N’ayez pas peur nous sommes là de Janine Boissard

N’ayez pas peur nous sommes là

de Janine Boissard

Roman pour adulte (femmes)

Flammarion, mars 2011
331 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-0812-4706-2

Thèmes : Amour, Famille, Pompier, Secours

Présentation de l’éditeur :

Elle s’appelle Ninon Montoire, a trente ans, est sapeur-pompier.
Accidents de la route, bus scolaire en perdition, secours d’urgence aux blessés, aide aux personnes esseulées, risques de pollution, feux difficiles à maîtriser… dans son métier tout peut arriver. Jour et nuit, durant ses gardes à la caserne, elle se bat, parfois au péril de sa vie, pour tous ceux que frappent le malheur, la maladie, l’adversité, s’efforçant de maintenir la petite flamme de l’espoir, quelle que soit la gravité de la situation.
« L’espoir, dit-elle, un pompier n’a que ce mot au cœur. » A la maison, les jours de repos, elle trouve avec Sophie, cinq ans, sa petite fille, gaieté et tendresse. Et avec Agnès, sa mère, douceur et compréhension. L’amour ? Ninon a décidé de ne plus y croire. Mais le « soldat du feu » ne se doute pas que, bientôt, il l’embrasera à nouveau. Cet incendie-là sera-t-il le plus dur à maîtriser ?

Mon avis :

Voici un nouveau bon roman de Janine Boissard ! Janine Boissard, c’est une auteure prolifique de roman d’amour mais sans tomber dans le roman facile et reprenant toujours les mêmes recettes… J’ai lu plusieurs de ces romans, toujours avec plaisir en fait, parce que c’est bien mené, que les personnages sont toujours sympathiques à suivre, et que ce sont des livres qu’on se prête de mère en fille. Après Sois un homme papa et Loup y es tu (et beaucoup d’autres qui ne sont pas sur mon blog) voici le premier que ma grand-mère ne lira pas avec nous… Je suis pourtant sûre qu’elle aurait apprécié cette plongée dans le monde des pompiers !

En effet Janine Boissard crée des livres vivants en renouvelant toujours ses personnages. Ici c’est Ninon Montoire que l’on suit, et avec elle toute l’équipe de pompier dont elle fait partie. Après un accident sur la départementale entre Tours et Loches où Ninon sauve Paul, le fils d’un médecin connu, plus rien ne sera fait pareil. Article de journal « L’ange de la Départementale 943 », et surtout rencontre avec un journaliste, le journaliste, William Launay. Les hommes sont nombreux autour de Ninon, qu’ils soient présents ou absents ils jouent tous un rôle important dans sa vie, dans son histoire. Ce roman est celui d’une histoire d’amour donc, avec un trio amoureux, mais surtout ce sont les « aventures » d’une brigade de soldat du feu. Des faits divers, des personnages que l’on ne fait que croiser, mais beaucoup de gens vraiment touchants et attachants, pour un roman tendre et émouvant.

Ce n’est pas mon Janine Boissard préféré cependant, j’aime un peu plus de suspense comme dans Loup y-es-tu, mais c’est comme toujours un plaisir. J’ai vécu pour un temps hors du temps avec Ninon, sa petite si mignonne, et ceux qui les entoure. Un détour par la plage entre deux incendies, pour des moments vraiment poétiques dans ces pages ! Une lecture agréable pour décompresser, relativiser aussi, et pleurer parfois…

Un roman lu en mars, pour un avis qui aura tarder à venir, mes excuses à toute l’équipe de Gilles Paris, qui doit parfois s’arracher les cheveux avec moi ^^

D’autres avis : Stef, Françoise B., Catherine, Martine et Madame Yv plus sceptique.

Défi La Plume au féminin A/4

par Opaline

Nous suivre et partager :
error0

Lettre d’une inconnue de Stefan Zweig

Lettre d’une inconnue

de Stefan Zweig

Roman épistolaire

Stock, 2009
La Cosmopolite
9782234063112, 10€

Thèmes : Amour, Lettre, Passion

Présentation de l’éditeur :
« Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l’ombre, n’attendant rien en retour que de pouvoir le confesser.
Une blessure vive, la perte d’un enfant, symbole de cet amour que le temps n’a su effacer ni entamer. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. »

Mon avis :
On n’a jamais assez de livres. Non ? En tout cas c’est mon cas, ainsi depuis que je suis jeune, pendant les vacances, j’écume bouquinerie et bibliothèque… Au cas où, parce qu’il n’y a rien de plus terrible que de ne pas avoir prévu assez de lecture pour les vacances. Bref je suis donc partie 48h au ski, avec 2 gros livres, et j’ai pourtant trouvé le moyen de lire là bas 2 romans et 4 albums non prévu au programme. Parce que l’attrait de la découverte est toujours plus fort, et que je ne peux passer à coté d’une occasion. Tout cela pour vous dire que je ne connais pas Zweig, pas vraiment, et encore juste de loin, pourtant ce n’est pas faute d’en entendre parler sur les blog et de noter certains titres. Avais-je noté celui ci… non en fait je ne crois pas, mais aucune importance j’ai sauté sur l’occasion!
Alors est ce que j’aime Zweig ? Je ne saurai pas dire, mais ce qui est sûr certain, c’est que j’ai adoré ce roman !

L’histoire est vraiment prenante, belle et triste à la fois. Un homme, écrivain,  reçoit un jour une lettre. Une longue lettre. Le témoignage d’une vie, la plus belle déclaration d’amour qui existe. Mais une déclaration qui arrive tard, trop tard. Un amour d’enfant, un amour de voisinage, une passion absolue, même à sens unique.

J’ai vraiment été bluffée par ce roman qui nous entraine dans les tréfonds du sentiment amoureux, qui décortique les mécanismes de l’amour sans leur enlever leur poésie et leur naïveté. C’est magistralement mené, avec une plume légère et puissante.

Ici nous avons un récit dans le récit plus qu’un roman à proprement parlé épistolaire, puisqu’il s’agit d’une seule lettre, mais quelle lettre! On souffre avec cette femme amoureuse, et j’ai pleuré devant tant d’émotions…

Extrait :
« Je t’attendais, je t’attendais toujours, comme, pendant toute ma destinée, j’ai attendu devant ta vie qui m’était fermée. »

Et même si c’est un challenge de l’an dernier

j’ai envie de dire à Karine :)

Ich Liebe Zweig!

 

Ce livre a été lu dans le cadre des lectures croisées mensuelles que je fais avec Liyah, notre thème en était l’écriture!

Elle a d’ailleurs choisi à cette occasion de nous présenter Tout près le bout du monde de Maud Lethielleux, un livre que j’ai adoré!

Nous suivre et partager :
error0

Délirium de Lauren Oliver

Délirium

de Lauren Oliver

Roman adolescents, jeunes adultes Science Fiction (dystopie)

Hachette, février 2011
Black Moon, 451 pages
9782012021266, 18€

Thèmes : Amour, Dystopie, Famille, Liberté, Science fiction

Mon avis :

Lena est une jeune fille attachante, qui m’a permis de rentrer très rapidement dans ce roman pour adolescents. Pourtant ce monde est étrange… Un monde sans amour! A 18 ans, une petite opération, et c’est fini, plus jamais d’amour. Les couples sont formés sur dossier par les autorités… Brr ça fait froid dans le dos un monde pareil. Pourtant tous sont persuadés que l’amour est la maladie ultime… Mais tout ça fait suite à un évènement type chaos/fin du monde. Démarche religieuse et politique à la fois, elle semble convenir à tout le monde… Pourtant Lena a des doutes, sur elle d’abord, à cause de son histoire familiale, et puis sur l’amour…
L’histoire reprend des choses déjà bien souvent vues, mais le thème principal, autour de l’amour est original. On imagine sans trop de peine l’essentiel de l’action, mais on avance dans l’histoire avec plaisir, pour les découvertes, les informations que l’on glane, et parce qu’on espère!

On passe de bons moments en compagnie de Léna, mais aussi Alex (un jeune homme qui me plait bien!!) et Hana, sa meilleure amie.

Alors l’amour est-il une maladie si grave que ça… L’auteur a son parti pris, et moi aussi :) J’aurai apprécié que les personnages secondaires (notamment la famille) soit un peu plus développée, pour mieux sentir les transformations, mais j’ai trouvé l’ensemble convaicant.

Les dystopies sont à la mode cette année, et ce n’est pas pour me déplaire, car j’y trouve toujours beaucoup de plaisir! Mon seul regret ici ? La fin !

Toutes les infos et extraits, sur Lecture Academy

Infos fan :
25 mars : Chat Video avec Lauren Oliver
6 avril :  dédicace de Lauren Oliver à Paris – Virgin Megastore Champs-Elysées de 18h à 20h – jour de sortie de son deuxième roman : Le dernier jour de ma vie.

2012 : Le tome 2 de Délirium :  Pandemonium
2013 : Le tome 3 Requiem

Sans date : Le roman Délirium sera adapté au cinéma, les droits ayant été acheté par Fox 2000.

Nous suivre et partager :
error0

Trois baisers de Maïté Bernard

Trois baisers

de Maïté Bernard

Roman pour adolescents (dès 11 – 12 ans)

Syros (Tempo+), 2010
EAN 9782748509243, 5,95€
272 pages

Thèmes :  Allemagne, Amitié, Amour, Berlin, Famille, Homosexualité, Pédophilie, Prison,

Marie-Liesse vient de passer le bac (avec quelques années d’avance), et avec sa classe (son groupe scolaire de musique du moins) elle part passer quelques jours en Allemagne. Découverte de Berlin, Musique, et vie dans une famille allemande sont au programme.

Et effectivement nous allons découvrir Berlin avec elle, et j’ai vraiment apprécié cela dans le livre, cette façon de faire passer dans un roman moderne et une découverte moderne de Berlin toute l’histoire de cette ville qui garde les traces d’un mur terrifiant.

Pourtant ce roman n’est pas historique non plus, et c’est avant tout la vie, et les relations qui sont décryptées ici. A travers 3 baisers, bien différents les uns des autres. A travers trois relations, voulues ou non…

Ce sont des thèmes durs qui sont abordés sous l’étrange sentiment de légerté de ce roman pour adolescents. Des thèmes qui touchent les adolescents bien sûr, et qu’on croise en littérature jeunesse, mais j’ai aimé le traitement qui peut paraître étrange, mais qui est cohérent avec la vie et l’évolution du personnage. Ces thèmes ? Prison, Homosexualité, Pédophilie, Séparation… mais contre balancés par la famille, l’amour, l’amitié…

Un ensemble étonnant, qui fonctionne bien. Et malgré ces thèmes et l’âge de l’héroïne, le livre peut sans soucis être lu par des 6ème-5ème, grâce à une écriture simple et agréable.

http://www.rue-des-livres.com/images/livres/200908/9782748508604.jpgA noter que ce roman est la suite de Un cactus à Versailles, mais qu’il n’est pas du tout nécessaire d’avoir lu cette première histoire. On retrouve seulement les même protagonistes, ce qui doit apporter de la profondeur à l’histoire :)
Les avis de Leiloona et Karine:) sur Un cactus à Versailles que je n’ai pas lu pour ma part.

Nous suivre et partager :
error0