Fleurs de dragon – Japon et moyen-âge

Fleurs

FLEURS DE DRAGON

Jérôme Noirez

Gulf Stream (2008)

< > * < >

Avec Fleurs de Dragon, Jérôme Noirez nous emmène au Japon, en 1489. De mystérieux assassins tuent des samouraïs dans tout le pays. Ryôsaku est policier et il est chargé d’enquêter sur cette sinistre affaire. Pour le seconder dans son enquête, on lui confie 3 adolescents, qui devraient être en prison pour différents délits, mais, comme ce sont des fils de noble qui excellent dans l’art du sabre, il a été décidé de leur éviter le déshonneur de l’enfermement en leur confiant des travaux d’intérêt collectif. Pour se racheter, on leur propose donc d’accompagner Ryôsaku dans sa chasse à l’assassin.

< > * < >

Je ne suis pas spécialement attirée par le Japon, mais j’ai lu il y a quelques années « le clan des Otori » de Lian Hearn, une saga (en 5 tomes) se déroulant au Japon, un Japon médiéval. Et j’avais beaucoup aimé. Voyant que cette histoire se déroulait également au Japon et au moyen-âge, je me suis laissée tenter.

Si je connais l’auteur de nom, Jérôme Noirez n’étant pas un auteur débutant, je n’avais encore rien lu de lui, mais je n’ai pas regretté.

Cette histoire est non seulement plaisante, mais aussi franchement dépaysante. On traverse le Japon avec nos 4 compères, découvrant ainsi de nombreux endroits, monuments ou paysages. « Le sol est partout recouvert d’une mousse tendre qui brille sous la rosée. Au loin, l’officier aperçoit une cascade qui alimente un plan d’eau à la forme si naturelle que l’on peine à croire qu’il a été conçu par l’homme. Un petit pont fait de dalles de pierre brute conduit à un îlot couvert de massifs. Ryôsaku ne saurait dire vraiment où s’arrête le jardin et où commence la forêt tant les deux sont en parfaite harmonie.« 

C’est une enquête policière (recherche d’indices, de témoins et bien sûr des coupables), mais c’est aussi une aventure, parfois teintée de fantastique : « Kaoru dévale la pente sans demander son reste, entraînant derrière lui une avalanche de sable. Parvenu en bas de la dune, il ressent un vif soulagement, persuadé d’avoir échappé de peu à quelque maléfice. Il fait un pas. Et le sol se dérobe sous ses pieds. Il veut hurler « à l’aide ! » mais le sable étouffe son cri. L’instant d’après, il n’y a plus trace du jeune samouraï. Seule une petite dépression indique l’endroit où il a disparu, comme avalé par la dune…« 

Même si ce n’est pas visible dans les deux extraits ci-dessus, il y a également beaucoup d’humour (voir le marteau de sagesse de Ryôsaku !!)

A la fin du roman, plusieurs pages d’annexes vous permettront d’en savoir plus sur la situation du Japon en 1489, sur les heures japonaises (l’heure du rat, du boeuf, du tigre…), sur les mille et une façon de tuer son prochain ou encore sur les huit millions de Dieux (Kami).

Aventure, fantastique, enquête, humour, que vous faut-il de plus ? En tous cas, moi, j’ai passé un bon moment !

< > * < >

Lauréat du prix des Mordus du polar 2009 des bibliothèques de la ville de Paris pour Fleurs de dragon

Du même auteur, Sophie vous a récemment présenté « Brainless » (un coup de cœur pour elle !

Banzai Sakura

banzaisakuraRoman pour jeunes adolescents

Banzai Sakura

de Véronique Delamarre Béllego

Oskar, 2014
9791021402294, 11,95€

Une nouvelle élève, Sakura Yamanakako,, arrive qui fait sensation dans la classe : elle est sûre d’elle, souriante et asiatique. Racontée par un autre élève, Jo, cette histoire en apparence simple permet de montrer une façon intelligente de lutter contre le harcèlement.

Un roman sélectionné pour le prix des incorruptibles CM2-6ème, et qui offre un bon point de départ pour parler de l’acceptation de soi et des autres, des différences et du harcèlement.

Ici on assiste à un cas qui semble bien banal : Fabio, un garçon de la classe se moque sans arrêt des filles, et s’en prend donc naturellement à la nouvelle.

L’auteur  a pris le parti de ne pas aggraver la situation ni tomber dans le pathos comme c’est souvent le cas quand il s’agit de harcèlement. Banzai Sakura est un roman léger, qui fait rire, sans pour autant oublier de faire aussi réfléchir !

challengeincologo

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RDL – Top BD des blogueurs

Pour cette ronde des livres je vais me consacrer aux bandes dessinées, pour vous parler, enfin, de nombreuses deux bandes dessinées que j’ai lus ces derniers mois et dont je n’ai pas encore pris le temps de vous parler. Des avis un peu plus courts, pour ne pas oublier, et me permettre de faire compter mes avis pour le Top BD des blogueurs. Si vous ne connaissez pas ce top, je vous invite à découvrir les différents articles de Yaneck qui gère tout cela d’une main de maître et voir ainsi quelles sont les BD les mieux notées par les blogueurs participants !

Maus
d’Art Spiegelman

Cette bande dessinée, lue il y a quelques années, m’avait laissé un souvenir puissant mais assez mitigé. Mes élèves l’étudient maintenant pour l’épreuve orale d’histoire des arts, j’ai donc pris le temps de la redécouvrir… et quelle claque !

Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis et de son fils, auteur de bandes dessinées. Avec un jeu d’animalisation des personnages, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris, Art Spiegelman nous conte une double histoire. Celle de la seconde guerre mondiale, et celle d’un dialogue difficile entre père et fils.

Comme lors de ma première lecture finalement, j’ai apprécié l’histoire, la profondeur et la très belle manière de raconter l’horreur, de nous la faire vivre. En retraçant toute l’histoire de son père, sa vie en Pologne, l’auteur nous offre une fresque historique et humaine poignante.  Pourtant une fois encore, les illustrations, en noir et blanc, à rayures pour les ombres et nuances, ne m’ont pas vraiment accrochées. Alors que je trouve les illustrations de couverture magnifiques, l’intérieur n’arrive pas vraiment à m’accrocher, j’ai du mal à repérer les personnages… Une remarque partagée d’ailleurs par plusieurs de mes élèves (que je n’ai pas influencés par mon avis!)

Une bande dessinée extrêmement puissante, magnifiquement menée, un témoignage à partager, malgré des illustrations que je n’ai pas su apprécier.

L’orchestre des doigts

d’Osamu Yamamoto

Ce manga, conseillé et par le top BD et par ma soeur, me faisait envie depuis longtemps. J’ai dévoré le tome 1 à l’occasion d’un passage dans le CDI d’une collègue, et je comprends mieux l’engouement.

En 1914, un jeune professeur qui a étudié la musique, arrive à Osaka, après avoir renoncé à poursuivre ses études en France pour travailler dans une école d’aveugles et de sourds-muets. Il y rencontre Issaku, jeune enfant sourd-muet, violent car ne sachant communiquer. Le professeur va l’aider et découvrira par la même occasion le monde complexe du silence et l’incompréhension qui l’entoure.

Ce premier tome nous fait découvrir les protagonistes et une partie de leur histoire, compliquée. La rencontre avec Issaku est touchante et ce thème de l’intégration des sourds-muets est magnifiquement bien traité. Un manga que l’on sent très documenté sur l’apprentissage de la langue des signes et l’intégration de ces personnes dans la société.

Le dessin, très classique, offre de très belles cases, et ajouté à l’histoire on obtient un manga touchant et très pédagogique sur l’apprentissage de la langue des signes.

Un manga à découvrir même s’il est difficile à trouver en librairie actuellement…

Voir un extrait

Les enfants loups 1 #manga

Manga jeunesse

Les enfants loups

Ame & Yuki 1

Adaptation en manga YÛ

Oeuvre originale Mamoru Hosoda
Dessin (pour l’animé) Yoshiyuki Sadamoto

Kazé, 2014

Un magnifique manga aux premières pages en couleur, qui nous entraine à la découverte de deux enfants mi loup mi humain. Ce tome commence avec leur rencontre de leur parents, et permet de découvrir l’origine de leur histoire.

Hana, la maman, étudiante heureuse puis mère dépassée par ces deux enfants loups est un magnifique personnage, une vraie force et c’est le pilier de cet univers. Les illustrations, adorables, rendent très bien l’atmosphère chaleureuse de ce foyer pourtant en proie aux difficultés. Malheureusement ce tome 1 est vraiment un tome de présentation, qui permet de connaître l’univers et de s’attacher aux personnages, mais il laisse vraiment le lecteur sur sa faim !

Un manga parfaitement adapté aux jeunes, avec son univers enfantin et animalier, et qui plaira par exemple aux lecteurs de Chi qui auront envie de se confronter à un manga plus élaboré, avec une histoire (et le sens de lecture japonnais).

Extrait :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :