Crescendo de Becca Fitzpatrick (Saga Hush Hush, tome 2)

Crescendo

de Becca Fitzpatrick

Tome 2 de la saga des anges déchus (T1 Hush Hush)
Roman fantastique adolescents / jeunes adultes

Msk, mars 2011
9782702434550, 17€

Thèmes : Anges déchus, amour, adolescence

Présentation de l’éditeur : Attention Spoiler si vous n’avez pas lu le tome 1 (et un tout petit peu tome 2 dans cette présentation)
Après une année tourmentée, Nora a retrouvé Patch, l’homme qu’elle aime et qui est maintenant son ange gardien.
Alors qu’elle devrait savourer ce bonheur nouveau, un passé menaçant refait surface. Hantée par le meurtre violent de son père, la jeune fille se retrouve plongée dans un mystère qui la dépasse. Son père a-t-il payé de sa vie son ascendance néphilim ? Quand elle cherche des réponses auprès de Patch, celui-ci s’éloigne. Peut-elle vraiment compter sur lui ou lui cache-t-il d’autres secrets plus sombres encore ? Malgré la menace qui pèse, Nora se risque à enquêter seule, consciente que la vérité qu’elle s’apprête à dévoiler est peut-être plus terrible encore que le mensonge.

Mon avis : Mon article sur le tome 1 Hush Hush

Je vais essayer de ne pas faire de spoiler dans mon avis… je sais comme c’est frustrant… et pourtant ne rien dire c’est dur aussi !

On va commencer par l’essentiel : j’ai aimé ce livre ! Moins que le premier car il n’y a pas la découverte et un peu moins de mystère, et en même temps plus que le premier car Nora s’affirme enfin ! Elle devient enfin le vrai personnage principal, plus que Patch, même s’il m’a parfois manqué dans ce tome. Nora en devenant un personnage plus intéressant donne plus de profondeur et de réalité à ce tome. Il y a encore largement des mystères, des interrogations, de l’amour, des surprises, mais l’ensemble est plus adulte.
Entre la mort de son père, l’absence de Patch et le retour d’un vague ami d’enfance, Nora se retrouve sans cesse dans des situations plus dangereuses les unes que les autres, comme si elle attendait que son ange gardien la sauve…

Dans ce tome j’ai adoré detester Patch pour ce qu’il fait à Nora, j’ai adoré retomber amoureuse aussi…Aahh, comme dans le tome 1, je n’ai pas pu résister au charme de ces anges déchus… On apprend beaucoup de choses, on avance vraiment dans l’intrigue principale, on commence à mieux comprendre les rapports entre anges déchus, anges gardiens et néphilim… Et pourtant la fin une fois de plus est terriblement ouverte… le prochain tome (tome 3) sortira le 18 octobre 2011 au USA sous le titre Tempest, ce sera à priori le dernier tome de la série.

Info pour les fans de Vee : oui oui elle est là, fidèle à elle même, et elle m’a encore fait rire!


Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Brune et Jules de Nathalie Le Gendre

Brune et Jules

de Nathalie Le Gendre

Roman adolescent, pas avant 12 ans…

Oskar Editions (Junior), 2010
9782350005515, 13,95€

Thèmes : Famille, Alcoolisme, SDF, Maladie, Fugue

Présentation de l’éditeur

Brune étouffe.
Vivant dans l’angoisse et la violence, elle tente de protéger ses jeunes demi-frère et soeur des colères de son beau-père. Mais qui la sauvera, elle, des agressions et de la souffrance quotidienne ? Quand Brune rencontre Jules, l’amitié naît aussitôt, inattendue, forte, solidaire, comme une bouffée d’oxygène dans un monde froid. Jules, ce vieil homme , au regard si doux, pourrait-il lui rendre sa joie de vivre ?

Mon avis

Pauvre Brune ! Cette adolescente que j’ai suivi tout au long de ce roman avec beaucoup d’appréhension m’a vraiment fait de la peine. C’est même presque trop! Une mère qui ne fait rien, un père parti loin, un beau père violent, une vie qui se disloque, et deux petits frères et sœurs à protéger, en plus des cours qui continuent… Ca fait beaucoup à porter, et Brune aurait pu tomber dans les bras de n’importe qui. Pourtant ici ce n’est pas une histoire d’amour entre adolescents qui nous attend, mais une histoire beaucoup plus touchante.

Je ne peux pas tout vous raconter, mais Brune va rencontrer Jules, un vieil homme, et s’y attacher. Elle va apprendre à regarder les choses différemment, mais est-ce que cela la sauvera ?

Bizarrement, et malgré certaines accumulations j’ai énormément apprécié ce roman, ces personnages. L‘ensemble est vraiment noir mais bien écrit et entrainant. Un très bon roman pour adolescents, loin des niaiseries et des clichés de certains, comme Le jour où je suis devenue mytho, à éviter absolument!

Un seul reproche, un détail, à la fin, qui ne sert à rien, vraiment à rien, et m’a même en partie gâcher le plaisir de cette belle lecture. Alors pour bien faire je crois qu’il ne faudrait pas aller jusqu’au bout… dur dur hein ?!

Le site de l’auteur / La page Facebook de l’auteur

EDIT du 31 mars : Suite à un commentaire de l’auteur je me permets d’ajouter cette information : « Ce roman est à 90% autobiographique et malheureusement les « accumulations » sont réelles… ainsi que la fin »

Danbe d’Aya Cissoko et Marie Desplechin

Danbe

d’Aya Cissoko et Marie Desplechin

Roman adolescents / adulte

Calmann-Lévy, février 2011
9782702141755, 15€

Thèmes : Immigration, Intégration, Boxe, Volonté, Famille

Une petite fille immigrée grandie heureuse à Ménilmontant, frappée par une série de deuils familiaux, devient championne de boxe puis étudiante à Sciences Po : le parcours hors du commun d’Aya, raconté avec force et justesse par Marie Desplechin.
Danbé est le résultat d’une longue conversation entre Aya Cissoko et Marie Desplechin. Quand elles se sont rencontrées chez des amis communs, le projet d’écrire une « vie d’Aya » était déjà ancien ; Aya en avait posé les grandes lignes sur le papier. Il pouvait sembler curieux, voire prématuré, de se lancer dans un récit autobiographique, quand son auteur avait tout juste une petite trentaine d’années.
Mais son destin à la fois exemplaire et particulier justifiait la démarche. Fille de parents maliens venus d’un village pour s’installer à Paris, Aya connaît les conditions de vie difficiles d’une famille pauvre et déracinée.

Mon avis
Cette autobiographie est menée de mains de maître par Aya Cissoko et Marie Desplechin. J’avoue bien volontiers que c’est le nom de Marie Desplechin, auteur jeunesse que j’affectionne, qui m’a poussé vers ce livre. Je ne connaissais pas du tout Aya Cissoko… et tant mieux finalement, car j’ai pu découvrir son histoire petit à petit, au fil des lignes. Je suis entrée tout entière dans ce récit, j’ai eu peur, j’ai eu les larmes aux yeux, le sourire aux lèvres, envie de crier… mais surtout l’envie de tourner les pages, de continuer à découvrir ce destin si particulier, tellement plein de force et de dignité.
Un parcours exemplaire ? Pas vraiment en fait, et je ne le souhaite à personne, sauf que ce sont ces épreuves qui ont fait d’Aya Cissoko une femme aux talents multiples…

Dans ce livre nous découvrons la France, et Paris, sous les yeux d’une petite fille, puis d’une adolescente qui n’a pas choisi de vivre là où elle vit, mais qui s’y adapte. Alors non ce n’est pas un roman sur les « quartiers », pas vraiment, mais ce qui y est évoqué est intéressant, car même dans les situations dramatiques, il y a des lueurs d’espoir. « L’avantage » d’une autobiographie contrairement à un roman, c’est qu’on ne peut rien épargner au personnage principal… Même si ce récit est celui d’une réussite, multiple d’ailleurs, ce n’est pas que cela, il y a aussi les trous noirs, les difficultés, la pauvreté, la mort… Le tout est superbement maitrisé, car on ne tombe jamais dans le pathos. Un témoignage admirable d’une jeune femme qui continue d’avancer, et de réussir!

Alors un grand bravo à Aya tout d’abord, pour cette force, cette leçon de vie, et ses réussites… et mes félicitations à Marie Desplechin aussi, qui a prêté sa plume et son talent à ce récit! Une autobiographie qui est à lire, à transmettre, et à faire lire, notamment aux adolescents, mais pas que!

Une rencontre a eu lieu à Paris, certains adolescents vont avoir la chance des les rencontrer (c’est ça aussi d’avoir 2 supers nanas comme profs :)
L’avis plus qu’enthousiaste de Stephie, qui a en plus assisté à la rencontre parisienne. Mais aussi les avis de Noukette, Constance93, et Chiffonnette !

Extrait :
 » Grandir enfant français de parents africains donne un regard particulier sur l’Histoire, un regard ironique, un peu méfiant. Je ne sais pas si l’Afrique a un problème avec l’Histoire. Mais je suis à la bonne place pour constater que l’Histoire a un problème avec l’Afrique. »

Délirium de Lauren Oliver

Délirium

de Lauren Oliver

Roman adolescents, jeunes adultes Science Fiction (dystopie)

Hachette, février 2011
Black Moon, 451 pages
9782012021266, 18€

Thèmes : Amour, Dystopie, Famille, Liberté, Science fiction

Mon avis :

Lena est une jeune fille attachante, qui m’a permis de rentrer très rapidement dans ce roman pour adolescents. Pourtant ce monde est étrange… Un monde sans amour! A 18 ans, une petite opération, et c’est fini, plus jamais d’amour. Les couples sont formés sur dossier par les autorités… Brr ça fait froid dans le dos un monde pareil. Pourtant tous sont persuadés que l’amour est la maladie ultime… Mais tout ça fait suite à un évènement type chaos/fin du monde. Démarche religieuse et politique à la fois, elle semble convenir à tout le monde… Pourtant Lena a des doutes, sur elle d’abord, à cause de son histoire familiale, et puis sur l’amour…
L’histoire reprend des choses déjà bien souvent vues, mais le thème principal, autour de l’amour est original. On imagine sans trop de peine l’essentiel de l’action, mais on avance dans l’histoire avec plaisir, pour les découvertes, les informations que l’on glane, et parce qu’on espère!

On passe de bons moments en compagnie de Léna, mais aussi Alex (un jeune homme qui me plait bien!!) et Hana, sa meilleure amie.

Alors l’amour est-il une maladie si grave que ça… L’auteur a son parti pris, et moi aussi :) J’aurai apprécié que les personnages secondaires (notamment la famille) soit un peu plus développée, pour mieux sentir les transformations, mais j’ai trouvé l’ensemble convaicant.

Les dystopies sont à la mode cette année, et ce n’est pas pour me déplaire, car j’y trouve toujours beaucoup de plaisir! Mon seul regret ici ? La fin !

Toutes les infos et extraits, sur Lecture Academy

Infos fan :
25 mars : Chat Video avec Lauren Oliver
6 avril :  dédicace de Lauren Oliver à Paris – Virgin Megastore Champs-Elysées de 18h à 20h – jour de sortie de son deuxième roman : Le dernier jour de ma vie.

2012 : Le tome 2 de Délirium :  Pandemonium
2013 : Le tome 3 Requiem

Sans date : Le roman Délirium sera adapté au cinéma, les droits ayant été acheté par Fox 2000.