Les enfants de Titaniah – Roman ado

TitaniahLes enfants de Titaniah

Sugeeta Fribourg
Éd. Alice Jeunesse (2010)
* * * * *

La planète Titaniah ressemblait beaucoup à la terre. Il y avait des océans, des forêts, des animaux et des humanoïdes qui nous ressemblaient étrangement. La seule différence avec la Terre en fait, était un don que les enfants recevaient à la naissance. En effet, les enfants naissaient avec la faculté de comprendre le langage de tous les êtres vivants, plantes ou animaux, ainsi que la possibilité de dialoguer avec eux par télépathie.

Malheureusement, vers 7 ou 8 ans, la plupart des enfants perdaient ce don. A 12 ans, Sylvio était une exception et son don était plus présent que jamais. Un privilège qui le remplissait de joie car il adorait se promener en forêt et dialoguer avec tous les habitants, arbres ou animaux…

* * * * *

Extrait : « Sylvio parvint à une clairière. Il était arrivé à son rendez-vous. Au centre s’élevait le vieux chêne, le Génie de la Forêt. Son feuillage généreux grimpait presque jusqu’au ciel. Cet arbre, qui passait pour millénaire, avait pourtant gardé bon pied bon œil. Aux dires des sources, qui le murmuraient à tout vent, le chêne était le roi de la Forêt parce qu’aucun buisson n’avait jamais eu l’audace de s’enraciner sous son ombre.

– Bonjour Francisco, dit doucement Sylvio.

Il s’assit sous les ramures du vieil arbre, le dos calé contre le tronc solide. Depuis quelques années déjà, le vieux chêne accueillait l’enfant avec la même joie. Il était devenu son ami et son guide. »

* * * * *

Un roman d’aventure agréable qui parle d’écologie, de respect de la nature et des animaux avec pas mal d’humour et de rebondissements !

Le site de l’éditeur Alice Jeunesse

L’auteure est décédée en 2016.

Sur des thèmes similaires (dialoguer avec les animaux, avoir du respect pour eux) nous vous avons présenté la trilogie « Lion Boy »

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Blacksad – Bd Ado/Adulte

Blacksad  Blacksad

^ ^ ^ ^ ^

BLACKSAD

Canales Juan Diaz & Juanjo Guarnido (dessin)

Dargaud

^ ^ ^ ^ ^

Série en cours : le tome 6 n’est pas encore annoncé… :(

Tome 1 : Quelque part entre les ombres (2000) ♥ ♥ ♥

La journée commence mal pour Blacksad, qui se retrouve face au cadavre d’un grand amour passé. Une actrice, qui fut d’abord une cliente avant de devenir une amante. Une époque heureuse. Le commissaire Smirnov lui a expressément recommandé de ne pas se mêler de cette affaire…  Mais Blacksad veut savoir. Qui a fait ça ? Et pourquoi ?

En lisant ce tome, j’ai eu l’impression de regarder un film noir des années 40/50 (avec Bogart si possible !). Le héros est sombre, l’ambiance aussi. Un tome avec beaucoup d’action, filmé dessiné de façon dynamique avec des découpes de cases originales. Page 38 par exemple, on a une vue sur le salon de Blacksad depuis le plafond (pleine page). Voir aussi la vignette ci-dessous. Une histoire relativement simple, un détective mène l’enquête, mais avec une ambiance et des couleurs tout à fait spéciales !

J’ai adoré ce 1er tome ! Pourtant ce n’était pas gagné, l’anthropomorphisme, ce n’est pas vraiment mon truc (quoi que j’ai plusieurs contre-exemples en tête, tels que la magnifique série bd « De cape et de crocs » ou encore, lu plus récemment, « Saga »  ou « Abélard » que j’ai adorés également !)

