La sorcière de Salem – Roman

SalemSorcière ou pas ?

Roman adulte

La sorcière de Salem

Elizabeth Gaskell

Éd. José Corti (1999)

Paru pour la 1ère fois en 1861

*****

Résumé : 1691. Loïs Barclay, âgée d’à peine 18 ans part pour Salem en Nouvelle-Angleterre. Elle vient de perdre ses parents d’une terrible fièvre qui a emporté beaucoup de monde. Avant de mourir, sa mère a eu le temps de lui dire qu’elle avait un oncle, Ralph Hickson, en Nouvelle-Angleterre et qu’il prendrait soin d’elle. Confiée par ses parents aux bons soins du Capitaine Holdernesse, un vieux marin, ami de ceux-ci, Loïs va donc quitter la vieille Angleterre et tout ce qu’elle connaît. Et ainsi commencer une nouvelle vie.

*****

Je ne connaissais pas grand-chose aux histoires de Salem  et de ses sorcières. Même si à force (livres, films d’horreur) on amalgame les deux ! Je dois bien avoir vu un ou deux films avec des maisons hantées ou des personnages possédés et je crois bien avoir lu (il y a très longtemps !) le « Salem » de Stephen King (mais ce n’est pas l’histoire du procès des sorcières de Salem).

Ici, ce n’est pas un roman d’horreur. Nous sommes plongés dans le quotidien d’une petite communauté très religieuse, qui vient de s’installer sur les terres des Amérindiens et sont régulièrement attaqués par ceux-ci. Cette communauté, par peur, bêtise ou obscurantisme, va se déchaîner sur quelques personnes, les accusant de sorcellerie et les rendant responsables de tous les maux des villageois.

Cette histoire, qui est bel et bien arrivée, semble être dûe à un mélange de puritanisme et d’ingestion d’ergot de seigle (qui donne des hallucinations) !!

Un court roman (210 pages) qui fait froid dans le dos !! Encore une époque où je n’aurai pas aimé vivre… Brrr…

C’était mon premier roman d‘Elizabeth Gaskell, mais je vais regarder ce qu’elle a écrit d’autre. Si vous avez des suggestions…

*****

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez lire quelques pages (en bas à droite)

Ce roman participe au Challenge Halloween

Il fait également partie de l’Objectif PAL chez Antigone

Ainsi qu’au challenge Cette année, je (re)lis des classiques

Classique

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

La fiancée du fantôme – Roman jeunesse

fiancée

« Ma vie, ma joie, te voilà revenue !… » Shakespeare

La fiancée du fantôme
Malika Ferdjoukh

Illustrations d’Édith

L’école des loisirs (1999)
*****

Il y a de cela bien longtemps, au cœur de l’Écosse, par un soir d’automne particulièrement glacial, la famille March arrivait dans sa nouvelle demeure : Forest Lodge.

Forest Lodge, dont Horace, jeune garçon de 9 ans très curieux, ne va pas tarder à découvrir qu’elle est hantée…

*****

Un petit roman joliment illustré par Édith (dont je n’aime toujours pas les « nez »!). Les dessins apportent une vraie légèreté au texte, dont la fin, si l’on y réfléchit bien, n’est pas si drôle que ça !

Une belle histoire de fantôme et d’amour dont chaque chapitre est introduit par une citation de Shakespeare. Il y a tout ce que j’aime dans cette courte histoire : l’Écosse, sa lande et ses maisons hantées, un amour perdu depuis longtemps et enfin retrouvé, un jeune garçon aventureux, de la joie, de la tristesse…

Une fort jolie lecture qui m’a beaucoup plu !

*****

Hommage au Fantôme de Canterville d’Oscar Wilde, La fiancée du fantôme est l’un des tout premiers romans de Malika Ferdjoukh. L’école des Loisirs

De Malika Ferdjoukh, Sophie vous a déjà présenté : Chaque soir à 11h  et moi l’adaptation de ses romans en bande dessinée avec « Quatre sœurs »

D’Edith, nous vous avons présenté deux bandes dessinées :  Le jardin de Minuit (Sophie) et… Le jardin de Minuit (moi) ainsi que « Emma G. Wilford »

***

Ce roman participe au Challenge Halloween de Lou et Hilde

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/40234224_1858790040879407_3157129252680237056_n.jpg?_nc_cat=104&oh=fa57de50e6eb8de541d9750f8ffcd932&oe=5C448FBB

ainsi qu’au Challenge des « RE » chez Blandine, puisque je me suis vite rendue compte que je l’avais déjà lu il y a quelques années… Mais je l’ai relu avec beaucoup de plaisir !

Nous suivre et partager :
error0

Les souris des quatre saisons

  Les souris des quatre saisons

Jill Barklem
Gautier-Languereau (1999)

#######

Depuis des générations, des familles de souris ont construit leurs maisons au coeur de la grande haie touffue, qui borde le champ de l’autre côté du ruisseau. Leur domaine se nomme le Buisson-aux-Mûres…

J’ai lu, « le printemps » et « l’été », deux jolies histoires de petites souris vivants dans une haie bordant un champ.

Dans « le printemps », un pique-nique est organisé pour l’anniversaire d’un des enfants souris. Et dans « l’été », c’est une grande fête qui est organisée pour un mariage.

#######

Les illustrations sont délicieusement « vintage » (l’édition originale date de 1980) et bourrées de petits détails craquants. Les histoires sont très vivantes, gaies et franchement mignonnes. C’est adorable et je me verrai bien habiter avec les souris dans la haie touffue du Buisson-aux-Mûres ! Ces petits albums peuvent aussi bien convenir à des enfants qui ne savent pas lire (à qui on lit l’histoire) qu’à de jeunes lecteurs ayant déjà une bonne maîtrise de la lecture (CE1).

 

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Le sursis – Bande dessinée Ado/Adulte

sursis sursisLe sursis ♥

Jean-Pierre Gibrat

Coll. Aire Libre

Dupuis (1999)

°-°-°-°

Juin 1943. Julien devait partir pour le STO, le service du travail obligatoire en Allemagne mais il a décidé de ne pas y aller et a sauté du train. Bien lui en a pris, le train a explosé… Il retourne se cacher dans son petit village de l’Aveyron, à Cambeyrac. Sa tante, seule personne dans la confidence, le nourrit. Ses papiers ayant été retrouvés sur un mort (qui lui avait volé son portefeuille), il assiste même à son propre enterrement.

sursis

Le second, et dernier tome, s’ouvre sur un dossier de 8 pages dans lequel Gibrat nous fait part de quelques remarques, de ses recherches et de quelques beaux croquis également. Un 2ème tome à la fin duquel on comprend tout le sens du titre…

°-°-°-°

Voici une bd qui a déjà 18 ans, mais qui n’a pas pris une ride. En 18 ans, je l’ai lue au moins deux fois, celle-ci étant la 3ème. Pourtant, je ne m’en lasse pas. Tout me plaît dans cette bd !

L’histoire bien sûr, une nouvelle façon de voir la guerre : caché dans le grenier de l’école primaire, Julien écoute la radio, suit les avancées américaines sur les cartes de l’école et entend les commentaires des habitués du bar des Tilleuls. A cela s’ajoute une histoire d’amour impossible : Julien est censé être mort, il ne peut que regarder vivre Cécile dont il est éperdument amoureux. Cécile, qui travaille juste en bas, au bar des Tilleuls et que d’autres « convoitent »…

Jean-Pierre Gibrat a écrit le scénario et dessiné cette bd, et franchement, je trouve qu’il a réussi admirablement les deux !! J’ai trouvé le dessin très beau, les couleurs également et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde en lisant les deux tomes de cette bd … Bien au contraire, j’aurai aimé qu’il y ait un 3ème tome.

sursis

°-°-°-°

Du même auteur, j’ai également lu, et aimé, les deux premiers tomes de « Mattéo » qui se passe pendant la guerre d’Espagne (3 tomes parus sur 4 prévus chez Futuropolis).

Une interview de Jean-Pierre Gibrat

Cette bd participe à deux challenges : La bd de la semaine et Le challenge des « RE » chez Blandine

Challenge des « RE » 2017

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Mo’

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :
error0