Happy End ! Meg Cabot

happyendRoman pour adolescents et jeunes adultes
Chick-Litt, policier, humour

Irresistible

tome 5

Happy End

de Meg Cabot

traduit par Florence Schneider

Albin Michel jeunesse, 2014
Wiz, 464 pages
9782226257390, 17,90€
disponible en epub

Après 4 tomes d’enquête girly Heather va enfin se marier ! C’est la dernière ligne droite et pourtant le destin vient encore lui mettre des batons dans les roues. Sa mère qui rapplique, une étudiante qui meurt à Fisher Hall dans sa résidence (oui, encore !), un étudiant sous haute surveillance… La vie de notre héroïne est loin d’être de tout repos, et ne fois encore, les secrets et dangers s’accumulent autour d’elle !

Sa personnalité n’a fait que s’affirmer au fil des tomes, et c’est aujourd’hui une employée de l’université tout à fait décidée. Pour autant étudiants et parents sont toujours très drôles dans leurs extrêmes et notre héroïne épatante. Il ne faut pas trop en raconter pour ne pas vous gâcher les rebondissements, mais sachez qu’on retrouve tous les personnages emblématiques de la série, et qu’une fois encore, certains secrets très légers en cachent d’autres bien plus lourds…

J’ai trouvé Heather vraiment mûrie dans ce tome, elle qui a toujours eu du mal avec la notion de chef par exemple. Elle s’affirme en tant que femme, en tant que directrice, en tant que collègue aussi. Et comme toujours elle n’hésite pas à franchir un peu les limites ! Par ailleurs, même si le côté girly est encore très présent, je trouve qu’on est assez loin de l’univers de la chanson que Meg Cabot a mis en avant dans plusieurs tomes.

Histoire, girly, people, humour et action font vraiment bon ménage dans ce tome d’Irrésistible !
Une série très sympathique à offrir (plutôt aux adolescentes et jeune femmes)

+ Retrouvez nos articles sur les premiers tomes :
Une irrésistible envie de sucré
Une irrésistible envie d’aimer
Une irrésistible envie de dire oui
Ready to rock

Et sur d’autres romans de Meg Cabot, auteur prolifique :
Blonde
Missing

+ Les avis de Lecture d’une nuit et d’Edelwe
+
 Challenge YA#4

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Agatha Doyle : Au service de sa majesté

Agatha Doyle

Au service de sa Majesté

De Caroline Triaureau

Illustrations de Leïla Brient

Éditions Naïve Livres (2014)

9/13 ans

En voyage scolaire à Londres, Agatha Doyle, une jeune collégienne française, se retrouve enfermée par erreur dans la Royal Gallery de Westminster Palace. Ce n’est pas sur la vieille bique de Miss Marple, sa sévère professeure d’anglais, qu’Agatha peut compter pour sortir de ce guêpier mais sur ses deux amis : le sportif Sherlock et le gros Hercule !

Les voilà embarqués dans une enquête digne des plus grandes histoires policières, à la recherche du Traité d’indépendance de l’Irlande et de son voleur. Entre la découverte d’un labyrinthe secret, la rencontre d’un membre de la famille royale et de folles escapades nocturnes, les trois amis ne sont pas au bout de leurs surprises.

Parviendront-ils à retrouver le Traité et à démasquer le traître à la Couronne ? Il faudra toutes les cellules grises d’Hercule, le sens de l’observation de Sherlock et l’extraordinaire maladresse d’Agatha pour mener à bien cette mission.

Ce que j’en pense :

Ce qui m’a amusée, moi qui suis grande amatrice de polars, ce sont les clins d’œil : Le nom et le prénom de l’héroïne tout d’abord « Agatha Doyle » mélange d’Agatha Christie et Sir Arthur Conan Doyle, puis ses amis Hercule et Sherlock (Merci à Hercule Poirot et ses petites cellules grises ainsi qu’à Sherlock Holmes !) sans parler de Miss Marple (charmante vieille dame détective chez Agatha Christie, qui se retrouve ici transformée en sévère professeure d’anglais !!). Tout ça expliqué dès les premières pages.

Les plus : 2 pages au début du livre présentent les personnages et expliquent à qui ils doivent leurs noms (Agatha Doyle / Hercule / Sherlock… ça ne vous rappelle rien ?)

Il y a également à la fin de l’histoire, 2 pages qui parlent un peu plus d’Agatha Christie, Hercule Poirot ou encore Sherlock Holmes et de leurs enquêtes + 2 pages d’une « visite guidée » de Londres + 2 pages d’histoire de l’Angleterre et de l’Irlande. Bref, un roman bien documenté.

Les moins : L’histoire en elle-même manque parfois un peu de rythme et il y a un peu trop de digressions historiques qui font perdre le fil du récit.

Bref, on sent bien l’écriture d’un professeur qui sous prétexte d’un roman policier divertissant veut à tout prix instruire ses lecteurs ! Pour les fans de famille royale et d’Angleterre… Ou pour tous ceux qui vont partir en voyage scolaire à Londres et veulent se documenter!

SignatureNat

+ Par hasard Nathalie est dans le thème du jour, puisque le bateau fantôme fait escale à Londres aujourd’hui 

Les bosquets de Versailles 1 Le crime de l’Encelade

bosquets versaillesRoman historique et policier
pour adolescents dès 9 ans

Les bosquets de Versailles

1 Le crime de l’Encelade

d’Annie Pietri

Bayard jeunesse, octobre 2014
9782747051316, 13,90€

Annie Pietri est l’auteur des Orangers de Versailles, cette série de roman historique, dont l’héroïne Marion, a marqué de nombreux adolescents. Elle nous offre dans cette nouvelle série une intrigue policière, toujours à Versailles, à la cour de Louis XIV, mais aussi de nouveaux héros ! Louis Alexandre Bontemps, fils du premier valet du roi, se retrouve chargé de l’enquête sur la mort d’Apolline de Flez-Cuzy. Une mort violente, survenue pendant une fête au palais, dans le bosquet d’Encelade. Pour l’accompagner dans cette mission, la jeune Adélie, suivante d’Apolline s’impose rapidement. Douée de talent de peintre mais aussi de comédienne, elle sera très utile dans cette enquête.

Suivre Adélie et Louis Alexandre, surnommé pour l’enquête Mourlhame Kapell, c’est découvrir les intrigues de la cour, mais aussi la vie parisienne de ce 17ème siècle. Une enquête simple au départ, mais qui se complique au fur et à mesure, avec des nombreux suspects. Le danger se fait lui aussi de plus en plus présent, avec des filatures, des interrogatoires et même des scènes d’action prenantes.

Une nouvelle série d’Annie Pietri qui décrit toujours aussi bien la vie de la cour et ses intrigues, avec des points de vue variés et intéressants. La jeune Adélie est très attachante, et on ne peut qu’espérer la retrouver, toujours avec Louis Alexandre, dans le prochain tome qui verra sûrement une nouvelle enquête, puisque ce tome se termine.

 

+ Le roman Les Orangers de Versailles vient d’être adapté en bande dessinée, une bonne occasion de le découvrir ou redécouvrir ~!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

10694885_10204618827169323_918588559_n

Ce titre est ma première participation au Challenge Jeunesse Young Adult #4 qui a lieu cette année encore chez Mutie et Kalea !
L’an dernier j’avais réussi mon challenge avec 100 titres jeunesses chroniqués sur l’année, je me suis donc réinscrite dans la même catégorie, en espérant faire au moins aussi bien, mais de toute façon c’est bien connu, que je vis dans un conte de fées !

Le chuchoteur – Donato Carrisi

Le chuchoteur- Donato Carrisi-Liliba

Roman policier

Le Chuchoteur

de Donato Carrisi

traduit de l’italien par Anaïs Bokobza

Calmann Levy, 2010
Livre de Poche, 2011
576 pages
9782253157205, 7,90€

Voilà un livre qui traine depuis longtemps dans ma PAL. Depuis sa sortie en poche exactement, quand Monsieur l’a lu et à décréter que c’était son thriller préféré, lui qui n’aime pas les romans policiers. J’étais intriguée, et en même temps, il y avait un peu d’appréhension… je me demandais ce que j’allais bien pouvoir trouver dans ce livre… Il aura fallu l’annonce par Liliba d’une Lecture Commune pour me décider à le lire. Et encore, alors que cette LC est prévue pour aujourd’hui, j’ai commencé le livre dimanche, au dernier moment… Sauf que voilà, une fois lancée, j’ai aimé, moi aussi, et j’ai dévoré les dernières pages cette nuit !

Le chuchoteur, c’est avant tout l’histoire de Mila, une jeune policière spécialisée dans la recherche des enfants disparus. Elle travaille seule, avec ses intuitions, sa perception des monstres qu’elle traque… Alors quand elle se voit intégrée à une équipe de recherche de tueur en série, l’adaptation est d’abord difficile. Surtout que l’histoire est horrible, ils traquent « Albert », ainsi qu’ils l’ont nommé, un tueur en série qui a enlevé et tué 5 fillettes, et qui en détient une 6ème.

La force de ce roman tient dans la qualité de ses personnages, dans leurs fêlures personnelles, que l’on découvre peu à peu. Si Mila est incontestablement le point central, d’autres points de vue, d’autres personnages sont mis en avant, nous permettant de rentrer au coeur de l’intrigue. C’est d’ailleurs cette alternance de point de vue qui m’a d’abord déconcertée. Cette dispersion est finalement habillement jouée, et principalement au début du roman, et cela permet d’ajouter à l’impression de noirceur. On a ici affaire à un roman sombre, à l’intrigue terrifiante. Étonnamment, c’est dans les scènes d’action que j’ai le moins aimé ce roman, tant le côté psychologique est important ici.

L’auteur ne prend pas le lecteur pour un idiot, il n’hésite pas à donner des détails techniques, et en même temps, sous couvert d’explication à Mila, il prend toujours le temps d’expliquer en détail. Ces informations, ajoutées aux descriptions très intéressantes des personnages, permettent de faire partie de l’enquête, et si quelques éléments sont faciles à deviner, on ne peut s’empêcher de finir le roman extrêmement surpris par les derniers événements.

Pour trouver un tueur en série, les enquêteurs en sont persuadés, il faut le considérer comme un homme normal, et non comme un monstre. Une assertion difficile à accepter…

Comme tous les criminologues qui travaillaient pour la police, il avait ses méthodes. Avant tout, attribuer des traits au criminel, afin d’humaniser une figure encore abstraite et indéfinie. En effet, devant un mal aussi féroce et gratuit, on tend à oublier que l’auteur, tout comme la victime, est une personne, avec une existence souvent normale, un travail et parfois aussi une famille.

Enfin, il me faut parler de quelques autres personnages. Goran Gavila, criminologue dépressif, véritable cerveau de l’équipe, qui pousse les autres à trouver par eux même, est un personnage surprenant, tant il est difficile à cerner. Boris, Stern, Sarah Rosa, le reste de l’équipe a aussi ses petits secrets, ses petits travers, que l’on découvre au fil de l’histoire. C’est sans doute cela d’ailleurs qui rend ce roman si prenant, la certitude que tout peut arriver, tant Donato Carrisi nous attache à ses personnages pour mieux les malmener. Enfin il y a cette petite fille, attachée sur un lit, droguée, qui tente de se comprendre ce qu’elle fait là, pourquoi on la retient prisonnière, ce qu’elle a fait de mal…

Albert, le monstre, celui qu’on devrait haïr, reste très secret tout au long des pages, mettant en avant d’autres monstres… Une accumulation qui rend ce roman sombre et glauque !

De nombreuses affaires citées dans ces pages sont réelles.

Comment dormir après cette annexe, en fin d’ouvrage. Après tout ce qu’on vient de lire et qui prend progressivement forme dans notre esprit. Les monstres existent, difficile d’en douter, et les percevoir ainsi fait froid dans le dos…

+ Lecture Commune avec LilibaMarjorie, et Alexielle

+ Prix du polar SNCF et prix des lecteurs du livre de poche

+ Challenge Thriller et polars

0 challenge thriller & po 4b