1Q84 Livre 1 de Haruki Murakami

1Q84

Livre 1 Avril Juin

de Haruki Murakami

roman adulte, littérature japonaise

Belfond, 2011
9782714447074, 23€
500 pages

Une lecture commune avec Mohamed du blog Sème Un Acte.

Présentation de l’éditeur :

Le passé – tel qu’il était peut-être – fait surgir sur le miroir l’ombre d’un présent – différent de ce qu’il fut ? Un événement éditorial sans précédent.
Une oeuvre hypnotique et troublante, un roman d’aventures, une histoire d’amour, deux êtres unis par un pacte secret. Dans le monde bien réel de 1984 et dans celui dangereusement séduisant de 1Q84 va se nouer le destin de Tengo et d’Aomamé…

Mon avis :

Quel étrange roman… Nous voici plongé au coeur de Tokyo, en 1984 -ou presque- avec toutes les thématiques de l’époque, suite aux grandes quêtes idéologiques des années 70.
Nos deux personnages principaux sont bien différents. Tengo est professeur de mathématiques et écrivain. Aomamé, dont j’aime beaucoup et le prénom et le personnage est une jeune femme très active, professeur de self combat et … tueuse. Deux personnages étranges, marqués par le passé, en quête d’eux même et en quête de prise sur le monde qui les entoure.  Ils doivent se rencontrer, on l’imagine, on le sent… mais comment ?

Entre réel et fantastique ce roman nous amène à de nombreuses questions, tant dans la construction de soi que sur le monde qui nous entoure. Faille, distorsion… un monde entremêlé, une secte, des meurtres, des livres…

1Q84, la référence à 1984 est évidente… et encore plus en japonais puisque j’ai lu que le Q se prononce comme le neuf… Référence à 1984 et Orwell, et référence à mon année de naissance, il fallait donc absolument que je le lise :)

Dans ce roman j’ai trouvé le tout début assez long finalement, intéressant, mais la mise en place des personnages ne m’a pas tout de suite convaincue. Heureusement le dynamisme de l’histoire était déjà présent, et rapidement les pages sont passées, de plus en plus vite, avec un petit creux, mais au final une seule envie : lire la suite! Je reste tout de même sur ma définition de roman étrange, car H. Murakami nous promène dans des mondes dont on ne sait pas bien s’ils sont réels ou non, des gens qui ne se trouvent pas…

Les thèmes sont forts, je ne veux pas trop en dévoilé, mais il y a vraiment beaucoup de choses dans ce roman, même de la politique, mais là je suis un peu trop éloignée du Japon pour comprendre les nuances. Au final j’ai eu assez souvent cette impression d’incompréhension, comme si ce roman gardait sa part d’ombre et de mystère. Des questions, beaucoup de questions donc!

Au niveau de l’écriture j’ai lu que ce roman était plus accessible que ces précédents, je ne suis pas vraiment sûre, en tout cas j’ai trouvé certaines descriptions assez poussées plus que dans la majorité des romans contemporains. La plume est poétique et agréable, et j’ai apprécié cette apparente lenteur qui nous portait plus avant encore dans cette intrigue et cette étrangeté…

Allons maintenant lire l’avis de Mohamed, spécialiste en développement personnel, donc le regard sur ce livre promet d’être intéressant…

 

 

 

 



Nous suivre et partager :
error0

Lacrimae d’Andrea H Japp

Lacrimae : Les Mystères de Druon de Brévaux
Tome 2

d’Andrea H Japp

Roman adulte – historique et policier

Flammarion,
9782081225466, 21€

Thèmes : XIVème siècle, mire, médecin, science, enquête, mystère,

 

Début du XIVe siècle dans un comté de France.
Lacrimae est la seconde aventure de Druon de Brévaux, médecin  » expert  » du Moyen Age, pris dans l’étau d’une ténébreuse machination et confronté à de nombreuses énigmes mortelles.

Mon avis :
Avant toute chose il faut que je vous avoue que j’ai lu ce livre il y a déjà quelques mois, et que ma critique s’est faite attendre. Je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à l’écrire. Enfin si je sais un peu pourquoi… Suite à mon article sur le premier tome de la série, Aesculapius, l’auteur, Andréa H. Japp, m’a envoyé (par la poste) un petit mot de remerciement… ça m’a énormément touché, bizarrement plus que lorsqu’un auteur laisse un commentaire sur mon blog ou m’envoie un message. C’est étrange je sais, et de nombreux auteurs fouillent sur le web, à la recherche d’avis sur leur livre je crois, mais c’est ici un auteur que je connais depuis longtemps, que je suis, et cette forme papier… bref, il y a de grandes chances pour que cette page aussi finisse un jour dans les mains de l’auteur, sous une forme ou une autre… (Bonjour Madame, et un grand merci pour le plaisir que vous donnez à tous vos lecteurs, et à moi en particulier!)

