RDL #Albums lus en 2014

Avant de les oublier dans les tréfonds de mes carnets, voici quelques mots sur des albums lus au cours de l’année 2014, mais dont je n’ai pas pris le temps de vous parler…

La maison en petits cubes

♥ Coup de coeur pour cet album !

Les illustrations très fines et pastelles donnent le ton de cet album magnifique. L’histoire est celle d’une ville inondée où l’eau monte sans arrêt. A chaque fois que l’eau monte une nouvelle maison est construite sur l’ancienne. Pourtant quand le vieux monsieur doit retourner sous l’eau chercher l’outil qu’il a fait tomber il va revivre à chaque étage les différents souvenirs de sa vie : femme, enfants, quand il y avait encore des fêtes… et avant l’eau. Un album onirique, où chacun pourra faire sa propre lecture, et qui offre un véritable voyage !

+ Existe aussi en court métrage
+ L’avis de Liyah

de Kenya Hirata et Kunio Katô, Nobi-Nobi, 2012 – dès 5 ans

 

Coppélia / Claude Clément ; Daniela Cytryn.- Seuil Jeunesse, 2012Coppélia

Ce très grand album, à la superbe couverture rouge, est vraiment un petit bijou graphique. Cette interprétation du ballet Coppélia, offre l’histoire d’un jeune fiancé qui s’ennamourache d’une jeune fille juste apperçue. Elle se révèle être un automate, et la fiancé souhaite se venger… Une magnifique histoire d’amour et de trahison, mais une histoire complexe à appréhender pour les enfants.

Un album à réserver aux plus grands, même si tous ne manqueront pas d’apprécier les splendides illustrations qui offrent une nouvelle vie à ce ballet.

+ L’avis de Liyah

Claude Clément et Daniela Cytryn, Seuil jeunesse, 2012 – dès 9 ans

Une fois encore 

Je vous parle souvent d’albums d’Emily Gravett, car j’aime beaucoup cette auteure illustratrice. Cet album, Une fois encore, est l’histoire d’un petit dragon qui demande une histoire avant d’aller dormir. Et là comme par magie le livre d’histoire s’ouvre et le lecteur peut à son tour lire les histoires que découvre le petit dragon. A chaque fois que cela semble être la fin, le petit dragon demande la suite, et nous connaissons donc la suite…

Les interactions progressives entre la scène et le livre sont très intéressantes jusqu’à une scène finale mémorable car n’oublions pas que notre jeune héros est un dragon…

Pour tous les enfants qui veulent encore et encore lire des histoires, pour ceux qui aiment les mises en abîme, les jeux avec l’objet livre… même si d’autres albums d’Emily Gravett sont encore plus savoureux, les trois dernières pages, sans texte, de cet album valent vraiment le coup de découvrir cette histoire!

d’Emily Gravett, Kaleidoscope, 2011 – dès 3 ans

 

Fourmi

Un album cartonné pour les tout petits, très graphique qui joue sur ce qui est caché, entre un ours blanc et une fourmi… Car quelques pattes de fourmi cela peut faire beaucoup de choses… Comme dans sa version de Boucle d’or, Olivier Douzou joue avec les ours, qui se retrouvent aux prises avec les fourmis !

Un très beau travail graphique, à la fois simple et saisissant, avec un jeu intéressant sur les couleurs et une très « jolie » fin. De l’humour, de l’art, tout est réuni pour plaire autant aux tout petits qu’aux parents !

 + Existe en application 

de Olivier Douzou, Rouergue, 2012 – dès 2 ans

Où vont-ils quand il pleut ? 

Une promenade comme découverte de la nature, le ferme, la mare, et puis surtout la pluie qui arrive. On découvre alors où sont les animaux quand il pleut : araignée, moustique, chien, oie… On découvre aussi l’arc en ciel. Complété par une partie scientifique, cet album offre une double approche intéressante.

Un ensemble très soigné, un peu à l’ancienne avec une histoire très conventionnelle mais qui permet de découvrir de nombreuses petites choses intéressantes autour de la nature et de la météo.

de Gerard Muller, Ecole des Loisirs (collection Archimède), 2002 – dès 7 ans

Voilà quelques titres, bien que j’en ai quelques dizaines d’autres dont je dois vous parler…

+ Participations au Challenge Je lis aussi des albums 2015 ainsi qu’au Challenge Petit Bac 2015

 

Nous suivre et partager :
error0

Des albums printaniers [Nathalie]

Nathalie nous parle de deux albums sur le printemps dans le cadre du deuxième rendez-vous du challenge Je lis aussi des albums !

Le Livre du printemps

Auteur / Illustrateur : Rotraut Susanne Berner
Editeur : La Joie de Lire
Collection : Livre promenade
Avril 2004 – 13,90 euros

Album à partir de 2 ans
Thème : Saison/Année/Vie quotidienne

Le printemps arrive dans la petite ville. Nous retrouvons la maison, la ferme, la gare, les rues et magasins et surtout les personnages de la série dans un décor printanier.

Mille détails à observer et, si l’on a les quatre livres, à comparer.

 

Dans la même collection :
Le livre de l’été
Le livre de l’automne
Le Livre de l’hiver

Le livre du printemps est un « livre promenade » ; Keskecé ? On peut se promener dedans ? Et bien presque ! Les livres promenades sont des livres grands formats (26 x 34 cm), cartonnés et … sans texte !

L’enfant peut regarder le livre avant de savoir marcher (on met le livre à plat par terre), il peut inventer ses propres histoires en regardant les images qui comportent une multitude de détails.

Il peut aussi feuilleter le livre avec un adulte ou un enfant plus grand qui lui raconteront une histoire d’après les images (et lui apprendront ainsi du vocabulaire).

Les images sont riches, amusantes, pleines de petits détails (il y a aussi des personnages à suivre tout au long du livre) et si vous avez les 3 autres livres (été, automne et hiver) vous pourrez voir les paysages évoluer au fil des saisons.

 

Des livres qui « marchent du tonnerre » dans les bibliothèques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La chasse à l’ours

Auteur : Michaël Rosen
Illustratrice : Helen Oxenbury
Editeur : Kaléïdoscope (1997)

Album à partir de 2 ans
Thèmes : Printemps / Promenade / Famille / Ours / Humour

 

Il suffit parfois d’un rien pour que l’on se réveille avec l’irrésistible envie d’aller chasser l’ours en famille – un ciel radieux, des enfants audacieux… La journée fleure l’aventure et surmonter les obstacles devient un jeu d’enfant. Seulement voilà : qui chasse l’ours finit par le trouver et c’est là que les choses se gâtent !

 

Alors celui-ci, c’est un vrai coup de cœur !

 

Le texte est drôle, chantant, avec des répétitions que les enfants se font un plaisir de reprendre en cœur avec la personne qui raconte, et puis il y a les « bruits » ou plutôt les onomatopées : Splitch, sploutch (quand on traverse la rivière – puisque : « on ne peut pas passer dessus / on ne peut pas passer dessous : traversons !Splitch, sploutch… »)d’autres encore quand on traverse la prairie, la forêt…

C’est très gai cette famille qui part en promenade, et la chute est très drôle aussi…

Un livre vraiment génial à raconter, les enfants participent, font les gestes, répètent… C’est vraiment un moment de « lecture/partage » très sympathique !

 

 

cadeaumaestro

Nous suivre et partager :
error0

Rendez-Vous Albums #1 L’amour

Voici venu le 1er février, jour du rendez-vous avec les participants au Challenge Je lis aussi des albums et les lecteurs de littérature jeunesse volontaire. J’avais choisi pour ce premier rendez-vous le thème porteur de l’amour ! Je vous parle donc aujourd’hui d’un grand album pour tout petit, dont le titre ne laisse aucun doute !

Regarde comme je t’aime

avec Christel Denolle

illustré par Emiri Hayashi

 Regarde comme je t’aime est un album très doux pour les tout petits !

Dès la couverture, la tendresse est au rendez-vous, avec à la fois des couleurs tendres, un adorable bisou de nez et des ours en relief tout doux à toucher. A chaque page nous allons retrouver ce trio de douceur : les illustrations sont tendres et toujours dans de jolies teintes en bleu et blanc, avec simplement quelques détails argentés et orange pour attirer l’oeil de l’enfant. De plus, on retrouve toujours nos ours tout doux ce qui crée aussi un relief intéressant pour découvrir le livre avec ses mains.

Niveau texte cet album est extrêmement simple : chaque situation de la vie quotidienne des oursons est une occasion de s’aimer, de se faire un câlin, de faire quelque chose ensemble. Un relationnel finalement proche de celui des enfants malgré cette transposition animalière, qui permet de commencer à comprendre et partager ses sentiments.

En dernière page, détail très important, on trouve même un petit hérisson. Bon, il est à côté d’un renard ce qui en vrai n’est sans doute pas bon signe, mais dans cet album ce n’est pas la véracité scientifique qui compte, mais bien seulement l’amour !

Nathan, 2013 – Collection Petit Nathan, grand format 9782092545652, 13,90€

ph1oto-copie-1.JPG
Extrait de l’album (Ludi)

 + L’avis de Mya et celui de Mia

J’avais prévu de vous parler de quelques autres albums en plus, comme Devine combien je t’aime, mais le temps me manque! Je vous laisse donc la place en espérant que vous avez fait de belles découvertes!

Tout est en anglais j’en suis désolée, voici la marche à suivre :
1- Clic sur Add your link
2- Mettre l’adresse url de votre article, le titre du livre et votre pseudo, ainsi que votre mail
3- Clic sur Next Step
4- Choississez la couverture du livre et clic sur Select
5- Skip this step
C’est terminé, votre titre apparait ici, avec la couverture du livre normalement. Si vous parlez de plusieurs livres dans un seul article, il vous faudra par contre choisir, mais ce n’est que pour aujourd’hui, tous les liens seront ensuite repris dans le challenge bien sûr!

 


Et comme si vous êtes là c’est sans doute que vous aimez la littérature jeunesse, je vous invite à découvrir La Box de Pandore (et le concours) !

Nous suivre et partager :
error0

De l’amour dans les albums #1 [Tituce]

Je laisse aujourd’hui mon blog à Tituce, qui dans le cadre du challenge Je lis aussi des albums 2014 commence à prendre un peu d’avance sur le thème de février et vous offre ainsi pleins de belles idées pour préparer notre rendez-vous, qui je le rappelle sera le samedi 1er février ! 

 

Georges le dragon

de Geoffroy de Pennart 

L’École des Loisirs, 2011
Lutin poche € 5,60
Kaléidoscope € 13,20

Ahhhh l’amour, l’amitié … 2 notions si complexes et si proches!

Ce livre est bien écrit avec des illustrations comme j’aime, c’est-à-dire représentatives, mais avec un style et de jolis détails à chaque page. D’ailleurs la page interne est faite avec des esquisses au crayon, du personnage de Georges!
Le thème est très bien choisi pour attirer les enfants. Il mixte avec une princesse, un chevalier, un dragon.
J’ai d’ailleurs été attiré par cette histoire avec un titre de dragon, pour mon chevalier fan de dragon. Mais rien à voir avec des histoires de batailles ou de « testostérone »! Un simple récit, qui oscille entre cœur brisé, amour et amitié! Et dans lequel nous nous sommes laissés transporter.
Loulou s’est vite identifié. On a le cœur qui bat avec celui du dragon. On bombe le torse avec lui, On est triste avec lui. On espère avec lui … On a qu’une envie, c’est de tourner la page pour savoir ce qui va se passer.

Une partie de l’histoire me fait penser à Barbapapa qui cherche à trouver sa place dans ce monde. Tout comme Georges le Dragon, c’est un personnage hors-norme surtout par la taille. Pas d’inquiétude, ce n’est pas du Barbapapa!

Je reprocherais l’écriture qui est entre calligraphie et imprimerie et ne facilitera pas la lecture seul, par mon CP de loulou.
On peut retrouver Georges, dans un autre opus : « La princesse, le dragon et le chevalier intrépide »

Le grand amour de Bô l’ourson 

de Claire Clément
illustré par Éric Gasté 

Bayard, 2007
les belles histoires des touts petits

J’aime beaucoup la collection « les belles histoires des touts petits » de chez Bayard. Les histoires sont vraiment chouettes. Les livres sont une vraie transition entre le livre cartonné et le livre papier. En effet, les pages sont fines mais plastifiées, donc assez solides pour résister aux petites terreurs lorsque maman à le dos tourner. Le petit prix de cette collection est aussi un atout

Ici, on parle d’amour. De l’amour inconditionnel du petit ourson Bô pour sa maman.
Même quand maman veux que Bô coupe un peu le cordon, car il est grand maintenant. L’amour de l’ourson reste aussi grand.
Bô se trouve face à un obstacle insurmontable à ses yeux. La grande rivière qu’il doit traverser pour retrouver sa maman. Il est désespéré et très triste. Il ne s’en sent absolument pas capable. Mais un loup s’approche de sa maman de l’autre côté de la berge ! Sans s’en apercevoir Bô trouve du courage poussé par son amour filiale et traverse cette rivière. Quelle fierté! Le loup a fui la raclée de maman ours.
L’ourson s’est dépassé par amour et sa maman est si fière de son fils si courageux. Oui ça dégouline de sentiment, mais des sentiments à hauteur des touts petits et de nos cœurs qui dégoulinent d’amour pour nos enfants !

C’est un joli livre qui montre à l’enfant qu’on peut déplacer des montagnes, même lorsqu’on est découragé. On est capable de choses qu’on n’ose imaginer.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Claire Clément et j’ai totalement adhéré à son discours : les enfants dans ce monde si difficile ont besoin de retrouver confiance en eux et de réaliser leur rêve. Elle s’efforce dans son écriture de revaloriser les valeurs telles que l’amour, le courage … Ses récits pour les touts petits sont simples afin que l’enfant s’identifie totalement au petit héros.

+ De la même auteure, pour les plus grands : Sami,Goliath  Oscar, Ousmane, et les autres

La cuillère amoureuse

de René Gouichoux
illustré par Catherine Proteaux-Zuber 

Bayard, 2009
les belles histoires des touts petits

J’aime toujours autant cette collection. Il faut dire que petite, j’étais abonnée aux Belles Histoires et que j’y retrouve tout ce que j’aimais enfant. Mon fils de bientôt 7 ans, commence ses premiers émois et il adore cette histoire.

En tant que maman, j’aime que ce soit une fille avec son papa, qui prennent le petit-déjeuner. J’adore les livres qui parlent des papas. La petite fille commence a raconter qu’elle a un amoureux à son papa. Mais celui-ci est dans son journal. Situation mille fois vécue par les enfants, lorsqu’ils parlent à leurs parents, qui ont toujours mille et une autres occupations. Du coup elle entend une petite voix et se retrouve face à la petite cuillère sur la table du petit-déjeuner.

La petite cuillère ne sait pas qui lui a offert une fleur et qui est son amoureux. Marine, la petite fille va l’aider à « enquêter ». Elles interrogent le bol, le sucre, le verre, sans succès. Mais l’amoureux se dévoile timidement. Et Marine retrouve son papa qui a fini le journal. Celui-ci la questionne sur ce prétendant. Car les parents, mine de rien, restent attentifs à leur enfant.
Dans ce livre, on parle d’amour, de timidité amoureuse et des parents occupés, qui savent écouter leur enfant.
On aime beaucoup les illustrations. Les deux « humains » sont des dessins très simples et les objets ressemblent à des photos, et sont donc très réalistes. On aime beaucoup ce contraste.

Un joli petit livre pour les jeunes amoureux. J’avoue, il nous permet d’aborder le sujet plus facilement.

Le Prince et la Charmante Sorcière

de Florence Vandermarlière
 illustré par Marion Piffaretti
 

Editions Lito, 2009

Un format un peu poche, couverture souple, avec un prix bien sympathique.

C’est une histoire de prince charmant atypique, fini les jolies princesses gnangnans ! Des illustrations assez simplistes ou le crayon agrémente une robe en papier journal, une colline en tissus écossais, une prairie en tapisserie à fleurs, un sapin en tweed… j’aime ce côté un peu kitsch !

Ce conte totalement moderne, casse tous les codes des contes classiques. C’est le prince Charmant qui est dans son château et s’ennuie ! C’est sa maman qui veut le marier. Mais aucune des princesses prétendantes n’est aussi bien que sa mère la reine. Il fuit alors en pleine nuit et rencontre « une véritable sorcière, pour la première fois de sa vie ». Une femme si différente de sa mère !
La sorcière s’exprime avec des mots qu’aiment les enfants : « sacrebleu de scrogneugneu » – « sacrebleu de yapalfeu » … La sorcière est finalement si originale et différente de la reine, que Charmant veut en faire sa femme.
Il l’impose, se marie, entouré de la cours, des fantômes et des squelettes et part vivre au fond de la forêt dans un manoir.

On aime la modernité de ce conte et de ses illustrations. On déplore juste la rapidité du coup de foudre et du mariage qui suit. On aurait aimé un peu plus de « débats » pour imposer son amour et son mariage.

Une très jolie découverte résolument moderne.

Un de mes superbes coup de coeur de la bibliothèque des loulous :

La boite au trèsor

de Michel Escoffier
 illustré par 
Éléonore Thuillier 

Éditions Kaleidoscope

Tout d’abord ce livre nous parle d’un trésor, mes garçons, petits pirates en herbe se laissent emporter par l’histoire.
Et l’histoire nous transporte, nous, dans la dure loi de notre monde d’adulte rempli d’égoïsme. En effet personne ne veut aider le pauvre petit Suricate à récupérer ce trésor. Mais heureusement celui est très malin et par des ruses très drôles réussit à convaincre les autres animaux. Et lorsqu’il arrive à récupérer le trésor, personne n’y trouve ce qu’il espérait. Ni le suricate, ni les animaux, ni mes loulous! Mais il découvre un trésor encore plus beau.

J’adore les valeurs de ce livre, hyper complet. On y retrouve de l’humour, des illustrations magnifiques (pleines de petits détails pour les plus grands aussi). On y traite de beaucoup de choses au niveau des enfants : l’entraide, l’égoïsme, l’amitié, et surtout même même s’ils n’ont pas ce qu’ils espéraient, on peut découvrir de très belles choses ! Dans notre société consommatrice, je trouve ce sujet très intéressant. Bref, un livre qui amène à de nombreuses discussions.

Un petit bijou.

Nous suivre et partager :
error0