Les faucons de Raverra. La sorcière captive de Melissa Caruso

Un empire puissant, un pouvoir dévastateur et des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux!

Roman fantasy dès 13 ans

Les faucons de Raverra

1 La sorcière captive

de Melissa Caruso

 

Editions Bragelonne, juin 2019
collection Big Bang, 640 pages- 18,90 euros (disponible en Epub à  9,99 euros)

 

***
Thèmes: empire, magie, amitié, complots politiques, fantasy
***

Présentation l’éditeur : « La magie est peu fréquente dans l’Empire raverrain, et ceux qui naissent avec ce pouvoir sont étroitement contrôlés: repérés dès l’enfance, ils se retrouvent enrôlés de force dans le régiment des Faucons.

Zaira a évité ce sort; elle a grandi dans les rues en volant pour survivre et en dissimulant sa nature. Mais elle cache une magie rare et dangereuse, une magie qui pourrait menacer l’Empire tout entier.

Amalia Cornaro n’était pas destinée à devenir Fauconnière. Héritière d’une puissante famille, érudite, elle vit dans le monde dangereux des machinations politiques. Mais le sort va réunir l’héritière et la sorcière en une alliance improbable. Alors que la menace de la guerre se profile, il pourrait suffire d’une étincelle pour transformer leur cité en un brasier incandescent… »

 

Ce premier tome m’a littéralement transportée dans un autre univers. Des complots politiques à une magie contrôlée ou interdite, l’empire sérénissime vous réserve bien des surprises ! L’auteur nous embarque dans une aventure inédite où le lecteur est confronté à des retournements de situations menées d’une de main de maître.

Je suis tombée sous le charme de la plume de l’auteur qui parvient à décrire la violence de ce monde avec sobriété. C’est pourquoi Les faucons de Raverra reste adressé à un large public.

En général, il me faut un peu de temps pour appréhender un univers issu de la fantasy mais ici les événements découlent les uns des autres naturellement. C’est là le point fort de ce roman, les actions s’enchaînent rapidement tout en respectant le rythme initial de l’histoire. Et c’est tout aussi naturellement que l’on arrive aux révélations finales.

Les faucons de Raverra c’est aussi un panel de personnages hauts en couleurs. Ces derniers sont tous attachants à leur manière. Les échanges entre l’héroïne principale et son faucon sont parfois hilarants. En effet, la jeune sorcière Zaira utilise un langage plutôt fleuri…

Le monde politique dangereux et complexe au sein duquel évolue Amalia, héritière de la famille Cornaro, est très intéressant et extrêmement bien construit.

Il me tarde de lire la suite!

~Melissande~

 

+Découvrez un extrait ici

+Le tome 2 disponible chez Bragelonne

+Autres titres dans le même univers: Le livre des mots et  Le secret de Lomé présentés par Nathalie.

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

« La promesse du fleuve » d’Annie Bacon

Un voyage initiatique dans un univers à la fois enchanteur et hostile.

la promesse du fleuve

Roman fantastique pour la jeunesse dès 8 ans
Rentrée Littéraire jeunesse 2019

La promesse du fleuve

d’Annie Bacon

illustration d’Annie Carbo

Editions Castelmore, septembre 2019,
10,90 euros, 288 pages

 

***

Thèmes : voyage, guerre, différence, conte

***

 

Présentation de l’éditeur: 

« Un voyage sur l’eau inoubliable, sous le signe de l’amitié et du courage !

Odilon a un rêve : trouver Terre promise, une île dont lui parlait sa mère autrefois. Une île où lui et sa grande sœur Babette pourraient vivre en paix. Pour échapper à la guerre contre les hommes-oiseaux, ils embarquent tous deux sur le radeau d’un drôle de poète, qui descend le fleuve en quête d’aventure.

Ensemble, ils découvriront des lieux merveilleux et effrayants : la ville aux mots de pouvoir, l’île des bâtards, et une capitale qui ne vit que pour les courses d’escargots géants… et ils rencontreront de nouveaux compagnons, à la recherche d’une terre d’accueil, comme eux.

Mais jusqu’où l’eau les portera-t-elle ? Terre promise existe-t-elle ailleurs que dans le cœur d’Odilon ? »

 

Avec « La promesse du fleuve », Annie Bacon nous offre une histoire d’amitié et de tolérance inoubliable. J’ai pris beaucoup de plaisir à voyager aux côtés de Dammal et d’Odilon, deux personnages semblables dans leur manière d’appréhender l’existence. Les autres protagonistes sont également attachants mais ce sont les deux personnalités qui m’ont le plus marquée.

Chaque chapitre ouvre une porte sur un microcosme fascinant: là où la loi des hommes règne, la liberté se meurt. L’auteur parvient à décrire une société cruelle et destructrice de manière sobre. De ce fait, le roman s’adresse aussi bien aux jeunes qu’aux adultes. Ces derniers se retrouveront d’ailleurs sans peine dans la morale et les messages véhiculés. En effet, nos héros apprendront à leurs dépends que le monde des adultes n’est pas forcément plus sage que celui de la jeunesse…

La promesse du fleuve est bien plus qu’une invitation au voyage, c’est aussi une mise en garde contre la dictature et le totalitarisme. La plume d’Annie Bacon est fluide et très poétique. Les chapitres défilent sans que l’on ne s’en rende compte. Et lorsque la fin de l’aventure se profile, on se prépare à quitter les protagonistes le cœur serré.

Ce roman est un coup de cœur, je n’ai qu’un seul regret : que le voyage n’ait pas duré plus longtemps!

Je vous le recommande chaudement, certains livres changent la manière de percevoir le monde et La promesse du fleuve en fait partie.

 

~Melissande~

 

+ Le site de l’auteur

+ Pour lire un extrait c’est ici

+D’autres œuvres traitant de la différence présentées par Nathalie: ‎La différence invisible et quelques titres d’un challenge

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

AMOUR MINUSCULE – Roman graphique adulte

Minuscule

Une histoire d’amour et de tolérance

Roman graphique ado/adulte

AMOUR minuscule
T. Radice – S. Turconi

Coll. Treize Étrange
Glénat (2018)

*****

Un amour minuscule commence en Italie en avril 2013. Iris et Ismaïl s’installent dans la maison de famille d’Iris pour commencer une nouvelle vie. Ils se sont rencontrés quelques années auparavant en Syrie. Iris effectuait un visite touristique et Ismaïl était son guide. Ils sont heureux et amoureux. Mais Ismaïl repart en Syrie pour régler quelques affaires. Malheureusement, là-bas, tout ne va pas se passer comme prévu… Iris s’aperçoit peu après son départ qu’elle attend un bébé, un amour minuscule. On va suivre leurs deux histoires en parallèle : Iris qui est dans l’attente, à la fois du bébé qui grandit dans son ventre et d’Ismaïl dont elle n’a aucune nouvelle. Et Ismaïl, qui a été enlevé, s’est enfuit et essaie désespérément de retourner en Italie.

*****

Un roman graphique dense, touchant, poignant, plein d’humanité, de tendresse… Qui contient beaucoup de citations : poétiques, musicales, philosophiques et de réflexions. Je suis certainement passée à côté de beaucoup de choses, il va falloir que je le relise !

De nombreux sujets sont abordés : l’amour, la maternité, les secrets de famille, la transmission, la guerre, les migrants, les religions, l’art, la beauté ou encore la poésie… La vie quoi ! Quand je vous dis que c’est dense…

Les illustrations, très belles et différentes selon le pays ou la période évoquée, permettent de suivre les nombreux retours dans le passé et d’appréhender toute l’histoire familiale d’Iris.

Mon unique (et minuscule) bémol : Le format (assez petit) de ce roman graphique… qui fait que l’écriture des bulles est trop petite pour mes yeux fatigués !

Un gros coup de ♥

*****

Des mêmes auteurs : Le port des marins perdus , Violette autour du monde (BD jeunesse pleine de pep’s !)

Découvrir quelques pages sur le site de l’éditeur

D’autres avis : Mes petites Madeleines, Noukette

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Nous suivre et partager :
error0

SAGA – Comics de Space Fantasy

Saga

Naissance d’une famille dans un monde en guerre

Saga
Brian K. Vaughan & Fiona Staples

Urban Comics

*****

Alana (ma mère) vient de Continent, la plus grande planète de la galaxie. Marko (mon père) est né sur Couronne, une lune satellite de Continent. Moi, Hazel (leur fille), je suis née sur la planète Clivage, là où se sont rencontrés mes parents (soldats de 2 armées ennemies).

Le truc, c’est que mes parents sont de deux « espèces » différentes (l’un a des cornes, l’autre des ailes et moi… Vous verrez bien !) et qu’ils ne combattaient pas dans le même camp. Du coup, ils sont pourchassés à travers toute la galaxie, non seulement par leurs deux camps, mais également par tout un tas de mercenaires plus vilains les uns que les autres… Une vraie Saga, quoi !

*****

Raconté comme ça bien sûr, ça ne doit pas vous faire rêver. Encore une histoire d’amour impossible entre deux « espèces », pensez-vous. Mais c’est que vous n’avez pas vu (et lu) l’inventivité dont font preuve les deux auteurs !

Que ce soit pour les personnages (et il y a un paquet d’espèces extra-terrestres), les planètes, la faune très étonnante ou la flore variée…

Et vous n’imaginez sûrement pas non plus comment être un couple de jeunes parents peut parfois être épuisant. Il faut dire que ces deux-là sont en fuite, pourchassés par tous à travers un univers en perpétuelle guerre. Heureusement, pour les aider, ils ont trouvé une étrange mais très efficace Baby-sitter !! Un personnage que j’adore ? Le CM, le Chat Mensonge… Comme son nom l’indique, il détecte les « mensoooonges » ! Pratique, non ?

Une histoire aux multiples rebondissements et surprises, avec de l’humour, de l’amour, des valeurs (pacifisme, humanité, tolérance…) et une inventivité sans limites !

J’aime beaucoup les illustrations également, les différentes espèces sont très expressives.

Bref, je ne sais pas si ça vous plaira, mais moi, j’ai adoré Saga !

Ah, une dernière chose… C’est clairement une série pour adultes ! Il y a des gens nus, du sexe, de la violence… A partir de 15 ans, quoi !

Pour un résumé plus « sérieux » et surtout pour voir les jolies couvertures des 9 tomes parus, la page de l’éditeur.

De Brian K. Vaughan, nous vous avons déjà présenté « Paper girls« .

Une intéressante interview des deux auteurs sur ActuaBD

Cette semaine, ça se passe chez Moka, Au milieu des livres

Nous suivre et partager :
error0