Tome 2 : Arctic-Nation (2003) ♥ ♥ ♥

Blacksad est embauché par une institutrice, inquiète de la disparition d’une de ses petites élèves. Dans ce quartier, il y a beaucoup de tension et de nombreux crimes racistes sont perpétrés. Un groupe de « blancs » mélange de nazis et de Ku Klux Klan fait régner l’ordre et la loi à sa façon…

Là encore, l’ambiance « film noir » est très présente. Un tome très sombre, qui se terminera par un éclat de rire, grâce à un nouveau personnage, qui va devenir l’ami de Blacksad et dont on fait la connaissance en début d’histoire. Pour écouter la chanson qu’on entend à la radio vers la fin de l’histoire, et qui illustre bien cet épisode, c’est ici.

Tome 3 : Âme rouge (2005) ♥ ♥

Échoué à Las Vegas pour tenir une promesse (voir tome précédent), Blacksad a trouvé un travail de garde du corps qui ne lui apporte guère de satisfactions. Une rencontre inattendue avec un vieil ami va changer ça.

Un tome sur fond de Maccarthysme et de guerre froide, que j’ai trouvé un peu plus « fouillis » que les précédents, beaucoup de personnages et d’histoires qui se croisent et un fond politique qui m’a moins plu que celui du tome précédent. La chanson qu’écoute les deux tourtereaux pages 40 et 41, c’est « That old black magic » (ici la version de Carmen McRae, mais il en existe beaucoup d’autres !)

Tome 4 : L’Enfer, le silence (2010) ♥ ♥

La Nouvelle Orléans, son blues, ses musiciens, ses soirées chaudes et ses croyances vaudou… Embauché pour retrouver un musicien mystérieusement disparu, Blacksad va mettre ses pattes dans une vieille et sombre histoire…

Un tome un peu différent qui m’a bien plu aussi, l’atmosphère est un peu moins sombre, les couleurs sont plus gaies et plus lumineuses (Nouvelle Orléans oblige !) et les fans de blues aimeront comme moi l’ambiance musicale…

Tome 5 : Amarillo (2013) ♥ ♥

Réclamé par la rédaction de son journal, Weekly doit quitter la Nouvelle Orléans. Blacksad est un peu démoralisé mais ne veut pas rentrer en avion. Il a envie de trouver un boulot pépère, où les balles ne voleront pas autour de lui. On lui confie une voiture à rapatrier, un boulot peinard, croit-il…

Un road movie sympathique et plein de surprises… On fait notamment connaissance avec une partie de la famille de Blacksad ! Un tome bien coloré aussi, moins « film noir » que les tomes du début, mais j’aime aussi !

^ ^ ^ ^ ^

Blacksad a été récompensé à une quinzaine de reprises : je vous laisse aller voir la page wikipédia qui en parle (en fin de page).

Ne faites pas l’impasse sur les pages de gardes, à partir du tome 2 notamment, ça apporte des petits plus à l’histoire !!

J’ai emprunté « Blacksad » à la bibliothèque, mais cela fait partie des séries que j’achèterai, pour pouvoir la relire, la prêter…

^ ^ ^ ^ ^

Une lecture commune avec Blandine (Vivrelivre)

Site de l’éditeur Dargaud

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le secret de Kashimo – Album – Japon

secretLe secret de Kashimo

Agnès de Lestrade & Nicolas Duffaut

Milan Jeunesse (2010)

* * * * *

Depuis toujours, Kashimo avait un rêve. Il voulait devenir Samouraï. Mais un matin, son père, malade, ne s’était plus levé. En plus du chagrin qu’il avait ressenti, pour Kashimo, c’était la fin de son rêve secret. Il était devenu l’homme de la famille, il devait aller aux champs pour nourrir tout le monde. Il serait paysan. Pas samouraï.

Mais c’était dur de renoncer à un tel rêve. Alors Kashimo, après sa journée aux champs, prenait le chemin de la rivière et allait s’entrainer avec un bâton. Un jour qu’il combattait un ennemi invisible, une petite voix l’interpella. C’était Kama, la jeune fille du seigneur Saburo. Les deux enfants allaient devenir amis, d’autant qu’ils avaient tous deux un rêve secret.

