Ferrailleurs des mers – Roman SF

ferrailleurs

Ados / JA

FERRAILLEURS DES MERS

Paolo Bacigalupi

Au Diable Vauvert (2013)

*****

Un monde post-apocalyptique, non loin des côtes de la Louisiane ; des adolescents –visiblement très pauvres- luttent pour leur survie. Ce sont des ferrailleurs.

Ils travaillent sur des pétroliers échoués sur la plage, ramassant des métaux, de la ferraille pour gagner de quoi subsister. La vie est dure, ils vivent –survivent plutôt !- dans des sortes de bidonville avec parfois à peine de quoi manger. Ceux-là sont pourtant privilégiés car ils ont du travail ; d’autres doivent mendier ou se prostituer…

Un jour, un accident change la façon de voir les choses de Nailer. Et quand il fait une importante découverte, il ne peut se résoudre à faire « ce qu’il faudrait » pour s’en emparer…

*****

La 1ère partie de ce roman

Les 100 premières pages, avec la vie des ferrailleurs, leurs codes, leur travail, m’a beaucoup plu. On plaint sincèrement Nailer qui n’a d’autre famille qu’un père ultra-violent qui le bat régulièrement et on souhaite vraiment qu’il s’en sorte, qu’il accède à une vie meilleure.

Dans la seconde partie (Nailer a fait une découverte et il a fait un choix) je me suis sentie moins concernée par ce qui arrive aux personnages, j’ai eu l’impression d’une esquisse de roman et j’ai trouvé vraiment dommage que la dernière partie ne soit pas plus fouillée…

C’est vrai en particulier pour un des personnages, Tool, qui aurait mérité un peu plus d’attention, j’ai été vraiment déçue de sa « sortie », on aurait aimé en savoir plus sur lui et ses semblables.

La fin m’a également laissé un peu sur ma faim…

C’est peut-être dû au fait que c’est un roman « jeunesse ». Il ne fait que 300 pages, ce qui n’est pas énorme par rapport à la complexité du monde présenté.

Il n’en reste pas moins que j’ai passé un très bon moment, c’est un bon roman d’aventure/SF et j’attends la suite en poche (Les cités englouties, où l’on retrouve Tool) avec impatience.

« Les cités englouties » n’est pas vraiment la suite, mais ça se passe dans le même univers et on retrouve des personnages… Et il y a un 3ème et dernier tome à cette « série » : Machine de guerre.

*****

Ce roman a obtenu le prix Locus (2011) dans la catégorie « Roman pour la jeunesse ».

Pour lire le début, c’est par ici

Et j’ai toujours deux autres romans de cet auteur dans ma pal : La fille automate et

Nous suivre et partager :

Les petits pains de la pleine lune – Corée 1

painsChallenge Coréen

Roman Ado / JA

LES PETITS PAINS

DE LA PLEINE LUNE

GU Byeong-mo

Traduit par Lim Yeong-hee

et Françoise Nagel

Picquier Jeunesse (2010)

*****

Un jeune garçon harcelé par sa belle-mère trouve un jour refuge dans une boulangerie. Il la connait bien, puisqu’il y achète des petits pains tous les matins et tous les soirs, pour éviter de manger avec sa famille.

Un jour, accusé d’un crime qu’il n’a pas commis par sa belle-mère et poursuivi, il demande au boulanger de le cacher. Celui-ci finit par accepter et laisse le garçon habiter avec lui et sa vendeuse. Le garçon découvre alors que certaines des pâtisseries vendues dans cette boulangerie n’ont rien d’ordinaire…

*****

Les petits pains de la pleine lune est un roman étonnant. Déjà, parce qu’il a plusieurs fins, ce qui n’est pas courant. C’est une histoire de famille, de vie, très réaliste avec un côté fantastique. Un joli roman qui permet aussi de se poser des questions sur nos vies, nos choix, ce qui a été et ce qui aurait pu être…

*****

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Avec pour sujet la Corée déjà présentés sur ce blog : Mariée par correspondance (BD), La bicyclette rouge (Manhwa)

*****

Ce roman est ma 1ère participation au Challenge Coréen chez Christie

Ce roman participe également à l’Objectif PAL d’Antigone puisqu’il y est depuis au moins deux ans !

Nous suivre et partager :

Je les entends nous suivre – Roman

suivreRoman
Ado/JA

Je les entends nous suivre

Florence Cadier

Le muscadier (2018)

*****

Léo a 15 ans. Pour son anniversaire, il organise une fête chez ses parents avec tous ses copains. Ce soir, il a décidé d’embrasser Léonore, une fille avec qui il fait de la boxe. Elle l’attire beaucoup depuis déjà un moment. Mais la fête ne va pas du tout se dérouler comme prévu. Un des invités va se sentir mal après avoir bu trop d’alcool et rester dormir dans la chambre de Léo. Et, à sa grande surprise, Léo va bien embrasser quelqu’un, mais ce ne sera pas Léonore

*****

Je les entends nous suivre nous raconte l’histoire d’un jeune homme qui a tout d’abord un coup de foudre pour une jeune fille. Qui décide de franchir le pas et de l’embrasser le soir de ses 15 ans. Mais suite à un incident, il va avoir un autre coup de foudre, qui va le troubler au plus haut point.

L’histoire d’un coup de foudre, puis d’une belle histoire d’amour. Une relation pas vraiment évidente pour le jeune Léo, qui ne l’assume pas. Il commence par cacher cet amour, puis, lorsqu’il l’accepte enfin, un grave « problème » vient mettre en doute ses certitudes.

Un petit roman qui raconte la découverte de l’amour par un jeune garçon. Et il va découvrir aussi l’importance de la bêtise humaine et ses tristes conséquences.

Comme d’habitude dans cette collection « Rester vivant », c’est un roman qui fait réfléchir !

*****

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur

Avec un thème commun : Traits d’union

Ce livre participe à l’Objectif Pal chez Antigone

(Reçu en 2018...)

Nous suivre et partager :

Les livres d’Emmett Farmer – Roman

FarmerAccepteriez-vous d’effacer des pans entiers de votre vie ?
Roman Ado/Adulte

Les livres d’Emmett Farmer

Bridget Collins

JC Lattès (2019)

*****

Emmett Farmer a été malade. Il ne sait pas exactement combien de temps, ni ce qu’il a eu, mais il a du mal à s’en remettre. C’est un jeune homme, mais il est très lent et aussi fragile qu’un vieillard. Au milieu des cauchemars, il lui reste quelques souvenirs. Cris, pleurs, hallucinations… Après une journée de travail aux champs, il ne rêve que d’une chose : boire une bière et dormir d’un sommeil sans rêves ni terreurs nocturnes. Mais ce soir, une lettre est arrivée pour lui. La sorcière des Marais, l’enlivreuse, veut qu’il soit son apprenti. Et ce n’est pas comme s’il avait le choix… Il va devoir quitter la ferme de ses parents, où il pensait vivre toute sa vie, et sa sœur Alta aussi.

*****

Je n’en dirais pas plus sur l’histoire (on apprend ce que j’ai mis dans le résumé dans les 10 premières pages) parce que tout le plaisir est dans la découverte ! Ce roman fait 526 pages, mais je l’ai dévoré en 2 jours à peine. C’est Emmett qui nous raconte ce qui lui est arrivé, il y a beaucoup de dialogues et de « choses » à découvrir ce qui en fait un livre facile à lire et surtout très prenant !

Il y a du suspense, un côté « fantastique » (les enlivreurs), on ne sait pas vraiment où ça se passe (l’Angleterre ? Le nom du village est « Castleford »), ni quand ça se passe (il y a un côté moyenâgeux dans les descriptions de la ville, du quotidien…)

Difficile d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue…. Qui est plutôt originale.

En fait, mon seul bémol est pour la couverture, que je ne trouve pas attirante du tout…

En bref, c’est un livre avec lequel j’ai passé un très bon moment !

*****

Extrait « Les livres d’Emmet Farmer »

« Quand la lettre arriva, j’étais encore dans les champs, à ficeler ma dernière gerbe de blé. Mes mains tremblaient tellement que je ne parvenais pas à faire le nœud. C’était de ma faute si on devait le faire à l’ancienne, alors abandonner était hors de question. Je m’étais échiné sous le cagnard tout l’après-midi, à battre des paupières pour repousser les flaques de ténèbres qui palpitaient à la périphérie de mon champ de vision ; maintenant la nuit tombait, et j’avais presque fini. Les autres étaient partis dès le coucher du soleil, en me lançant des au revoir par-dessus leurs épaules. Et ça m’allait très bien. Enfin, j’étais tranquille et je n’avais plus besoin de cacher ma lenteur. Je poursuivais donc mon ouvrage en solitaire. Tout aurait été si facile avec la moissonneuse… À ce qu’il paraît, j’avais été trop malade pour vérifier l’état de la machine. En même temps, je ne me souvenais pas de grand-chose. Hormis quelques moments de lucidité, l’été avait été une succession de trous noirs, d’échos confus et fantomatiques. Et bien sûr, personne n’avait songé à s’assurer que la moissonneuse fonctionnait ! Chaque jour, je découvrais des tâches qui n’avaient pas été effectuées. Pa avait fait de son mieux, mais il n’avait pas quatre bras. À cause de moi, cela faisait un an qu’on était en retard sur tout.« 

Une trilogie qui a quelques points communs avec ce roman (fantasy/ambiance moyenâgeuse/Amour et amitié…) : Le livre des mots

Cette page vous propose des livres qui parlent de livres

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :