Japons – deux documentaires jeunesse

Japan Japons

^-^-^

Si je présente aujourd’hui ces deux documentaires ensemble, ce n’est pas parce que j’ai la flemme de faire 2 billets séparés, mais bel et bien parce que je les ai trouvés complémentaires. Et si j’ai mis Japons au pluriel, c’est parce que l’un présente le japon d’hier et l’autre celui d’aujourd’hui…

^-^-^

« Bienvenue au Japon » (à gauche) est un très joli documentaire (carnet de voyage de deux illustratrices) qui nous donne un aperçu assez complet des us et coutumes japonaises d’aujourd’hui.

japons

Au sommaire : on commence par deux pages d’histoire puis chaque double page aborde un sujet, un thème différent. Il y a ainsi l’habitat, la cérémonie du thé (Saviez-vous qu’on « fouette » le thé ? Avec un fouet spécial en plus…), la cérémonie du bain (on se lave avant d’y entrer), les rituels de beauté, les différentes religions, les théâtres No et Kabuki, les kimonos, la nourriture, les mangas, les robots, les samouraïs… Et plein d’autres choses encore !

A la fin, un glossaire reprend tous les mots japonais employés et donne leur définition.

Un documentaire que j’ai trouvé très bien fait. Il est intéressant, simple à comprendre sans être simpliste, il est joliment illustré et sa mise en page est moderne. Il peut se lire d’une traite sans lassitude (ce que j’ai fait) mais on peut aussi picorer dedans au gré de ses envies. Et on y apprend vraiment plein de choses ! Saviez-vous que le Japon est le pays où il y a le plus de jours fériés dans le monde ? Connaissez-vous le franponais ? Savez-vous ce qu’est le chindogu ?

^-^-^

Japan

Le second documentaire, « Vivre comme… Les japonais » (« à l’époque » comme disent les petits !) se penche davantage sur le passé, avec une chronologie qui démarre en 30 000 avant J.-C. date à laquelle les îles japonaises ont été habitées. Vers 20 000 avant J.-C. le niveau de la mer s’est élevé et les japonais ont été coupés du reste du monde. Un isolement qui ne prendra fin qu’en 1854 ! Bref. En plus de nous parler des différentes îles, des guerriers, des empereurs, des clans, des dieux, il y a aussi le tissage de la soie, le travail des paysans ou des pêcheurs, l’art de la décoration ou encore la culture à travers les écrits et la musique…

Comme il date de 1999 (2000 pour l’édition française), il a une présentation et des illustrations plus « classiques » que le premier, mais la mise en page est très aérée, il y a de nombreuses reproductions ou photos  et il est vraiment agréable à lire.

En plus d’être très intéressant également, ce documentaire-ci propose des activités manuelles. On y apprend -entre autre- à fabriquer :

  • Un « jeu des coquillages » une sorte de « Memory » très prisé par les dames de la cour,
  • Une carpe en papier pour les fêtes,
  • Un casque de samouraï, un masque Nô pour se déguiser,
  • Un netsuké* et plein d’autres choses encore !

Le livre se termine aussi par un glossaire, qui vous apprendra par exemple, qu’un *netsuké est une sorte de bouchon sculpté dans l’ivoire et qui sert à attacher des objets à la ceinture.

^-^-^

Feuilleter les deux premières pages de « Bienvenue au Japon »

Voir d’autres avis sur le 1er doc présenté : Chez Clarabel, De page en page

Mois du Japon chez Lou & Hilde

Japon

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Halloween, lectures diverses et variées

HalloweenPour commencer, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un documentaire :

Halloween, dans la collection « Les cahiers d’idées » aux éditions Carpe Diem (1998)

Si vous avez fait attention à la date ci-dessus, vous avez peut-être fait la grimace…(18 ans, pour un doc, ça peut faire beaucoup !) Hé bien vous auriez tort, car il est très bien fait et les décos d’Halloween franchement, ça n’a pas beaucoup changé !

Il possède une table des matières par techniques employées (peinture sur textile – sur papier – sur verre…) et un sommaire.

Pour chaque décoration proposée, on vous indique les outils nécessaires, on vous donne les pochoirs (à décalquer) et on vous explique comment procéder pas à pas, bref, il n’est pas mal fait du tout.

 ♠  ♠

En premières lectures, j’ai lu : « La nuit de la chauve-souris » d’Amélie Cantin aux éditions Milan (2001)   lanuitdelachauvesouris

Ce soir, c’est Halloween et tout les enfants se sont déguisés pour participer au concours du meilleur déguisement. Rémy et Mathilde ont fabriqué un dragon à deux têtes avec lequel ils espèrent gagner le concours, mais ils aimeraient bien savoir ce que Lucy fabrique avec son grand-père… (pour les bons lecteurs, il y a pas mal de texte ! Plutôt CE1 que CP)

Une petite histoire fantastique qui fait un peu peur ! Est-on toujours le même une fois déguisé ?

 ♠ 

gregoire-le-froussard et « Grégoire le froussard »  de Nathalie Kuperman aux éditions Oskar (2011)

La bande des monstres,  Jacques le vampire, Sophie la sorcière, Bulle la fantômette et Grégoire le squelette sont fin prêts pour la soirée d’Halloween ! Ils vont aller dans le village faire peur aux enfants… Fin prêts ? Pas tous ! Grégoire le squelette n’ose pas le dire aux autres, mais il a peur des enfants…

Une petite histoire amusante qui parle aussi de la peur de ne pas être comme les autres.

HalloweenDès le CP (mots difficiles expliqués à la fin / écriture assez grosse et petits chapitres)

 ♠ 

Et pour finir, un petit livre de comptines « Comptines pour avoir la trouille » de Corinne Albaut aux éd. Actes Sud Junior (2000)

J’ai bien aimé la 1ère « l’ogre des bois » et « l’arbre carnivore », les autres moins. A la fin, un petit jeu, clin d’œil de l’illustrateur il faut retrouver à quelles pages appartiennent les petits dessins.

 ♠ ♠ ♠

Et si vous êtes passés à côté, voici quelques livres présentés les années précédentes :

Pour les plus jeunes

Au secours, un loup tout poilu ! / Au secours, une sorcière au nez crochu ! Deux albums pop-up qui amuseront les plus jeunes

Monstres A la fois doc, album et livre animé

Frida et Diego au pays des squelettes Mélange de conte fantastique et de documentaire

La forêt interdite Un conte moderne

Le Crafougna Un vilain monstre qui s’installe sans avoir été invité…

Train fantôme un album qui vous présente le manège du même nom.

Viens voir le loup un album cartonné pour les petits

La soupe au potiron une jolie histoire d’amitié autour d’une soupe

Automne, une saison chez les sorcières entre conte et album

Sorcières, sorcières une sélection d’histoires de… ?

Pour les plus grands

Twilight 1 : Fascination Faut-il le présenter celui-ci ?

Douze ans, 7 mois et 11 jours  Un thriller ado particulièrement angoissant !

L’étrange vie de Nobody Owens Un univers très particulier pour ce roman que j’ai A-DO-RÉ !

Le collège Lovecraft un roman pour se faire peur dès 10 ans

Halloween

Jack l’éventreur Deux bd qui collent bien au thème !

Deux romans de Mary Hopper Deux romans avec un fond historique et une ambiance victorienne.

Susan Hopper un roman avec un cimetière et des squelettes pas super sympathiques…

Walking Dead Tomes 19 à 21 Une série bd qu’on ne présente plus !

Mélusine une bd avec une gentille sorcière.

Le Challenge Halloween c’est chez Lou & Hilde (Pour le programme complet, c’est sur leurs blogs !)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Balade au bout du monde – Makyo

Balade au bout du monde est une histoire fantastique composée de 4 cycles de 4 bandes dessinées + un épilogue (soit 17 bd au total !!). Un seul scénariste, Makyo, mais plusieurs dessinateurs, un par cycle. Elle a commencé avec « la prison » en 1983 et s’est achevé avec « l’épilogue » en 2012.

Balade BaladeAuBoutDuMonde2_1 BaladeAuBoutDuMonde3_1 BaladeAuBoutDuMonde4_1

1er cycle : T.1 : La prison / T.2 : Le Grand Pays / T.3 : Le bâtard / T.4 : La pierre de folie

Laurent Vicomte a dessiné les 4 premiers tomes, remplacé ensuite par Eric Herenguel pour les 4 tomes suivants, lui-même remplacé par Michel Faure pour les 4 tomes suivants et enfin Laval NG pour les 4 derniers. Le tout dernier tome, le n°17, l’épilogue, est une collaboration des dessinateurs ayant réalisé la série, à l’exception de Vicomte, remplacé par Claude Pelet.

J’ai commencé à lire « Balade au bout du monde » il y a bien des années. Mon collègue ayant les deux premiers cycles me les a apportés et je les ai relus avec beaucoup de plaisir, surtout le premier cycle, il est vrai.

Dans le premier cycle, Arthis, un jeune photographe en mal d’inspiration, va la chercher dans la brume des marais… Mal lui en prend, il se retrouve enfermé, sans savoir comment ni pourquoi, dans une geôle digne du Moyen-âge…

Ces 4 premiers tomes, je les ai lus plusieurs fois, et toujours avec le même plaisir ! L’histoire est géniale et les dessins, parfois très sombres, vont très bien avec. Il y a une vraie atmosphère dans cette bd, on sentirait presque l’humidité des marais… Un vrai coup de cœur pour ce premier cycle !

Le deuxième cycle nous transporte en Inde, l’histoire est sympa, les dessins aussi, mais, je ne sais pas trop pourquoi, j’ai tout de même été déçue… Peut-être parce que j’attendais une suite au premier cycle et que c’est une histoire qui n’a absolument rien à voir ! Le seul lien est le personnage principal, Arthis.

Je serai d’ailleurs curieuse de voir quel lien ils ont trouvé pour ces deux séries dans l’épilogue !

La bd de la semaine

Pour voir tous les albums, c’est par ici.

Une autre bd d’Herenguel présentée sur le blog : Lune d’argent sur Providence

Challenge RE    Et la bd de la semaine, c’est chez Noukette

Cette série participe aussi au challenge des RE de Blandine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Juin : l’estime de soi, le harcèlement

logoalbums2016.jpg

Challenge AlbumsMois de Juin Estime de soi – Harcèlement

♣♣♣

Dans une collection qui s’intitule « Je suis comme ça« , Mango Jeunesse propose plusieurs titres avec des personnages qui ne s’aiment pas ou qui sont différents des autres :

Gaston est mollasson – Jonas ne tient pas en place – Chloé ne fait que loucher – Ophélie est étourdie – Eliot zozote – Astrid est trop timide – Bénédicte se trouve trop petite – Timothée a les oreilles décollées – Gaëtan se trouve trop grand – Juliette n’aime pas ses lunettes et pour finir, celui que je vais vous présenter : Roberto se trouve trop gros.

Estime de soi Roberto

Roberto est un baleineau. Alors forcement, il est gros. Et tous ses copains se moquent de lui. On l’appelle « Bouboule », on le traite de « monstre marin » ou de « balourd de mer », bref tous les jours Roberto prend des kilos et tous les jours on se moque de lui. Il finit par s’éloigner de tous. Jusqu’au jour où ses « amis » on besoin de lui et de sa force…

Un petit album très mignon pour parler de la différence, du respect, de l’estime de soi. Les illustrations au trait simple et tout rond, très colorées sont très jolies.

Une collection que je découvre, un peu tard à priori, la plupart des albums ont l’air d’être épuisés (vive les bibliothèques et les boutiques d’occasion !) et c’est bien dommage car les autres titres ont l’air intéressant aussi.

♣♣♣

estime de soi ClaraClara est trop gourmande ! De Cécile Lavocat chez Magnard Jeunesse (2001)

Clara la vache se trouve un peu serrée dans sa robe. Et puis, quand elle regarde les autres dames, ou encore les magazines, elle trouve qu’elle est vraiment très grosse ! Elle décide donc de se mettre au régime… Mais ça la mine et tout le monde croit qu’elle est malade !

Les images sont rigolotes avec des couleurs vives bien pétantes et un dessin simple mais expressif. Un album complètement amoral qui dédouane totalement les gourmands !! Pourquoi j’ai lu ça, moi ? Une tablette de chocolat ? Ou ça ???

♣♣♣

estime de soi hérisson

Georges cherche un ami de Yoko Yamazaki et Yoko Imoto – Mango Jeunesse (2001)

 Georges, le petit hérisson est triste. A cause de ses épines, les autres ont peur de l’approcher et il n’a pas d’ami. Il n’est pas toujours facile de se faire accepter quand on est différent… Georges en deviendrait presque méchant tellement il est triste ! Une histoire très mignonne, bien servie par des illustrations douces aux couleurs pastels… Si douces que nous aussi on aimerait caresser Georges le hérisson !