Contes de notre enfance (ou presque)

3 contes détournés par René Gouichoux et relookés par Rémi Saillard

Une collection « Premières lectures » faites pour les enfants qui commencent à lire. On partage le plaisir de lire : Papa ou Maman lit l’histoire et l’enfant lit les bulles…

O O O O O

ContesLe Petit Poucet (ou presque) – 2016

L’histoire se passe dans une colonie de vacances. Les enfants sont à la cantine pour le petit déjeuner mais le boulanger n’a pas livré le pain… « On a faim ! », « C’est nul » hurlent les enfants (Mon homme a bien aimé le « c’est nul ! ») Le directeur organise un jeu pour calmer tout le monde, mais l’équipe du Petit Poucet fini par se perdre dans la forêt. Ils arrivent devant une maison « ohhhhh un ogre ! » En fait, pas du tout, c’est le boulanger. Sa femme est parti en voyage en lui laissant leurs 7 petites filles et il est un peu dépassé… Bref, tout finira par s’arranger !

C’était le livre du concours Plumes en herbe CP-CE1 pour l’année 2016 (on donne aux enfants les illustrations avec les cases pour le texte, ils doivent inventer l’histoire d’après ces illustrations, dessiner la couverture et trouver un titre – Concours réservé aux classes)

*

Contes

Blanche-Neige (ou presque) – 2016

Melle Neige est chanteuse et sa chanteuse préférée, celle qu’elle écoute en boucles, c’est la diva Reine Noire. Ce que Melle Neige ignore, c’est que Reine Noire a un miroir. Un miroir magique qui lui dit qui a la plus belle voix… ça vous rappelle quelque chose ?

Ici aussi, beaucoup d’humour !

*

Contes

Le Petit Chaperon rouge (ou presque) – 2016

Rosette Chaperon doit traverser le parc pour apporter une galette et un petit pot de beurre à sa grand-mère qui tient une boutique de bonbons. En chemin, elle rencontre… Le loup bien sûr ! Un loup très très gourmand…

Là encore, la fin est plutôt drôle et très éloigné de celle du conte originel !

 O O O

Des histoires assez courtes, une police de caractères très grosse, des bulles comme dans les bd, de l’humour et des images omniprésentes et très colorées : tout est fait pour attirer le jeune lecteur !

 O O O

Pour feuilleter quelques pages du petit chaperon rouge

Il y a deux autres titres dans cette série de contes détournés, Cendrillon et le Vilain petit canard (ou presque) sortis en janvier 2017.

Page de la collection Premières lectures chez Nathan

De l’illustrateur, Rémi Saillard, nous vous avons présenté : Ni oui, ni non : les couleurs

De l’auteur, René Gouichoux, Tituce vous avait présenté « La cuillère amoureuse » (3ème album de l’article)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Le passeur – une bande dessinée plutôt « Adulte »

  PasseurLe passeur ♥

Hermann & Yves H.

Coll. Aire Libre

Dupuis (2016)

° ° ° ° °

Dans un monde désolé, qu’on imagine post-apocalyptique, un homme et une femme, Sam et Sam cherchent un passeur qui doit les mener vers un monde meilleur… Ils ont trouvé un prospectus parlant de ce « paradize » et de son passeur avec un plan et de l’argent sur un cadavre. Depuis, ils marchent à travers le désert… Ils arrivent enfin dans la ville où doit se trouver ce fameux passeur. Une ville morte, où rien ni personne ne bouge…

Passeur

° ° ° ° °

Franchement, le scénario est digne d’un bon film d’horreur… L’ambiance est glauque, sordide. On sait, on sent que ça risque de mal, très mal finir. J’en ai encore des frissons, rien qu’à regarder la couverture. Les couleurs, les visages inexpressifs de certains personnages, tout est fait pour flanquer la trouille ou du moins, mettre très mal à l’aise… Un univers sombre, très très sombre ! Si vous ne me croyez pas, allez jeter un œil sur la vidéo de présentation ci-dessous…

Si vous êtes adepte des « Feel good books » et autres « Happy end », passez votre chemin, ceci n’est pas pour vous…

Déprimés s’abstenir !

Bon, ceci dit, j’aime bien les happy end aussi et j’ai adoré cette bd !! Alors si vous aimez Hermann, ou si vous aimez les histoires bien sombres, laissez-vous tenter !

Passeur

D’Hermann, j’ai lu « Les tours de Bois-Maury », « Comanche », « Bernard Prince » (j’ai toujours toute la collection !!) ou encore « Jérémiah » qui avait déjà cette ambiance post-apocalyptique, mais avec l’humour en plus. Ici, l’humour n’est pas de mise…

Hermann a eu de nombreux prix tout au long de sa carrière (voir en bas de page de son site), le dernier en date étant le Grand Prix au festival d’Angoulême 2016 pour l’ensemble de son œuvre.

° ° ° ° °

Pour aller feuilleter quelques pages

Le site d’Hermann (une page est consacrée à son fils, Yves H.)

La bd de la semaineCette semaine, nous sommes accueillis par Noukette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Georgia, tous mes rêves chantent – conte musical

GeorgiaGEORGIA

Tous mes rêves chantent

♥ ♥ ♥

écrit par Thimothée de Fombelle / illustré par Benjamin Chaud

Raconté par Cécile de France / Mis en musique par l’ensemble Contraste

Gallimard Jeunesse Musique (2016)

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Georgia, une star de la chanson, remonte dans le passé et nous raconte les secrets de son enfance, ses doutes, ses blessures et ses rêves… Elle nous présente ses amis, ceux qui l’ont aidée à dépasser ses peurs, à avancer et à grandir, et nous parle de son étrange rencontre avec Sam, le jeune voisin violoniste.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

C’est un album qui dure environ une heure, mais c’est une heure que je n’ai pas vu passer tellement j’ai été emportée par cette histoire et ces chansons ! Comment ne pas désespérer, comment ne pas « couler » lorsqu’on est séparé de ceux qu’on aime ? Écoutez Georgia, elle vous donnera son secret !

L’histoire est très belle et toute en émotions, les chansons sont entraînantes, rythmées et mêlent agréablement différents genres musicaux. Quand aux illustrations, vives, colorées, rigolotes et pleines de pep’s de Benjamin Chaud, elles sont extra ! J’aime beaucoup les personnages qui représentent les rêves.

Anny Duperey, marraine de l’association « SOS Villages d’enfants » a signé l’introduction de cet album et a prêté sa voix à l’un des rêves. Impossible de citer tous les participants, entre les chanteurs, les auteurs de chansons, les musiciens et les autres, il y en a trop (voir à la fin de la vidéo ci-dessous). Mais ils ont tous bien travaillé, c’est une vraie réussite !

Un très gros coup de cœur pour moi !

Je remercie très sincèrement la personne qui me l’a offert, elle a vraiment bien choisi, j’ai adoré.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Un album en soutien à l’association « SOS Villages d’enfants », ce qui veut dire qu’en plus de vous faire très plaisir ou de faire très plaisir à quelqu’un, vous réaliserez une belle action !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Pépite 2016 du meilleur livre jeunesse du Salon de Montreuil  et Coup de cœur de l’Académie Charles Cros 2016…

Interview de Thimothée de Fombelle

Sur le site de Gallimard, vous pourrez écouter un extrait, feuilleter quelques pages…

Le site de SOS Villages d’enfants

Ils ont aimé aussi : Le cabas de Za, Chez Clarabel, Bricabook, Lire sous le tilleul

Cet album participe bien évidemment au Challenge Album 2017, ainsi qu’au Challenge Petit Bac chez Enna (Catégorie Prénom)

   challenge albums 2017                     

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Aliénor Mandragore – Bd jeunesse

Aliénor Aliénor  Aliénor Mandragore

Séverine Gauthier & Thomas Labourot (ill.)

Rue de Sèvres

* Θ *

Tome 1 : Merlin est mort, vive Merlin ! (2015)

Tome 2 : Trompe-la-mort (2016)

* Θ *

Aliénor est la fille de Merlin l’Enchanteur.

Elle a toujours vécu avec lui dans la célèbre forêt de Brocéliande où elle suit son enseignement druidique, plutôt axé sur l’étude des champignons d’ailleurs ! Un jour, lors d’un de ces interminables cours mycologiques dont Merlin a le secret, Aliénor découvre son don. Don qui sera malheureusement fatal à Merlin. Dès lors, Aliénor n’a plus qu’un seul but : ramener son père à la vie.

Aliénor

* Θ *

Dans le tome 1, Merlin est mort, terrassé par le cri d’une mandragore*. Morgane a réalisé une potion magique qui l’a ressuscité, mais Merlin a de nouveau été foudroyé par le cri de la même mandragore…

Dans le tome 2, Aliénor est désespérée. Son père ne veut toujours pas mourir bien sûr, mais surtout, il ne veut plus ressusciter ! Il se complait dans son état de fantôme, tandis que l’Ankou* rôde toujours près de la maison… Aidée par Lancelot du Lac, un apprenti chevalier recueilli par Viviane, la Dame du Lac, Aliénor va tout faire pour aider son père à revenir à la vie.

*Mandragore : plante dont les racines semblent parfois avoir une forme humaine. Très utilisée dans la magie (voir Harry Potter) ! En réalité, c’est une plante hautement toxique, qui donne des hallucinations et qui peut réellement tuer. Voir ici un article sur le sujet.

*Ankou : En Bretagne, il est le serviteur de la mort, celui qui ramasse les cadavres. Il est représenté grand, squelettique, avec un grand chapeau de feutre noir, une faux et il conduit une charrette dans laquelle il dépose les défunts.

Aliénor

* Θ *

A la fin de chaque tome, il y a un petit journal « L’écho de Brocéliande, les bruits de la forêt ». Celui du 1er tome contient par exemple une interview exclusive de Morgane la fée, à propos de la mort de Merlin ; ainsi qu’une invitation gratuite pour l’inauguration de la grande bibliothèque de Morgane ; la recette du philtre de mandragore ; un petit guide touristique de la forêt ainsi que quelques annonces « publicitaires »….

Ce qui m’a beaucoup plu : l’humour très présent, les personnages avec des caractères bien prononcés, la présence des légendes Arthuriennes que j’aime beaucoup –même si franchement, je préfère « l’enchanteur de Barjavel » que le Merlin présenté ici ! Mais on peut très bien lire cette bd sans savoir qui sont Merlin, Morgan ou Viviane… J’ai bien aimé aussi les couleurs vives et gaies et le petit journal plein d’humour à la fin !

Le petit moins : Je n’aime pas trop les traits façon « manga » de certains personnages (Aliénor et Lancelot notamment) mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier cette bd !

* Θ *

Des mêmes auteurs, Sophie vous avait déjà présenté « Garance » et aussi « Aristide broie du noir » de Séverine Gauthier et Jérémie Almanza.

Le site de l’éditeur Rue de Sèvres où vous pourrez voir plusieurs planches des tomes 1 et 2.

Une interview de Thomas Labourot

Et une de Séverine Gauthier

Voir d’autres avis : Celui de Stephie, de Jérôme, de Lasardine, de Mo’

Si vous faites partie de « La BD de la semaine », si vous avez déjà chroniqué cette bd et que je ne vous ai pas mentionné, dites-le moi, je rectifierai…

La bd de la semaine

Cette semaine, c’est chez Moka

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :