Des albums pour les petits [Tituce]

Une nouvelle participation de Tituce au Challenge Je lis aussi des albums, avec 4 albums pour les petits !

Cherche la petit bête

de Delphine Chedru 

Naïve, 2008
9782350211473 – 14 €

Un livre qui a attiré mon attention avec son titre.
Puis en le feuilletant j’ai adoré le graphisme des illustrations : des formes géométriques faisant penser à des œuvres contemporaines.
Et je me suis laissée prendre au jeu en lisant les textes très simples qui nous invitent à chercher les petites bêtes sur chaque page. Chacune d’elle est accompagnée d’une petite « intrigue ». Mon œil d’adulte a mis du temps à trouver certaines bêtes.
Mon asticot de 3 ans qui adore chercher des détails dans les livres, est tombé raide dingue de ce livre. Son œil est beaucoup plus aguerri que le mien. Et les formes géométriques ne trompent pas son petit oeil. Il connaît par cœur l’emplacement de chaque bête, mais ne se lasse pas.
Super avantage : il peut le regarder et prendre beaucoup de plaisir seul. Les textes sont simples et son grand frère peut lui lire aussi.
Chaque adulte sollicité pour la lecture de ce livre, s’est laissé prendre au jeu et surtout à la curiosité!
Nous avons adoré ce livre à l’esthétisme superbe.

+ Sur le site de l’éditeur Naïve

Grosse Colère 

de Mireille d’Allancé 

École des Loisirs, 2000
9782211073455, 5,60€

Un livre qui nous a drôlement aidé à communiquer sur la colère avec notre enfant. Il fait parti de ma bibliothèque idéale!
L’histoire d’un petit garçon qui est en colère et que son papa envoie dans sa chambre.
Le visuel et le texte sont vraiment explicites. On découvre comment la colère monte au cœur de ce petit garçon, comment elle s’exprime.
Je n’ose vous en dire plus, Je préfère vous laisser le plaisir de découvrir l’illustration de cette colère en découvrant ce livre. Comment elle éclate et comment elle s’apaise.
Ce livre est un vrai support pour permettre à un enfant colérique de s’exprimer sur le sujet. Mais à l’inverse ce livre nous a beaucoup servi à rester calme avec nos enfants en leur parlant de notre colère qui montait! Et donc de désamorcer des conflits. L’image du livre était beaucoup plus efficace qu’un: « Attention je vais m’énerver! »
Je ne suis pas totalement séduite par le style des illustrations, mais ce qui importe dans ce livre pour moi c’est vraiment le message. Et là, l’efficacité y est.

+ Sur le site de l’éditeur

C’est ma Journée ! 

de Anne Sol 

Les Éditions de la Bagnole, 2012

Un joli imagier cartonné pour les plus petits.
Un livre qui parle de la journée de l’enfant, illustrée de magnifiques photos d’Anne Sol. La créatrice de ce livre photographie sa fille dans chaque instant qui rythme la journée de l’enfant. La photo fait le focus sur les objets quotidiens et je trouve le style vraiment sympa. L’enfant reconnaît très bien les objets et s’y identifie complètement. La page de gauche met l’objet en situation et la page de droite illustre l’objet dans un cadre coloré. Une phrase simple pour nommer cette étape de la journée avec le mot clef en couleur. J’adore! De plus mon fils de CP peut facilement le lire à son petit frère.
Plein de couleurs, de gaîté et de peps dans ce livre qui parle aussi de papa et de maman!
J’aime les imagier photo. Et je trouve celui ci d’une grande qualité. Les photos sont d’une très grande qualité et dégagent énormément de bonheur!
C’est une vrai découverte (merci à La mare aux mots ), j’aurais aimé rencontrer ce livre plus tôt et compléter la collection:
– C’est à moi !
– C’est ma couleur !
– C’est le contraire !
– C’est les vacances !
Mon loulou de 3 ans est tombé amoureux de ce livre, qu’il vient me lire à sa manière!

+ Sur le site de l’éditeur

Grosse Légume

de Jean Gourounas 

Édition Le Rouergue, 2003

 

Comment montrer une autre image du légume à son enfant ?
Un livre qui fait l’apologie du légume avec humour, jeux de mots, onomatopées.
Les illustrations sont colorées et réalistes.


Un petit ver dévore les légumes les uns après les autres en rencontrant quelques déboires. L’enfant suit avec son doigt l’aventure du ver en apprenant le nom des légumes et en les découvrant les uns après les autres. Il est très drôle, rôte, pète, cri …
C’est aussi une manière de suivre la chaîne alimentaire.
On s’amuse dans ce livre à découvrir les légumes et leur nom. Un vrai support pour les enfants qui ont du mal avec les légumes.
Une fin surprenante.

Mes enfants se régalent avec se livre qu’on lit et relit en boucle.

+ Participation de Tituce au challenge Je lis aussi des albums
cadeaumaestro

Marie-Aude Murail – 3 romans

Ayant tous les livres de Marie Aude Murail (sauf Miss Charity :( je n’ai pas pu me décider à ne vous parler que d’un seul de ces livres… C’est donc quelques livres que j’aime qui seront réunis dans cet article :)

 

Amour, vampire et loup-garou 

http://www.decitre.fr/gi/85/9782211048385FS.gif« Le jeune Nicolas s’est-il vraiment noyé à Montalivet ? Pourquoi le docteur Victor a-t-il confié qu’il avait fait un
faux rapport d’autopsie ? Et qu’allait-il chercher au Centre d’études des phénomènes paranormaux lorsqu’on l’a assassiné ? D’où vient ce halètement dans le parking souterrain ? Qui est vraiment Hugo Knocker, qui se prétend étudiant en psychiatrie et a de sérieuses difficultés d’élocution ? Pourquoi a-t-il toujours un problème avec les manches de son pull-over ? Et pourquoi redoute-t-il l’arrivée de la pleine lune ? Et pourquoi Marianne ne se sent-elle plus tout à fait la même ? »

Non ce livre ne vient pas de paraître suite au succès de Twilight !Ce livre il date de 1998 et je l’ai lu quand j’étais au
collège… pourtant il m’a laissé un fantastique souvenir. Celui d’une histoire qui a du punch, et qui vous scotche du début à la fin. Télépathie, télékinésie, le fantastique est présent à chaque page, pourtant les héros sont des adolescents ! Ca commence fort, avec la description de la torture d’une jeune femme, et ça continue très fort avec action, suspense… et ça fait même un peu peur parfois !

Un livre dont le titre attirera les ado en ce moment… une bonne occasion pour moi de le ressortir des rayons :)

 

Maïté coiffure

http://www.decitre.fr/gi/96/9782211071796FS.gif« Louis Feyrières doit faire un stage d’une semaine, comme tous les élèves de troisième.
Où ? Il n’en sait rien. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’aime pas l’école et qu’il ne se sent bon à rien.  » J’ai ma coiffeuse qui prend des apprentis, dit Bonne-Maman, lors d’un repas de famille. Stagiaire, c’est presque pareil.  » Coiffeur ? C’est pour les ratés, les analphabètes, décrète M. Feyrières qui, lui, est chirurgien. Louis se tait. Souvent. Mais il observe. Tout le temps. Comme il n’a rien trouvé d’autre, il entre comme stagiaire chez Maïté Coiffure. Et le voilà qui se découvre ponctuel, travailleur, entreprenant, doué! L’atmosphère de fièvre joyeuse, les conversations avec les clientes, les odeurs des laques et des colorants, le carillon de la porte, les petits soucis et les grands drames de Mme Maité, Fifi, Clara et Garance, tout l’attire au salon. Il s’y sent bien, chez lui. Dès le deuxième jour, Louis sait qu’il aura envie de rester plus d’une semaine chez Maïté Coiffure. Même si son père s’y oppose. »

Un roman autant pour les filles que les garçons, qui sert souvent en collège pour montrer qu’il n’y a pas de métiers homme ou femme ni de sous métiers.

Une histoire touchante, intéressante, qui donne envie de devenir coiffeur ! Paru tout d’abord dans Je bouquine, l’histoire a ensuite été agrémentée pour ressortir à l’Ecole des Loisirs. Cette version longue est peut être plus difficile d’accès pour les jeunes qui n’aiment pas du tout lire, mais elle permet de mieux voir les relations entre les personnages, et les motivations de Louis. On sent Louis se métamorphoser, devenir un jeune homme, plus sur de lui, mieux dans sa peau.

 

Baby Sitter Blues

http://www.decitre.fr/gi/30/9782211092630FS.gif

« Comment faire quand on veut absolument le même magnétoscope que les copains, et qu’on ne dépasse pas les cent francs d’argent de poche par mois ? Emilien décide de se lancer dans le baby-sitting.
A vingt francs de l’heure, il a calculé qu’il serait bientôt au bout de ses peines. Il se fait une réputation de raconteur d’histoire et potasse sa nouvelle bible :  » Comprendre et aimer son enfant « . Il affronte Martin qui dit toujours non, et Axel qui dit :  » Tu ne m’attraperas pas.  » Il aime surtout Anthony, qui a
seulement six moi. Seulement voilà, avec l’entrée en troisième, la situation se corse, et la mère d’Emilien supprime télévision et baby-sitting.

Emilien se reconvertit, donne des cours de français à une fille qui fait plus de fautes qu’on ne peut en inventer même exprès, prépare des rédactions idiotes, ce qui le mène tout droit dans le grenier d’Amandine. Et là, ça se complique, parce qu’Amandine est vraiment une fille bizarre. »

Ma première remarque concernant ce livre, est qu’une nouvelle version est parue en 2007, remasterisée en quelque sorte. Dans la 4ème de couverture que vous avez là, il s’agit d’acheter un magnétoscope… Les élèves d’aujourd’hui ne savent même plus ce que c’est, et dans la nouvelle version il s’agit d’un PC. Et Emilien
gagne 15€/heure. [15€ c’est beaucoup, presque trop même, et rare sont les baby sitter aussi bien payé je crois!]

Bref, ce premier tome de la série Emilien, qui comprend 7 tomes, est un des meilleurs, puisqu’il y a l’attrait de la découverte.
Emilien c’est un garçon attachant, et les petits qu’ils gardent (ou plus grand) sont souvent à la fois détestable et sympathique. Un mélange dynamique, pour un garçon qui va beaucoup apprendre grâce à cette expérience. Une peinture très juste de la jeunesse, et qui plait aussi beaucoup aux jeunes.

A noter que la couverture ne plait pas à tout le monde (et pas à moi…) mais que la nouvelle bien que très différente n’est pas beaucoup mieux (selon moi bien sûr!!)

La suite des aventures d’Emilien est aussi très intéressante, avec une mention particulière pour « Sans sucre merci » qui aborde le difficile problème du diabète.

Je voulais vous présenter quelques titres supplémentaires, comme la série Nils Hazard, plus policière, ou La fille du docteur Baudoin, plus grandes ados, mais le temps me manque… et je sais bien que si l’article est plus long, vous n’allez pas tout lire. Ils viendront donc plus tard sûrement, de même que Le tueur à la cravate, un des derniers Marie Aude Murail, qui est splendide !!

 

 Les références :

Amour, vampire et loup-garou de Marie Aude Murail.- Ecole des loisirs (Médium), 1998.- 2 211 04838 2  / 9€

Maïté coiffure de Marie Aude Murail.- Ecole des loisirs(Médium), 2004.- 2 211 07179 1  / 9,50€

Baby Sitter blues .- Ecole des loisirs(Médium), 2000.- 2 211 09263 2  / 5€ (nouvelle édition 2007 6€ 978-2-211-08260-0)


logo mam

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Ne pas tout dire

roman pour adolescents

Ne pas tout dire

de Shaïne Cassim

Grasset Jeunesse, 2000
Collection Lampe de Poche 

Constance, lycéenne spasmophile, angoissée, peureuse, myope et fille unique de parents divorcés semblent bien mal lotie dans la vie.Heureusement elle va traverser cette dure période qu’est l’adolescence entourée par sa mère (qui se remet difficilement du départ de son père), Noémie (qui oscille entre mensonge et chagrin d’amour car elle aime le même garçon que Constance) et Vladimir Illitchkov, le Pope de son quartier (pas de religion là dedans, ils se retrouvent autour d’un café au bar du coin les nuits d’insomnie…) Peu à peu on va voir Constance se noyer dans cette spasmophilie qui l’handicape… mais on la verra aussi devenir de plus en plus forte, surmonter ses peurs, assumer la nouvelle compagne de son père, aider à la fois sa mère et sa meilleure amie, et tomber amoureuse, avec des hauts, beaucoup, et des bas, encore plus…


 Extraits :
 » Tout brillait au-dessus de moi. Trop. Le ciel était très étoilé. Les diamants scintillants semblaient à portée de main. J’ai tendu les doigts mais je n’ai rien attrapé. J’étais heureuse comme j’avais pu l’être parfois en Toscane _ des centièmes de secondes volées à la tristesse. J’ai regardé mes talons noirs, immaculés, ma robe de soie verte. J’en aurais ri. j’avais l’impression d’être déguisé en femme. »
 » J’ai eu envie de me lever. J’ai enfilé ma robe de chambre et je suis sortie. […] Quelqu’un m’a heurté et j’ai poussé un cri.
_Excusez moi.
C’était le Pope. Il avait des poches sous les yeux et l’air fatigué.
_ Qu’est ce que vous faites dehors à cette heure-là?
_ Je suis insomniaque, a-t-il soupiré.
J’ai eu envie de rire et je me suis retenue à grand-peine. »

Une écriture intéressante, pleine de petites phrases douces et charmantes, qui accompagnent agréablement cette histoire. On s’attache très vite à Constance, on a envie de l’aider, de lui souffler d’avoir confiance en elle… Bien que ce soit une lycéenne, avec des préoccupations de cet âge (bac, cigarette, alcool et sexe -le tout abordé très pudiquement-) les collégiens peuvent apprécier ce livre.

Selon une de mes élèves : ‘j’ai pas pu le refermer avant d’avoir fini »