Vincent Cuvellier

Vincent Cuvellier est un auteur plutôt prolifique, il a écrit son premier roman à 17 ans, et depuis il a écrit plus de 50 livres (traduit dans plusieurs langues, il a reçu de nombreux prix)… Vous avez bien dû en lire un ou deux, non ? J’étais d’ailleurs persuadée vous avoir déjà présenté son album (joliment illustré par Camilla Engman) « La fille verte« , mais pas moyen de remettre la main sur l’article…

Émile
Vincent Cuvellier & Ronan Badel
Coll. Giboulées
Gallimard Jeunesse (2012-2015)

Emile EmileEtLesAutres EmileInviteUneCopine

Émile est un petit garçon qui a des idées bien à lui sur les choses. L’invisibilité par exemple. Un jour Émile décide qu’il est invisible et donc, il l’est ! (et heureusement qu’il l’est, vu la fin de l’histoire…)

Une autre fois, dans Émile et les autres, Émile doit aller jouer avec ses copains. Mais quels copains ? Émile n’a pas de copains. Sa maman arrivera à le soudoyer, avec la promesse de la présence de Julie sa chérie (menteuse !!) et d’un sandwich au pain.

Dans un autre album, Émile invite une copine. Une copine du parc. On imagine sans mal la tête de la mère d’Émile quand elle voit la copine…(je vous conseille de lire dans cet ordre, d’abord Émile et les autres et ensuite Émile invite une copine…)

Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte. J’ai lu ces 3 là, mais il y en a encore d’autres, une dizaine en tout…

Je ne vous le cache pas, j’ai bien rigolé. Je pense que les enfants doivent adorer Émile ! Les histoires sont pleines d’humour, d’imagination et parfois même un peu loufoques. les dessins sont simples et très drôle également. Le tout va très bien ensemble !!

Ah. Un dernier petit truc qui m’a plu ? Émile est un petit garçon (quand on a lu Émile est invisible on ne peut pas en douter !) et pourtant, il porte une chemise rose … Comme quoi, on peut bien faire ce qu’on veut !

Pour écouter « Émile est invisible » raconté par des enfants et mis en musique, c’est ici ! (Un atelier de la Médiathèque de Redon)

¥¥¥

LaPremièreFoisQueJeSuisNéeLa première fois que je suis née

Vincent Cuvellier & Charles Dutertre

Gallimard Jeunesse Giboulées (2007)

Le premier bain, les premiers petits pois, la première bagarre, le premier baiser…
C’est ainsi qu’on entre dans la ronde de la vie.
C’est un texte touchant, plein d’amour et de tendresse, de poésie… et d’humour ! On sent bien l’humour dans la lecture qu’en font Vincent Cuvellier ou encore Donatienne Michel-Dansac (voir liens ci-dessous).
Un texte qui parlera à tout le monde (tout le monde a eu des premières fois…) et qui lancera peut-être de grandes discussions entre parents et enfants sur les premières fois des uns et des autres !! C’est qu’elles sont importantes ces premières fois… Je me souviens de ma belle-fille, vexée parce que son père ne se souvenait pas d’une de ses fameuses premières fois (son premier mot ou l’âge à laquelle elle avait fait sa 1ère dent, je ne sais plus non plus…)
***
Si vous voulez écouter Vincent Cuvellier raconter son histoire à des enfants (on les entends rire en fond !!) c’est ici
Et la version musicale est ici (Ce n’est pas courant un album chanté à la manière d’un opéra !) 
***
LaPremièreFoisCD
Prix des Incorruptibles 2009 pour la catégorie CP
***
Il existe une version avec un CD audio : lu et chanté par Donatienne Michel-Dansac (Soprano) sur une musique de Marc-Olivier Dupin, avec l’Orchestre national d’Île-de-France, dirigé par Jean-François Verdier. Et c’est le coup de cœur de l’académie Charles Cros 2012  (Grand prix catégorie disques jeune public).
***
Un gros coup de ♥ pour Laurette, si vous avez loupé sa présentation, c’est ici
Vincent Cuvellier a 2 sites : l’un ici, l’autre .
Si vous voulez en savoir plus, un dossier complet ici.
 SignatureNat

Lectures en vrac – Novembre 2015

LECTURES EN VRAC – Novembre 2015

Comme je suis bibliophage (pas au sens propre, rassurez-vous), en plus de ma PAL, (énorme, surtout en « adulte »), je vais régulièrement à la bibliothèque (surtout pour les livres jeunesse et les bd !!) Bref, faire un article par lecture devient difficile, donc je vais tester le « fourre-tout » mensuel, histoire quand même de dire quelques mots sur les bouquins lus et appréciés.

Loupiotte de Frédéric Stehr – Lutin Poche – École des Loisirs (2000)Loupiotte

Comme tous les petits loups, Loupiotte ne craint personne. Elle n’a pas peur de traverser la forêt pour apporter une tartiflette à son grand-père. En chemin, elle croise un vilain ogrion qui lui propose une partie de cache-cache.

Encore un conte détourné et encore Le Petit Chaperon Rouge ! Mais une version où le loup n’a peut-être pas un si vilain rôle que ça… J’ai bien aimé les dialogues et les dessins, le tout plutôt amusant…

UnPetitChaperonRougeLeray***

Dans « Un petit chaperon rouge » de Marjolaine Leray par contre, c’est peut-être bien le loup qui devrait faire attention… Et là où j’ai vraiment rigolé, c’est quand le Petit Chaperon Rouge dit au loup qu’il pue de la gu… pardon, qu’il a mauvaise haleine… C’est un truc auquel j’avais déjà pensé, mais je n’avais jamais vu ça dans un album jeunesse… Trop drôle !!  Les illustrations, un genre de gribouillage, sont assez étonnantes… Éditions Actes Sud Junior (2009)

***

UneSoupe100sorcièreOn poursuit avec une histoire de soupe (pas au potiron cette fois-ci) : « Une soupe 100% sorcière » de Quitterie Simon et Magali Le Huche (éd. Glénat 2007)

Une histoire toute mignonne dans laquelle on retrouve le petit chaperon rouge (encore lui !!), l’ogre, le petit poucet et quelques légumes aussi, j’ai nommé : les carottes (un goût sucré, une couleur gaie, un vrai légume de fillette !), les pommes de terre (rondes, douces, sans le moindre ver dedans !) and the winner is : Les poireaux, un vrai légume de sorcière, ébouriffé et dont l’odeur pique le nez ! Les illustrations sont gaies, amusantes et pleines de détails !

LeRetourDeChapeauRondRouge***

Il y a quelques semaines, je vous avais parlé de Chapeau Rond Rouge. Dans cette suite, toute aussi amusante, c’est encore et toujours le loup qui en prend pour son grade ! Ne pas oublier la « double lecture » cette 2ème petite histoire grâce aux petites souris…  Le retour de Chapeau rond rouge de Geoffroy de Pennart – Kaléidoscope (2011)

***

LeJeuneLoupUn dernier : « Le jeune loup qui n’avait pas de nom » de Jean-Claude Mourlevat et Jean-Luc Bénazet aux éditions Milan (1998)

Quelque part dans la forêt, un jeune loup pleure. Septième de sa fratrie, il ne comprend pas pourquoi on ne lui a pas donné de nom. Et c’est bien triste quand personne ne peut vous appeler. Sur son chemin, le jeune loup croise un ours, une grenouille, un hérisson, un écureuil et même une souris, tous des « sans nom », comme lui. Mais tout pourrait changer avec la rencontre d’un vieil homme qui porte un mystérieux sac sur le dos. Car, au fond, se trouve le plus précieux des trésors : un nom pour chacun d’entre eux.

Une très jolie histoire sur la quête d’identité. Les illustrations (de la peinture ?) douces et colorées tout à la fois m’ont beaucoup plu.

SignatureNat

Cap-horn

 CAP-HORN

Laurence Gillot & Thomas Baas (ill.)

Nathan (2007)

CapHorn

Dans Cap-horn, Tim, un petit garçon, laisse tout tomber quand vient l’heure du passage du camion poubelle. Il adore regarder travailler les éboueurs. Son moment préféré, c’est quand le Tout frisé abaisse une manette et que la grosse mâchoire de fer broie les ordures.

Aujourd’hui, Tim a 5 ans. Pour son anniversaire, son papa lui a trouvé un cadeau vraiment pas comme les autres…

≈≈≈

Laurence Gillot a écrit de nombreux livres pour la jeunesse. Le plus connu est peut-être la petite « Lulu Grenadine » qu’on vous a présenté ici et . Allez donc faire un tour sur son site, dès la page d’accueil, le ton est donné !

Thomas Baas est illustrateur et affichiste. Ses illustrations sont pleines de douceur, de tendresse et un peu « vieillotes » (le petit garçon me fait penser au « Petit Nicolas » de Sempé !) ce qui n’est pas pour me déplaire !

≈≈≈

CapHorn2

Mon avis : Cap-horn est un album comme je les aime, plein d’humanité et de douceur. Cap-Horn, c‘est une histoire de rêve et d’espoir.

Peut-on réaliser ses rêves ? Cap-horn vous prouvera que oui, si on y croit très fort, tout peut arriver…

Des illustrations très douces pour une histoire pleine de rêves, d’amitié et de tendresse.

≈≈≈

De Laurence Gillot, Sophie vous avait aussi présenté « Peur du noir ? » ici.

SignatureNat

Là où vont nos pères – Shaun Tan

Bande dessinée Ado-adultes

Là où vont nos pères

de Shaun Tan

Dargaud, 2007 (2014 pour la présente édition)
9782205074000, 14,99
128 pages

On ouvre cette bande dessinée à l’allure de journal en ce demandant un peu où l’on va. La couverture offre en effet un petit coté fantastique avec cet étrange animal, mais les tons sépia nous orientent vers un récit historique…. Cette bande dessinée est sans texte, et c’est donc à chacun de créer sa propre histoire au fil des cases. Et l’histoire qu’on se crée évolue au fur et à mesure de notre lecture !

Un homme, chapeau, valise, journal, quitte sa maison, sa femme, sa fille. Un long voyage l’attend qui lui permet d’arriver dans un pays où tout lui semble absolument étrange et improbable. Il ne connaît ni la langue, ni les animaux, est totalement perdu.

Au fil des pages on commence à comprendre, on réalise qu’il s’agit du parcours d’immigration d’une famille. Ce que l’on prenait pour des éléments fantastiques ne sont finalement là que pour renforcer, de façon universelle, ce sentiment d’inconnu et d’étrangeté que tout étranger ressent en arrivant dans un pays radicalement différent du sien.

Cette bande dessinée est à la fois splendide par ses illustrations et l’univers qu’elle crée, par aussi par le message qu’elle permet de véhiculer. L’absence de texte la rend universelle, l’expérience qu’elle propose est un véritable voyage, une aventure. Un réél coup de coeur pour ce titre, Fauve d’Or à Angouleme en 2008, avec raison !

Un album à découvrir et à mettre dans toutes les mains, notamment en collège pour l’histoire des art par exemple ! Une version complétée d’un artbook existe d’ailleurs pour approfondir le sujet.

BD de la semaine saumon

 

ma BD de la semaine aujourd’hui chez Stephie

Tout le monde en a déjà parlé, mais j’étais passé à coté… retrouvez les avis de Liyah, Mo, Mango...