Les petites reines – C. Beauvais

Les petites reinesRoman pour adolescents
Road Trip, Acceptation de soi et vélo

Les Petites Reines

de Clémentine Beauvais

Sarbacane, 2015

Ce titre vous l’avez forcément déjà croisé. Tout le monde en parle, tout le monde l’a lu, il reçoit des prix, des critiques élogieuses, et Nathalie vous en a déjà parlé ici-même… Alors je l’ai lu, moi aussi… Ce n’est pas un coup de coeur, mais je vous en parle quand même !

Les petites reines aurait pu s’appeler Les trois boudins. Un titre moins vendeur et moins humoristique, c’est sûr, mais qui donne le vrai ton de ce livre. Trois jeunes filles, nommées boudins lors d’un « concours » sur les réseaux sociaux de leur établissement scolaire, sont en effet les héroïnes. Boudin d’or, boudin d’argent, boudin de bronze. Les filles les plus laides, les plus grosses… Mireille est l’une d’entre elle, et ce n’est pas la première année qu’elle reçoit ce titre. Elle prend donc ça avec beaucoup de légèreté, du moins en apparence. Elle va rencontrer Astrid et Hakima, les deux autres boudins, et décider qu’à trois elles seront plus fortes. De fil en aiguille va jaillir une idée, être à la garden party de l’Elysée le 14 juillet. Astrid souhaite y rencontrer Indochine. Hakima parler au général Sassin (à cause duquel son frère est revenu infirme de la guerre). Mireille enfin, rencontrer le mari de la présidente, un grand philosophe qu’elle pense être son père, même s’il ne l’a jamais reconnue.

De ce point commun un peu capillotracté, elles font une force, et décident… d’aller ensemble à Paris, mais en vélo ! En vendant des boudins en route ! Une folle aventure commence alors, et franchement, avec ce pitch, ça ne partait pas gagnant pour moi…

L’écriture de Clémentine Beauvais ne m’accroche pas, je trouve l’ensemble trop cru, trop « langage parlé », et il me manque quelque chose. Pour autant, à part à quelques passages, j’ai réussi à en faire abstraction pour me plonger dans l’histoire. Intrigue justement qui, si on la regarde dans son ensemble n’est que coïncidences et hasard, relevée d’une pointe d’incongru totalement incroyable…

Mais voilà, Les petites reines a ce petit quelque chose qui nous pousse à avancer dans l’histoire, qui me pousse à vous en parler. Ce petit rien d’humanité, d’humour, d’amour, qui fait qu’on s’attache aux personnages. Astrid, Mireille, Hakima, trois grosses, mais surtout trois ados qui vont apprendre beaucoup tout au long de ce parcours, qui vont grandir, mais qui vont aussi faire grandir les gens qu’elles croisent. Cette interaction avec l’environnement, ce rapport aux autres, ces instants de rencontre, de dialogue, c’est réellement ce qui fait de ce livre une belle histoire malgré mes réserves, et qui m’incitent à le partager !

Ces jeunes filles nous apprennent beaucoup sur l’estime de soi et le dépassement, sur la volonté. Le regard des autres aussi va peu à peu changer, et cette partie est vraiment très bien amenée, dans un contexte très réel et moderne, qui parlera aux jeunes lecteurs.

Vous l’avez lu, qu’en avez vous pensé ?

Nathalie vous en a parlé, et elle a adoré :

Les petites reines

+ Challenge YA#5

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Voyages, voyages ! Partie un

Guides de voyage pour enfants

Quand je partais en vacances, enfant, ma mère avait toujours avec elle le guide vert, le Routard ou bien le Lonely Planet de notre destination. Elle nous lisait les explications, partageait, expliquait… pourtant j’aurais bien aimé avoir moi aussi mon guide, adapté à mon âge ! Aujourd’hui c’est possible, et si vous n’êtes pas encore parti, ou pour vos prochaines vacances, pensez à votre guide version junior !

Partie 1 – Un livre jeu sur une ville, par exemple Paris !

LilVoyagesy mène l’enquête

Peggy Nille

Nathan (2015)

Un drôle d’individu rôde sur les toits de Paris ! Lily, que l’on avait déjà rencontré autour du monde dans Lily cherche son chat, va donc mener l’enquête, et nous faire découvrir Paris, dès 4 ans.
Le principe du livre est un « Cherche et Trouve », il va donc falloir, dans les illustrations qui fourmillent de détails de Peggy Nille, trouver les indices dont Lily a besoin.
Ce livre jeu permet de découvrir Paris au fil des pages, car Lily, pour les besoins de son enquête, va nous entrainer au Louvre, au Sacré-cœur, à Barbès, sur le Canal Saint-Martin ou bien encore au Centre Pompidou ou au Jardin des Plantes… Le lecteur voyage dans la capitale, sur les traces de Lily, de son cousin Paul, de son amie Mia et bien sûr de son inséparable chat. Peggy Nille, avec des illustrations colorées et drôles, propose cette découverte, mais aussi une véritable enquête, pour découvrir qu’elle est cette mystérieuse silhouette que l’on doit découvrir à chaque page…
Les illustrations colorées offrent mille détails, permettant de lire et relire ce livre sans se lasser, même si l’enquête est terminée. Bien qu’il n’y ait que des dessins, c’est une véritable découverte touristique de Paris qui s’offre au lecteur.

Une belle première approche de la capitale, avant des albums jeux plus complets, ou de vrais guides de voyage.

Nathalie vous en avait parlé ici

* * * * *

VoyagesParis avec Zélie et Catimini

Anne Durou

Mango Jeunesse (2015) – 13,50€

Mango jeunesse propose un très beau livre jeu sur Paris, complet et adapté à de jeunes enfants dès 6 ans.
Avec Zélie et son petit chat Catimini, l’enfant est invité à la découverte de Paris et de ses lieux emblématiques. Le Grand Palais, la Cité des Sciences, le Jardin des Plantes sont autant de destinations, classiques mais incontournables, qui sont présentées dans ce guide de Paris pour enfants.
Très peu d’explications, surtout des jeux en fait : labyrinthe, coloriage, devinette, observation… 40 jeux sont proposés au fil des pages (+ un poster géant à colorier). Une façon de préparer l’enfant à découvrir de nouveaux lieux, ou bien de prolonger la visite, à la manière d’un carnet de voyage.
Le grand format n’en fait pas forcément un livre à avoir dans la poche toute la journée, mais plus à consulter le soir à l’hôtel ou rentrant de vacances. Pas vraiment un guide donc, mais un accompagnement et un prolongement de la découverte, adapté aussi à de petits parisiens.

Pour feuilleter quelques pages, c’est ici

* * * * *
Un livre jeu à proposer aux plus petits, en attendant de pouvoir passer aux guides que nous vous présenterons dans le prochain article !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jack l’éventreur

Jack-leventreurT1   Jack-leventreur T2Jack l’éventreur

T1 : Les liens du sang (2012)

T2 : Le protocole hypnos (2013)

François Debois (scénario)

 J-C Poupard (dessin)

Guillaume Lopez (couleurs)

Éditions Soleil

♠♠♠

Et pour continuer dans ce « mois de la trouille » dixit Laurette,

comprenez le mois d’Halloween, voici une nouvelle version en bande dessinée de

« Jack l’éventreur ».

♠♠♠

Tome 1 : Londres 1888.
Le
Jack-leventreurT1Interieur Mal s’abat sur la capitale européenne, un monstre sanguinaire tue et dépèce des prostituées dans les bas-fonds de Whitechapel, on le surnomme Jack l’Éventreur. À Scotland Yard, l’inspecteur Frederick Abberline et son équipe mènent l’enquête.

Les premières cases du tome 1 nous montrent un randonneur qui se balade en montagne et arrive dans une cabane un peu délabrée dans laquelle il va faire du feu. A peine le feu est-il allumé qu’il croit voir une présence : c’est un squelette encore vêtu de quelques oripeaux qui tient entre ses « mains » une bien terrible confession, celle de Jack l’éventreur…  La suite nous ramène en septembre 1888, dans les bas fonds de Whitechapel…

Quand je parle d’une bd, j’indique en général le scénariste et le dessinateur et c’est tout, alors qu’il y a parfois une personne qui a fait la couverture, une autre la couleur… Si cette fois-ci, j’ai indiqué l’illustrateur qui a effectué la mise en couleurs, c’est parce que je trouve qu’elles participent vraiment à l’ambiance… Elles sont assez sombres, sans être tristes. J’ai également beaucoup apprécié l’histoire et le dessin !

Tome 2 : Printemps 1889.

Une série de meurtres similaires dans leur mode opératoire à ceux de Jack a été commise à Paris. Tandis qu’Abberline traverse la manche pour débusquer le tueur, Godley eJack-leventreurT1Interieure2st sollicité pour une nouvelle affaire : un docteur retrouvé éventré dans une pièce fermée de l’intérieur. Seul indice : un manuscrit en arcado-cypriote qui contient des révélations troublantes.

J’avoue avoir un peu moins apprécié celui-ci… J’ai trouvé l’histoire un peu plus confuse et surtout encore plus sanglante ! Je crois que j’aimais surtout beaucoup l’atmosphère du 1er tome, Londres en 1888…

 challengehalloweenalbum  SignatureNat

U4 * Yannis * Stephane * Koridwen

 

U4U4.YANNIS — Florence Hinckel

U4.STEPHANE — Vincent Villeminot

U4.KORIDWEN — Yves Grevet

U4.JULES — Carole Trébor

 Syros/Nathan (à paraître le 27 août 2015)

Ξ Ξ Ξ

4 auteurs réunis autour d’un projet commun, soutenus par 2 maisons d’éditions = 4 romans et 4 personnages pour 4 histoires (une « même » histoire vécue différemment par chacun !)

Les auteurs ont créé les personnages féminins et les auteures se sont chargées des personnages masculins.

Dans une interview à 4 voix (plus celle qui pose les questions !) les auteurs nous expliquent la naissance du projet : Une rencontre sur un salon en 2013, où un joyeux groupe se forme, des idées jaillissent et décision est prise d’un projet commun.

Dans un petit livret très chouette les deux maisons d’édition nous présentent l’univers post-apocalyptique de ces romans puis chaque roman séparément ainsi que quelques mots de chaque auteur.

Ξ Ξ Ξ

U4Yannis

U4.YANNIS Florence Hinckel

Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout– peut-être qu’il devient fou ? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger… Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris…

Mon avis : Yannis est un personnage sympathique, assez « timide » au début, il s’affirme au fil des pages. L’histoire en elle-même n’a rien d’extraordinaire, mais les personnages, l’ambiance, font que l’on y croit et qu’on tourne les pages pour connaître la suite. La fin, qui n’en est pas une, m’a un peu déçue, mais j’attends de lire le 2ème roman (Stéphane) pour avoir une idée plus globale puisque les 4 romans vont ensemble…

Ξ Ξ Ξ 

 

U4.SU4-StéphaneTEPHANE Vincent Villeminot

Stéphane vit à Lyon avec son père, un éminent épidémiologiste. Si des adultes ont survécu, son père en fait partie, elle en est convaincue. Alors elle refuse de rejoindre le R-Point, ce lieu où des ados commencent à s’organiser pour survivre. Elle préfère attendre seule, chez elle, que son père vienne la chercher. Et s’il ne le fait pas ? Et si les pillards qui contrôlent déjà le quartier débarquent avant lui ? Tout espoir s’écroulera, à l’exception d’un seul : un rendez-vous fixé à Paris…

Mon avis : Finalement, j’ai préféré le premier tome que j’ai lu. Tout simplement parce que j’ai préféré le personnage de Yannis, plus humain, à celui de Stéphane, plus dure. Et puis Yannis est un ado équilibré, il a été aimé, il est gentil, il veut juste s’en sortir, rebâtir quelque chose. Alors que Stéphane a plus souffert, on ne sait rien de sa mère, elle a le sentiment que son père s’est plus occupé de son boulot que d’elle, elle pense plus à elle-même qu’aux autres. Je l’ai trouvée beaucoup moins sympathique que Yannis…

Au final, une idée intéressante, des romans agréables à lire, mais le tout ne me laissera pas un souvenir inoubliable… Je ne peux pas en dire beaucoup plus pour ne pas dévoiler l’histoire, mais il y a une sorte de « non-fin » qui ne m’a pas plu ! On reste sur sa faim si je puis dire… Sauf, sauf… s’il y a une suite de prévu ?  

SignatureNat

U4. KORIDWEN — Yves Grevet

Koridwen est une jeune bretonne, que l’on va suivre dans cette aventure. Vivre seule, appréhender ce qui l’entoure. Koridwen est touchante, par son côté très sympathique et attentif aux autres. Elle va se faire accompagner dans son périple par son cousin, handicapé mental, qu’elle n’a pas voulu laisser derrière elle. Mais ce qui fait la force de Koridwen, ce sont ses origines. Son nom, donné par sa grand mère, un peu sorcière, et les secrets de cette dernière qui l’aide à s’adapter à ce nouveau monde.

Koridwen va faire de nombreuses rencontres sur sa route, des personnages sympathiques, d’autres moins… mais tous ont un fort potentiel qui donne un véritable peps à cette histoire ! On croisera aussi bien sûr les trois autres héros, mais sans trop en dévoiler sur eux. Juste assez pour avoir envie de lire les autres tomes pour les découvrir, et avoir leur point de vue sur certaines situations.

Le mystère est présent tout au long du livre, et il ne faut pas s’attendre à avoir trop de réponses… mais la fin m’a suffit comme elle est, dans les secrets qu’elle renferme et ceux qu’elle met en lumière !

J’ai maintenant hâte de découvrir les autres personnages, même si j’ai peur qu’ils me plaisent moins.

U4 est une série originale qui tire toute sa force de ses personnages, des personnages que l’on découvre peu à peu, au fil des tomes. Une quadrilogie dystopique prenante qui renferme bien des mystères… et des surprises !

Sophie Hérisson

+ L’avis d’Azilis

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :