Home – Toni Morrison {RL2012}

Roman américain contemporain – Rentrée Littéraire 2012

Home

Toni Morrison

traduit par Christine Laferrière

Bourgeois, 2012
9782267023831, 17€

 C’est officiel, la littérature contemporaine adulte me laisse souvent perplexe. Home malgré les nombreux coups de coeur des membres du challenge Rentrée Littéraire 2012 ne fait pas exception, et c’est dommage.

Je n’avais que parcouru les articles, pour ne pas trop en savoir, mais j’avais de grandes attentes devant les coups de coeur à droite à gauche, tout le monde semblait vraiment aimer ce livre. Et puis cela faisait longtemps que je voulais découvrir Toni Morrisson. Est-ce que j’avais trop d’attentes ? En tout cas j’ai été déçue. Je m’attendais a être emportée, je suis restée un peu à coté du récit, de l’écriture aussi. Après ce n’est pas imbuvable non plus, j’ai lu ce récit en entier et j’y ai trouvé de très belles choses.

Pourquoi je n’ai pas vraiment aimé alors ? Ce roman est bien difficile à commenter. Le début avant tout m’a paru vraiment long. Ce personnage principal un peu paumé, à coté de ses pompes, est pourtant vraiment intéressant et montre une vraie Amérique  celle du retour de guerre. Un thème souvent traité cependant. S’il est intéressant ce personnage est finalement difficile à appréhender, et je pense que c’est ce qui me manque le plus dans la littérature adulte, des personnages tangibles. C’est sans doute pour cela que JK Rowling a elle su me toucher.

Ce qui m’a intéressé c’est finalement plus la deuxième partie, qui nous montre moins l’Amérique dans son ensemble qu’une famille et une époque. Cette jeune soeur est le personnage qui a le plus su me toucher. Cette naïveté et cette volonté de bien faire m’ont ému et j’ai finalement trouvé que la fin arrivait trop vite. J’aurais voulu prendre le temps avec elle pour découvrir par elle son frère mais aussi l’Amérique des années 50.

+ Sur Libfly découvrez l’incipit en extrait audio

+ d’autres avis : reveline, jeromejosteinChinoukachille49NelfeRadicaleTouloulou,  A propos de livresChoco,  George, tiphanie, stephie, LeiloonaValérie

+ Merci de m’avoir permis moi aussi de découvrir ce titre Tiphanie !

Nous suivre et partager :
0

Une place à prendre – JK Rowling

Roman adulte – Rentrée littéraire 2012

Une place à prendre

de J.K. Rowling

traduit de l’anglais par Pierre Demarty

Grasset, 2012
9782246802831, 24€
disponible en numérique 

 

Bien sûr ce livre est écrit par la maman d’Harry Potter, bien sûr cela crée un tapage médiatique énorme, et plutôt négatif il faut bien l’avouer. Mais ce n’est pas parce qu’Harry Potter était une vraie bombe dans l’édition jeunesse qu’il faut automatiquement détruire ce nouveau roman adulte. Je suis donc passée outre les premières critiques…

La couverture, il faut d’abord parler de cette horrible couverture. On la voit partout, cette couverture jaune et rouge et à elle seule elle m’a presque donnée envie de renoncer à cette lecture. Je la trouve totalement impersonnelle, juste voyante, et je crois finalement que c’est là sa seule utilité, permettre un visuel très repérable en librairie… et supermarché. Il me semble aussi qu’elle correspond bien plus au public anglais et aux couvertures qu’on peut trouver outre Manche. Le « secret » qui a précédé sa sortie était aussi je pense entretenu par cette couverture très simple. Impossible de savoir donc à quoi s’attendre. J’avais tout de même parcouru l’avis de Stephie et je savais qu’il serait question d’une bourgade anglaise et d’une multitude de personnages. C’est à la fois tout à fait ça et tellement plus que cela.

On découvre donc sous la plume addictive de JK Rowling un petit village anglais, Pagford. Un village sans histoire en apparence, mais où chacun cache de nombreux secrets. Alors quand Barry Fairbrother meurt, la place à prendre au sein du conseil paroissial va devenir le sujet de toutes les conversations. Il faut savoir que Pagford est un petit village tranquille, situé tout près de Yarvil. Hors Yarvil a construit une cité (type hlm) aux Champs, un bout de terrain sur la commune de Pagford. Pagford doit donc accueillir à l’école les enfants de ce quartier défavorisé, et tous ne le voient pas d’un bon oeil. C’est la principale querelle au sein du conseil, certain comme Barry Fairbrother, notre mort, sont pour, d’autres comme Howard Mollison, contre. Cette lutte existe depuis déjà longtemps mais la mort de Barry remet tout l’équilibre en cause, et chacun va tenter de défendre ses idées, même avec des coups bats. Vous imaginez donc l’ambiance dans ce petit village où tout le monde se connaît ! Les secrets des uns et des autres refont surface peu à peu…

Ce sont surtout les femmes qui sont des personnages touchants et importants dans ce roman, des femmes fragiles, des femmes fortes, des femmes coincées à Pagford de gré ou de force qui luttent chacune pour une cause ou pour elle même. Ce sont ces femmes qui font la douceur et la force du roman, qui nous entraine de chapitre en chapitre. Car JK Rowling pour mieux nous faire découvrir tout ce petit monde nous propose une narration alternée entre les divers protagonistes, mais sur un temps réduit, ce qui nous permet d’appréhender toutes les relations, tous les liens entre les personnages.

Ces femmes que JK Rowling met en scène, adolescentes ou adultes, sont toutes attachantes. Samantha, Sukhvinder et Krystal a elle trois valent le coup de lire ce roman. Surtout Krystal, ce personnage clé du roman à son insu, cette adolescente enragée que Barry avait pris sous son aile. Cette jeune femme qui ne sait plus trop vers qui se tourner, qui s’occupe de son frère, qui vit une aventure plus sexuelle qu’amoureuse, qui plonge peu à peu. Les liens entre parents et enfants sont aussi complètement mis à mal, avec des variations entre les familles, et j’ai aimé cette variété qui propose un bon panel de ces relations : violence, déni, amitié, ignorance.

J’ai aimé ce roman, complètement, ses personnages, son ambiance, j’ai moi aussi habité Pagford quelques jours et j’ai été touchée. JK Rowling ne nous propose certes pas un nouvel Harry Potter mais elle sait toujours aussi bien nous décrire la société anglaise, elle sait toujours aussi bien aussi parler des relations entre les personnages, nous faire nous attacher à eux. C’est à mon sens une vraie réussite que ce pavé de près de 700 pages. Après quelques difficultés à vraiment rentrer dans ce roman, notamment à cause de tout ces noms anglais, je n’ai plus lâché ce livre et je l’ai littéralement dévoré.

Une place à prendre est un très bon roman de cette rentrée littéraire, avec une vraie histoire comme je les aime, poignante et touchante mais aussi une réflexion sur la société d’aujourd’hui. JK Rowling a un vrai don pour créer des personnages, attachants ou détestables d’ailleurs!

 « Suffisait-il que quelqu’un ait occupé une certaine place dans votre vie, et y laisse un grand vide en disparaissant, pour parler d’amour? »

  Une lecture commune organisée par Sandrine, avec : Catherine, Lystig,  SolennChaplum, Syl, Liliba, MangoNouketteEmma. (liens mis à jour au fur et à mesure)
+  Les avis de Mélo, Stephie, Argali, Plume, L’irrégulière, Mistymiaou

+Lu dans le cadre des matchs de la rentrée Priceminister (17/20)
ainsi que des challenges 1% Rentrée Littéraire et à la découverte de vos incontournables.

*_*_*_*_*

J’ai lu que certains avaient du prendre des notes pour s’y retrouver, j’avoue que ce n’est pas mon cas mais que j’ai aimé prolonger la découverte en me faisant, après coup, ce petit récapitulatif :

Les personnages d’Une Place à Prendre :

Les habitants de Pagford 

  • Les Fairbrother 
    Barry Fairbrother, notable qui meurt au début du roman
    Mary Fairbrother, sa femme
    leur 4 enfants, dont des jumelles Niamh et Siobhan, en lien avec Sukhvinder Jawanda et Krystal Weedon (équipe d’aviron)
  • Les Mollison (bourgeois)
    * Howard Mollison, l’ennemi juré de Barry Fairbrother, siège au conseil (et le dirige…), épicier
    Shirley Mollison, sa femme, elle aussi au conseil et tient le forum internet de Pagford. Fait du bénévolat à l’hopital.
    * Miles Mollison (leur fils), très proche de ses parents
    Samantha Mollison, sa femme, tient une boutique de lingerie
    leurs 2 filles, adolescentes, en pension
    *Patricia, soeur de Miles, ne vit plus à Pagford. Son amie Melly.
  • Les Price (milieu modeste)
    Simon Price, employé à l’imprimerie, s’arrange pour améliorer leur quotidien.
    Ruth Price, sa femme, infirmière, elle côtoie Shirley à l’hopital
    Andrew Price, dit Arf, leur fils, lycéen, ami avec Fats (Stuart Wall)
    Paul Price, leur fils
  • les Wall
    Colin Wall, proviseur adjoint du lycée, dit Le Pigeon par son fils et l’ensemble du lycée, ami avec Barry Fairbrother
    Tessa Wall, sa femme, conseillère d’orientation au lycée.
    Stuart Wall, dit Fats, leur fils. – Ami avec Andrew Prince, lien avec Krystal Weedon.
  • les Bayden – nouvelles arrivées à Pagford
    Kay, assistante sociale, à déménager à Pagford pour les beaux yeux de Gavin Hughes
    Gaia, belle adolescente, amie avec Sukhvinder Jawanda
  • Les Jawanda
    Vikram Parminder, chirurgien à l’hopital, très bel homme
    Parminder Jawanda, médecin généraliste à Pagford, au conseil où elle occupe une place importante. Amie avec Barry Faibrother, Ennemie d’Howard Mollison
    leurs enfants :
    Jaswant
    Sukhvinder, adolescente en mal être, amie avec Gaia Bayden
    Rajpal
  •  Gavin Hughes, célibataire endurci, notaire, il s’occupe de la succession de Barry Fairbrother. Lien avec Kay Bawden et les Fairbrother. Collègue de Miles Mollison.
  • Maureen, associée de Howard Mollison à l’épicerie

Les habitants des champs (un lotissement entre Pagford et Yarvil)

  • Les Weedon
    Terri, toxicomane, en cure de désintoxication
    Krystal, sa fille – lien avec Barry, Fats, Tessa.
    Robbie, son fils, 3 ans et demi. En lien avec Kay Bawden, assistante sociale.
    Nana Cath, la grand mère de Terri, grand soutien pour Krystal.
    Cheryl, la soeur de Terri et d’autres membres de la famille qu’on croise.
  • Dane Tully, Ashlee Meelor, Nikki et Leane – amis de Krystal

* en gras les personnages qui cherchent à prendre la place de Barry Fairbrother.

Nous suivre et partager :
0

RL2012 – Partenariat : Charline Quarré [terminé]

– Partenariat terminé, retrouvez les avis des blogueurs en fin d’article –

L’an dernier dans les partenariats de la rentrée je vous avais proposé A contre jour, le premier roman de Charline Quarré. Plusieurs blogueurs l’avaient beaucoup aimé, c’était par exemple un coup de coeur pour Letteratura. L’auteur, très gentille, me propose en accord avec son éditeur, les éditions Baudelaire, de vous proposer cette année son nouveau roman !

Pas ce soir

de Charline Quarré

C’est une soirée mondaine parisienne.
Un petit monde où mensonges, manipulations et ragots provoquent parfois des dérapages incontrôlés.
Où les faiblesses des uns font la gloire des autres.
C’est une soirée qui réveille les souvenirs endormis d’Eugénie, jeune femme odieuse et misanthrope.
C’est l’histoire de ce que l’on découvre derrière le plus efficace des cache-misère, l’arrogance.

Après le succès de son premier roman À Contre-Jour paru en 2011, Charline Quarré enchaîne avec Pas ce soir.
Son style incisif ne ménage rien ni personne. Elle manie le tragique avec légèreté, fait passer du rire aux larmes avec désinvolture.

La page facebook de Pas ce soir 

Vous êtes intéressés ? Pour recevoir ce livre en partenariat, tout d’abord allez lire les règles ici, puis revenez remplir ce formulaire :

[COMPLET] 5 blogueurs ont reçu et lu ce livre, voici leurs avis :

Stéphanie plaisir de lireson avis, très positif

 » Je suis tombée sous le charme de la plume de Charline Quarré et n’ai qu’un regret, que la lecture ait été aussi courte »
Achille 49 son avis.

 » Ambiance détestable, retournement de situations, mensonges et heureusement encore un peu d’humanité, ce livre se lit vite, reste très agréable et touchant par certains de ses aspects. »
Véronique Dson avis, mitigé notamment sur l’orthographe

« Un texte écrit à la première personne, dans la bouche d’Eugénie, dans un style familier parfois déroutant, en tout cas pour moi »
Jostein son avis, positif :

« Bien sûr, ce récit est sombre et dérangeant mais l’auteur parvient à y glisser un peu d’humour grâce aux jeux de mots ou aux attitudes des personnages. »
Sharon son avis, très positif :

« J’ai été également très sensible au style, direct, sans fioritures, heurté. Cette lecture m’a donné envie de découvrir le premier roman de cette auteur, et me fait espérer la sortie du suivant. »

 

Je vous invite aussi à découvrir l’avis très complet de Myiuki.

 

Le challenge 1% de la rentrée Littéraire, c’est sur mon blog, et les inscriptions sont toujours ouvertes :)

Nous suivre et partager :
0

Prix Goncourt – Le sermon sur la chute de Rome J Ferrari

Comme vous l’avez peut être vu Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari a obtenu le Prix Goncourt 2012!

Mais les prix Goncourt, entre vous et moi, ce n’est pas toujours vraiment à mon goût. Qu’en sera-t-il pour celui-ci ? Afin de vous aider à vous faire votre propre avis avant de le lire j’ai réuni pour vous les avis des lecteurs du challenge 1% de la rentrée littéraire! 10 blogueurs déjà l’ont lu et partagent avec nous leur avis :

 J’ai choisi pour vous un extrait de leurs avis, mais je vous invite à aller lire leurs articles complets (en cliquant sur leur nom!)

Mélo

« Dès les premiers mots j’ai découvert une vraie plume d’une grande force qui m’a tout de suite accrochée, une sublime écriture travaillée et fluide en même temps, un vrai régal. […] Les quelques passages sur le sermon m’ont plutôt ennuyée mais finalement je conseille ce roman rien que pour cette plume de conteur magnifique, intimiste et touchante et puis pourquoi pas pour faire la connaissance de Saint Augustin, comme moi. »

Valérie 

« Malgré ce titre bien sérieux et bien pompeux, à mon avis, il m’est arrivé de sourire devant certaines scènes cocasses, comme celle de l’employée qui a pour coutume de caresser les parties intimes des hommes, ce qui « fidélise » les clients. Mais ce fut rare et même si j’ai aimé des phrases, je ne peux pas dire que j’ai aimé le roman ou alors, de manière inégale. »

Achille49

« Récit très poétique parfois long dans la recherche d’uen écriture quasi précieuse […] J’avoue m’être parfois accroché pour poursuivre cette lecture mais ne le regrette nullement. »

Chris

« Je ne suis pas enthousiaste. Je me demande si je suis passée à côté de quelque chose.
Certes, c’est très bien écrit mais je suis restée un peu sur ma faim et décidément que cette rentrée littéraire est sombre… »

Estellecalim 

« J’ai effectivement trouvé cette histoire intéressante. Elle promettait de belles heures de lecture. Malheureusement, ce roman m’a semblé un peu déséquilibré. »

Jérôme

« Comme toujours chez Ferrari, la langue est superbe, à la fois poétique et abrupte, et l’écriture, oscillant sans cesse entre un lyrisme maîtrisé et un vocabulaire des plus crus, reste d’une incroyable fluidité. »

Jostein

« Je suis assez perplexe après la lecture de ce roman. Nul doute que l’auteur a un grand talent d’écrivain, même si je n’apprécie pas forcément les phrases très longues qui appesantissent le style. Toutefois, je n’ai pas vraiment compris l’objectif du livre. »

 Pierre D. <3

« Premier coup de coeur de cette rentrée littéraire, « Le sermon sur la chute de Rome » est un texte lucide et brillant qui sait saisir une photo impitoyable du monde passé et actuel tout en gardant l’attrait d’un grand roman. »

Zazy 

 « Pour clore ce livre le sermon de Saint Augustin que Jérôme Ferrari nous rend si facile et agréable à lire. Il permet une focalisation sur la fin des mondes, la faillite des vies de Matthieu et Marcel, entres autres. Ce sermon garde toute sa modernité alors que, soi-disant, nous serions à la fin d’un monde. »

Sophielit

 » Mais de ce projecteur que Jérôme Ferrari place sur les grandes et petites déchéances, on ne retient que la lumière.
 Un roman aussi vibrant qu’un chant corse. »

Yv
« je me suis attaché à l’histoire, aux personnages et surtout à la somptueuse écriture de Jérome Ferrari. Ses phrases sont longues, travaillées, permettent néanmoins de respirer de prendre des pauses. L’auteur excelle dans la tragédie, le sombre, mais la première partie de son roman est assez légère, voire même avec de vrais morceaux d’humour dedans, mais toujours avec distinction et un sens du verbe plus qu’évidents »

– Le sermon de la chute de Rome est publié chez Actes Sud –

Vous aussi vous avez lu Le Sermon de la chute de Rome, partagez votre avis avec nous!

Nous suivre et partager :
0