Partenariat #6 Albin Michel

Pour toutes les informations, règles, conditions…. merci de lire cet article

 

Toute la rentrée littéraire Albin Michel sur leur site

 Albin Michel vous propose cette semaine de lire et chroniquer en partenariat :

La rançon d’Amine Maalouf

Une rançon marque le retour au roman de l’immense écrivain qu’est l’Australien David Malouf, prix Femina étranger pour Ce vaste monde. Il réinterprète ici magistralement l’une des scènes les plus célèbres de L’Iliade. Celle où Priam, du haut des murs de Troie, assiste à la profanation du corps d’Hector, traîné derrière le char d’un Achille rendu fou de douleur par la mort de son ami Patrocle. Prêt à tout pour récupérer le cadavre de son fils, le vieillard, dépouillé des attributs de la royauté, se dirige alors vers le camp des Grecs dans une simple charrette tirée par des mules. Achille et Priam: deux hommes face à leur souffrance, au chagrin, en quête de rédemption. Incandescent et crépusculaire, ce livre au lyrisme puissant et délicat, à l’instar de l’épopée légendaire qu’il restitue, résonne singulièrement dans le monde d’aujourd’hui.

Extraits texte et audio

Concerto pour la main morte d’Olivier Bleys

« La vie n’est qu’un tissu d’à-peu-près, de décisions hâtives, de situations instables sur lesquelles on bâtit pourtant un mur en plâtre qu’un coup de poing peut traverser. »

À Mourava, hameau perdu de Sibérie centrale, Vladimir Golovkine n’a qu’un rêve : prendre le bateau pour Krasnoïarsk, la grande ville en amont du fleuve. Mais faute de pouvoir s’offrir un billet, c’est un étranger qu’il voit débarquer dans sa vie : Colin, un pianiste raté dont la main droite refuse d’obéir dès qu’il se met à jouer le concerto nº2 en do mineur de Rachmaninov.
À la frontière du récit et de la fable, Olivier Bleys, l’auteur de Pastel, créé ici un univers poétique où le tragique côtoie l’absurde. Histoire de vodka et de mystère, de musique, d’amitié entre les hommes, ce livre jubilatoire nous invite à cultiver la joie plutôt que la tristesse.

 Les perroquets de la place Arezzo d’Eric Emmanuel Schmitt

«Ce mot simplement pour te signaler que je t’aime.
Signé : tu sais qui.»

Cette lettre anonyme trouble l’existence des riverains de la place d’Arezzo. Dans ce quartier élégant de Bruxelles, quel original, quel pervers, quel corbeau déguisé en colombe s’acharne à violer leur intimité ? Le message entraîne autant de promesses et d’attentes que de déceptions et de catastrophes, chacun l’interprétant à sa façon.
Menée par Eric-Emmanuel Schmitt, cette ronde effrénée devient l’encyclopédie des désirs, des sentiments et des plaisirs, le roman des comportements amoureux de notre temps.

Extraits

La nuit en vérité de Véronique Olmi

« Et se regarder nu, face au miroir, jamais il ne le ferait, jamais il ne serait ce garçon qui en lui faisant face lui ferait honte. Enzo ne voulait pas être son ennemi. Il voulait aimer le jour, la nuit, la peur, Liouba, et lui-même si c’était possible. »

À travers la relation forte et fragile entre une mère trop jeune et un fils au seuil de l’adolescence qui vivent chacun à leur façon l’expérience de l’exclusion et de la détresse intérieure, Véronique Olmi renoue avec la tension narrative de Bord de mer, cette amplitude romanesque où la retenue, l’émotion et la brutalité forment une ronde parfaite.

Extraits

 Pensez à bien valider votre formulaire !
Monde entier
attention frais de port à payer par le blogueur car j’ai reçu les livres chez moi

Vous souhaitez lire et chroniquer cet ouvrage sur votre blog ? Vous avez bien lu d’abord cet article ?

* Vous êtes éditeur, auteur ou attaché de presse et vous souhaitez proposer vos livres de la rentrée littéraire en partenariat aux lecteurs du challenge 1%, n’hésitez pas à me contacter ! *

Nous suivre et partager :
error0

A comme aujourd’hui – David Levithan

Roman fantastique pour adolescent dès 12 ans

A comme Aujourd’hui

de David Levithan

traduit par Simon Baril

Les grandes personnes, 12 septembre 2013
9782361931735, 17€

Thèmes : fantastique, amour, adolescence

***

A n’est ni un garçon, ni une fille. Ou bien il est les deux. Tout dépend des jours! Chaque matin il se réveille dans un nouveau corps, une nouvelle vie. Pour quelques heures il contrôle son hôte, le dirige, le fait parler, ressent et accède à ses souvenirs. Il vit comme ça depuis des années. Depuis toujours. Il n’a connu que ça.

Sa rencontre avec Rhiannon va changer sa vie, bouleverser son quotidien déjà très particulier mais bien réglé. Pour la première fois il va s’attacher à quelqu’un, pour la première fois il va raconter son histoire.

La narration avec son lot de surprises quotidiennes est magnifiquement menée. Suivre A de corps en corps est déjà une histoire intéressante, si on ajoute celle d’un amour impossible il devient très difficile de refermer ce livre avant la fin! Du 5994 ème au 6034 ème jour de l’existence de A nous allons suivre sa vie si particulière. 40 jours pour découvrir la vie et l’amour.

A est un personnage sans physique que l’on a pourtant l’impression de connaître et on souffre avec lui de cette vie si compliquée qui le fait se réveiller parfois dans des corps impossibles, dans des situations très délicates, très loin de son coup de foudre… Ce passage de corps d’adolescent en corps d’adolescent permet aussi de parler de tous les malaises de cet âge : l’amour, la mort, la famille, l’amitié, l’identité sexuelle, la religion…

Un roman passionnant et très touchant qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent. La part de fantastique est tellement intégré à l’histoire qu’on y croit et qu’on oublie presque qu’A n’existe pas. C’est aussi une belle leçon de vie et d’amour avec un personnage adolescent somme toute pas si différent. L’intrigue est prenante jusqu’à la fin et la chute terriblement belle, même si elle reste suffisamment ouverte pour faire jouer notre imagination!

+ Coup de coeur !

+ Rentrée littéraire 2013 jeunesse

+ Découvrez Will & Will un autre livre de l’auteur

Nous suivre et partager :
error0

Le plus joli des rêves – Nathalie Brisac

Rentrée Littéraire 2013 jeunesse
roman dès 7 ans

Le plus joli des rêves

Nathalie Brisac

illustré par Rascal

Ecole des loisirs, 2013

***

Le plus joli des rêves est un bien joli conte, un brin étrange et décalé. Un de ces contes d’antan que l’on raconte aux enfants. Pourtant dans le plus joli des rêves il y a un brin de modernité et en même temps un petit manque. Dès ces premières phrases on comprend aisément que je reste très perplexe suite à cette lecture. Il y a beaucoup, trop parfois et pourtant je ressens un manque.

Mougueule, l’homme le plus puissant et cruel du royaume charge le grand Gaston de trouver de lui rapporter le plus joli des rêves. Une tâche ardue, qu’il ne pourra pas accomplir seul. Aider de Rosine qui lui permet de se souvenir de son enfance il trouvera ce plus joli des rêves, mais pour l’attraper il faudra répondre à plusieurs énigmes.

Si toute la première partie du roman annonce un conte fantastique, avec ces énigmes on retombe dans la réalité. Les réponses ne sont pas évidentes mais elles sont logiques, sans trop de rêve finalement. Plus comme un parcours initiatique qui inciterait à ne pas oublier son enfance.

Un royaume un brin enchanté, une quête magnifique, le tout porté par les illustrations un brin rétro, bien adaptées à l’histoire, de Rascal. Un rêve que l’on parcourt mais risque de décontenancer les faibles lecteurs. A réserver aux curieux, aux rêveurs, à ceux que la couverture attirera car elle tout à fait à l’image de son contenu : magnifique et désuet à la fois, d’un autre temps.

+ une lecture commune avec Liyah

+ Les avis de Céline, Thalie

+ Challenges : YA#2 et 1% Rentrée littéraire 2013

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Petites scènes capitales – Sylvie Germain

*** 
rentrée littéraire 2013

avis de lecteurs

***

Rentrée littéraire 2013
roman adulte

Petites scènes capitales

de Sylvie Germain

Albin Michel, 2013

***

Sylvie Germain nous livre dans ce roman une suite de petites scènes de la vie de Liliane. Des scènes capitales, celles qui rythment sa vie. Peu importe les entre-deux, l’auteur se concentre sur ces tranches de vie qui sculptent l’héroïne. Moments cruciaux rarement heureux. Les morts s’enchaînent.

Une vie de rebondissements négatifs en quelque sorte que l’on a du mal à croire tant ils sont accumulés, accolés les uns aux autres. Une vie pourtant et le bonheur d’être en vie.

D’une écriture recherchée Sylvie Germain nous dresse le portrait d’une génération d’après guerre où mai 68 laisse une emprunte libertaire et des slogans révolutionnaires.

A trop passer sur les détails pour se concentrer sur l’essentiel on perd un peu de l’essence du personnage. Pourtant l’auteur n’est pas exsangue de réflexion. L’ensemble du récit est indirect, pas de dialogues, tout se passe à posteriori et l’emploi de la troisième personne nous rend extérieur au récit. Spectateur d’une histoire qui traverse les années.

Un roman magnifiquement écrit qui nous conte la vie d’une héroïne singulière mais finalement peu attachante. Une ode à la vie et à l’amour qui passe par la mort et nous invite à découvrir l’histoire d’une génération.

Nous suivre et partager :
error0