Un océan d’amour – Bd sans texte

Océan OcéanUn océan d’amour ♥

Lupano & Panaccione
Delcourt/Mirages (2014)
*****

Nous sommes en Bretagne. Un pêcheur se lève, mange la galette aux œufs et au lard préparée par sa bigoudène de femme, écoute la météo (voir planche de droite) , termine de se préparer, puis s’en va. Il fait encore nuit. Il réveille son second, endormi sur un cordage et c’est parti, ils larguent les amarres…

Début de matinée, la pêche n’est pas bonne, beaucoup de détritus mais pas de poissons. Le temps de boire un café, pour se réchauffer et faire une pause et… Le choc ! Le petit bateau de pêche est pris dans les filets d’un énorme bateau-usine…

Le soir, la femme du pêcheur l’attend au port, en vain.

*****

J’avais vu ce roman graphique à sa sortie, mais la couverture ne m’attirait pas du tout. Mais alors, vraiment pas du tout !! Ce qui fait que malgré le fait que j’ai entendu moult bonnes, voir très bonnes critiques sur cette bd, je n’arrivais pas à me décider à la lire… Et en plus une bd sans texte ? Pffouuu…

Et puis, dernier jour de boulot, je cherche ce que je vais prendre pour lire pendant mes vacances… Et je tombe sur… Un océan d’amour. Bon allez, on verra bien !

Mais qu’est-ce que je suis bête parfois ! Je me donnerais des claques… Je sais pourtant que la personne qui m’a parlé la première de cette bd est une super conseillère (oui Béa, je parle de toi !) Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas écoutée avant ???

*****

Un océan d’amour est tout simplement une superbe bande dessinée, à côté de laquelle vous ne pouvez pas, vous ne devez pas passer !! Du texte on ne peut rien dire, il n’y en a pas. Mais il y a bel et bien un scénario et il est magnifiquement mis en image par Grégory Panaccione que je ne connaissais pas, mais dont j’aime beaucoup le trait, tout en rondeur, en douceur et plein d’humour.

Quelle magnifique bd !!! ♥ Un gros coup de cœur !!

Encore une que j’ai relu en écrivant cette présentation…

Une que je note d’acheter pour offrir, tellement elle est pleine d’amour (et d’humour !)

Océan

http://images.huffingtonpost.com/2015-01-15-580x100PrixBDhuff.jpg

Du même auteur, Lupano, nous vous avons présenté : Le singe de Hartlepool présenté par Sophie puis, plus récemment par moi, Les vieux fourneaux, Ma révérence

Le blog de l’illustrateur Grégory Panaccione

Pour voir une chouette bande annonce russe présentée et mise en musique c’est par ici

Les avis de : Jacques, Noukette, Mo’, Le petit carré jaune et Moka

parenthèse

C’est Moka qui nous accueille cette semaine !

 

Ce n’est pas toi que j’attendais

toi toiCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé
Delcourt (2014)
^^^^^

Fabien Toulmé, dans un récit autobiographique, nous raconte comment il est devenu le père de deux filles, dont la plus jeune, Julia, est atteinte de trisomie 21. Sans rien cacher, il nous fait part de toutes les étapes vécues, de toutes les émotions qui l’ont traversé : colère, incompréhension, tristesse… Avant l’acceptation et l’amour.

^^^^^

Je me souviens très bien que c’est une question que je me suis posée (comme toutes les femmes ?) au début de ma grossesse : Et si mon bébé n’est pas « normal », s’il est atteint de trisomie ou d’autre chose, qu’est-ce que je fais ? Je ne suis pas contre l’avortement, mais j’avoue que je suis heureuse de n’avoir jamais eu à faire ce choix…

Ce que j’ai trouvé intéressant, dans ce roman graphique, c’est que l’auteur ne nous cache aucune de ses pensées. Il raconte comment il n’arrivait pas à accepter son enfant et par quels difficiles moments ils sont passés, sa femme et lui avant d’arriver à tisser un lien normal avec leur petite fille.

^^^^^

Côté illustrations, les planches sont monochromes, peut-être pour différencier les étapes de l’histoire ? Par contre, il faudrait qu’il s’entraîne à dessiner les nez !! Je trouve celui qu’il a fait à sa femme particulièrement moche… ;)

Ceci dit, même si c’est un roman « graphique », on est tellement pris par l’histoire que les illustrations passent un peu au second plan… Un témoignage touchant.

J’ai eu un coup de ♥ pour cette très belle histoire !
« Ce n’est pas toi que j’attendais » est un roman graphique à lire, sans hésitation !!

^^^^^

Une interview de l’auteur

Son blog

Petite bio sur le site de l’éditeur

Sophie vous avait présenté une autre très jolie bande dessinée qui parlait de la trisomie 21 : Mon année : Printemps de Taniguchi et Morvan

^^^^^

parenthèse

Cette semaine, c’est chez Mo du Bar à BD

***

Joyeuses fêtes de fin d’année à tous et à toutes

***

14-18 Tome 1 : Le petit soldat (Août 1914)

1414-18
T1 : Le petit soldat (Août 1914)

Corbeyran & Le Roux
Delcourt (2014 / 2017 pour cette édition)
*****
Bd découverte grâce à l’opération 48h BD
*****

Dès les premières planches, on sait que ça va être beaucoup plus « impressionnant » au niveau du dessin que dans la bande dessinée présentée sur le même thème la semaine dernière, « la guerre des lulus » (où la guerre est bien présente, mais beaucoup moins visible, dans le tome 1 en tous cas).

Dans le prologue en effet, on se retrouve à Paris, en 1919, dans le cabinet d’un chirurgien, avec une femme qui amène son mari, une « gueule cassée », autrement dit un soldat survivant mais gravement blessé au visage, et qui, sans jeu de mots, n’a plus toute sa tête… Mais, dès la 3ème page, flash-back, on se retrouve en août 1914, pendant une fête au village, juste avant la déclaration de mobilisation…

*****

14

Dans ce premier tome, on fait connaissance avec une bande de copains, 8 hommes qui se connaissent depuis l’enfance ainsi qu’avec leurs femmes, leurs familles. Avec eux, on va découvrir toute l’horreur, toute la bêtise de la guerre.

Il y a l’ennemi bien sûr, mais aussi la rigidité et l’imbécilité de certains gradés qui n’hésitent pas à sacrifier des hommes bêtement. On y voit aussi l’exode de ces familles chassées de chez elles par la guerre. Et on suit également le quotidien des femmes une fois les hommes partis.

Un premier tome qui m’a beaucoup plu même si j’ai parfois un peu de mal à reconnaître les personnages… Mais je pense que ça viendra au fil des tomes ! J’ai bien aimé aussi l’insertion, au fil de l’histoire, des dessins de Maurice, le dessinateur de la bande.

Il ne me reste plus qu’à me procurer les 7 tomes que je n’ai pas lu !

*****

Cette série comporte pour le moment 8 tomes (le T8 est sorti en octobre 2017) sur 10 prévus.

De Corbeyran, nous vous avons déjà présenté : Châteaux Bordeaux, Nanami, Uchonie(s) New Harlem, Dracula, et METRØNOM’

Bd présentées sur le même thème : Pour un peu de bonheur, T1 : Félix, Les godillots, Et si…

D’autres avis : celui de Blandine et celui de Natiora

Une bibliographie (qui date de 2012) faite par Sophie sur ce thème.

14

Cette semaine nous sommes reçus par Stéphanie du blog Mille et une frasques

Cette bd participe également au challenge Première Guerre Mondiale chez Blandine (Vivrelivre)Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sous la grande vague – Album

SousSous la Grande Vague

K. Hokusai & H. Kérillis
Léon Art & stories (2014)

^^^^^^^^

A la suite d’un tsunami, un pêcheur fait naufrage loin du Japon et son fils se retrouve seul. Traumatisé, il a oublié jusqu’à son nom. Il se retrouve à l’orphelinat, et après un rêve qui lui montre le Mont Fuji, il part vers la montagne, dans l’espoir de retrouver son père.

^^^^^^^^

Au départ, je voulais parler de cet album au mois d’Avril, pour le mois du Japon, mais il a mis un certain temps à arriver de la Médiathèque Départementale… Du coup, ça tombe bien, il ouvrira le Challenge Albums du mois d’août, dont le thème est « Mers et Océans » !

Je connaissais déjà cet éditeur, pour avoir vu passer sur les blogs plusieurs albums de leur collection mini Léon (livres sur l’art et bilingues à partir de 3 ans) ou encore de la collection Art-Fiction dont cet album fait partie et qui s’adresse aux plus grands (à partir de 6 ans). Mais je n’avais jamais eu l’occasion d’en lire un. C’est chose faite.

A partir d’une douzaine d’estampes de Katsushika Hokusai, Hélène Kérillis a construit une histoire. Mais elle a fait plus encore, car elle a écrit son histoire sous la forme de Haikus (petits poèmes japonais en 17 syllabes). C’est tout à la fois étonnant et très réussi ! Cela donne un rythme très particulier à l’histoire.

A la fin, deux double-pages nous présentent les estampes avec quelques renseignements, puis la dernière double-page apporte quelques réponses aux questions que les enfants pourraient se poser (différence entre tableau et estampe / qui est Hokusai / les enfants japonais ont-ils peur des tsunamis…)

^^^^^^^^

Un album qui participe à démocratiser l’accès à « l’Art », moi je dis bravo !! Et je vais en acheter plusieurs pour la bibli…

sous

Le site d’Hélène Kérillis

De cette auteure, nous vous avons déjà présenté « Un noël en noir et blanc – Sur les traces de Claude Monet » (4ème album présenté)

Et sur Hokusai, « le vieux fou de dessin » de François Place

L’éditeur Léon Art & stories

D’autres avis : celui de Bidib (Ma petite Médiathèque),  ainsi que celui de Blandine (Vivrelivre)

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer