La Dernière énigme – Agatha Christie

Roman policier anglais

La Dernière énigme

d’Agatha Christie

traduit par Jean-André Rey

Le Masque, 1ère édition 1976
5,60€, disponible en epub 5,49€

Ce roman d’Agatha Christie est le dernier des 12 mettant en scène Miss Marple, le seul dont le résumé ne me disait rien, publié après la mort de cette reine du crime, c’est donc celui que j’ai choisi de lire pour ce rendez-vous du mois anglais !

Gwenda Reed arrive en Angleterre afin de trouver une maison pour elle et son mari. Un peu au hasard elle découvre une villa à Dillsmouth, où elle se sent tout de suite comme chez elle. A peine installée elle a de nombreuses idées d’aménagement, comme une impression que les choses ne sont pas à leur place dans cette maison. Quand elle découvre un papier peint tout à fait semblable à celui qu’elle comptait mettre, là voici qui s’inquiète et quitte sa villa pour Londres. Une pièce de théâtre et le souvenir d’un meutre commis dans cette même maison lui revient ! Avec son mari elle va chercher à savoir qui est cette Hélène dont elle se souvient et qui l’a tué ! Miss Marple les accompagnera dans cette enquête avec ses talents de vieille dame curieuse !

C’est toujours un plaisir de se lancer dans un roman d’Agatha Christie tant l’écriture est juste, précise, pleine d’indices que l’on ne sait pas décrypter. Une enquête en douceur et un final percutant ! Le talent de cette reine du crime n’est plus à démontrer mais sa maitrise est toujours épatante. Les éléments s’imbriquent peu à peu, la folie, l’amour, la famille, tous les élèments servent l’intrigue sans oublier ce qui fait le petit plus de ses romans, son habileté à faire vivre toute une société variée autour des personnages principaux.

De nombreux indices sont donnés et pourtant le tueur ne se dévoile pas tout de suite, et si j’ai eu des soupçons, impossible d’être sûre avant la fin, tant les pistes sont nombreuses et crédibles…

La dernière apparition de Miss Marple, dans un tome où elle se situe souvent en arrière plan, voir en recul, avant de prendre toute sa place en fin de roman. La Dernière énigme fère le lecteur très vite, avec non pas un crime mais une ambiance fantomatique intriguante et inquiétante qui se transforme vite en une véritable enquête !

+ L’avis de Cacahuète

Allons voir les titres choisis par les autres lecteurs de ce rendez-vous !

 


saison 3

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

LD#26 Editions Créer – suite avec une BD et un livre de cuisine!

http://www.edicreer.com/Images/logo.png

Hier je vous ai présenté les éditions Créer, avec deux documentaires intéressants… Je vous propose de continuer la découverte aujourd’hui avec deux autres livres, une BD et un livre de cuisine.

 

 

Le Sartre de Maurice Vigier, illustré par Gérard Ponsing

 

Nous sommes en Auvergne (puis en route vers Paris) à la fin du 19ème siècle. Léger est tailleur d’habits. Avec lui on découvre la vie des habitants à cette époque, la campagne auvergnate, Clermont, et puis Paris. L’histoire commence à sa mort, et nous allons faire un travail de mémoire, pour découvrir comment il a appris son métier, comment il est parti de sa région, ses premiers amours, sa façon de voir la vie…

Cette BD est très intéressante, tant par l’histoire que par les connaissances historiques qu’elle apporte. J’ai aimé suivre Léger dans sa découverte du monde, repérant ça et là des détails que je connais dans la vie actuelle…

Malheureusement les illustrations réalisé en colorisation directe aquarelle ne m’ont pas du tout séduites! Je les ai trouvé très belles au niveau des bâtiments, mais les visages des personnages m’ont vraiment dérangés, tant dans les lignes que dans les couleurs. C’est dommage mais c’est assez personnel, je vous invite donc à découvrir cette BD pour me donner votre avis!

 

Margaridou : journal et recette d’une cuisinière au pays d’auvergne de Suzanne Robaglia

Margaridou c’est le succès des éditions Créer, le premier ouvrage qu’ils ont publié, en 1976!

Présentation de l’éditeur :
La cuisine de la région d’Auvergne racontée. Les recettes, toutes délicieuses, sont à l’image de la cuisine française variée et équilibrée. C’est beaucoup plus qu’un livre de cuisine, c’est un reflet de l’Auvergne profonde qui allie la rudesse et la finesse à travers des mots simples et précis. De très nombreuses recettes ont été essayées par les frères TROISGROS de Roanne et sont annotées par leurs soins. De même Régis MARCON de l’Auberge des Cimes à SAINT-BONNET-LE-FROID a, grâce à MARGARIDOU et à sa recette du CARRÉ DE VEAU, gagné le BOCUSE D’OR 1996.

Mon avis :
Margaridou c’est avant tout un livre qui sent bon les herbes, un livre qui donne de l’appétit ! Pourtant il est très différent des livres de recettes classiques, car c’est véritablement un journal de recette. On peut lire les remarques et conseil de Suzanne. C’est troublant au départ, ces parties manuscrites, ces remarques qui nous expliquent par exemple où et comment trouver des morilles, avant de nous proposer une recette à base de morilles, mais finalement c’est tellement intéressant qu’on se laisse prendre au jeu.
Ce n’est pas un livre à lire d’une traite, mais c’est un livre agréable à feuilleter, qui nous permet de trouver de bonnes recettes, assorties de tous les conseils nécessaires.
Un livre avec des recettes bien auvergnates, mais pas uniquement, à offrir ou à s’offrir!

Extrait :
« Le gâteau Rapide
– une livre de farine
– 300 grammes de sucre en poudre
– 3 oeufs entiers
– 1 quart d’écorce d’orange séchée ou mieux confite
– 100 grammes de raisins secs […]
– une tasse à thé de lait ou de crème
– une cueillière à café de bicarbonate de soude.
[…]
Vous démoulerez chaud.
Avec les proportions que j’indique on peut deux ou trois gâteaux qui se conserveront longtemps en boîte en fer blanc, il est tout de même préférable de les consommer dans la semaine. »