* * * * *

Un album plein de charme ! Sur l’amitié, sur la force des rêves… Chouette tant pour son histoire (même si on se doute un peu de la fin !) que pour les illustrations qui accompagnent joliment le texte. Les bouilles des enfants sont expressives et malicieuses, certains paysages dignes d’une carte postale et le tout donne une grande impression de douceur (sauf les samouraïs, pas toujours super aimables !!) J’aime beaucoup la façon dont sont dessinés certains arbres…

* * * * *

La page auteur d’Agnès de Lestrade sur le site des Incos

De cette auteure, nous vous avons aussi présenté : Tu vois la lune, Parfois j’ai la grosse tête, Ni oui ni non les couleurs, Arto et la fée des livres,

Le blog de Nicolas Duffaut

 

* * * * *

Un album qui participe challenge album et au mois du Japon avec Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

challenge albums 2017   Pivoine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ein Lee – Deux contes japonais

Deux contes qui se passent dans un japon médiéval - illustrés par Ein Lee.

* * * * * *

Ein

Princesse Pivoine

Ein Lee / D’après le texte de Richard Gordon Smith

Nobi Nobi ! (2010)

* * *

La belle princesse Aya était la fille unique et chérie du puissant seigneur Yuki Naizen-no-jo. Comme elle venait de fêter ses 18 ans, son père lui avait choisit un époux. Les deux fiancés s’étant rencontrés et ayant donné leur accord pour cette union,  la date du mariage fut fixée. Mais un soir que la princesse se promenait dans les jardins parfumés de son père, au milieu des pivoines, son pied glissa et elle n’évita la chute dans l’eau que grâce à l’apparition d’un beau jeune homme qui disparu aussi vite qu’il était apparu…

Ein

L’histoire est un conte traditionnel japonais assez classique mais néanmoins très agréable. Quand aux illustrations, si je ne suis pas spécialement fan du style un peu manga, j’ai adoré les couleurs, la lumière et les motifs.

A la fin de l’histoire, il y a une biographie de l’auteure/illustratrice Ein Lee, ainsi que quelques explications historiques et culturelles pour les plus grands ou les plus curieux ! Il y a également 4 pages qui montrent les recherches et croquis pour les différents personnages.

Sur cet album, voir aussi l’avis de Kiona

* * * * * *

Ein

Le mot qui arrêta la guerre

Audrey Alwett & Ein Lee

Nobi Nobi ! (2015)

* * *

Seï et son frère Shigeru habitaient non loin des rives du magnifique lac Yamagata. Dès que possible, ils assistaient ensemble au lever du soleil sur ce paisible lac. Shigeru était très habile de ses mains et réalisait des pliages (origamis) si précis qu’ils semblaient réels. Seï, lui, était doué pour la calligraphie. Mais si leur journée avait bien commencé ce matin-là avec leur visite au lac, une mauvaise surprise les attendait au retour : des hommes venaient prévenir Shigeru de se préparer à aller faire la guerre…

Il ne restait que 3 jours aux deux frères pour trouver une solution…

Ein

L’histoire raconte toutes les idées des deux frères pour éviter que l’aîné ne parte à la guerre tout d’abord puis enfin pour éviter purement et simplement que cette guerre ait lieu. C’est une véritable ode à la paix ! Une très belle histoire sur le « pourquoi » de la guerre… J’ai adoré cette histoire dans laquelle on parle de nouveau de la légende des 1000 grues – voir l’histoire de Sadako )

Comme pour Princesse Pivoine, si le côté manga (pour les visages) ne m’emballe pas, j’ai trouvé les couleurs et la lumière vraiment très belles. Et comme dans Princesse Pivoine également, à la fin du livre il y a les biographies des deux auteures, quelques mots expliqués et deux double-pages de recherches pour le dessin des personnages.

Un livre qui m’a été offert par Julie du blog « les idées de Ju » lors de notre swap album de décembre dernier. J’ai lu tous les livres reçus depuis bien longtemps, mais je n’ai jamais pris le temps de les présenter… Bon, il ne faut pas désespérer, ça en fera toujours un !! ;) Encore merci pour cette jolie découverte Julie !

* * * * * *

Site d’Ein Lee

Blog d’Audrey Alwett

Site des éditions Nobi Nobi !

* * * * * *

Deux contes qui participent au mois du Japon avec Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

Pivoine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer