Coeur de Hérisson 2& 3

La suite de Coeur de Hérisson, un manga shôjo plus doux qu’il n’y paraît !

Cœur de hérisson - Tome 2Coeur de Hérissoncoeur de hérisson

Tomes 2 & 3

de Nao Hinachi

 

Kazé, 2017
192 pages, 6,79€

Coeur de Hérisson est un shôjo manga japonnais en 5 volumes. Je vous ai présenté l’adorable Kii et son copain un peu bourru, un peu hérisson, lors de ma lecture du premier tome. L’ensemble très kawai, avec pas mal de hérissons, avait su me séduire… et la suite alors ?

Dans les tomes 2 et 3 la relation entre Kii et Hozuki évolue très rapidement, en bien comme en mal. On assiste toujours à des incompréhensions et une difficulté à dialoguer entre eux. Pour autant l’histoire avance réellement et ne se contente de rester bloquer sur une jeune Kii trop timide qui se cache derrière Hozuki sans oser lui parler. Ils vont tous les deux évoluer, faire des rencontres, et peu à peu on va voir se nouer leur relation. Une relation loin d’être simple et lisse !

Les personnages secondaires sont beaucoup plus les lycéens que dans le premier tome, ce qui est à la fois dynamique… et peu original. Si l’histoire est très adolescente, stéréotypée parfois, elle n’en reste pas moins intéressante. On va peu à peu découvrir un peu plus la vie de Hozuki. J’ai apprécié que Kii se tourne un peu vers d’autres personnes, même si finalement elle en revient toujours à Hozuki.
Haruki est un personnage secondaire qui sème le doute dans l’esprit de Kii, et j’ai aimé son rôle, mais aussi son personnage… que j’ai presque tendance à préférer à celui de Hozuki, qui m’insupporte un peu dans ses réactions.

L’histoire de ces deux tomes permet de découvrir l’origine de ce surnom Hérisson pour Hozuki, avec un flash back pour découvrir sa rencontre avec Yukino. Et forcèment dès que cela touche aux hérissons je fonds… et j’ai très envie de découvrir Harry le Hérisson moi aussi.

Pour les plus curieux, sachez qu’il y aura un baiser… mais entre qui et qui, je vous laisse le découvrir !

Coeur de hérisson continue d’entraîner le lecteur dans un univers doux et kawaii dans ces deux tomes, réussissant à maintenir l’attention. Si Coeur de hérisson reste un shôjo scolaire assez classique, les illustrations soignées et les petits hérissons apportent une petite touche supplémentaire de douceur, et ça, ça me plait !

***

+ sur le site de l’éditeur KAZE

+ L’avis de Hina, si vous voulez plus de détail sur l’histoire de ces deux tomes (attention spoiler!) – avec de jolies photos

#RDL Grevet, Mlynowski et Howe

romans adolescents

Trois livres dans cet article, trois romans adolescents que j’ai lu il y a déjà quelques mois mais que je n’ai pas pris le temps de commenter, alors qu’ils offrent de bons moments de lecture !

Celle qui sentait venir l'orage

Celle qui sentait venir l’orage
d’Yves Grevet

Yves Grevet possède une plume et une imagination que j’apprécie beaucoup, notamment dans ses romans de science-fiction, comme sa trilogie Méto. Celle qui sentait venir l’orage prend place en 1897, au nord de l’Italie. Pas de science-fiction ici, mais un roman psychologique, à la suite de Frida, une adolescente obligée de fuir, car ses parents sont accusés et condamnés pour des crimes odieux. Elle trouve refuge dans la maison du docteur Grüber, à Bologne. Mais y est-elle vraiment en sécurité ?

Celle qui sentait venir l’orage est un roman  qui oscille entre policier, historique et scientifique. La morphopsychologie naissante y est mise en avant, tout en offrant surtout un personnage principal fort, prêt à se battre pour survivre, mais aussi pour comprendre ce qu’il s’est passé chez elle. Les personnages secondaires sont nombreux, et il est difficile de savoir à qui se fier dans ce monde de mensonge. Si le premier tiers est relativement calme, tout s’enchaîne ensuite très rapidement et Frida est souvent en danger… L’aventure n’est jamais loin !

Si j’ai encore une fois apprécié l’écriture d’Yves Grevet j’ai tout de même été moins emportée par cette histoire que par Méto ou U4… Celle qui sentait venir l’orage est un récit puissant, à la fois trop condensé pour qu’on s’attache aux personnages, et un peu trop long dans certains passages…

Syros, 2015 – 16€90 – disponible en epub 12,99€

nypensememepasN’y pense même pas
de Sarah Mlynowski

Un étrange phénomène secoue les élèves de seconde B du lycée Bloomberg. Suite à un vaccin ils se retrouvent à pouvoir entendre les pensées des autres. De tout ceux qui les entoure… Pas facile de contrôle ce que l’on pense, ce que l’on entend !

Vous pensez peut-être que c’est Olivia qui vous fait ce récit. […] Ce pourrait être n’importe lequel d’entre nous. Mais non. C’est nous tous. Nous vous racontons notre histoire tous ensemble. Nous ne pouvons pas faire autrement.
C’est le récit de notre étrange métamorphose.
Comment un groupe de je s’est transformé en nous.

Si ce récit n’est pas très original dans ces thèmes, notamment secondaires (adolescence et histoire d’amour), il propose tout de même une intrigue sympathique. Nous suivons une bande d’élèves de seconde, principalement quelques filles, et avec elles nous découvrons les avantages et les inconvénients d’écouter les pensées des autres. Le rapport aux adultes est aussi intéressant, mais parfois un peu caricatural. Les personnages sont intéressants, touchants et bien trouvés. Certains sont prévisibles, mais d’autres, comme Pi, ont attiré mon attention…

Une lecture légère et plaisante, mais la couverture n’est pas très attirante…

+ Le site de Sarah Mlynowski
+ Deux autres titres de l’auteur sur Délivrer des Livres :  2 filles + 3 garçons – les parents = 10 choses que nous n’aurions pas dû faire et Parle-moi, dans la même veine.

Albin Michel, Wiz, 2015. Traducteur : Claudine Richetin. 13,90€ – 9,49€ en epub

conversionConversion
de Katherine Howe

Katherine Howe s’est inspiré pour ce récit d’un fait réel, survenu dans un lycée américain. Coleen, Deena, Emma et Anjali, ses héroïnes, sont lycéennes. Un jour d’étranges symptômes touchent les élèves de l’école : convulsions, perte de cheveux, paralysie, toux… La panique gagne bientôt le lycée et la presse se jette sur l’affaire ! Commence alors un récit croisé, celui de Colleen d’un côté, et un autre, d’une autre époque, celui d’Ann Putman, au temps des sorcières de Salem…

Des récits croisés qui font froids dans le dos, et qui tiennent en haleine tout au long du récit. La partie qui se déroule en 1692 est particulièrement bien décrite, et totalement effrayante. Le récit moderne est plus basé sur les réactions des adultes et de la presse, et sur le vent de panique général. On ne peut qu’attendre le recoupement entre les deux histoires…

Salem, l’auteur connait bien, elle est historienne spécialiste de cette époque, mais aussi une descendante directe d’une des célèbres accusées du procès des sorcières de Salem ! Le côté historique est donc bien travaillé, totalement crédible, et cela rend l’ensemble encore plus glacial !

Conversion est un récit dont l’ambiance est d’abord très proche du roman d’horreur, avant de glisser peu à peu vers un roman psychologique bien mené, et étonnant !

Albin Michel, Wiz, 2015. Traducteur : Céline Alexandre. 18€, 12,99€ en epub.

Le trailer de Conversion :

Les garçons ne tricotent pas (en public)

Les garçons ne tricotent pasRoman pour adolescents

Les garçons ne tricotent pas (en public)

de T.S. Eaton

Nathan, 2016

Ben, 16 ans, suite à un concours de circonstances abracadabrantes et hilarantes, se retrouve obliger de choisir un cours du soir, poterie, tricot ou mécanique avec son père. Un peu par défaut (et par erreur), il se retrouve dans le cours de tricot… et se révèle très doué, et passionné !

Les garçons ne tricotent pas est avant tout un roman très drôle, où lui suit Ben, qui s’emmêle dans les fils de ses mensonges. Impossible pour lui de parler du tricot à son père ou à ses amis. Mais il aime ça, et s’inscrit même à une compétition !

Les personnages secondaires de ce roman sont caricaturaux de prime abord, le père macho, la mère absente (une magicienne!), les copains intéressés uniquement par les filles et l’alcool, la vieille dame seule et acariâtre, la belle professeur, le joueur de foot parfait… Bref, on a vraiment toute la collection ! Sauf que voilà, au fil des pages, on découvre des choses un peu différentes, les voiles se déchirent pour nous offrir une panoplie de personnage bien plus intéressante que prévue…

La force de Les garçons ne tricotent pas réside dans ce mélange subtil entre humour de façade et réel miroir de la société, avec une critique aiguisée de certains de ses travers. Ajoutez une pincée d’amour et des mensonges, vous obtenez cette fable moderne !

Au final, non seulement on passe un bon moment avec Ben, en ayant envie de se mettre au tricot, mais en plus on rigole beaucoup, et on réfléchit sur notre vision de la société !

+ Titre anglais Boys Don’t Knit (in public) – la traduction est des plus fidèle
+ Le site de l’auteur TS Eaton
+ La couverture bien plus belle en anglais
+ La suite de Les garçons ne tricotent pas :  An English Boy in New York !

A Silent Voice 1

a silent voiceManga Jeunesse – Handicap / Harcèlement

A Silent Voice 1

de Yoshitoki OIMA

Ki-oon, Shonen, 2015

Shoya est en CM2, et pour que la vie ne soit pas ennuyeuse, il passe son temps à lancer des défis à ses copains. Sauter dans la rivière du haut d’un pont, ou d’un balcon, est sa principale occupation. Quand Shoko arrive dans sa classe, il la prend pour un extraterrestre et ne sait pas trop comment agir avec elle. Shoko est sourde de naissance, et communique avec les autres grâce à un cahier. Une situation difficile, que tout le monde a du mal à gérer.

A Silent Voice commence 6 ans plus tard, alors que Shoya est au lycée. On le voit qui retrouve Shoko, laquelle s’enfuit en courant. Que c’est il passé en CM2 ? Ce premier tome est une introduction qui permet uniquement de connaître le CM2, le tome se finissant de nouveau sur la scène du départ. Une longue introduction donc, mais totalement nécessaire car elle met en avant, grâce au récit de Shoya, de nombreuses thématiques.

Chaque jour était une nouvelle bataille dans ma guerre contre la morosité…

Un manga qui traite donc du handicap, de la LSF aussi un peu, mais surtout de la manière dont cette jeune fille, sourde, est intégrée dans la classe. Le regard des autres, les brimades, les difficultés de communication, l’incompréhension mutuelle, l’indifférence aussi; c’est tout cela que l’on voit dans les illustrations notamment, et qui nous permet de mieux appréhender les problèmes de Shoko.

S’il est question de harcèlement dans ce manga, c’est surtout la façon dont l’ensemble se met en place, ainsi que les répercutions qui sont réellement intéressantes. Contrairement aux protagonistes de l’histoire, on a accès aux pensées de Shoya, et on comprend qu’il est avant tout désarçonné, inquiet et en recherche de reconnaissance. L’attitude du professeur est aussi un point important, pas souvent traité, qui permet une vision d’ensemble de la situation.

Le premier tome de A Silent Voice nous laisse sur notre faim mais qui met en exergue une situation de handicap vue sous un angle différent. Intéressant, intriguant… à partager !

silent voice trailer

Cette série est terminée au Japon, et compte 7 tomes. En France, le 6ème tome vient de paraître.
Une version long-métrage est prévue pour cet automne au Japon.

+ Voir le Trailer de la série

+ Les avis de Bouma et Liyah sur le tome  1

+ Une série bien adaptée au collège, qui est en plus bouclée en 7 tomes !