Challenge classiques – bilan intermédiaire

classiques

Cette année je (re)lis des classiques

Challenge commun avec Blandine

*****

Pourquoi un bilan intermédiaire me direz-vous ? Et bien parce que je sais que moi, j’ai tendance à oublier un peu les choses au fur et à mesure que l’année s’écoule…

Et un bilan intermédiaire, c’est non seulement un moment pour faire le point, mais aussi une façon de vous rappeler l’existence de ce challenge !

Voici donc la liste des participant.e.s et leurs liens :

*****

« Pourquoi pas ? » – 1 lecture : il y a 7 participants dont 3 ont déjà donné leur lien.

Kobaitchi

Sophie :

Bidib :

  • Roman : Vipère au poing d’Hervé Bazin (1948)
  • Nouvelles : 3 nouvelles : Contrebande sidérale de Kem Bennett (1953) – La machine à désintégrer de Conan Doyle (1912) et L’étoile d’H. G. Wells (1897)

Kiona

Alexielle

Agnès :

Lohann

————————————–

« J’aime l’idée » – 4 lectures et 4 participants : Là, ça se gâte !  Seule Isa a réussi son challenge pour le moment (mais bon, l’année n’est pas encore terminée !)

Charlotte

Itzamna

Alice

Xl

Isa

————————————–

« Je deviens accro » – 6 lectures et 7 participants : Seule Petite Noisette a réussi son challenge pour le moment…  Blandine la talonne et PatiVore n’a pas encore commencé !

Petite Noisette

  • Manga : La Belle et la Bête, d’après Madame de Villeneuve, de Mallory Deace et Studio Dice (adaptation du Disney), Éd. Nobi Nobi (1740)
  • Roman : La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve, Éd. Gallimard, Folio (1740)
  • Manga : Raison et sentiments, d’après Jane Austen, de Po Tse et Stacy King, ed. Nobi Nobi (1811)
  • Manga : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson, d’après Selma Lagerlöf, de Nori Ichikawa, ed. Nobi Nobi (1906)
  • Roman : Hurlevent, Emily Brontë, ed. Gallimard (1847)
  • Album : Bartleby le scribe d’Herman Melville et Stéphane Poulain (ill.) – 2013 (mais le texte date de 1853)
  • Livre Cd : Giselle d’après le ballet du même nom créé en 1841 par Théophile Gauthier (texte) et Adolphe Adam (musique)
  • BD : Croc-Blanc d’après Jack London (1906) par Caterina Mognato (Texte) & Walter Venturi (dessin)
  • Manga : Emma, de Jane Austen, ed. Nobi Nobi, adaptation en manga de Po Tse et Crystal S. Chan (1815) – Ajout de juillet
  • Album : Frankenstein, de Mary Shelley, ed. White Star kids, adaptation en album de Agnese Baruzzi (1818) – Ajout de juillet
  • Manga : Les voyages de Gulliver, de Jonathan Swift, ed. Nobi Nobi, adaptation en manga de Kiyokazu Chiba (1721) – Ajout de juillet

Mylène

PatiVore

Purple Velvet

Nathalie

Blandine

  • BD: L’Étranger. D’après le roman d’Albert Camus. Jacques FERRANDEZ. Ed. Gallimard (2013)
  • Manga : La Porte. D’après le roman de Sôseki (1900) Daisuke INOUE. Éd. Philippe Picquier, (2018)
  • Album : Bambi. D’après Félix SALTEN (1923). Texte de Kochka et illustrations de Sophie LEBOT. Ed. Père Castor / Flammarion Jeuness (2016)
  • Album Livre-CD : Les malheurs de Sophie. La Comtesse de Ségur. Adaptation de Jean-Pierre KERLOC’H et illustrations de Christophe BESSE. Ed. Glénat Jeunesse (2017)
  • Roman épistolaire: 84, Charing Cross Road. Helene HANNF (1969) Le Livre de Poche, 2001. Thème 4
  • Histoires illustrées. Huckelberry Finn et autres récits. Editions Usborne, 2018 Thème 6
  • Film d’animation: Croc-Blanc. D’après l’oeuvre de Jack London (1906) Thème 6
  • Album Jeunesse: Les enquêtes de Sherlock Holmes – L’aventure du ruban moucheté. Arthur Conan DOYLE et Christel ESPIÉ. Editions Sarbacane, 2009 Thème 4
  • BD: Le joueur d’Échecs. D’après Stefan ZWEIG (1941). David SALA. Editions Casterman, août 2017
  • BD: Le Roman de Renart. T1: Les jambons d’Ysengrin T2 : Le puits.– T3 : Le jugement de Renart. Scén. de J-M MATHIS. Dessin de Thierry MARTIN. Delcourt , 2008. – Ajout de Juin
  • BD: Robinson Crusoé. D’après l’oeuvre de Daniel Defoe (1719). Christophe GAULTIER. Editions Delcourt, 2008 Thème 6
  • BD: Le vieil homme et la mer. D’après l’oeuvre d’Ernest Hemingway (1952). Thierry MURAT. Editions Futuropolis, octobre 2014. Thème 4
  • BD: Le tour d’écrou. D’après Henry James (1898) Hervé DUPHOT. Editions Delcourt, collection « Ex-libris », mars 2009 Thème 5
  • Album Jeunesse: Moby Dick. D’après Herman Melville (1851). Adaptation de Fouca DABLI et illustrations de Jame’s PRUNIER. Editions Milan Jeunesse, 2004 Thème 6

Tom Tom La Tomate

————————————–

« On ne m’arrête plus » – 2 lectures de chaque thème (voir le premier article sur le challenge), soit 12 lectures – Pas de nouvelles de nos 3 candidates !

Adeline

Rita

Catherine Airaud

*****

Pour résumer : après 4 mois de ce challenge classiques, nous avons 21 participants et 26 lectures déjà effectuées !

Quand à moi, après en avoir lu 3 coup sur coup ou presque, j’ai marqué un petit temps d’arrêt… Mais je vais m’y remettre !! ;)

J’espère que ce petit rappel vous aura donné envie de nous rejoindre, ou, du moins, donné envie de lire -ou relire- des classiques.

classiques

Libérez l’ours en vous – Carole Trébor

Libérez l'ours en vousRoman pour adolescents, dès 13 ans
Vie quotidienne et théâtre

Libérez l’ours en vous

de Carole Trébor

Syros, 2018
9782748521306 – 17,95€

Loin de ses récits fantastiques comme Nina Volkovitch ou de science-fiction avec U4, Carole Trébor nous propose avec Libérez l’ours en vous un récit contemporain, une tranche de vie d’adolescents d’aujourd’hui. Petit clin d’oeil à la Russie tout de même, avec un personnage d’origine russe, Kolia, mais pour le reste, on est dans la campagne française. La campagne viticole, facilement raciste, ou tout du moins prompte à ne pas accepter l’étranger.

Libérez l’ours en vous est un récit complexe, avec trois histoires principales imbriquées. Celle d’un groupe de lycéens, impliqués dans un club théâtre. Celle de leur professeur de théâtre, cette année absente pour maladie. Et celle de la pièce de théâtre Merci l’ours écrite par cette professeur de théâtre, et qui raconte sa propre jeunesse. Trois histoires qui ne font que se couper, se mêler, s’entremêler. Des résonances apparaissent entre toutes ces histoires, entre toute ces personnalités et avec Merci l’ours, la pièce de théâtre que les adolescents vont découvrir peu à peu et monter. Les thématiques qui les rapprochent, les font bondir ou exploser…

Dans Libérez l’ours en vous, la galerie de personnages est très large, et tous sont les propres narrateurs, en alternance. Cette profusion de narrateurs, aux histoires complexes, m’a désarçonné. Si j’aime les récits alternés, j’ai trouvé ici que cela desservait parfois l’histoire, car on ne prend pas le temps de s’attacher aux personnages. Kolia par exemple, qui est un des personnages centraux, nous raconte une grande partie de sa vie : la perte de sa mère et de sa grand-mère, sa nouvelle belle-mère, son père qui ne comprend pas sa passion… Pourtant le tout manque d’un petit quelque chose pour que le déclic se fasse réellement. Finalement je crois que ce récit fonctionne un peu comme ça. Soit vous adhérez à Kolia (et Lisa), et vous adhérerez au livre, soit non, et le récit perd une partie de son intérêt.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Lael, ce qui nous a permis d’échanger sur notre ressenti, et la problématique des personnages est vraiment celle qui me semble centrale dans l’appréciation de ce roman. Le côté théâtre, les thématiques abordées, tout le reste est intéressant et offre un beau récit, je regrette donc d’être restée sur ma faim, au point de préférer les petites soeurs aux personnages principaux… Les relations parents – enfants, souvent mises en avant par les personnages, l’immigration, l’humour, tout un tas de petites choses qui font que ce livre reste une belle lecture. Les modalités du récit sont variées, théâtre et narration bien sûr, mais aussi mail, sms, chanson, articles de presse… un mélange réussi.

Libérez l’ours en vous est un roman contemporain qui réussit habilement à allier théâtre et récit moderne, pour autant la galerie de personnage n’a pas réussi à m’entraîner au coeur de cette histoire.


+ la pièce Merci l’ours existe vraiment et a été écrite par Carole Trébor. On peut la retrouver via l’application Syros Live, de même que les chansons qui en font partie.

+ Découvrez l’avis de Lael, qui a, elle, apprécié le personnage de Kolia !

+ Pour la petite anecdote, chaque fois que je parle de ce roman, je veux l’appeler Libérez-vous de l’ours. Un lapsus sans doute révélateur d’une partie du récit, où l’ours n’est pas forcément celui qu’on croit !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Roald Dahl – Part 3

Roald Dahl, suite et fin ?

* * * * *

Vous trouverez ici le premier article sur le challenge Roald Dahl ou je vous présentais Matilda et le BGG, le Bon Gros Géant.

Et par là, le deuxième article, où je vous parle de L’énorme crocodile et du doigt magique.

Pour aujourd’hui, ce sera « Fantastique Maître Renard » et une adaptation de « Sacrées sorcières« .

* * * * *

 FantasRoaldtique Maître Renard

Roald Dahl & Tony Ross (Gallimard 1989 pour cette édition)

« Qu’est-il donc arrivé à ta queue, mon vieux Renard ? s’écria Blaireau.
– N’en parlons pas, je t’en prie, dit Maître Renard.
C’est un sujet douloureux. » Ils continuèrent à creuser le nouveau tunnel en silence. Blaireau était un grand fouisseur
et depuis qu’il donnait un coup de patte. le tunnel avançait à toute allure. Bientôt, ils se retrouvèrent au-dessous d’un autre plancher.

* * *

Tout le monde sait, depuis « le roman de Renart » que les renards sont des animaux très rusés. S’il fallait encore une preuve, Roald Dahl nous la donne aujourd’hui, avec ce petit roman très amusant. Dans cette histoire (comme dans la vraie vie semble t-il !) Renard est un voleur de poules (mais il aime aussi les oies et les canards apparemment). Sa seule excuse est qu’il doit nourrir sa nombreuse famille. Et les humains de cette histoire sont tellement détestables, qu’on ne peut en vouloir à Maître Renard de les rouler ainsi dans la farine…

Les illustrations de Tony Ross sont très expressives, amusantes et ajoutent une touche d’humour supplémentaire à cette histoire déjà très drôle !

A la fin de cette édition, il y a quelques pages en supplément : la biographie de Roald Dahl, celle de Tony Ross et plusieurs pages de jeux liés à l’histoire.

* * * * *

Sacrées sorcières

Adaptation de David Wood, d’après Roald DahlDahl

Roald a perdu ses parents dans un accident de voiture et il vit avec sa merveilleuse grand-mère. Mais les Sorcières rôdent partout, en quête de chair fraîche, et traquent les petits enfants…

$*$*$

Ce petit livre propose 7 courtes pièces de théâtre créées par David Wood à partir de l’histoire de Roald Dahl. Elles sont prévues pour être jouées par 10 à 20 personnes selon les pièces et sont  adaptées à de jeunes enfants, on peut les faire jouer dès l’école primaire.

Et elles sont parfaites pour une découverte du théâtre, même si on est soi-même un metteur en scène amateur. En effet, de nombreuses didascalies* permettent de se lancer facilement. Avant chaque pièce, tout est précisé : le nombre de personnages bien sûr, mais aussi des indications sur le décor à mettre en place, les accessoires, l’éclairage à apporter ou encore les effets sonores. A tout cela s’ajoute quelques « trucs » : par exemple, comment faire la bave et les dents bleues des sorcières ? Tout simplement avec un produit révélateur de plaque dentaire… (Je connaissais le rouge, ça doit se faire aussi en bleu !)

Toutes ces petites pièces ont, de plus, l’avantage d’avoir conservé tout l’humour du génial Roald Dahl !

*Indications de mise en scène (je fais un peu ma crâneuse, je viens d’apprendre ce mot aujourd’hui même !!)

* * * * *

Sur le blog de Chicky Poo, « La planque à libellules » il y a un challenge spécial Roald Dahl ! Moi je participe déjà avec ces articles, et vous ?

Dahl  *   https://2.bp.blogspot.com/-Rqfe3magCQY/V4fkfQlzosI/AAAAAAAAHps/EA9RqUsjicMatxPSvqNkL0X0YIs9UjjIQCLcB/s320/Logo%2BJames.jpg

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer