Le château de Cassandra – journal

châteauLe château de Cassandra

Dodie Smith

Gallimard Jeunesse (2004)

*****

Le château de Cassandra est le journal intime d’une jeune fille anglaise des années 1930, qui vit avec son père (un écrivain qui n’écrit plus), sa belle-mère Topaz (une artiste qui communie avec la nature dans le plus simple appareil), sa grande sœur Rose (qui rêve d’une vie meilleure), son jeune frère Thomas (collégien) et le beau Stephen (le fils d’une domestique décédée) qui est resté avec la famille.

Tout ce petit monde habite dans une maison, elle-même située dans la cour d’un château en ruines entouré de douves. Une famille totalement exentrique dont la vie va se retrouver bouleversée par l’arrivée de nouveaux voisins : Deux hommes jeunes, beaux, riches et américains.

*****

Ce roman, devenu un classique de la littérature jeunesse anglo-saxonne date de 1949, mais malgré son grand âge, il n’a rien perdu de sa fraîcheur !

Le personnage de Cassandra, m’a, dans une certaine mesure, fait penser à Jo March dans « les 4 filles du Dr March » : Elles sont toutes deux passionnées par l’écriture et nous décrivent leur famille de façon délicate et humoristique. Certains l’ont comparé à Jane Austen (la « psychologie » des personnages est moins approfondie à mon avis) et J. K. Rowling, la maman d’Harry Potter a dit : « Cassandra, un des personnages les plus charismatiques que j’aie jamais rencontrés ».

Le cadre où se déroule ce récit (la campagne anglaise, ce château), les rêveries romantiques des deux jeunes filles et cette famille totalement atypique font de ce roman (très facile à lire) une lecture vraiment agréable. Il m’a, en tous cas, fait passer un très bon moment !

En septembre 2009, il faisait partie de la liste des 100 livres préférés des anglais.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La lune est à nous – Roman ado

LuneLa lune est à nous

Cindy Van Wilder
Scrinéo (2017)

*****

Olive est orpheline, elle vit chez son oncle et sa tante avec qui elle ne s’entend pas très bien. Heureusement, il y a ses amis du « dépôt », une association et son compte Instagram « Curvy Grace ». Elle est lycéenne et elle est aussi noire, et… grosse.

Bouboule, lui, vient de subir de plein fouet la séparation de ses parents. Heureusement, il y a son petit frère Elliot pour lui changer les idées. Bouboule (je préfère l’appeler par son vrai nom, Max) Max donc, est blanc. Mais il est gay et… gros.

*****

La lune est à nous est un roman qui aborde de nombreuses thématiques : le racisme, le regard que l’on a (et que les autres ont) sur notre corps, le fait d’être gay, de l’assumer et d’oser en parler ou pas… Et surtout, surtout, il parle du harcèlement que l’on peut subir, entre autres,  via les réseaux sociaux.

Et quand on voit les proportions que prennent certaines histoires (qu’elles soient vraies ou fausses d’ailleurs !) sur les réseaux sociaux, les déferlements de haine de certaines personnes, on se dit qu’il faudrait plus de livres de ce genre ! Pour changer un peu, il faudrait apprendre à réfléchir un minimum avant de commenter tout et n’importe quoi, et se rendre compte, que derrière l’ordinateur ou le smartphone, on s’adresse à quelqu’un. Quelqu’un qui existe « en vrai » (IRL comme disent les jeunes), quelqu’un à qui l’on peut faire du mal (oui, les mots peuvent tuer !).

Décidément, les éditions Scrinéo nous proposent de belles surprises. Après m’être régalée avec « Un ado nommé Rimbaud » (qui m’a donné envie de lire de poésie quand même, alors que je n’en lis pour ainsi dire jamais…), j’ai passé un très bon moment avec Olive et Max (dit Bouboule).

Un roman qui se lit très facilement grâce à de nombreux dialogues et à l’alternance des voix d’Olive et Max.

Un peu plus de compréhension et d’empathie en ce bas monde le rendrait certainement meilleur, non ?

(Oui, je sais, je fais partie de la famille des bisounours, on me l’a déjà dit…)

*****

De la même autrice, déjà présenté sur ce blog : Les outrepasseurs (3 tomes)

Le site de Cindy Van Wilder

Celui des éditions Scrinéo

Des éditions Scrinéo, nous vous avons également présenté : Un ado nommé Rimbaud, Le livre de Saskia, Le premier, Le roman d’un non-mort, Wifi-génie, Les héritiers de l’aube, Les avatars de Gaspard, FBI Animaux disparus

*****

challenge rentrée littéraire 2017

Ma 4ème participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Darryl Ouvremonde – roman illustré

DarrylDARRYL OUVREMONDE

Oliver Peru

Rémi Guérin / Nicolas Mitric (ill.)

Michel Lafon (26/10/2017)

** ** **

Darryl, 14 ans, a une double vie.

La journée, c’est un collégien ordinaire de Montréal, où il vit avec son frère aîné Sam depuis le décès accidentel de leurs parents des années auparavant.

La nuit, il devient l’apprenti journalyste de Maître Tortup qui travaille pour le quotidien « Le veilleur » dans l’Ouvremonde… Un monde parallèle auquel Darryl accède grâce à de mystérieux glyphes.

Sam, à sa majorité, a tout fait pour obtenir la garde de son jeune frère. Du coup, Darryl se sent parfois un peu coupable de lui cacher ses activités nocturnes, car, toutes les nuits, il se rend dans l’Ouvremonde pour enquêter avec Maître Tortup.

** ** **

Darryl

Un roman qui fait presque 570 pages, mais qui se dévore en un rien de temps (Bon ok, j’ai quand même mis 2 jours…). Un tome unique, hélas ! parce qu’on resterait bien encore un peu avec Darryl et ses amis dans cet Ouvremonde magique.

On voudrait bien fouler les pavés de Kaelatt sous la pluie. Découvrir cette ville :  « Perspective unique d’un mariage entre architectures médiévale et industrielle, Kaelatt s’offrait au regard comme le tableau le plus grandiose d’un peintre fou. D’éclatantes teintes d’oriflammes battues par le vent dansaient ça et là, des blasons couronnaient la plupart des portes et des fenêtres, des cheminées surplombaient les donjons, des passerelles d’acier et de bois semblaient bondir d’un édifice à l’autre, des voies ferrées jaillissaient de gares aux allures de palais. (…) Kaellatt était un rêve sans égal. »

Et ses habitants : J’ai adoré les « poulpiquets » surtout Languetordue bien sûr (voir illustration ci-contre !), les vifbyrds et tous les autres personnages de ce roman (à part un avec lequel j’ai eu un peu de mal, Arlyssar, mais vous comprendrez vite pourquoi).

Ouvremonde est à la fois un monde médiéval et un monde magique, un monde parfois dangereux, mais merveilleux ! Les descriptions donnent envie d’y aller, le langage de certains est très amusant, on rit, on pleure…

Le style est fluide, il y a de multiples rebondissements -certains dont on se serait bien passé d’ailleurs… :( – et beaucoup de personnages (mais on n’est jamais perdu, ils arrivent progressivement) dont certains sont très drôles (mais d’autres fichent bien la trouille quand même !).

Cette version illustrée éditée par Michel Lafon est déjà très belle, alors j’imagine sans mal que le projet Ulule de base devait être magnifique !! Voir lien ci-dessous.

Un roman avec lequel j’ai passé un très bon moment ! ♥ ♥ ♥

** ** **

Du même auteur, Sophie avait beaucoup aimé « Martyrs »

Le site du studio Termites, créateur du projet

Le blog d’Olivier Peru

A la base, c’est un superbe projet Ulule, voir ici

Un magnifique projet repris par les éditions Michel Lafon pour la présente édition

Une interview des 3 auteurs/illustrateurs sur Elbakin

challenge rentrée littéraire 2017

Ma 3ème participation au Challenge 1% Rentrée Littéraire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rose givrée : un roman touchant

Cathy Cassidy, l’auteur de la série Les filles au chocolat, revient en France avec un nouveau titre Rose Givrée. Une couverture girly et gourmande qui cache un roman profond.

rose givrée

Roman pour adolescents

Rose givrée

de Cathy Cassidy

traduit par Anne Guitton

Nathan, 2017
9782092573921, 14,95€
disponible en epub

***

Cathy Cassidy, l’auteur de la série Les filles au chocolat, revient en France avec un nouveau titre Rose Givrée. Une couverture girly et gourmande qui cache un roman profond.

Jude, 13 ans, a une famille vraiment, vraiment, particulière… et carrément gênante pour une adolescente. Son père est chanteur sosie d’Elvis Presley. Sa mère semble déconnectée du monde. Sa grand-mère a Alzheimer. Et puis, et de là vient en partie le titre, l’ami de sa mère est vendeur de glaces ambulant. Ajouter un camarade de classe un peu collant et quelques verres d’alcool, et vous n’aurez qu’un bref aperçu de tous les thèmes que ce roman abordent.

Maladie d’Alzheimer, Alcoolisme, parents séparés, remariage… dans Rose givrée Cathy Cassidy n’épargne pas son personnage. Trop de thèmes ? C’est l’effet que cela peut faire mais le roman est très équilibré. Jude est une adolescente plutôt mûre et attendrissante. La galerie de personnages qui l’entoure permet de créer un univers vraiment hétéroclite et intéressant, avec un joli clin d’oeil au magicien d’Oz.

Cathy Cassidy réussit un récit pour adolescents complexe et touchant. En suivant Jude dans ses péripéties, le lecteur s’attache, et les épreuves qu’elle doit traverser sont d’autant plus poignantes.

Un récit à la belle couverture, comme avec les Filles au chocolat, et qui attire l’oeil des adolescent(e)s, un succès en CDI !


+ Photo issue de mon compte Instagram, allez y faire un tour :)

+ Le site de Cathy Cassidy  Un site très coloré, sur lequel vous pourrez trouver les couvertures anglaises des romans, très différentes de nos couvertures gourmandes !

+ Challenges : Petit Bac & YA

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :