Fondu au noir – BD « film noir » !

Fondu

FONDU AU NOIR
Ed Brubaker – Sean Phillips (ill.)

Elisabeth Breitweiser (coul.)

Delcourt (2018)

*****

Présentation de l’éditeur : Un film noir dont les scènes doivent sans cesse être retournées… Un scénariste de cinéma traumatisé, alcoolique et détenteur d’un terrible secret… La mort suspecte d’une starlette… Un directeur de studio hystérique prêt à tout pour boucler ses films avant l’effondrement de l’âge d’or du cinéma. Fondu au noir est un thriller hollywoodien où il est question de course à la célébrité, de sexe et de mort !

*****

Fondu au noir est une histoire qui se déroule après guerre, à la fin des années 40, puisqu’il est question de « chasse aux sorcières« . Le personnage principal, Charlie, scénariste renommé qui n’arrive plus à écrire,  se réveille un matin dans une baignoire, avec une gueule de bois carabinée. Il se rend compte qu’il est chez une vedette, Valeria Sommers en la découvrant morte sur le sol du salon. Elle a été étranglée…

Résultat de recherche d'images pour "lauren bacall se maquillant"

Lauren Bacall

*****

J’ai tout simplement adoré !

La couverture me plaisait beaucoup, rappelant les belles heures du film noir dont ce comics reprend les codes : un « éclairage » particulier, une ambiance sombre bien sûr, un détective ou un personnage principal (ici le scénariste) abimé par la vie, alcoolique, un peu cynique et qui va mettre les pieds dans une sale histoire… Il y a aussi, évidemment, des femmes fatales, la vedette assassinée et sa remplaçante (The show must go on !)

Si vous avez dans votre entourage un amateur de polars et de cinéma américain des années 40/50 (films noirs), n’hésitez pas, offrez-lui ce pavé (360 pages) !

*****

Pour feuilleter les 20 premières pages

Un comics découvert chez Mo’ et Jérôme

Pour les amateurs de films noirs, je vous recommande le très beau livre de Patrick Brion « Le film noir » (pas tout jeune, mais « who cares » ?)

https://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/MC/b8/09/a2/10619320/1540-1/tsp20160219181115/Le-Film-Noir.jpg#f49c2337-2b1b-4b2b-b1c3-d89f2b012e18

 

Cette semaine, c’est chez Moka

 

Une bd qui participe aussi au Challenge Petit Bac chez Enna – Catégorie couleur

La fleur dans l’atelier de Mondrian – BD

Mondrian

La Fleur dans l’atelier de Mondrian
Peyraud J-P & Lapone A.

Coll. treizeétrange
Glénat (2017)

*****

Présentation de l’éditeur :

À l’origine, il y avait cette même photo que Jean-Philippe Peyraud et Antonio Lapone avaient au-dessus de leur table à dessin. Celle d’une fleur en plastique dans l’atelier de Mondrian, seul rappel du végétal dans l’univers à la géométrie implacable du peintre. C’est l’histoire de cette fleur que les auteurs ont décidé d’imaginer pour raconter Mondrian, figure majeure de l’art abstrait, dont on connaît peu de choses, si ce n’est qu’il vivait au cœur du Montparnasse des années folles et qu’il était un inconditionnel de la danse de salon…

*****

La première chose qui surprend lorsqu’on l’on voit cette bd, c’est son format ! 29 x 37 cm, c’est une très grande bd. Et j’adore la couverture.

Mondrian, je connaissais son nom, et le style de ses tableaux (période abstraite). Mais c’est à peu près tout. En voyant passer cette bd chez Natiora, j’ai tout de suite été attirée par la magnifique illustration de couverture.

Petit bémol : Comme Natiora, je suis un peu restée sur ma faim… C’était une belle histoire, la présentation d’un homme singulier et j’aurai aimé en savoir plus sur sa vie. Ce n’était pas le propos de l’histoire / le choix des auteurs, tant pis. Et toujours comme elle, j’ai été surprise par le « Sketchbook » aussi long que la bd ! Intéressant certes, mais j’aurai préféré une histoire plus longue.

Malgré tout, c’est une bd qui m’a beaucoup plu. On y découvre un homme très original, qui adore peindre bien sûr, mais aussi danser ! Les dessins sont très dynamiques et donnent envie de se mettre à danser aussi.

Une très belle bd !

Lire les premières pages

*****

Piet Mondrian (1872-1944)

 

Mondrian explique le néoplasticisme comme un principe esthétique défini par trois lois :

  1. il n’y a ni courbes ni obliques mais que des traits verticaux ou horizontaux.
  2. les couleurs sont des couleurs pures uniquement : bleu, rouge et jaune (Mondrian ne parle pas de couleurs primaires : bleu différent du cyan, et rouge différent du magenta), et les non-couleurs : le gris, le noir et le blanc.
  3. l’œuvre ne doit pas représenter une symétrie, cependant elle doit faire preuve d’un équilibre parfait. (Merci Wikipédia)

Son style aisément reconnaissable a été « copié/imité » de nombreuses fois, cet article montre comment son œuvre a été utilisée, récupérée ou détournée…

Composition en rouge, jaune, bleu et noir (1926). Piet Mondrian

 

Cette semaine, nous sommes de retour chez Noukette

Cette vidéo résume le travail de Mondrian et sa recherche de l’abstraction

 

Une bd qui participe au Challenge Petit Bac chez Enna – Catégorie Végétal

14-18 Bande dessinée historique

série

Bande dessinée Ado/Adulte

14-18

Corbeyran & Le Roux

Delcourt (2014/2018)

*****

Série complète (10 tomes sortis à raison de 2 tomes par an)

Tome 1 déjà présenté ici.

Le 10ème et dernier tome est sorti ce mois-ci.

*****

Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules se connaissent depuis l’enfance. Ils vivent dans le même village, ont grandi ensemble, fréquenté les mêmes filles. Et puis il y a eu ce 1er août 1914, cette fête de village arrêtée nette pour cause d’annonce de mobilisation. Deux jours après, ils partaient à la guerre.

*****

Dans le deuxième tome, on comprend d’où vient la phrase répétée inlassablement par ce pauvre soldat défiguré (début du 1er tome). Nos 8 camarades, eux, commencent à réaliser où ils sont tombés et comprennent qu’il ne faudra pas se méfier uniquement de l’ennemi…

En relisant ma présentation du tome 1, je m’aperçois que le tome 2 m’a plu pour les mêmes raisons. L’alternance des époques, la « présence » des femmes (continuant à vivre et palliant l’absence des hommes), les dessins de Maurice (un peu moins présents), l’ambiance de camaraderie malgré les horreurs vécues. Au fil des tomes, on apprend à mieux connaître chacun de ces hommes.

Je parle surtout de l’histoire, mais j’aime beaucoup les illustrations également !

 

Tome après tome, les hommes apprennent les uns sur les autres des choses qu’ils auraient préféré ne pas savoir… Et la vie quotidienne dans les tranchées apporte son lot de rancœur, de jalousie, de blessés et de morts. Au fil du temps, des circonstances et des rencontres, les esprits changent, se referment sur eux-mêmes ou au contraire s’ouvrent.

Le tome 7 est particulièrement dur… Nous sommes en 1917, le conflit s’enlise, les hommes aussi et ils perdent tout : courage, confiance, foi, espoir, amis et la vie aussi.

Les pages de garde sont sont composées par des portraits de chaque personnage et « réalisés » par Maurice. Cela permet de jeter un œil si on a du mal à se souvenir de qui est qui… Et un résumé des tomes précédents est disponible dans chaque tome (bien pratique si on ne peut pas les lire tous à la suite !)

Bien évidemment, comme le tome 10 est sorti ce mois-ci, je ne l’ai pas !!!

Une série qui m’a vraiment beaucoup plu, parce qu’en 10 tomes, on a le temps de « s’attacher » aux personnages et que de nombreux thèmes sont abordés.

14 - 18 Tome 03. Le champ d'honneur (janvier 1915)14 - 18 Tome 04. La tranchée perdue (avril 1915)14 - 18 Tome 05. Le colosse d'ébène (février 1916)14 - 18 Tome 06. La Photo (août 1916)14 - 18 Tome 07. Le Diable rouge (avril 1917) 14 - 18 Tome 08. La Caverne du dragon (juin 1917)14 - 18 Tome 09. Sur la terre comme au ciel (juillet 1918)  14 - 18 Tome 10. La Lune en héritage (novembre 1918)

*****

De Corbeyran, nous vous avons déjà présenté : Châteaux Bordeaux, Nanami, Uchonie(s) New Harlem, Dracula, et METRØNOM’

Bd présentées sur le même thème : Pour un peu de bonheur, T1 : Félix, Les godillots (2ème livre présenté), Et si…La guerre des Lulus (bd jeunesse)

Une bibliographie (qui date de 2012) faite par Sophie sur ce thème.

14Cette semaine, nous nous retrouvons chez Stephie, pour faire Mille et une frasques !

Bleu pétrole -BD Ado / Adulte

bleu40 ans après le naufrage de l’Amoco Cadiz

BLEU PÉTROLE
Morizur & Montgermont

Grand Angle
Bamboo (2017)

****
Préfacé par Georges Pernoud
*****

40 ans après le naufrage du pétrolier Amoco Cadiz et la terrible marée noire qui en a découlé (la plus grande du siècle !), cet album revient sur le combat d’un homme, Alphonse Arzel, agriculteur et maire de sa commune, Ploudalmézeau. Son combat, qui devient vite celui de tous les élus des communes concernés, débouchera sur un procès tout d’abord (il va durer 14 ans) mais également sur la création d’un organisme « Vigipol » qui existe toujours.

Mais il n’y a pas que ce combat dans cet album. Il y a aussi l’histoire de toute une famille, durablement impactée par cette catastrophe.

*****

Si je ne suis pas totalement fan des illustrations (pas de raison particulière, juste une histoire de goût !) je suis par contre totalement convaincue de l’utilité de parler encore et toujours de ce genre de catastrophe ! Et la façon dont l’histoire est racontée, à travers cette famille, est très prenante.

J’habite en bord de mer

… et j’ai eu, il y a quelques années, la désagréable surprise de sentir une odeur nauséabonde en ouvrant ma porte… Un cargo maltais s’était échoué sur la plage en pleine nuit, à cause d’une tempête comme il y en a souvent par ici. Bref. Pourtant cette fois-ci ce n’est pas le pétrole qui a causé le plus de dégâts, mais bel et bien les curieux qui sont venus en masse pendant des semaines pour voir le cargo et le prendre en photo (et qui ont un peu massacré les dunes !!)

Il n’en reste pas moins que des bateaux s’échouent encore sur les côtes de Bretagne et qu’il est primordial que les gens sachent les dégâts que cela entraîne (et pour combien de temps). Il est de plus en plus fréquent que la bd s’empare de sujets documentaires ou d’actualité. Je trouve ça très intéressant parce que cela permet en prime de toucher un autre public.

*****

A la fin de l’albumhttps://www.angle.fr/images/bannieres/Prix-Artemisia-large.png, une dizaine de pages documentaires reviennent sur l’origine de cette histoire.

*****

Cet album a reçu la Mention spéciale du Documentaire 2018 du Prix Artémisia  

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

L’avis de Sabine du blog le Petit Carré jaune

Cette semaine nous sommes Au milieu des livres, chez Moka