Ne dites pas à ma mère que je suis voyante…

voyanteNe dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver

Eileen Cook

Presses de la Cité (2009)

*****

Sophie Kintock, une jeune femme pleine de fantaisie, est effondrée parce que son petit ami (avec qui elle sortait depuis tout de même 6 ans) a, du jour au lendemain décidé qu’ils avaient besoin d’une pause dans leur couple.

Le problème, c’est que l’idée de « pause » n’a pas le même sens pour eux ! En fait, Doug a décidé de la quitter, tout en voulant bien sûr, rester son meilleur ami… (Humm…)

Bref, Sophie est bien décidé à reconquérir –par tous les moyens, cela va de soi- son cher Doug. Un universitaire venu dans sa librairie pour lui demander de faire des recherches pour lui, va lui donner une idée de génie.

Elle sait que la nouvelle petite amie de Doug (oui, il n’a pas perdu de temps), Mélanie, est une fervente adepte de la voyance. Qu’à cela ne tienne, elle va devenir voyante et lui envoyer des signaux (bien visibles !) pour lui faire quitter Doug. Son subterfuge va marcher comme sur des roulettes, à quelques détails près, que je ne vais pas vous dévoiler ici, ça ne serait pas drôle !

*****

Au départ, c’est ce long et drôle de titre qui m’a attirée.

Puis la couverture m’a amusée. Et quand j’ai lu le résumé, plein d’humour, j’ai craqué et je ne le regrette pas !

Ce livre est franchement amusant. Mais pas seulement. Il y a aussi une vraie critique des charlatans et des gens qui profitent de la crédulité des autres.

J’avoue ne pas être une grande lectrice des romans de « Chick lit » dans lequel est classé ce livre et je n’ai pas du en lire beaucoup (le journal de Bridget Jones doit être l’unique exception à ce jour !) mais j’ai vraiment passé un très bon moment à lire ce roman. C’est léger, c’est drôle et ça aère bien la tête.

Bonne lecture !

*****

Elle a écrit deux autres romans (que je n’ai pas encore lus).

D’autres idées de romans plus ou moins légers pour l’été par ici.

Nous suivre et partager :

Les Quatre de Baker Street – Mois Anglais 6

Connaissez-vous les espions de Sherlock Holmes ?

Baker

BD jeunesse

Les Quatre de Baker Street

Djian – Etien – Legrand

Vents d’Ouest

*****

T1 : L’affaire du rideau bleu

Billy, Charlie et Black Tom sont trois enfants des rues. Ils ne se quittent jamais et veillent les uns sur les autres, condition n°1 pour survivre dans l’East End londonien. Sherlock Holmes les emploie parfois comme auxiliaires car ils sont malins, ont des yeux partout et connaissant parfaitement les rues. Mais cette fois, c’est eux qui ont besoin de Sherlock ! L’amoureuse de Black Tom, Betty la petite fleuriste a été enlevée sous ses yeux. Malheureusement, Sherlock Holmes s’est absenté de son domicile de Baker Street. Nos 3 héros (bientôt 4 !) vont devoir se débrouiller tous seuls…

*****

Dans le tome 2, “Le dossier Raboukine” (2010) les 3 enfants vont être confrontés à des révolutionnaires russes ainsi qu’à de dangereux criminels.

Et dans le tome 3, “Le rossignol de Stepney” (2011), Sherlock Holmes va leur confier la surveillance d’un jeune homme de bonne famille que sa mère soupçonne de s’encanailler dans l’East End…

*****

Baker street, ça vous dit quelque chose ? Si vous êtes fan de Sherlock Holmes, vous aurez tout de suite dit oui, puisqu’il s’agit de son adresse. Malgré tout, ce n’est pas lui que l’on voit le plus, mais bel et bien ses auxiliaires, Billy, Charlie et Black Tom.

Chaque tome propose une aventure différente. Ils peuvent donc se lire indépendamment les uns des autres ou même dans le désordre…

Les histoires sont agréables et pleines d’action et le dessin m’a beaucoup plu également. Les personnages ont des visages expressifs, il y a des gros plans, des cadrages différents… J’ai bien aimé les couleurs aussi.

Une série vraiment agréable dont je lirai les autres tomes avec plaisir.

*****

Si vous allez lire l’avis de Sophie sur les 4 premiers tomes : Tome 1, tome 2, tomes 3 & 4, vous verrez qu’elle a beaucoup aimé également !

De JB Djian, je vous ai également présenté : L’école Capucine (2 tomes)

*****

C’est ma 6ème lecture pour ce Mois Anglais 2020

organisé par Lou et Titine

et relayé sur Instagram par Lamousmé

Logo réalisé par Belette alias Cannibal Lecteur

Nous suivre et partager :

La légende de Merlin l’enchanteur

légendeContes et légendes
A partir de 6/7 ans

La légende de Merlin l’Enchanteur et du Roi Arthur

Viviane Koenig et Jean-Louis Thouard (Ill.)

De La Martinière Jeunesse (2009)

*****

En 20 chapitres, on apprend le secret de la naissance de Merlin. D’où tient-il ses pouvoirs ? Comment a-t-il passé son enfance ? On le suit également tout au long de sa vie d’adulte. Nous sommes témoins de sa rencontre avec le jeune Arthur qui deviendra roi. Et nous voyons quel rôle il a joué dans toutes les guerres menées par le Roi Arthur et les Chevaliers de la Table Ronde.

*****

J’ai bien apprécié cette version de la légende de Merlin l’Enchanteur. Elle est beaucoup plus “guerrière” que la version Disney (mais sûrement bien plus proche de la vie quotidienne à cette époque là !)

Les illustrations en noir et blanc m’ont donné des envies de coloriage (mais bon, comme c’est le livre de la bib, je vais éviter !). Et j’ai bien aimé que les mots “difficiles” soient expliqués dans la marge, je trouve ça horriblement casse-pieds quand il faut chercher à la fin du bouquin. De jolis liserés formés de dragons décorent les bas de pages.

De plus, certaines parties du texte sont en gras, les paragraphes sont courts et aérés, ce qui en fait un livre plutôt facile à lire.

http://ref.lamartinieregroupe.com/media/9782732438580/hd/98597_interieure_Hres_3.jpg

*****

D’autres pages sur le site de l’éditeur

Présentés sur ce blog : Merlin T1, les années oubliées, Aliénor Mandragore (BDJ), Le chant d’Excalibur (BD), Merlin, l’enfance d’un enchanteur (Alb)

A lire aussi : L’enchanteur de Barjavel

Un album qui participe au Challenge Contes et Légendes chez Bidib

http://mapetitemediatheque.fr/wp-content/uploads/2018/11/challenge-contes-et-l%C3%A9gendes-239x300.jpg

Nous suivre et partager :

Quitter le monde – Mois Américain 5 – LC

QuitterMois américain

Roman adulte

Quitter le monde ♥
Douglas Kennedy

Belfond (2009)

*****

C’est une Lecture Commune avec Enna

*****

Lors d’une énième dispute de ses parents, Jane Howard, 13 ans, déclare qu’elle ne se mariera jamais et qu’elle n’aura jamais d’enfants. Le lendemain, son père quitte la maison et sa mère tiendra à jamais Jane pour responsable de ce départ. Des années plus tard, fraîchement diplômée d’Harvard, Jane refuse un poste de Maître-Assistant à l’Université du Wisconsin. Au Directeur du Département, Wilson, qui lui demande la raison de son refus, elle répondra : “J’ai décidé de gagner de l’argent, beaucoup d’argent.”

*****

Ce roman est divisé en 5 parties d’inégales longueurs qui nous racontent de façon chronologique la vie de Jane. Dans la 1ère partie (74 p.), on suit son adolescence, ses études, ses premières amours comme ses premières déceptions. Et l’on assiste à ses premiers déboires familiaux.

La 2nde partie (55 p.) nous conte ses débuts prometteurs dans le monde de la finance, puis la fin d’une parenthèse dorée (argentée ?) grâce à ses parents, toujours aussi charmants…

Un retour “à la normale” pourrait-on croire en entamant la 3ème partie, puisque Jane reprend le travail comme Maître-Assistant en littérature dans une université de Nouvelle-Angleterre. Ce poste à Boston va lui permettre de rencontrer Théo et d’ajouter un nouveau chapitre à sa vie. Mais cette 3ème partie s’achève sur un terrible drame.

Peut-on se relever après autant de coups du destin ? C’est ce que vous verrez dans les 2 dernières parties de ce roman.

C’est un pavé, mais plutôt facile à lire, l’écriture est très fluide. Un roman plein de “rebondissements“, et d’émotion, mais également de réflexions sur ce qui nous fait avancer. Il m’a beaucoup plu,  je l’ai dévoré en 3 jours !

N’hésitez pas à aller voir ce qu’en a pensé Enna

*****

Extrait :

Ou plus simplement, la brutalité du froid et la sombre majesté de ce paysage m’avaient soudain libérée de toutes les incertitudes qui encombraient ma vie. Quoi qu’il en soit, je me sentais légère, portée par les éléments et même, l’espace d’un moment, j’ai éprouvé un sentiment qui ressemblait au bonheur, la perception sans mélange d’être vivante ici et maintenant, dégagée du scénario souvent trop complexe qu’avait été mon existence. Au fond, n’était-ce pas cela, le bonheur ? Une parenthèse pendant laquelle, sans penser au passé ou à l’avenir, on arrive à s’enfuir de soi-même ? Plus de réminiscences venant vous hanter, plus d’appréhensions qui ruinent votre sommeil ; juste la redécouverte que l’instant présent est merveilleux… Avais-je besoin du froid coupant, du vent déchaîné, de la détonation hypnotisante des vagues se brisant sur une plage déserte pour me rappeler qu’être au monde pouvait, en soi, vous rendre heureux ?

*****

Biographie sur le site de l’auteur

De cet auteur, j’ai également lu et beaucoup aimé : Cul de sac (réédité sous le nom de “piège nuptial”), L’homme qui voulait vivre sa vie, Les désarrois de Ned Allen, La poursuite du bonheur, Rien ne va plus, Une relation dangereuse… Tous sauf les 4 ou 5 derniers que je n’ai pas encore lus, quoi !

*****

C’est ma 5ème participation au Mois américain !

américain

Un roman qui participe aussi à à Objectif Pal chez Antigone

Nous suivre et partager :