Une caravane en hiver : amitié franco-syrienne

une caravane en hiverUne caravane en hiver est un beau roman d’aventure qui fait la part belle à ses personnages et notamment à Arthur, toulousain et Adnan, réfugié syrien.

Roman pour adolescent

Une caravane en hiver

de Benoît Séverac

Syros, 8 mars 2018
256 pages
9782748524925, 16,95€

***

Thèmes : réfugié, Syrie, adolescence, générosité, rencontre, amitié franco-syrienne

***

Arthur a rencontré Adnan un peu par hasard, à un feu rouge, à Toulouse. Ils se lient rapidement d’amitié et Arthur n’hésite pas à mentir à ses parents pour aider le jeune syrien réfugié, qui vit dans une caravane au fond d’un terrain vague, avec sa mère. Quand les parents d’Arthur s’inquiètent, la situation évolue… Pourtant il semble y avoir encore de nombreux secrets, et tous les réfugiés syriens ne semblent pas bien intentionnés…

Dans ce roman d’aventure, un brin policier, c’est avant tout l’humain qui est mis en avant. Les réactions des parents d’Arthur et des autres adultes qui l’entourent montre le décalage entre l’élan naturel d’un adolescent envers un autre dans le besoin, et les considérations politiques, économiques et le carcan social qui crée une rupture. Si les romans sur l’embrigadement des jeunes fleurissement ces derniers temps – comme d’ailleurs dans Little Sister, du même auteur -, l’accueil des syriens en France est beaucoup moins traité. Si on voit beaucoup de choses aux informations et dans des reportages, ce roman pour adolescent permet de s’attarder vraiment sur des êtres humains, sur des individualités. Peut importe que ce ne soit qu’une fiction, on s’attache aux personnages, on découvre leur quotidien, leur secret.

Arthur et Adnan forme un duo intéressant, uni pour se lancer à l’aventure. Il leur faudra courage et persévérance pour combattre autant les préjugés que les personnes qui se dresseront contre eux et leur famille. En effet dans Une caravane en hiver on ne fait pas que découvrir cette famille syrienne réfugiée en France, on assiste aussi à une vraie aventure, dangereuse, qui apporte au livre un petit quelque chose en plus, qui nous empêche de le refermer avant la dernière ligne. Quelques éléments sont peut-être superflus, mais ils permettent de réellement conclure cette histoire…

Une caravane en hiver est un beau roman d’aventure qui fait la part belle à ses personnages et notamment à Arthur, toulousain et Adnan, réfugié syrien. Peu de pages et pourtant tellement de choses dans ce roman touchant ! Un récit dans l’air du temps mais qui sait s’affranchir des informations pour se concentrer sur l’humain… ça fait du bien ! Un livre à partager !

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Libérez l’ours en vous – Carole Trébor

Libérez l'ours en vousRoman pour adolescents, dès 13 ans
Vie quotidienne et théâtre

Libérez l’ours en vous

de Carole Trébor

Syros, 2018
9782748521306 – 17,95€

Loin de ses récits fantastiques comme Nina Volkovitch ou de science-fiction avec U4, Carole Trébor nous propose avec Libérez l’ours en vous un récit contemporain, une tranche de vie d’adolescents d’aujourd’hui. Petit clin d’oeil à la Russie tout de même, avec un personnage d’origine russe, Kolia, mais pour le reste, on est dans la campagne française. La campagne viticole, facilement raciste, ou tout du moins prompte à ne pas accepter l’étranger.

Libérez l’ours en vous est un récit complexe, avec trois histoires principales imbriquées. Celle d’un groupe de lycéens, impliqués dans un club théâtre. Celle de leur professeur de théâtre, cette année absente pour maladie. Et celle de la pièce de théâtre Merci l’ours écrite par cette professeur de théâtre, et qui raconte sa propre jeunesse. Trois histoires qui ne font que se couper, se mêler, s’entremêler. Des résonances apparaissent entre toutes ces histoires, entre toute ces personnalités et avec Merci l’ours, la pièce de théâtre que les adolescents vont découvrir peu à peu et monter. Les thématiques qui les rapprochent, les font bondir ou exploser…

Dans Libérez l’ours en vous, la galerie de personnages est très large, et tous sont les propres narrateurs, en alternance. Cette profusion de narrateurs, aux histoires complexes, m’a désarçonné. Si j’aime les récits alternés, j’ai trouvé ici que cela desservait parfois l’histoire, car on ne prend pas le temps de s’attacher aux personnages. Kolia par exemple, qui est un des personnages centraux, nous raconte une grande partie de sa vie : la perte de sa mère et de sa grand-mère, sa nouvelle belle-mère, son père qui ne comprend pas sa passion… Pourtant le tout manque d’un petit quelque chose pour que le déclic se fasse réellement. Finalement je crois que ce récit fonctionne un peu comme ça. Soit vous adhérez à Kolia (et Lisa), et vous adhérerez au livre, soit non, et le récit perd une partie de son intérêt.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Lael, ce qui nous a permis d’échanger sur notre ressenti, et la problématique des personnages est vraiment celle qui me semble centrale dans l’appréciation de ce roman. Le côté théâtre, les thématiques abordées, tout le reste est intéressant et offre un beau récit, je regrette donc d’être restée sur ma faim, au point de préférer les petites soeurs aux personnages principaux… Les relations parents – enfants, souvent mises en avant par les personnages, l’immigration, l’humour, tout un tas de petites choses qui font que ce livre reste une belle lecture. Les modalités du récit sont variées, théâtre et narration bien sûr, mais aussi mail, sms, chanson, articles de presse… un mélange réussi.

Libérez l’ours en vous est un roman contemporain qui réussit habilement à allier théâtre et récit moderne, pour autant la galerie de personnage n’a pas réussi à m’entraîner au coeur de cette histoire.


+ la pièce Merci l’ours existe vraiment et a été écrite par Carole Trébor. On peut la retrouver via l’application Syros Live, de même que les chansons qui en font partie.

+ Découvrez l’avis de Lael, qui a, elle, apprécié le personnage de Kolia !

+ Pour la petite anecdote, chaque fois que je parle de ce roman, je veux l’appeler Libérez-vous de l’ours. Un lapsus sans doute révélateur d’une partie du récit, où l’ours n’est pas forcément celui qu’on croit !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

The Greatest Showman #Cinéma

The Greatest ShowmanThe Greatest Showman

De Michael Gracey

Avec Hugh Jackman, Zac Efron et Michelle Williams

Durée : 1h44

actuellement en salle

Synopsis :

The Greatest Showman célèbre la naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire.

Avis de Lilou :

J’ai été vraiment agréablement surprise par ce film, et je pense que la qualité des acteurs, de la photographie et de la musique n’y sont pas pour rien !

Je ne suis pas une grande fan des comédies musicales, j’ai même tendance à les éviter le plus possible, mais là, j’ai bien accroché. J’ai adoré la scène d’ouverture, rythmée et annonçant un super moment. Puis malheureusement, le rythme est retombé et les 10 minutes suivantes m’ont paru interminables avec des chansons un peu bateau et qui sortent de nul part. Mais ensuite, j’ai trouvé une meilleure cohérence dans l’arrivée des chansons et dans leur rythme. Il y a des titres très accrocheurs qui donnent vraiment envie de chanter et qui restent dans la tête à la sortie du cinéma. La B.O. accompagne mes journées depuis que j’ai vu le film !

J’ai également été éblouie par les images, avec des couleurs et une mise en scène parfaite qui transmettent vraiment bien la magie des spectacles de P.T. Barnum. Les acteurs jouent leurs rôles de façon formidable et Hugh Jackman m’a carrément bluffé, il méritait largement sa nomination au Golden Globes !

Si les chansons rythment bien le film, j’ai par contre trouvé le scénario un peu léger et prévisible mais surtout passant beaucoup trop vite sur certains passages. Cela n’enlève rien au film qui est porté par une bande originale géniale et des acteurs fabuleux !

Un super film musical qui fait passer un très bon moment et qui donne la pêche !

Bande annonce :

 

+ La critique du Monde, qui s’intéresse plus à la réalité de cette biographie de P.T. Barnum…

Quel challenge pour 2018 ? Les réussir tous !

Voici ceux que j’ai décidé de suivre cette année (avec tout le sérieux et l’organisation qui me caractérisent, donc, autant vous dire que c’est pas gagné…)

challenge classiques  Challenge BD de la semaine   Challenge 1ère guerre mondiale   Challenge des RE   challenge albums 2017   Challenge Amérique Latine  Challenge Un max de BD en 2018

En plus de ces challenges, je participerai sans doute au Mois Anglais ou encore au Mois du Japon… Je ne suis pas encore décidée, on verra comment j’arrive à m’organiser ! Et comme je suis décidément très feignante, je vous renvoie aux présentations déjà réalisées par les organisateurs de ces différents challenges.

Voici les liens :

La BD de la semaine, c’est chez :   Moka (https://aumilieudeslivres.wordpress.com/) / Noukette (http://aliasnoukette.fr) /  Stéphanie (https://www.milleetunefrasques.fr/) ou Steph (https://chezmo.wordpress.com/) : Tous les mercredis, on se retrouve chez l’une ou l’autre pour présenter des bandes dessinées, que l’on a aimé, ou pas !

Un max de BD en 2018, c’est chez Kobaitchi : Ici, il n’y a pas de date, mais une liste de thèmes (certains plutôt insolites : « une bd où il pleut » !!) et plusieurs niveaux d’inscription.

 

Le challenge album, qui fête ses 10 ans cette année ! Présentation par Sophie (inscriptions dans les commentaires). Et les thèmes de l’année sont ici.

 

Le challenge Amérique du Sud-Amérique Latine chez Bidib ma petite médiathèque

 

Cette année, je (re)lis des classiques proposé par Blandine, du blog Vivrelivre et moi-même

 

Le challenge Première guerre mondiale. Voir la présentation chez Blandine

 

Et enfin, le challenge des RE, toujours chez Blandine (Relire un ou plusieurs ouvrages !)

 

Et vous ? Vous faites des challenges ? Vous aimez ça ? N’hésitez pas à venir nous parler des vôtres dans les commentaires !