Le combat de Jodh : se battre pour aller à l’école

le combat de jodhLe combat de Jodh est un roman intéressant sur la place de l’école et de l’apprentissage dans la vie et le développement d’un jeune adolescent, dans un monde imaginaire, ravagé par la guerre.

 

Roman pour adolescents dès 12 ans

Le combat de Jodh

de Marie-Hélène Delval

Bayard, 2011
2747037533

 

 

La guerre a tout détruit. Les terres sont empoisonnées, le ciel toujours jaune, on croise des tanks abandonnés au bord des chemins. Jodh a perdu ses deux parents, pendant la guerre, et il vit maintenant dans la famille de la mère Musha, et de ses deux filles. Les rapports sont houleux. Recueilli pour aider à la ferme, il va chaque jour à l’école, où il apprend avec avidité. Mais ses 13 ans approchent, et avec eux la fin de scolarité obligatoire.

Un combat s’engage alors pour Jodh. De nouveaux personnages apparaissent à la ferme et Jodh va peu à peu apprendre à mieux connaître ceux qui l’entourent. Ce roman nous plonge dans un après-guerre apocalyptique fictif mais très réaliste, avec une panoplie de personnages qui ne laissent pas indifférents. 

Si l’ensemble du roman Le combat de Jodh est bien construit et nous permet de bien cerner le personnage de Jodh, j’aurais aimé un roman un peu plus long, qui nous permette aussi de connaître l’histoire de cette guerre, des personnages secondaires. Mais l’essentiel est là, Jodh est un adolescent qui sort tout juste de l’enfance et que nous accompagnons pendant un bout de chemin. De la révolte à un possible bonheur…

L’écriture de Marie-Hélène Delval me plaît toujours autant par sa simplicité, son imagination, et sa façon de distiller les informations. La couverture, sobre, est bien dans le ton de ce récit.

Un roman intéressant qui montre un combat plutôt à l’inverse des préoccupations de beaucoup de nos jeunes occidentaux aujourd’hui. Un bel exemple à proposer sur le thème de l’école et de l’apprentissage.

***

+ Un autre livre sur la place de l’école : L’école est finie d’Yves Grevet, un texte très court, mais percutant. 

+ D’autres romans de Marie-Hélène Delval à découvrir : Quand vient l’orage, mais aussi Les chats ou Lettres secrètes.

***

Challenge YA#6

Les filles de Brick Lane : Et si vous faisiez partie du club ?

Si vous avez déjà regardé la lune en rêvant, si vous avez envie d’être vous-même, peu importe le regard des autres, si vous avez envie de liberté, d’aventure, alors vous aurez, vous aussi, envie de faire partie du club des Filles de Brick Lane. Embarquez dans ce roman-choral et laissez vous porter par les citations d’Oscar Wilde !

filles de brick lane

 

Roman pour adolescents

Les filles de Brick Lane
1 Amber

de Siobhan Curham

traduit par Marie Hermet

Flammarion, 2016
356 pages, 14€

Titre VO : The Moonlight Dreamers

 

 

 

 

En observant la lune, comme Oscar Wilde, Amber voit ses rêves. Solitaire, elle sent qu’elle a besoin de partager ses moments particuliers, et fabrique donc des cartes d’invitation à participer à une groupe… Sous son impulsion et au hasard des rencontres naît le groupe des filles de Brick Lane, dont le but est de réaliser leurs rêves, tout simplement. Sauf que les rêves ne sont pas toujours faciles à atteindre, et que le groupe n’a pas toutes les solutions…

Dans les Filles de Brick Lane, quatre points de vue, quatre narratrices, quatre histoires se croisent dans les rues de ce quartier cosmopolite de  Londres :
Amber, fille d’un couple d’hommes, elle est très solitaire, fan d’Oscar Wilde,
Maali, asiatique, croyante et surtout extrêmement timide, surtout avec les garçons,
Sky, qui tente de faire le deuil de sa mère et vit avec son père sur une péniche jusqu’à ce qu’il rencontre une nouvelle femme,
et Rose, fille d’une mannequin, populaire, qui semble destinée au même avenir…

« Oui, je suis un rêveur. Car un rêveur est celui qui ne trouve son chemin qu’au clair de lune, et qui, comme punition aperçoit l’aurore avant les autres ».  Oscar Wilde

Malgré quelques mystères de la traduction, les filles de Brick Lane est un très joli roman, à la fois moderne et un brin victorien grâce aux textes d’Oscar Wilde. L’ambiance de ce roman déteint peu à peu sur le lecteur, qui veut lui aussi, après quelques pages, faire partie du groupe.filles de brick lane

Si les histoires personnelles des quatre filles sont peu originales (quête d’identité, différence avec les parents, usurpation d’identité sur les réseaux sociaux, famille homoparentale, beaux-parents…) ce sont réellement les liens entre les quatre jeunes filles qui rendent ce roman intéressant. Elles ne sont pas très attachantes, tant elles se veulent solitaires et détachées, mais on s’attache à leur groupe tout en entier, à leurs histoires, à leurs rêves. On a envie de les aider dans leur quête initiatique, et de les pousser dans leurs réalisations. Avec ce premier tome, le premier rêve est réalisé, mais surtout chaque personnage en ressort grandi, prêt à repartir à l’aventure.

La très belle couverture VO a été transformé en une forme plus rock, mais la première est si belle que je ne résiste pas à vous la montrer >

Ces quatre héroïnes un peu à part nous donnent nous aussi envie de rêver, et de réaliser nos rêves !

***

+ Du même auteur découvrez Cher Dylan, un récit épistolaire, par mail, avec une jeune fille à la vie de famille très compliquée (violence conjugale). Un super récit, douloureux et plein d’espoir.

+ D’autres amitiés fortes : Quatre filles et un jean d’Ann Brashares ou encore Les Petites reines de Clémentine Beauvais

+ Le site du livre, en anglais, avec des goodies.

+ Challenge YA#6 + Petit Bac

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Janvier-Février 2017 : j’ai lu aussi…

Janvier – Février 2017

¨^¨^¨^¨^¨

 janiver Roman (dès 8 ans) : Superchat Pitre de Florence Hinckel  et Joëlle Passeron (ill.)- Nathan (2016)

Pitre est un chat. C’est le premier Chastronaute de l’histoire ! Mais c’est aussi un chat qui aime mettre le bazar dans la corbeille à linge sale, manger des sardines, faire la sieste et jouer avec sa balle fétiche… En parlant de balle, Pitre s’aperçoit que le chat de la voisine, Malo, lui a volé ! En partant à la reconquête de sa balle, Pitre s’aperçoit qu’il a d’étranges pouvoirs…

Une aventure pleine de rebondissements (et de mots difficiles, mais expliqués ; il faut dire que « béotien » quand on a 8 ans, ce n’est tout de même pas évident !)

C’est frais, ça bouge et c’est amusant !

Du même auteur, Florence Hinckel, nous vous avons présenté « Bleue« , « Théa pour l’éternité« , « U4, Yannis« 

¨^¨^¨^¨^¨

Nouvelles (Ados) : Jours de neige de Claire Mazard – Ed. Le Muscadier ((2016) janvier

Jours de neige est un recueil de 6 nouvelles que j’ai apprécié.

La première « 6 décembre 2014 » qui raconte la journée d’un couple qui va participer à un jeu télévisé, est triste et terriblement cynique.

La suivante « J’suis polie… Je demande juste… » est très dure, mais se termine sur une note positive.

La 3ème, « Palais de lumière » montre comment on peut confondre amour et consommation ! Je l’ai trouvée très triste.

Celle qui suit, « La nouvelle », sur le monde du travail et les petits chefs, est épouvantable !

La 5ème, « Une nuit magique », sur le non-dit, est très étrange…

Et la dernière « Madame Mathieu » illustre bien le monde actuel ! Et elle est terrible…

Ce sont des nouvelles très courtes, le recueil fait 80 pages. Impossible de vous raconter les histoires, ça gâcherait tout !

Mais si vous tombez sur ce petit recueil, n’hésitez pas, prenez-le !!

¨^¨^¨^¨^¨

 janvier BD : Aliénor, la légende noire de Delalande, Mogavino et Gomez – Delcourt (2013) – Tome 2 sur 5 parus

Fait partie de la collection Histoire & Histoires  et de la série « Les Reines de Sang » (où l’on trouve aussi « Frédégonde la sanguinaire », « Isabelle, la louve de France » et « Tseu Hi, la dame dragon ») Que des p’tites nanas sympas, quoi !!

J’avais découvert le tome 1 en 2015, grâce aux 48h de la bd et il m’avait beaucoup plu ! J’ai donc demandé au Père Noël de m’apporter la suite…

Toujours aussi ambitieuse, Aliénor continue à comploter, trahir et mentir, à tirer les ficelles grâce à son mari, le roi Louis VII, amoureux et naïf ! Elle est impitoyable et ne reculera devant rien pour assouvir sa soif de vengeance ou de pouvoir… L’histoire est toujours aussi passionnante (même pour une « nulle » en Histoire comme moi !) et les dessins et couleurs, toujours aussi beaux ! Vivement la suite… Le tome 5 est sorti en juin 2016.
janvier

¨^¨^¨^¨^¨

Album (0-3 ans): Lola et Olga d’Olivier Dunrea – éd. École des loisirs (2004)

Lola et Olga sont deux petites oies. Lola porte des bottes rouges, Olga, des bottes bleues roi. Tout ce que fait Lola, Olga le fait aussi. Enfin… Presque !

Un petit album rigolo aux couleurs vives et joyeuses qui montre qu’on peut être amis et garder tout de même son autonomie !!

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le projet Starpoint : embarquez dans un nouveau monde !

Le premier tome de la trilogie Projet Starpoint nous ouvre un nouveau monde passionnant et intriguant. Suivez Pythagore et la fille aux cheveux rouges à la découverte de cet univers, entre science-fiction et fantastique.

starpointLe projet Starpoint
1 La fille aux cheveux rouges

de Marie-Lorna Vaconsin

La Belle Colère, 2 mars 2017
9782843378447, 19€

Pythagore, fils d’une professeur de mathématiques, fait sa rentrée au lycée avec deux semaines de décalage. Il découvre alors qu’il y a une nouvelle fille dans sa classe, une fille aux cheveux rouges, très sûre d’elle, attirante, Foresta. Mais Pythagore est surtout contrarié, car Louise, sa meilleure amie de toujours, l’évite, et traîne de plus en plus avec Foresta… Elles semblent toutes les deux cacher beaucoup de choses et ont un comportement étrange.

[Très légers spoilers dans le paragraphe suivant…]

Dans la ville de Pythagore, Loiret-en-Retz, une vieille légende, celle des Pécheurs, permet de faire une grande fête dans la ville. Lors de cette fête, Pythagore va apprendre que Louise est en danger, et qu’il doit aider Foresta à la retrouver au plus vite. Une aventure qui va le mener dans un monde étrange où des femmes au sang bleu se font couper la tête.

[Fin spoilers]

Ce premier tome d’une trilogie est impossible à refermer tant l’univers crée est bien mené ! L’auteur tisse une toile complexe, avec de nombreux petits détails, tant pour expliquer le côté science fiction / fantasy du livre, que dans la création d’un monde complexe et complet. On va de découverte en découverte, de suspicion en surprise, on imagine, on vit pleinement les aventures de Pythagore.

Pythagore, ce jeune homme au joli nom, n’est pas pour rien dans l’attachement du lecteur à ce roman. C’est un vrai adolescent, qui ne pense qu’à la musique et à draguer des filles, et c’est sans doute grâce à cela que l’auteur arrive à le rendre si réel. Avec ses interrogations, ses doutes, ses sentiments, il est un personnage profond qui n’hésite pourtant pas à prendre des risques pour sauver ses amis. Il permet de s’ancrer dans le monde réel. Avec lui on découvre aussi son père, chercheur en physique quantique, doux rêveur, dans le coma depuis 3 ans.

Louise et Foresta sont deux jeunes filles fortes, que l’on apprend peu à peu à connaître. Foresta est l’élément central de l’insertion de la fantasy dans ce récit, et c’est elle qui va donner, peu à peu, toutes les explications – en tout cas celles qu’elle a- à Pythagore.

D’autres personnages secondaires jouent un rôle trouble, ils sont souvent difficile à cerner, ajoute soit une touche de réel soit une touche de fantasy dans le récit. Car l’histoire est trépidante, le rythme de l’écriture permet d’avancer rapidement dans l’intrigue, dès que la présentation des personnages est faite.

Evidemment il y a des côtés un peu fouillis dans l’histoire. Des éléments notamment sur les Cartographes, un peu difficiles à appréhender sans illustrations ou cartes. Le monde créé est compliqué, tant au niveau de la géographie que de la biologie et physique. Enfin, le côté adolescent est peut être un tout petit peu trop poussé parfois, notamment les histoires d’amour secondaires… même si elles montrent bien le côté instinctif et un brin bestial des adolescents.

Un premier tome prometteur, difficile à classer : de la fantasy, avec un brin de steampunk, et à la limite de la science-fiction ! Un savant mélange, dense, qui fonctionne bien et se laisser dévorer, tout en nous faisant rêver à des oranges bleus, des mers avec des courants nocturnes étranges, des mondes parallèles, des filins de cuivre et des boussoles doubles…

La page Facebook de La Belle Colère, avec notamment l’invitation au lancement, demain du livre :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :