des passages très différents : dialogue, point de vue des professeurs, point de vu de Camille, article de presse, description… Un très bon roman, bien écrit, idéal pour prolonger le conte du petit chaperon rouge. A mon avis l’utilisation en classe en primaire est facile. Le livre est court plein d’humour et de petits détails, mais avec une vraie histoire, de celles qui donnent envie d’avancer, de connaître la fin !

J’ai vraiment apprécié qu’on ne prenne pas les enfants pour les idiots, qu’on les pousse à réfléchir par eux mêmes. Par exemple on sait que Constance arrive chez elle « à califourchon sur un cheval sans tête avec deux jambes rondes, qui foncait en dégageant une très mauvaise odeur. » Nulle part, même pas dans l’illustration la réponse n’est évoquée, à chacun de se faire sa propre réponse…

Les thèmes (autre que le conte du petit chaperon rouge) sont tout à fait contemporain (voir intemporel) entre secret de famille,
fugue, et école. 

Un récit drôle et moderne, qui reprend la métaphore du loup commencée dans le conte du petit chaperon rouge, mais qui peut aussi s’appliquer à la vie humaine moderne.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Le journal d’Aurore 3 : rien ne va plus de Marie Desplechin

Le journal d’Aurore tome 3 – Rien ne va plus

 


journaldaurore3.gif
 

  Auteur : Marie Desplechin 

  Editeur : Ecole des Loisirs

     septembre 2009
  326 p.
  11 €
  ISBN
  978-2-211-09718-5
 

 


  Roman adolescent

 

 

Thèmes : Adolescence, Amour, Famille,

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l’éditeur : 

  « 11 octobre : Areski a trouvé un nom pour le groupe.
Blanche-Neige et les sept nains. Ce n’est pas que ça m’ennuie de faire Blanche-Neige, mais les garçons ne sont que cinq. Donc,
inutile d’y penser plus longtemps, voilà ce que j’ai dit. Mais justement, a répondu Areski, c’est comme pour les trois mousquetaires. Un clin d’oeil. Un clin d’oeil ? – Je ne vois même pas de
quoi tu parles. – Des trois mousquetaires. -Et alors ? – Ils étaient quatre. – Comment tu le sais ? – Tu n’as pas lu le livre ? – Quel livre ? – Les Trois Mousquetaires, bien sûr.

– C’est le titre ? – Ben oui, c’est le titre. Qu’est-ce que tu veux que ce soit ? – Je ne sais pas, moi… Les auteurs ? J’en ai
plein le dos, de tous ces bouquins que je ne connais pas. Areski était mort de rire. Il a raconté l’histoire aux autres nains au fur et à mesure qu’ils arrivaient de la mine. Et tous les nains de
se gausser joyeusement. »

 

 

 

Avis :

En reposant le livre, après quelques heures en train, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Parce que ce livre est
un condensé de petits bonheurs, pour Aurore comme pour nous… Ce livre c’est tout simplement la vie, l’adolescence…

Heureusement cette ado n’est pas une de mes élèves ! Car dans ce tome 3 on retrouve Aurore aussi folle que dans les tomes précédents. Ici les thèmes principaux sont la chanson, puisqu’Aurore fait
parti d’un groupe, le chomage, et l’amour. 

Je n’ai pas vraiment apprécié la partie sur le chomage de sa mère, le licenciement… que j’ai trouvé assez
surfaite, mais pour le reste c’est un vrai plaisir. Les chansons qu’écrit Aurore sont très ado, mais bien dans le thème du livre. Et puis les histoires d’amour sont bien décrites, elles ne
paraissent pas de trop. La fin ne m’a pas convaincu cependant, un peu « jettée » à mon goût.

Une mention particulière pour la vision de la lecture par Aurore ! Auteur, titre, pas de différence; Roméo et
Juliette, Tristan et Iseult, La princesse de Clèves… même combat ! Tous des livres sans images, et ses avis, quand ils ne sont pas copiés sur Internet vallent vraiment le coup (voir
extrait).

Un ensemble très drole, plaisant à lire, bien écrit… Un roman pour jeune fille bien sûr, mais où les jeunes adultes trouveront également leur compte !

 

 

Lu dans le cadre du Prix Mauprat de George

 

Les membres du jury donnent leur avis sur ce roman :

Edelwe ; George ; Jérôme ; Agnès ;

 

Nous suivre et partager :
error0

Lundi découverte 9 – Chan-Ok –

Pour cette Neuvième des Lundi découverte, je souhaite vous faire découvrir Chan-Ok!


chanok 

 

Chan-Ok

 

 

 

Chan-Ok est une maison d’édition crée en 2006 par Hélène Charbonnier. Aujourd’hui Chan-Ok est un label de
Flammarion. La ligne directrice est simple : faire découvrir des oeuvres pour la jeunesse autour de la Corée du Sud.

 

« La volonté du label Chan-ok est d’amener la jeunesse à penser le monde, à découvrir de nouveaux univers et de nouvelles
références.
Pour cela, elle s’appuie sur leur insatiable curiosité à l’égard de toute forme de célébration de l’image et
du texte.

Véritable passeur de sens et d’imaginaire entre la création artistique sud-coréenne et la jeunesse francophone, le label
Chan-ok a pour vocation d’être acteur d’une société française multiculturelle, curieuse et déjà ouverte sur la Corée du Sud. »

http://coree.files.wordpress.com/2009/03/cropped-doc3-copie.jpg

 

Le nom :

Chan-Ok signifie Perle du ciel, un magnifique nom donc pour une maison d’édition destinée à
la jeunesse, de 4 à 12 ans, mais que je trouve personnellement très bien aussi pour les adultes !

 

Les auteurs :

Les auteurs et illustrateurs sont tantôt coréens du sud, tantôt français, mais dans leur oeuvre on lit toujours leur amour pour
ce pays coupé en deux, pour ses traditions, tout en restant des plus contemporains dans leurs ouvrages.

 

Les collections :

Collection d’Ici et d’ailleurs
1eletigrecouv.jpg

des histoires qui mèlent des auteurs de cultures différentes  


Collection Perles du ciel

des contes traditionnels de Corée, comme le superbe Le tigre aux sourcils blancs de Lee Jin-suk et illustré par Baik
Dae-Seoung.

Un conte aux illustrations magnifiques, qui plonge au coeur d’un conte traditionnel.


Collection Longue vie

des histoires douces et intemporelles, comme

Le chant du ruisseau de Chae In-sun et
illustré par Kim Dong-seong.

Cet album est très mystérieux, après plusieurs lectures, nous n’avons pas réussi (au comité lecture) à être d’accord sur
l’histoire, entre rêve et réalité, entre aujourd’hui et hier… mais il ne laisse pas indifférent.

 

 

Collection Petits matins

des albums pour les plus petits, pour apprendre et découvrir le quotidien. Deux nouveaux titres viennent de paraître, les
aventures de Jinju, petite coréenne qui arrive tout juste en France. Des albums qui mettent en avant les différences entre France et Corée. Des illustrations et des thèmes très enfantins, pour
des albums inter-culturels.

Jinju ma nouvelle école et Jinju j’aime pas la cantine, de Lim Yeong-hee, illustrés par Amélie
Graux.


Collection Matins calmes 

Une nouvelle collection de roman pour les enfants et adolescents. Une autre façon de parler de la Corée du Sud, mais aussi de la
vie, tout simplement.

Je viens de lire

murmure-lune-L-1.jpegMurmure à la lune de Kim Hyang-yi

Présentation de l’éditeur :

Song-hwa est une petite fille solitaire de douze ans.  Elle n’a jamais connu ses parents et vit seule avec sa grand-mère
chamanesse dans un village au bord de la rivière Imjin, non loin de la frontière avec la Corée du Nord.  Dans l’innocence de son coeur, Song-hwa confie à la lune ses chagrins et ses espoirs
secrets.

Mon avis :

Au début du roman, j’aurais bien été incapable de situer à quelle époque se passe ce roman. Song-hwa est une petite fille qui
vit dans un village, avec sa grand-mère, une chamanesse. Je ne connais rien à l’histoire de la Corée et la vie de cette petite fille me semblait assez vieillotte… Pourtant c’est aujourd’hui que
cette histoire se passe.

Cette petite fille est très attachante, et c’est un véritable plaisir que de lire son quotidien, et de découvrir ainsi, entre
famille et amis, la vie, en Corée du Sud. Ce roman sans s’appesantir ou être difficile à lire, nous retrace les grandes lignes de l’histoire de la Corée, dans ce qu’elle a de plus humain, dans ce
qu’elle a aussi de plus terrible. Tant de familles déchirées.

Mais c’est aussi l’histoire de la vie, des déménagements, de la violence conjugale, des fuites, des réussites… Des histoires
d’amitié, fortes, des histoires de famille, tout aussi fortes. Une ode à la nature, à la lune, à laquelle se confie cette jeune fille triste, et souvent seule.


Une peinture sociale très poétique, dont j’ai réellement apprécié la lecture !

 

Ce roman a reçu le Prix littéraire Samseong ( 530 000 exemplaires vendus en Corée)

 

Deux autres titres viennent de paraitre dans cette collection Les lettres du secret de Bae Yoo-an et Rêves de
liberté
par Kim So-yeon.

 


 

« Lisez ! Lisez ! Car il n’y a pas de frontière dès lors qu’il s’agit de puiser dans l’essence d’un livre pour penser le
monde. »

seolbim-garcon-vignette-2.jpg

 

Les liens :

Le site

Téléchargez le catalogue Premier
semestre 2010

 


Les lundis découvertes, c’est aussi chez Delphine, Isleene… Toutes les infos ici!

Aujourd’hui Delphine nous fait découvrir les éditions Transboréal

Nous suivre et partager :
error0