Hum vous voyez j’ai un peu de mal à commencer. En plus j’ai fait des recherches historiques pour essayer de ne pas dire de bêtises bref j’en suis venue aujourd’hui à la conclusion que je suis un peu folle, et qu’il faut que j’arrête mon blog si je ne veux pas être lue… Manque de confiance en moi je crois… Mais si nous passions à l’essentiel, mon avis…
En vérité je viens de commencer la lecture du tome 3 Templamentis, sorti le 16 février, ce qui m’a décidé car j’adore décidément cette histoire…

Rappelez vous, je vous avez présenter Héluise, le personnage principal, comme un personnage « attachant, intelligent, rusé, et bien accompagné ». Vous imaginez donc ma joie de la retrouver dans ce deuxième tome, toujours accompagnée d’ailleurs par Huguelin qui commence à prendre plus d’initiatives et de « poids » dans l’histoire. Nous l’avions laissée sur la route, nous la retrouvons sur la route, toujours avec pour trame de fond cette mystérieuse pierre rouge… Mais ici encore nous n’avançons dans ce grand mystère que par petites touches, des indices ici ou là, souvent dans la bouche de personnages étrangers à l’intrigue principale… Comme l’ancien meilleur ami de son père, qui l’a trahi, l’évêque Foulques de Sevrin, ou d’autres personnages à l’âme bien sombre…

Mais ce n’est pas ce grand mystère qui nous tient véritablement en haleine  dans ce deuxième volume des aventures de Druon de Brévaux, mais bien les intrigues et meurtres de Thiron. En se rapprochant d’Alençon, Héluise, toujours déguisée en homme et mire (médecin itinérant) s’arrête à l’auberge du Chat borgne. A croire qu’elle attire les meurtres, plusieurs hommes ont été assassiné dans l’entourage de cette bourgade, dans des circonstances troublantes, mais similaires, alors qu’ils n’ont à première vue rien en commun.

Entre l’auberge, l’abbaye et le château proche, les mystères s’accumulent, et les morts aussi. Une fois de plus Héluise va mener l’enquête, avec une patience et un raisonnement digne de Poirot ! Les personnages sont criant de vérité, on se les imagine sans peine… on dévore donc ce deuxième tome sans se lasser une seule minute!

Mon seul reproche peut être sera pour le tout début du livre. Si dans le premier tome et dans la suite de ce deuxième tome le vocabulaire d’époque ne m’a pas dérangé, j’ai trouvé le tout début de ce deuxième tome véritablement allourdi par le nombre de mots moyen-âgeux m’obligeant à lire les notes sans arrêt, et du coup à entrer moins facilement dans l’hisoire. Cela dit, il est difficile de reprocher ce détail à l’auteur car ce deuxième tome montre une fois de plus l’habile maîtrise d’Andréa H Japp concernant l’époque. L’arrière plan historique tient vraiment bien la route, et ce vocabulaire d’époque permet de rentrer pleinement dans l’ambiance du livre.

Andréa H Japp explique d’ailleurs à Philippe Vallet sur France Info la différence fondamentale entre la société de cette époque et la notre… et c’est très bien dit (donc je vous laisse aller écouter ;)

Et pour résumer, parce que j’ai du en perdre certains en route, j’ai une fois de plus été totalement séduite par la magie de ce livre (avec un véritable coup de cœur pour le personnage d’Igraine!). Ce roman historico policier tient la route sur les deux fronts, tout en distillant en arrière plan un mystère encore plus grand, qui nous pousse vers le tome 3 irrésistiblement. Une fresque romanesque qui rend très bien l’ambiance du XIVème siècle, mais avec des personnages terriblement modernes qui font de ce livre un très bon roman qui plaira à beaucoup !

(je ne suis en aucun responsable des écroulement de PAL, j’en profite par ailleurs pour vous informer que le premier tome de la série est sorti ces derniers jours en poche, chez J’ai Lu!)

Nous suivre et partager :
error0

Marina de Carlos Ruiz Zafon

 Marina

de Carlos Ruiz Zafon

 Editions Robert Laffont / Pocket Jeunesse

978-2-221-11652-4 / 978-2-266-21302-8

19€, 300 pages, 20 janvier 2011

 

Thèmes : Barcelone, Années 80, Adolescence, Mystère, Amour

 

Présentation de l’éditeur : 

« Oscar, 15 ans, vit dans un pensionnat de Barcelone.
Il sort souvent en cachette pour aller se promener. Un jour, il pénètre dans une maison qui lui semble abandonnée et rencontre la jolie Marina. Ils deviennent amis. Désormais, tous les après-midi et le week-end, Oscar s’évade pour la rejoindre.Ensemble, ils commencent à suivre une vieille femme entièrement vêtue de noir. Sans le savoir, cette dernière les mène dans un repaire étrange, truffé de marionnettes mutilées. Ils retrouvent alors la trace d’un couple légendaire, rencontrent un médecin, un policier à la retraite, un savant fou… Les voilà lancés dans une aventure inoubliable, qui sera également celle de leur premier amour. »

 

Mon avis :

Ce livre a plus de 10 ans, pourtant comme il se passe dans les années 80 il n’a pas pris une ride! L’univers peut paraître désuet, et c’est je pense un écueil que les lecteurs jeunesses auront à passer, mais les adultes trouveront dans ce roman de quoi vivre une parenthèse hors du temps et de la réalité. Sans être totalement fantastique, ce roman, qui retrace le parcours de deux adolescents, s’avère empli de mystère, de créations terrifiantes…Un peu de fantastique donc, un peu de thriller aussi, de l’aventure pas mal, de l’amour beaucoup… Un roman multi-thématique, mais qui réussi sur tous les tableaux !

Le papillon noir entraînera Marina et Oscar dans des aventures incroyables, à tel point que je me suis demandé à la fin si tout cela n’était pas qu’un rêve d’enfant en mal d’écriture… non?
Ce roman est noir par son ambiance, triste par ses thèmes, oppressant par ses décors, mais la plume de l’auteur rend le tout très humain, un condensé de sentiments poignants!

Venons en maintenant au point sensible qui m’a laissé perplexe à la fin de ma lecture… Oh j’ai adoré ce livre, je suis entrée pleinement dans l’histoire, et je n’ai vraiment rien à redire. Non, ce qui me pose problème c’est la parution simultanée de ce roman en jeunesse. Pour adulte, aucun doute, un très bon livre, à lire. Mais pour adolescent, je ne suis pas aussi sûre. Déjà pas à des collégiens (quoique de bons lecteurs de 3ème…) plutôt à des lycéens, et dans ce cas ont ils besoin d’une édition jeunesse ? Je reste donc dubitative sur cette double sortie éditoriale. Les éditeurs sont coutumiers du fait, et j’ai vraiment lu ce livre avec un regard d’adulte sur un livre que j’ai jugé pour adulte.
Peut être aurais-je eu un regard différent si j’avais lu la version jeunesse et pour mon travail… J’ai hâte d’avoir des retours de jeunes… et moins jeunes ;)

La couverture jeunesse >

 

Nous suivre et partager :
error0

Lectures croisées #1 :Halloween [Haig, Matt – La forêt interdite]

 

Voici venu le temps des citrouilles et des bonbons! Pour fêter Halloween, Liyah et moi avons souhaité faire une lecture commune thématique ! Le principe ? Pas de livres imposés, juste un
thème! Pour la première fois Halloween est apparu comme une évidence !

Liyah a choisi Sacrées
Sorcières de Roald Dahl !

 
lecturescroisees

J’ai longtemps hésité, pensant tout d’abord vous présenter un unième livre de vampire, sauf que voilà, ma soeur m’a mis un livre
entre les mains qui me semble très bien pour le thème d’Halloween… mais différent!

 

La forêt interdite


laforetinterdite.gif

 

 

La forêt interdite, aussi appelée forêt de l’Ombre par le professeur Horatio Tanglewood est l’endroit idéal pour passer une
soirée d’Halloween entre frisson et rire!

Non ce livre ne fait pas peur ! Tout commence par une histoire simple, celle de deux enfants qui perdent leur parent dans un
accident de voiture, et son recueilli par leur tante, qui habite au fin fond de la Norvège. Bon, rien de bien gai, mais cela se corse quand on apprend que leur oncle a disparu il y a des années,
et que la forêt qui jouxte la maison est interdite. Plus l’histoire avance plus on va apprendre de chose sur cette forêt, la découvrir, et essayer d’y survivre… car cette forêt est habitée par
des êtres qui se partagent force, ruse et magie… Une forêt très noire, dans laquelle il ne fait pas bon se perdre….

 

Après quelques pages à peine, j’étais passablement déçue ! Tout d’abord une présentation de tous les personnages de l’histoire,
avec description… C’est assez long, et ça en apprend beaucoup sur un livre qui n’est pas vraiment commencé… Ensuite une écriture très simple, qui laisse beaucoup de place au
dialogue…

Pourtant au fur et à mesure  de ma lecture, je me suis laissée prendre au jeu, j’ai attendu ce que j’avais deviné dans la
présentation, j’ai spéculer sur la fin de l’histoire (en partie juste, en partie faux), j’ai pris plaisir aux dialogues, même si j’ai préféré les descriptions.

L’histoire est bien construite, avec de l’imagination car bien qu’on y rencontre les traditionnels sorciers et trolls on trouve
aussi des gubbins, pixie diseur de vérité, des huldres…

Un petit conte moderne, idéal pour Halloween, qui se lit vite et bien!

 

Le petit plus que j’aime beaucoup : rien d’innovant, mais c’est bien traité : par deux fois l’auteur nous coupe dans la lecture,
pour nous parler, directement ! Ca coupe de l’histoire tout en réintroduisant encore plus de suspence!

 

La forêt interdite de Matt Haig .- Bayard Jeunesse(Estampille), 2010.- 403 pages, 12,90€ .- 978-2-7470-2309-2


Lu dans le cadre du Challenge Spécial Halloween organisé par Lou et Hilde


Nous suivre et partager :
error0