Balade au bout du monde – Makyo

Balade au bout du monde est une histoire fantastique composée de 4 cycles de 4 bandes dessinées + un épilogue (soit 17 bd au total !!). Un seul scénariste, Makyo, mais plusieurs dessinateurs, un par cycle. Elle a commencé avec « la prison » en 1983 et s’est achevé avec « l’épilogue » en 2012.

Balade BaladeAuBoutDuMonde2_1 BaladeAuBoutDuMonde3_1 BaladeAuBoutDuMonde4_1

1er cycle : T.1 : La prison / T.2 : Le Grand Pays / T.3 : Le bâtard / T.4 : La pierre de folie

Laurent Vicomte a dessiné les 4 premiers tomes, remplacé ensuite par Eric Herenguel pour les 4 tomes suivants, lui-même remplacé par Michel Faure pour les 4 tomes suivants et enfin Laval NG pour les 4 derniers. Le tout dernier tome, le n°17, l’épilogue, est une collaboration des dessinateurs ayant réalisé la série, à l’exception de Vicomte, remplacé par Claude Pelet.

J’ai commencé à lire « Balade au bout du monde » il y a bien des années. Mon collègue ayant les deux premiers cycles me les a apportés et je les ai relus avec beaucoup de plaisir, surtout le premier cycle, il est vrai.

Dans le premier cycle, Arthis, un jeune photographe en mal d’inspiration, va la chercher dans la brume des marais… Mal lui en prend, il se retrouve enfermé, sans savoir comment ni pourquoi, dans une geôle digne du Moyen-âge…

Ces 4 premiers tomes, je les ai lus plusieurs fois, et toujours avec le même plaisir ! L’histoire est géniale et les dessins, parfois très sombres, vont très bien avec. Il y a une vraie atmosphère dans cette bd, on sentirait presque l’humidité des marais… Un vrai coup de cœur pour ce premier cycle !

Le deuxième cycle nous transporte en Inde, l’histoire est sympa, les dessins aussi, mais, je ne sais pas trop pourquoi, j’ai tout de même été déçue… Peut-être parce que j’attendais une suite au premier cycle et que c’est une histoire qui n’a absolument rien à voir ! Le seul lien est le personnage principal, Arthis.

Je serai d’ailleurs curieuse de voir quel lien ils ont trouvé pour ces deux séries dans l’épilogue !

La bd de la semaine

Pour voir tous les albums, c’est par ici.

Une autre bd d’Herenguel présentée sur le blog : Lune d’argent sur Providence

Challenge RE    Et la bd de la semaine, c’est chez Noukette

Cette série participe aussi au challenge des RE de Blandine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Chats ? Vous avez dit chats ?

EmpreinteChat   CHALLENGE ALBUMS  EmpreinteChat

Le retour : 1er mois et 1er thème : les chatslogoalbums2016.jpg

Ce mois-ci, je ne suis pas sûre d’avoir le temps d’aller farfouiller à la bibli pour trouver des albums sur le thème + faire un article (j’ai un peu de retard…). Mais j’ai déjà sur mon ordi une bibliographie qui, peut-être, vous donnera quelques envies…

Pour commencer il y a quelques pattes pages de « chats » sur ce blog, mais attention, je n’ai pas fait le tri, il n’y a pas que des albums : Délivrer des livres

Des idées sur un autre blog : La littérature jeunesse de Judith et Sophie

Si vous en voulez encore, une loooooongue liste d’albums vous attends chez Materalbum (chats et souris mélangés), une encore plus longue sur Ricochet, plus de 70 albums sur Croqulivre et plus de 100 à la BM de Nantes

Je pense qu’on peut affirmer sans se tromper que le chat est bien présent dans les albums jeunesse !

Ma bibliographie, très inspirée de Materalbum (faite il y a déjà quelques années) : Bibliographie CHATS et quelques souris aussi…

EmpreinteChat  EmpreinteChat

Rectificatif : J’ai craqué, je suis allée à la bibli… Où j’ai trouvé 2 albums avec des chats (ou pas !)

Chats John Chatterton Détective

John Chatterton Détective

Yvan Pommaux

École des Loisirs (1993)

Une petite fille en rouge a disparu en allant chez sa grand-mère. Ça ne vous rappelle rien? En tout cas, dans son coin, John Chatterton enquête…

Ce livre a reçu le Prix « Livrimages » décerné par Culture et Bibliothèque pour tous, 1993, le «Deutscher Jugendliteraturpreis » en 1995 et le « Max- und- Moritz- Preis » en 1996.

Mon avis : Un album qui mélange film noir et contes, voilà qui ne pouvait que me plaire… Page après page, on suit le détective John Chatterton dans son enquête. J’aime bien les illustrations, simples mais « bien vues », avec des angles de vue différents (qui font que le chat paraît grand ou petit et qui renfonce le côté « cinéma »)

L’histoire est courte mais amusante avec ses références au Petit Chaperon Rouge et au Petit Poucet, son clin d’œil à Charlie Parker (le rat saxophoniste à la fin) et bien sûr à Sam Spade (Humphrey Bogart, who else ?) dans le Faucon Maltais… Tout le monde ne sera pas sensible à toutes ces références (et je ne les aies peut-être pas toutes vues d’ailleurs !) mais c’est un chouette album pour initier les enfants au polar !

EmpreinteChatEmpreinteChat

Après « Mon chat le plus bête du monde » (2004) et « Quand mon chat était petit » (2006), Gilles Bachelet revient avec :

Des Nouvelles De Mon Chat

DES NOUVELLES DE MON CHAT

Gilles Bachelet

Seuil Jeunesse (2009)

Présentation de l’éditeur : L’appartement de l’auteur étant devenu trop petit pour son chat devenu trop gros, ils partent tous deux s’installer à la campagne.

Une véritable révélation pour l’animal le plus bête du monde, devant tant d’espace à explorer, tant de nouveaux jeux à découvrir… Et pour couronner le tout, voilà que la chatte du voisin lui fait les yeux doux ! Sans plus attendre, elle devient sa fiancée ; une fiancée espiègle, vive, coquette et très douce.

Mon avis : L’auteur nous parle de son chat. Un gros, très gros chat. Très gentil aussi, et, toujours selon l’auteur, très très bête… Si vous êtes, comme l’auteur, fasciné par les chats, nul doute que vous retrouverez chez le sien (de chat) des attitudes déjà vues chez le vôtre ! Un album dont les enfants doivent apprécier l’espièglerie et l’humour. Moi, j’ai bien aimé la page, à la fin, qui recensent les titres… qui ne paraîtront pas !! Très drôle.

Un autre album de Mr Bachelet à découvrir ici.

EmpreinteChat

SignatureNat

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Challenge Albums – Racisme/Tolérance/Liberté/Respect…

Il y a une chanson que j’aime beaucoup, c’est « Né quelque part » de Maxime Le Forestier, je trouve les paroles tellement juste !

« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d’Alger Pour apprendre à marcher
Être né quelque part Être né quelque part
Pour celui qui est né c’est toujours un hasard… »

Non, personne ne choisit de naître ici ou là (de naître tout court d’ailleurs !) mais on peut -en principe- choisir l’endroit où l’on vit… Et pourtant combien de personnes souffrent du racisme, de l’intolérance, chaque jour ? Des adultes, mais aussi des enfants… Alors s’il y a des albums vraiment très importants à mes yeux, ce sont bien ceux qui montrent la diversité des êtres et des choses, ceux qui enseignent le respect, la tolérance, la liberté…Et la curiosité envers les autres (en les connaissant, on apprend à les comprendre et parfois même à les aimer !)

 Homme de couleur de J. RUILLIER (Éditions BilbOquet – 2007)

HommeDeCouleur

Léopold Sédar Senghor (1906-2001) est un poète, écrivain, homme politique français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal (1960-1980).

Il fut aussi le premier Africain à siéger à l’Académie française.

Il a également été ministre en France avant l’indépendance de son pays. Il a écrit ce poème grâce auquel on peut constater qu’il avait aussi le sens de l’humour !

Quand aux dessins plein d’humour de Jérôme Ruillier, ils accompagnent à merveille ce poème.

ob_c9eb4b_senghor

♥♥♥♥♥♥

PetitBond&LEtranger

Petit-Bond & l’étranger de Max Velthuijs (Pastel – École des loisirs – 1993)

A partir de 5 ans

Un jour, un étranger arrive au village et installe son campement à l’orée du bois. “C’est un sale rat puant”, “il faut se méfier des rats, ce sont des voleurs”, “ils sont culottés et paresseux” disent les amis de Petit-Bond. Petit-Bond, lui, n’est pas convaincu. A la tombée de la nuit, il se dirige en rampant vers le campement du rat…

Un bel album (lu il y a très longtemps, j’avoue ne pas me souvenir de tous les détails !) Je me souviens que le rat finira par être accepté (et même regretté quand il partira…)

Un album qui apprend à ne pas juger sans connaître, à être tolérant et à accepter les différences…

♥♥♥♥♥♥

ViteCachezVousVite, cachez-vous ! de Frank et Devin Asch (Albin Michel Jeunesse – 2007)

Éléonore Merlot, jeune et charmante chatte, abrite sous son toit une famille de souris avec laquelle elle entretient d’excellentes relations. Mais cette amitié, contraire à la loi féline, éveille les soupçons d’une vieille voisine. La police vient enquêter au domicile de Mme Merlot et ne tarde pas à relever certains indices trahissant la présence de ses pensionnaires. Heureusement, Éléonore a l’esprit vif et beaucoup d’aplomb et ne manque ni de sang-froid, ni de repartie !

J’ai tout de suite craqué pour les illustrations quand j’ai vu cet album… Il y a un petit côté vieillot et film policier des années 50 qui m’a tout de suite plu ! L’ambiance, très anglaise, m’a fait penser à Miss Marple (Une vieille dame détective dans les romans d’Agatha Christie pour ceux qui ne connaitraient pas) Elles sont étranges ces illustrations (mélange de photo et dessin ?) et je sais que beaucoup de gens n’accrochent pas. Pourtant, prenez le temps de bien les regarder : elles sont fines, délicates, pleines de détails et d’humour !

Quand à l’histoire, la chatte fait de la résistance en cachant les souris chez elle malgré la loi qui l’interdit, c’est une personne intelligente et gentille (bibliothécaire en plus !) Une « jolie » façon de parler aux plus jeunes d’une partie difficile de notre histoire.

♥♥♥♥♥♥

Vous trouverez ici une bibliographie intéressante sur la diversité linguistique, les processus migratoires et le racisme réalisée par une universitaire et deux bibliothécaires de Montréal. Et ici une autre biblographie réalisée par une enseignante.

SignatureNatVite

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Romans historiques – Le moyen-âge

Au temps noir des fléauxNuitLoupVert

Viviane Moore

Flammarion

dès 11 ans

.

 

 Tome 1 : Le seigneur sans visage (2010)

Michel arrive comme jeune écuyer au château de La Roche-Guyon. Le seigneur, atteint de la lèpre depuis un voyage à Jérusalem, vit caché et laisse son jeune frère Thibaud régner à sa place. Mais, un jour des crimes mystérieux sont commis, les soupçons se portent sur le seigneur. Obligé de se montrer à son épouse et à son peuple, il est reconnu innocent. Son frère Thibaud est le coupable.

Tome 2 : La nuit du loup vert (2012)

Michel de Gallardon, écuyer au service du chevalier Guillaume, découvre à son arrivée à Jumièges que les villageois et les moines brûlent les restes du troupeau de l’abbaye, massacré.

bouquinTome 3 : Le château du diable rouge (2015)

La peur rôde autour du château de Coucy. Paysans et serviteurs meurent, frappés d’un mal étrange. Le feu qui les dévore est-il une punition divine ou bien une manifestation du diable lui-même ? Il faudra à l’écuyer Michel de Gallardon bien plus que son courage pour affronter ce terrible adversaire, contre lequel ni les épées ni les plus hautes murailles ne peuvent rien !

Mon avis : Je n’ai pas lu les deux premiers tomes de cette trilogie, mais à priori, les 3 tomes peuvent se lire séparément (ce sont les mêmes lieux et les mêmes personnages, mais de nouvelles enquêtes à chaque fois). Je confirme : on peut tout à fait lire ce tome-ci sans avoir lu les précédents, ce n’est absolument pas gênant. J’ai vraiment apprécié ce court roman (167 p. pour le roman seul + quelques pages d’annexes) ; l’ambiance est bien rendue, on imagine très bien la vie quotidienne des gens, qu’ils soient paysans, serviteurs ou nobles. Les chapitres sont de taille variable mais jamais trop long (10-12 pages max). Le vocabulaire n’est probablement pas évident pour des jeunes de 5ème (Classe qui a le Moyen-âge au programme) mais il y a un lexique à la fin du roman, ainsi que quelques explications sur « le mal des Ardents » ou ergotisme (empoisonnement à l’ergot de seigle) ou encore sur le Château de Coucy. Un roman qui peut sans doute aider à l’apprentissage de l’histoire au collège, en rendant plus « vivante » l’Histoire en question. C’est une enquête, il y a un côté mystérieux, des rebondissements, bref, un roman très agréable !

La couverture est un vrai plus, on sent les deux cavaliers fatigués après une longue journée passée à chevaucher, l’humidité du soir qui tombe, la brume toujours un peu inquiétante…. (bon j’arrête mon délire, mais je la trouve vraiment belle ! De près, on distingue comme une trame de toile ou de tapisserie)

*****

CinqEcusBretagneLes cinq écus de Bretagne

Evelyne Brisou-Pellen

Hachette (1993)

Au début de l’été 1469, Guillemette, qui vient de perdre son père, rejoint son grand-père à Rennes. Celui-ci ignore son existence et lui réserve un étrange accueil. Il lui demande de ne révéler à personne son identité. Guillemette doit alors se faire appeler Philippa et supporter bien des médisances.

Un roman qui nous plonge au cœur du quotidien de la ville de Rennes, en plein Moyen-âge : une ville avec tous ses problèmes de circulation (déjà !), d’hygiène, d’inondation, ses métiers (regrattier, miseur, tripière, ça vous dit quelque chose ?). Rien que pour ça, ce livre vaut le détour. On s’y croirait ! Mais il y a, en plus, l’intrigue bâtie autour de la filiation de Guillemette/Philippa : est-elle ou n’est-elle pas la petite fille de Jamet Boisguérin, le miseur ?  Qui a tué son père ? Et pourquoi ? Autant de questions qui ne trouveront réponse qu’une fois le roman terminé ! Des personnages attachants et complexes, une vie bouillonnante et des descriptions très vivantes font de ce roman une très agréable lecture.

*****

Encore un ? Une série sur le moyen-âge que j’ai beaucoup aimé également : Les revenants de Jean Molla (en 4 tomes)

SignatureNat