Sabotage au Mont Saint-Michel de Chantal Cahour

Un court roman pour lecteurs débutants très sympathique!

Roman historique/fantastique pour enfants de 8 à 11 ans

Sabotage au Mont Saint-Michel
de Chantal Cahour

Oskar Éditeur, 2018,
108 pages, série «Les enquêtes de Ninon et Paul»

***

Thèmes: voyage temporel, enquête, amitié, roman historique, Moyen Age

***

 

Présentation de l’éditeur: «Ninon et Paul sont impatients de découvrir le Mont-Saint-Michel. Mais après leur visite « insolite » du château de Chambord et du château de Versailles, qui les a fait voyager dans le passé, ils ont un peu peur de revivre ce genre d’expérience. Alors qu’ils suivent leur guide dans l’abbaye, Paul trébuche et entraîne sa soeur dans sa chute. Quand les enfants reprennent leurs esprits, ils se retrouvent… en 1255 ! Les voici emportés dans une nouvelle aventure pleine de mystères dans les couloirs de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, en compagnie de Gabriel et de son grand frère Michel, un jeune moine.»

 

Ce roman met en scène des personnages attachants et débrouillards: un frère et une sœur. Ninon et Paul ont l’habitude d’être transportés à diverses époques dès qu’un enfant a besoin de leur aide (cf. la série Les enquêtes de Ninon et Paul); leur quotidien est donc régulièrement chamboulé.

Cette fois, les deux enfants vont se retrouver en l’an de grâce 1255 ! Ensemble, ils aideront le jeune Gabriel à découvrir qui veut causer du tort au grand-frère de ce dernier, Michel (un jeune moine enlumineur).

Grâce aux héros de cette série, Chantal Cahour permet de faire découvrir aux plus jeunes des époques différentes mais également des lieux historiques emblématiques. C’est une excellente entrée en matière pour initier les enfants à l’Histoire.

Ce livre est instructif, pédagogique (je pense aux bonus en fin d’ouvrage, notamment à la recette de crêpes traditionnelles). Le récit est rythmé et l’intrigue mystérieuse, on a envie de connaître le fin mot de l’histoire. Ajoutez-y une petite touche d’humour et le tour est joué. Un roman idéal donc pour apprendre quelle vie menaient les enfants du passé.

~Melissande~

 

+ Le site officiel de l’auteur

+ L’avis d’histoired’en lire

+ Challenge Moyen Age

+ Dans la même série : « Le secret de Chambord » et « Des voleurs à Versailles »

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0

Apollinaire. Portrait d’un poète entre deux rives de Philippe Bonnet

Un ouvrage riche pour un personnage exceptionnel !

Biographie

Apollinaire. Portrait d’un poète entre deux rives
de Philippe Bonnet

Les éditions bleu et jaune,
mai 2018, 18 euros.

 

***
Thèmes: poésie, biographie, art.
***

 

Présentation de l’éditeur: «Apollinaire est un Parisien d’adoption dans son acception la plus absolue. Ici tout l’enchante, même s’il dit bouder la tour Eiffel. […] Il aime les bouquinistes qu’il découvre dès son arrivée, les bibliothèques, les églises, les restaurants, les virées entre copains. Il peut marcher d’Auteuil à Montmartre en faisant un crochet par Saint-Germain et terminer son périple à Saint-Lazare avant de sauter dans le train de Chatou où réside sa mère. […] Il chérit le Paris ancien et s’épanouit aussi dans ces quartiers encore neufs qui vont de Montparnasse à Denfert-Rochereau. Pour ce féru d’art et de modernité, Paris est définitivement the place to be

[…] Philippe Bonnet, un incontestable passionné du grand poète, rend hommage à Guillaume Apollinaire, à l’occasion des cent ans de sa disparition, en mettant en lumière l’une des périodes les plus marquantes et les plus prolifiques de sa vie : celle qui le lie à Paris.»

 

Il s’agit d’une biographie complète et très instructive nourrie des espoirs mais également des déconvenues d’un grand homme que j’apprécie beaucoup. Le poète est toujours une personnalité à part, généralement incomprise voire mal-aimée; dont le génie ne parvient à toucher que quelques élus. Mais Guillaume Apollinaire, lui, a réussi à s’entourer d’amis fidèles et s’il a été malheureux en amour, jamais il n’a manqué de soutien de la part de ses proches.

Philippe Bonnet nous livre ici un portrait juste d’Apollinaire: son grand amour pour Paris, ses activités d’homme de lettres moderne. D’ailleurs, on ignore souvent qu’il a été tour à tour à divers moments de sa vie critique d’art, journaliste et même directeur de revue. De plus, l’ouvrage est ponctué d’anecdotes et de citations ce qui le rend plus accessible et attractif.

J’ignorais pas mal de choses à propos de la vie de ce célèbre poète et je suis très heureuse d’avoir pu en apprendre davantage grâce au travail de Philippe Bonnet. J’ajouterai que l’objet-livre est original, sobre et soigné.

 

~Melissande~

 

+ le site de l’éditeur 

+ L’avis de François Cardinali (Le dit des mots)

+ L’avis de la revue culturelle Les soirées de Paris

Nous suivre et partager :
0

Notre Jack de Michael Morpurgo

Notre Jack est un roman illustré tout en douceur sur les espoirs et les rêves d’un jeune homme en 1915…

Roman illustré pour la jeunesse
à partir de 9 ans

Notre Jack
de Michael Morpurgo

Gallimard Jeunesse, septembre 2018,
ill., 72 pages, cartonné,
illustrations de David Gentleman,
12 euros.
Disponible en numérique (8,49 euros).

Thèmes: paix, espoir, première guerre mondiale, mémoire

 

Présentation de l’éditeur:

Michael et son grand frère Otto ont toujours vu chez eux un casque militaire semblant venir d’une autre époque. Jouet, mangeoire pour les poules, corbeille à fleurs… au fil du temps, l’objet est entré dans le quotidien de la famille.

Jusqu’au jour où Michael découvre qu’il a appartenu à leur arrière-arrière-grand-père, «notre Jack», mort sur le champ de bataille en 1915. Les deux frères décident alors de rendre un hommage vibrant à leur aïeul, acteur mordu de théâtre et de poésie, et fou amoureux de sa chère épouse, Ellie.

 

Tout comme pour «Le plus grand peintre du monde», étant donné qu’il s’agit de la même collection, cet album à couverture rigide est magnifiquement illustré.

C’est une histoire touchante que nous raconte l’auteur qui semble être dans son élément lorsqu’il s’agit de narrer et de romancer des faits historiques. Si le récit commence sur un ton léger, au fur et à mesure que le personnage principal (un jeune garçon pacifiste qui tient la guerre en horreur) découvre le passé de son aïeul, ce dernier est véritablement chamboulé.

La vision de la guerre de Michael et d’Otto va donc évoluer pour arriver à un consensus entre les deux frères. En effet, il n’y a pas plus opposés que ces derniers; Otto est passionné par les guerres et joue au soldat à longueur de journée tandis que Michael passe son temps à répandre des signes de paix à travers la maison.

Par hasard, Michael va faire une découverte importante, de celles qui changent une vie.

J’ai beaucoup aimé ce roman illustré tout en finesse et en pudeur. Grâce au ton employé par Michael Morpurgo, nous plongeons dans ce que l’on a nommé autrefois «la guerre fraîche et joyeuse» à travers le journal intime d’un jeune homme féru de théâtre, grand admirateur de Shakespeare.

~Melissande~

 

+ Le site de l’illustrateur David Gentleman (ce monsieur a tout de même 88 ans!)

+ Le site de l’éditeur

+ les articles de Sophie sur d’autres romans de Michael Morpurgo traitant également de la guerre: Cheval de guerre , Soldat Peaceful et La trêve de Noël

 

Nous suivre et partager :
0

Cinq branches de coton noir – BD

cinqDeux époques pour un même espoir…

BD ado / adulte (15+)

Cinq branches de coton noir

Yves Sente et Steve Cuzor (ill.)

Couleurs : Meephe Versaevel

Collection Aire Libre
Dupuis (2018)
*****

En 1776, à Philadelphie, des indépendantistes demandent à Mme Betsy de coudre le premier drapeau des futurs États-Unis d’Amérique. Drapeau qui va être quelque peu transformé par  sa domestique (noire), Angela Brown…

On entend de nouveau parler de ce drapeau 168 ans plus tard, à Douvres, en 1944. La sœur du soldat Lincoln, Johanna,  lui écrit qu’elle a découvert un témoignage époustouflant dans les affaires de leur tante. Cette lettre va changer la vie du soldat Lincoln et des ses amis.

*****

S’il fallait une preuve de plus qu’on apprend des tas de choses en lisant, y compris des bandes dessinées, cette bd en est la preuve. J’ai étudié la seconde guerre mondiale à l’école, j’ai lu des bouquins, vu des films (terribles…) mais je n’avais jamais entendu parler des « Monuments men » !

Monuments men : Groupe créé en juin 1943 par le général Eisenhower, et chargé de suivre les Alliés afin de récupérer les très nombreuses œuvres d’art dérobées par les nazis. Merci Wiki. (Ok, il faut que je sorte un peu plus, je viens de voir qu’en 2014 George Clooney a fait un film sur eux…)

cinq

J’ai été un peu dégoûté de voir, que malgré le fait qu’ils étaient eux aussi enrôlés et qu’eux aussi risquaient leur vie, les soldats noirs étaient traités avec mépris par les autres soldats, mais j’ai tendance à oublier que la ségrégation raciale aux États-Unis a duré jusqu’à la fin des années 60… (Comment ? J’entends une petite voix qui me dit que ce n’est pas vraiment fini en 2018 ? C’est possible ça ?)

La mise en couleurs

Elle est très spéciale et ne correspond, à priori à rien de particulier (je pensais au départ que le vert était pour Lincoln en 1944 par exemple, mais la suite montre que non !) Bref. De toute façon, j’ai rapidement été prise par l’histoire, et du coup, cette colorisation originale (aplats monochromes) ne m’a pas gênée. Je dirais même plus, elle participe, selon les moments, à donner une ambiance particulière (le gris quand ils sont dans la neige à guetter les allemands…)

J’ai aimé ce scénario à cheval sur deux époques, le très beau dessin de Steve Cuzor et même cette colorisation si particulière. La guerre, ce n’est pas spécialement mon truc pourtant, je serais même plutôt antimilitariste… Mais ici, on parle avant tout des gens, de leur vie et de leurs espoirs.

Une belle bd qui parle de l’Histoire (guerre d’indépendance et seconde guerre mondiale), mais aussi et surtout de culture et de ségrégation.

France Inter a dit : « Une bd à lire comme on regarde un film« . Et c’est tout à fait ça !

*****

Feuilleter les 20 premières pages sur le site de l’éditeur

Cet album a déjà reçu plusieurs prix : Le « prix Coup de cœur 2018″ (Quai des Bulles) / le « Prix de la BD Embarquée » (Rencontres brestoises de la bande dessinée) / Prix du meilleur album (Festival de BD Louvain-les-bulles)

Écouter Steve Cuzor raconter « comment » il a dessiné cet album :

D’autres que moi ont aimé : Jacques, Mes échappées livresques

Cette semaine nous sommes chez Moka, Au milieu des livres

Nous suivre et partager :
0