Les nuages de Magellan – Roman Jeune Adulte

Un space opéra dépaysant à souhait !

Roman Science-Fiction 15+

Les nuages de Magellan ♥
Estelle Faye

Scrineo (2018)

*****

Résumé de l’éditeur : 27ème siècle. L’Humanité s’est étendue à toute la Voie Lactée. La nouvelle frontière, ce sont désormais les Nuages de Magellan. Mais les explorateurs ont cédé le pas aux toutes puissantes Compagnies…

Sur l’un des derniers planétoïdes terraformés de la galaxie, Dan, une jeune serveuse, chante le blues dans un bar miteux,  tout en rêvant de partir vers les étoiles. Elle est fascinée par Mary, une cliente mystérieuse dont on murmure qu’elle aurait été membre de la « grande piraterie ». Car un mythe court la galaxie : sur une planète soigneusement dissimulée, les derniers pirates auraient créé une république idéale. Et si c’était vrai ?

*****

J’adore la science-fiction. Pourtant, je ne sais pas pourquoi, je n’en lis pas très souvent. Avec « Les nuages de Magellan », j’ai fait un magnifique voyage dans l’espace. Tout y est : les immenses vaisseaux, les cyborgs mi-humains mi-machines, les planètes aux atmosphères plus ou moins respirables, les créatures génétiquement modifiées, les pirates de l’espace… Et en plus, il y a l’aventure, plus d’aventure que n’en pouvait rêver Dan, la jeune serveuse du Frontier, bar minable d’une planète minière oubliée aux fins fonds de la galaxie.

273 pages ?

En l’ouvrant, attirée par le titre et la couverture, je me disais « 270 pages… On ne va pas aller bien loin… » Erreur ! Ce roman m’a emmenée très loin au contraire !! On est immédiatement plongé dans une atmosphère particulière et j’ai tout de suite été emportée par l’écriture d’Estelle Faye. C’était le premier roman que je lisais de cette autrice, j’ai hâte d’en lire d’autres ! Il sera parfait pour les gens qui ont envie de lire de la SF sans pour autant s’embarquer dans une longue série.

En bref, c’est un roman d’aventures qui se passe dans l’espace et c’est génial.

*****

Extrait (p.14)

Dan était née et avait toujours vécu sur le planétoïde rouge, dans l’un de ces containers réformés et aménagés en habitations sommaires, de l’autre côté de la quatre-voies. Quand elle avait eu douze ans, sa mère était partie avec un contremaître des mines. Quand elle avait eu treize ans, elle s’était engagée au Frontier -l’âge légal pour travailler, mais pas pour consommer de l’alcool. Elle attendait que sa vraie vie commence. Elle attendait de partir, de s’envoler loin d’ici.

Le blog d’Estelle Faye

Le site de l’éditeur Scrineo

Nous suivre et partager :
0

L’académie diplomatique d’Isuldain – Les ombres assassines

académie

L’académie diplomatique d’Isuldain
Les ombres assassines

Arthur Ténor

Scrineo (2018)

*****

L’académie diplomatique d’Isuldain accueille des jeunes de toutes les contrées afin de les former au difficile métier de diplomate. Certains de ces jeunes sont des elfes, d’autres des sorciers, il y a aussi des magiciens, des maraudeurs et même un sang-gris !

Les chambrées se composent de 6 membres, qui doivent, non seulement cohabiter, mais apprendre à se connaître, à se respecter et à s’entraider. Ce qui, vous le verrez, ne va pas sans heurts…

*****

En lisant le résumé au dos du livre, je me suis dit « houla ! ça à l’air compliqué… » Et en fait, pas du tout. C’est un roman qui se lit très rapidement. Il ne fait « que » 170 pages, ce qui m’a un peu laissé sur ma faim, mais au moins, il ne découragera pas les « petits » lecteurs par sa taille. Si vous êtes un « gros » lecteur de Fantasy, passez votre chemin, vous en sortirez probablement insatisfaits (sauf s’il y a une suite ?)

Il y a de l’action, des dialogues, de l’humour et un soupçon de merveilleux, un bon cocktail pour passer un moment agréable !

En terminant ce roman en fait, j’ai eu l’impression d’avoir lu (même si l’histoire est apparemment terminée) l’introduction d’une série. Série où l’on pourrait apprendre à mieux connaître chacun des personnages, et leur peuple, l’histoire de cet empire… Vous en pensez quoi Mr Ténor ?

Quelques recherches plus tard… Il existe une série où l’on retrouve cet univers ! Elle s’appelle « l’Elfe au dragon » et se compose de 6 tomes. Suite au prochain épisode…

*****

Le blog de l’auteur

Du même auteur, nous vous avons déjà présenté : A mort l’innocent !, Le roman d’un non-mort, Blaise Cyrano le raté magnifique et Plastique Apocalypse

Pour lire le début, c’est ici

*****

C’est ma 20 ème participation au Challenge 1% de la Rentrée Littéraire

Logo Challenge 1% Rentrée Littéraire 2018 – Picos/Shutterstock

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0

Les 5/5 – T2 : Turbulences – Roman ado

TurbulencesIl peut être dangereux de s’attaquer à de gros poissons…
Roman 13 ans et +

Les 5/5

T2 : Turbulences

Anne Plichota & Cendrine Wolf

XO Jeunesse (2018)

*****

Tome 1 présenté ici

Présentation de l’éditeur :

Dans la chaleur morne de l’été, les liens entre Titus, Far, Merlin, Tom et John, passionnés par les sports de rue, se resserrent au fur et à mesure qu’ils apprennent à se connaître. Et chacun se trouve en proie à des tourments très personnels. John, en particulier, est inquiet. La puberté approche, son corps change, la fille qu’il ne veut pas être se manifeste chaque jour un peu plus…

Parallèlement, tous continuent à vouloir combattre les corrompus de ce monde. C’est alors que le mentor de la bande, Lip, le frère de Tom, leur propose une nouvelle opération Robin des bois. Cette fois, pourtant, tout ne se passe pas comme prévu. Au sein du groupe, une trahison vient semer le doute et fissurer leur belle unité.

*****

Turbulences, un tome qui porte bien son nom ! Tout le monde va être mis à rude épreuve dans ce tome, chacun faisant des cachotteries aux autres, plus ou moins graves, plus ou moins lourdes de conséquences…

Ce 2ème tome

remet beaucoup de choses en questions, éloigne quelques personnages, en met d’autres en avant. Avec toujours des thèmes importants : la liberté de la femme / avoir le droit de choisir qui l’on est ou veut être / le choix d’aimer qui on veut / le poids des traditions.

Un second tome qui m’a plu autant que le 1er. Quelques secrets nous sont révélés, mais d’autres sont encore tus. Il faudra bien encore un ou deux tomes au moins pour dénouer tous les fils de l’intrigue. 

On ne peut s’empêcher de se demander comment cela va finir. Vivement la suite !

*****

Pour lire les premières pages, c’est par ici

Site officiel des deux auteures

Site des éditions XO Jeunesse

De ces deux auteures, nous vous avons déjà présenté : Tugdual T1, Tugdual T2, Tugdual T3, Les petites histoires de Dragomira, Susan Hopper T1 (ce qui me fait penser que le tome 2 attend toujours ! dans ma PAL…)

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0

Il suffirait d’un signe de Tiffany Schmidt

La vie de Mia bascule quand elle apprend qu’elle a une leucémie. Il suffirait d’un signe est l’histoire de son parcours, dans la maladie, mais surtout pour cacher la vérité à ses amis !

il suffirait d'un signeRoman pour adolescents
ès 12 ans

Il suffirait d’un signe

de Tiffany Schmidt

Bayard, 2016
disponible en numérique

 

***

Thèmes :
relation ados parents, musique,
mensonge, adolescence, cancer,
maladie, amitié

 

***

En commençant Il suffirait d’un signe, reçu dans la box Ebook j’ai vite compris qu’il s’agissait, encore, d’un roman de sick-litt. Cette mode suite à la parution de Nos étoiles contraires de John Green, de roman avec un jeune héros malade. On en a vu passer un bon paquet, et on s’est vite lassé, je trouve. Pourtant dans Il suffirait d’un signe un petit quelque chose a réussi à me happer et j’ai lu ce récit d’une traite. Outre la maladie de Mia, l’héroïne, c’est surtout les relations humaines et la distance qu’impose la maladie qui est mise en avant, avec brio et humour.

 

Mia est une adolescente à la vie parfaite : elle est entourée d’amis, fait partie des pompom girls, réussi en cours, adore le lycée… Quand on lui annonce qu’elle a une leucémie son monde bascule, et elle fait tout pour que ça n’arrive pas vraiment… Elle, si superstitieuse, cherche des signes et se persuade alors qu’il ne faut rien dire à personne. Soutenue en ce sens par sa mère – un personnage détestable de mon point de vue, très attachée aux apparences – elle va alors cacher sa maladie à ses meilleurs amis et même à son petit ami. Seul son voisin, un ami d’enfance, est au courant.

« Qu’est-ce qui se passe ? Dis-moi, je t’en prie.
– J’ai une leucémie, chuchotai-je, le mot redouté me laissant un goût amer dans la bouche.
L’accablante réalité me frappa soudain.
– Mon Dieu ! J’ai un cancer.
Quand Gyver m’attira contre lui, mes yeux se remplirent de larmes.
– Alors, on fait quoi, maintenant ? »

Entre chimio et mensonge, elle a bien du mal à continuer sa petite routine. Il suffirait d’un signe n’est pas un roman triste pour autant. Touchant, bien sûr, mais ce sont surtout les liens entre les personnages qui sont importants : sa relation ambiguë -et prévisible- avec son voisin, son rejet de ses amies, ses parents et leur façon bien à eux de vivre la situation.

S’il n’y a pas de grosses surprises à la lecture de ce roman, le lecteur s’attache tout de même à Mia. Plus les pages passent plus on a envie de la pousser à changer, mais cela fait le charme de l’intrigue.

Un roman touchant centré sur les personnages et leurs relations, même si la maladie reste bien présente au fil des pages. Une belle découverte pour moi dans ma box Ebook !


+ Sur le site de l’éditeur Bayard

+ Première participation à cette 8ème édition du Challenge jeunesse / YA de Mutie !

Nous suivre et partager :
0